Giancarlo Baghetti

4.8 4 votes
Évaluation de l'article

Ils n’ont jamais fait mieux que leur premier Grand Prix (1)

Depuis que la F1 existe on se montre toujours indulgent avec les pilotes débutant dans la discipline. Si un premier Grand Prix se passe mal on se dit « c’est le métier qui rentre, il fera mieux la prochaine fois ». D’ailleurs c’est souvent après quelques courses que les performances arrivent.
Mais à contre-courant de cette norme somme toute logique de la progression par l’expérience, il existe une poignée d’hommes pour qui leur premier Grand Prix de F1 restera à jamais le meilleur de leur carrière.

Ilario Pax

1 – Giancarlo Baghetti – Reims 1961

S’il est un pilote parfaitement en phase avec le thème de cet article c’est bien Giancarlo Baghetti ! A ce jour il reste le seul pilote à avoir gagné son premier Grand Prix de Formule 1. Bien entendu, techniquement, Giuseppe Farina a lui aussi remporté son premier Grand Prix à Silverstone en 1950. Mais il fallait bien un premier pour ce championnat du monde nouvellement créé.

Soutenu par la fédération italienne

C’est en 1959, alors âgé de 24 ans, que Giancarlo Baghetti effectue ses débuts en monoplace après avoir piloté des voitures de tourisme. Son adresse derrière un volant de Formule Junior ne passe pas inaperçue et il est sélectionné par la fédération italienne (FISA) qui souhaite promouvoir ses coureurs au plus haut niveau.

Deux premières victoires en F1 hors championnat

Giancarlo Bhagetti
Giancarlo Baghetti – 1961 – Syracuse (c) DR

En avril 1961 il prend le départ du Grand Prix de Syracuse au volant d’une Ferrari D156 à moteur V6 engagée par la FISA. Dans cette épreuve hors championnat tout le gratin de la F1 est présent. Jack Brabham, Jim Clark, Graham Hill ou encore John Surtees se retrouvent sur la grille aux côtés du jeune débutant.

Ce dernier ne rate pas ses débuts, c’est le moins que l’on puisse dire. Qualifié en premier ligne entre Dan Gurney et John Surtees il s’impose au bout des 56 tours de course face à la Porsche 718 de l’Américain.

Trois semaines après ce premier exploit il participe au Grand Prix de Naples qui a lieu le même jour que le Grand Prix de Monaco comptant pour le championnat du monde de F1. La concurrence y est moins féroce qu’à Syracuse et Baghetti décroche encore la victoire devant Gerry Ashmore et Lorenzo Bandini.

Dans le grand bain du championnat du monde de F1

Après ses deux expériences particulièrement convaincantes, la FISA décide de l’engager au Grand Prix de l’ACF 1961 disputé sur le circuit de Reims-Gueux. Avec les trois pilotes officiels de la Scuderia il est le quatrième homme à piloter une Ferrari 156, la machine à battre en cette saison 1961.

Lors des qualifications il ne peut faire mieux que douzième alors que Phil Hill, Wolfgang Von Trips et Richie Ginther monopolisent la première ligne.

Grâce à quelques dépassements et à plusieurs abandons devant lui, Baghetti se retrouve quatrième au bout de quatorze tours seulement. Sur ce circuit de lignes droites les puissantes Ferrari 156 V6 occupent désormais les quatre premières positions.

Mais les uns après les autres, Hill, Von Trips et Ginther vont rencontrer des problèmes de fiabilité, laissant à la Ferrari privée de Baghetti la responsabilité de sauver l’honneur des rouges.

Une sensationnelle victoire pour son premier Grand Prix

Giancarlo Baghetti
Giancarlo Baghetti – 1961 – Reims (c) DR

En lutte avec les Porsche de Jo Bonnier et de Dan Gurney en fin de course, Giancarlo Baghetti laisse intelligemment l’Américain aborder en tête le dernier virage de Thillois. Il sait que grâce à l’aspiration de la ligne droite qui suit et à la puissance de son V6 il a toutes ses chances de le déborder juste avant la ligne d’arrivée.

C’est sur un infime écart de 0,1 seconde qu’il passe en tête sous le drapeau à damiers. Comme à Syracuse, Gurney est une nouvelle fois battu.

L’Italien s’est imposé à l’occasion de ses trois premières participations à un Grand Prix de Formule 1. Pour autant, sa victoire à Reims, dans le cadre officiel du championnat du monde, restera celle qui aura marqué le plus les esprits.

Des débuts tonitruants restés sans suite

Après le Grand Prix de l’ACF 1961, Baghetti participe, sans succès, aux Grands Prix de Grande-Bretagne et d’Italie où malgré un abandon il signe le meilleur tour en course. Une performance totalement éclipsée par l’accident mortel de Von Trips.

En 1962 il devient pilote officiel de la Scuderia Ferrari. Hélas pour le Milanais il arrive alors que Maranello traverse une énième crise. Le directeur sportif Romolo Tavoni claque la porte. Pire encore, le directeur technique Carlo Chiti fonde l’équipe ATS avec quelques dissidents mécontents.

Entre-temps la concurrence britannique a relevé la tête et c’est à une médiocre sixième place au championnat des constructeurs que dégringole l’équipe de Maranello. Baghetti ne marque des points qu’à deux reprises et se fait dominer par Phil Hill.

En 1963 son expérience avec l’équipe ATS est une véritable catastrophe. Il persévère en 1964 au volant d’une BRM engagée par la Scuderia Centro Sud sans jamais trouver le chemin de la zone des points.

Ce sera sa dernière année complète en F1.

Retraité des circuits à l’âge de 35 ans, Giancarlo Baghetti n’a pas été en mesure de confirmer ses débuts fracassants dans la discipline. Ses six participations aux 24 heures du Mans ne lui ont pas plus apporté de satisfactions sportives (six abandons).

Reconverti dans le journalisme et la photographie dans le sport automobile et la mode il s’est éteint à l’âge de 60 ans, terrassé par un cancer.

4.8 4 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
8 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Daniel Gautiez

Je salue le retour de Classic Courses dans son sujet.

Luc Augier

Je crois que la monoplace que pilotait Baghetti à Syracuse, Naples et Reims n’était pas une vraie « sharknose » mais la Formule 2 étrennée par Von Trips fin 1960 recarrossée à la mode 1961 dont le treillis tubulaire ne pouvait accueillir que le V6 à 65° et non à 120°. Les historiens confirmeront ou infirmeront.

richard JEGO

Selon wikipedia , ça vaut ce que ça vaut , si c’était le cas à Syracuse ( superbe chanson de Salvador ! ) et Naples , il avait une vraie 156 à Reims .

Olivier Favre

D’après mes sources (Encyclopédie de la F1 ETAI – Les années Clark de Crombac), Baghetti avait un V6 à 65° pour les trois courses, Syracuse, Naples et Reims.

Jacques Vassal

Le livre d’Alan Henry « Ferrari – Les monoplaces de Grand Prix » (Autocourse, éditions ACLA pour la traduction française de Christophe Montariol, 1984), généralement bien informé, stipule en effet dans une légende photo de ce Grand Prix de l’ACF, que Baghetti conduisait une 156 à moteur V 6 à 65°. Je me souviens d’avoir assisté à cette course à Reims, le long de la remontée en ligne droite venant de Muizon et avant la Garenne, un endroit où une passerelle Dunlop enjambait la piste. Nous étions arrivés avec quelques minutes de retard et, en franchissant au pas de course ladite passerelle,… Lire la suite »

Christophe Montariol

Je confirme, Jacques : pour trouver à redire dans le job d’Alan Henry, il fallait se lever de bonne heure, et avoir des biscuits… Qui plus est, il avait une écriture très précise et structurée. Un cauchemar à traduire, mais une fierté de bien le faire et de lui rester fidèle, ce qui est la moindre des choses avec un maître comme lui. C’est en travaillant sur cette partie-là du livre que j’ai acquis la conviction, très personnelle, que le Dino V6 était le moteur le plus légendaire de tous les moteurs de course à mes yeux, pour avoir récolté… Lire la suite »

Laurent Riviere

Effectivement la 156 F1 DinoV6 65 degrés de Baghetti est la voiture expérimentale de Ginther à Monaco en 1960 châssis 0008 avec le Dino V6 2,4 L. Ferrari s’était bien préparé en 1960 pour passer à la nouvelle formule 1500, von Trips gagna avec cette voiture 0008 Dino V6 pour sa première sortie en F2 sur le circuit de Solitude en juillet, l’utilisa au GP de Monza et finit troisième à Modène . Elle apparut modifiée « sharknose » pour la première fois en course avec Baghetti en avril au GP de Syracuse 1961 toujours 0008 puis à Naples Posillipo en même… Lire la suite »