21 mai 2014

Grand Prix Monaco historique 2014

Un dilemme que de vous imposer ces réflexions. En partagerez vous certaines ? Sur le chemin de Monaco – qui a dit Compostelle ?!… –  le doute m’a envahi. Comme tous les deux ans je m’étais mis en route pour une manifestation « historique ». Un esprit cynique ou envieux pourrait évoquer à ce sujet, un rassemblement de vieilles voitures, pilotées par des manches qui jouent avec leur argent, devant des gogos ramollis par les années et la nostalgie de ce qui n’est plus…

Olivier Rogar

Légitimité

grand prix historique de monaco 2014,gphm,monaco,olivier rogarEt,  me disais-je, si ne demeuraient que les courses « historiques »,  que verraient nos petits enfants – et oui , je suis heureux de pouvoir y penser désormais –  dans vingt ans ? Des courses historiques de courses historiques ? « Le Grand Prix Historique de Monaco Historique » ? Mise en abyme de palais des… glaces. Car enfin, si nous allons voir ces courses, c’est bien parce que les « vraies » compétitions nous ont marqués et que la mise en scène commémorative ne vaut justement que par ce à quoi elle rend hommage.

Mais l’évolution de la technologie rend la mise en oeuvre de F1 modernes si contraignante qu’elle confine à l’impossible. Sauf à être constructeur. Il est donc probable que les plateaux futurs s’arrêtent, comme c’est le cas aujourd’hui, juste avant la généralisation des moteurs « Turbo ». Soit la fin des années 70.  Mais dans deux ou trois décennies qui portera encore le souvenir de cette époque ?  Est-ce à dire que les courses historiques de F1 feront définitivement partie du passé ?

grand prix historique de monaco 2014,gphm,monaco,olivier rogar

Vous me rétorquerez avec bon sens que les courses de Bugatti, Era, Alfa Romeo font référence à un passé de plus de quatre vingt ans et qu’elles sont plus appréciées que jamais. Tout comme les joutes équestres moyenâgeuses du « Puy du Fou ». Avec le temps la passion sportive cède la place au goût pour le spectacle…grand prix historique de monaco 2014,gphm,monaco,olivier rogar

Courses

Bien que modifié, modernisé, abondamment garni de tribunes, le circuit de Monaco s’étire depuis 1929 sur les mêmes rues, entre Rascasse, Ste Dévote, Casino, Portier et Bureau de Tabac, le long du port et de la méditerranée. L’écrin est à la hauteur de la réputation des lieux. Nulle part ailleurs peut-on être plus proche de la piste. Unique possibilité de profiter de la diversité des formes des voitures, de leur esthétique pure et agressive ou du son de leurs moteurs. Quatre, six, huit cylindres en ligne, en V, V12, Flat 12 et même V16 Auto Union ou V6 Turbo…

grand prix historique de monaco 2014,gphm,monaco,olivier rogar

On frémit à la sensibilité de certains trains avants qui à l’amorce d’un gros freinage bloquent leurs pneus dans un mélange de fumée, de crissements et d’odeurs dont on a rarement l’occasion d’être témoins. Un violent changement de vitesse accompagné d’un coup de gaz rauque a précédé. Et comme si c’était au ralenti, notre rétine découpe la séquence en autant d’instantanés que les cisaillements plus ou moins amples, plus ou moins vigoureux, plus ou moins fins, donnés par les bras sortis des pilotes à leurs volants de bois et de métal.

grand prix historique de monaco 2014,gphm,monaco,olivier rogar

Les voitures sont des merveilles, mais parlons des conducteurs… Image répandue : plutôt âgés, bedonnants, hésitants, jouant avec des jouets de – riches – adultes. On ne peut pas dire que ce ne soit pas du tout cela, mais on est loin de cette image dévalorisante. Ces concurrents imposent le respect. Ils permettent à un patrimoine d’être entretenu, valorisé, utilisé, partagé. Ils rendent ce patrimoine vivant. Et ils se prennent au jeu avec talent. Je dirai que la moitié au minimum de chaque plateau est composée de compétiteurs qui se donnent à fond, nous montrent qu’il est possible de doubler à Monaco, même si cette année, il y a quelques fois où «  ça passait pas ». Deux signes qui ne trompent pas : le plateau F3 comptait aux avants postes Paolo Barilla et Tiff Needell. Course somptueuse dont Barilla sortit vainqueur, le plateau F1 jusqu’à 1978 a vu le futur vainqueur, Michael Lyons qualifier son Hesketh 308 E avec un temps qui lui aurait valu une 12e position sur la grille de départ de 1977. Soit 1,7 seconde plus vite qu’à l’époque. Donnée très relative, je le concède, mais c’est du sérieux. Ce pilote de 23 ans s’illustre par ailleurs en GT.

grand prix historique de monaco 2014,gphm,monaco,olivier rogar

Ambiance

Tribunes pleines, rues vides et ambiance sereine. Est-ce dû à l’aura de Monaco ou à l’absence de publicité sur la plupart des voitures ? Ou bien au fait que si publicité il y a, elle est « d’époque » et incite plutôt à jouir ( Martini, Penthouse, Durex..) de la vie ?

grand prix historique de monaco 2014,gphm,monaco,olivier rogar

Alors que la journée de course touche à sa fin, vous pouvez déambuler dans le paddock. A l’exception du dernier plateau de F1, vous y verrez toutes les voitures qui courent confiées aux soins de leurs mécanos, amateurs ou professionnels. Comme la redoutable équipe Lotus Classic qui outre les magnifiques Lotus 25, 33, 49 et 72, s’illustre par la présence de Mr Bob Dance, l’ancien chef mécanicien de Jim Clark. Il fête ce jour là ses 80 ans avec une bonne journée de travail ! « Still on duty » .

grand prix historique de monaco 2014,gphm,monaco,olivier rogar

« Is this man Bob Dance ? » « Yes, he is our motor racing legend at Lotus » me répond un mécanicien. « Mr Dance, puis je vous photographier ? La dernière fois que je l’ai fait, c’était en 1979, vous testiez Nigell Mansell au Paul Ricard ».  «Oh oui je me souviens très bien, nous avons testé sept ou huit pilotes ! Ca fait longtemps ! » Un mécano nous photographie, nous discutons. Je le quitte en le remerciant pour ce qu’il a fait pour le sport automobile. « Si les gens sont contents je le suis également ». Plus de soixante ans de sport automobile en un seul homme…

grand prix historique de monaco 2014,gphm,monaco,olivier rogar

Sens 

Une petite mousse au « Stars and Bars » avec les copains pour nous remettre de nos émotions. Je vois des gilets de journalistes accrédités partout. Mais combien sont-ils ? 640 cette année ! Incroyable. Tout le monde s’intéresse à la F1 historique lorsqu’elle est à Monaco. Beauté, talent, proximité, spectacle. Manquerait-il certains ingrédients à la F1 moderne pour qu’autant de médias, de pilotes, parfois très jeunes, et de spectateurs se tournent vers une histoire qui nous parait plus simple, humaine, proche ?

grand prix historique de monaco 2014,gphm,monaco,olivier rogar

N’ai-je pas lu quelque part que Bernie Ecclestone lui-même avait l’idée d’organiser des courses de F1 historiques en lever de Grands Prix avec leurs anciens pilotes ? Aveu implicite  que la F1 moderne, malgré le talent de ses pilotes, avec sa technologie hyper sophistiquée, ses formes qui n’ont plus rien d’esthétique, ses performances relativement médiocres et son lot d’artifices propres à permettre le spectacle, est finalement en quête de sens ?

Photos @ Olivier Rogar

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

20 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.