2013.10.13 CC Automédon 1.jpg

 Ce titre à la finesse spirituelle sans égale doit nous inciter à faire le déplacement au parc des expositions du Bourget en octobre pour voir un lieu où tout le monde amène sa belle, quelle que soit son extraction. Ici pas de chichis, on se gare à côté des copines, on papote gentiment entre passionnés, et ensuite seulement on entre dans le grand hall à la recherche du temps où tout était permis.

 Classic COURSES

 

* : Pour visualiser l’album photos : clic gauche sur image.

 

Depuis treize ans, le salon Automédon présente des autos et motos (relativement) abordables pour la majorité des visiteurs. Plus qu’ailleurs, la passion sans fard accueille celui qui recherche un renseignement, un conseil ou tout simplement le plaisir de contempler les galbes de ces belles carrosseries témoins d’une époque la magie de l’automobile voulait dire quelque chose.

2013.10.13 CC Automédon 2.jpg

Les rencontres se font à la bonne franquette dans une ambiance légère où le rêve n’est pas inaccessible. Ici, c’est plus muscadet-saucisson que champagne-mignardises. Ça a son charme et ça n’empêche en rien de célébrer les grandes marques prestigieuses, comme Aston Martin qui fête cette année ses 100 ans d’existence.

2013.10.13 CC Automédon 3.jpgQuelques belles pièces ont été amenées, dont une rarissime A3 datant de 1921 ( ci-contre à droite) et pouvant se targuer du prestige d’être la plus ancienne Aston Martin existante. Son petit moteur 4 cylindres de 1,5 litre ne développant que 38 chevaux lui permit malgré tout d’atteindre la respectable vitesse de 153 km/h sur l’anneau de Brooklands. A l’époque, c’était quelque chose ! 2013.10.13 CC Automédon 4.jpgA ses côtés une magnifique Aston Ulster Sport ( ci-contre à gauche) qui courut les 24 Heures du Mans et le TT en 1934. Et tout autour bien entendu, les incontournables joyaux de la marque anglaise de l’époque après-guerre, DB2, 4 et 6, joyaux dont on ne pourra jamais se lasser.

 

Le salon a pris pour thème majeur cette année celui des GT et des Sport. En matière de sport,

2013.10.13 CC Automédon 5.jpg

pas de salon de l’ancienne qui se respecte sans Alpine. Surtout en France ! On ne va pas s’en plaindre, surtout en admirant cette agressive A110 V85 de 1970 au moteur re-vitaminé chez Paul Condrillier, qui participa à la Ronde des Cévennes en 1990.

2013.10.13 CC Automédon 6.jpgC’est pas du sport, mais quelque part c’en était de conduire ces rigolotes Méhari Citroën ! En ces temps de morosité institutionnalisée, Automédon a eu la bonne idée de faire une place d’honneur à une voiture on-ne-peut-plus popu qui a incarné pendant longtemps l’insouciance et la soif de liberté post soixante-huitardes. Basée sur une mécanique de 2CV, la Méhari fut lancée en plein milieu des événements de mai 1968. Son côté économique et modulable l’installa naturellement sur les lieux de vacances, et les promenades au bord des plages cheveux au vent n’en furent que plus appréciées. Sa coque en plastique la protégeait de la corrosion et elle fut bientôt appelée vers de plus vastes horizons tout aussi sablonneux : elle participa en mode 4×4 au Paris-Dakar en tant que véhicule d’assistance médicale. 

Parmi les bizarreries que peut recéler un salon tel que Automédon, on tombe sur ce stand qui abrite deux restaurateurs bretons, deux frappadingues qui construisent des véhicules improbables pour le pur plaisir de donner corps à leurs rêves.2013.10.13 CC Automédon 8.jpg Christophe Méhaut a réalisé dans son atelier de Sens de Bretagne cet étonnant engin qu’on verrait parfaitement filer le vent sur le lac salé de Bonneville dans les immédiates années d’après guerre. Il s’est effectivement inspiré d’un modèle piloté par Eddie Miller en 1950 sur lequel il a greffé un V8 Ford à soupapes latérales. Il n’est pour l’instant pas question de tenter un quelconque record avec, pour de simples raisons logistiques, c’est la passion brute qui a poussé Christophe à la construction de A à Z d’un tel véhicule. Juste à côté, encore un truc de fou avec « The Dreamster », œuvre de Youenn Perrin réalisée dans son atelier Au Temps Passéà La Bosse de Bretagne. Basé sur une carrosserie de Ford 32 et un capot avant de Delage, ce Hot Rod surbaissé propulsé par un gros V8 Buick n’a été conçu que pour la satisfaction de la belle ouvrage et du travail accompli. C’est pas beau, ça ?

2013.10.13 CC Automédon 9.jpg

Après avoir admiré la plastique fluide de cette barquette Simca Sport Deho de 1938, on regagne le parking extérieur où se situe une partie de l’âme d’Automédon :2013.10.13 CC Automédon 10.jpgcelle des passionnés allant à la rencontre d’autres passionnés. Et comme il fait grand soleil, la flamme s’allume très vite.

2013.10.13 CC Automédon 11.jpg

Vaste choix

2013.10.13 CC Automédon 12.jpg

Flamme latine

2013.10.13 CC Automédon 13.jpgMuscle cars

 

Pierre Ménard

Photos © Pierre Ménard

 

 

 

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.