8 juin 2023

GP de Monaco 1973

Circuit de Monte-Carlo, Principauté de Monaco, le 3 juin 1973

https://tinyurl.com/yc3yhrpj

Le Fokker F27 d’Air Inter était encore au point fixe sur le tarmac d’Orly Sud quand l’homme sur le siège d’à-côté tira d’un sac plastique aux couleurs d’une enseigne de produits culturels un livre dont il entama la lecture avec une gourmandise mêlée de sa componction naturelle : « Trente secondes. Le cercle épais du volant. Il vibre différemment selon la pression du pied droit qui déchaîne le tonnerre. »

Patrice Vatan

A lire en écoutant Barry White

GP de Monaco 1973
Monaco 1973 – Affiche apocryphe © Manu Lacherie

Monaco ou le Roman d’un champion

Le livre de Johnny Rives sur Beltoise, tout juste sorti. Un incipit qui deviendrait fameux. Il ouvre un sensationnel chapitre narrant le premier tour de JPB au GP de Monaco de l’an dernier.

Sport Auto

C’est alléchés par la victoire qui en découla, historique, que nous nous sommes retrouvés à une vingtaine hier matin à l’embarquement, participants d’un voyage organisé par Sport-Auto.

Un fol espoir nous enflamme, la réédition de cet exploit.

Barry White s’échappe d’un ghetto-blaster.

Au sein de l’aréopage chamarré de blousons de course et bobs pétroliers, deux silhouettes faisaient tache, vêtues en « civil ». L’une, longue figure sombre en costume et cravate, imperméable en sautoir, conversait avec son homologue, un individu malingre en veste de tweed ; deux intellos auxquels je me mêlais, peut-être présomptueusement.

Très vieille France, ils se présentèrent. Michel Mathieu [1], fit le grand, docteur en droit ; Maurice Berthon, greffier au tribunal de Versailles, répondit le petit, précisant n’être pas affilié au fondateur de BRM. Le ton était donné.

Attiré, on ne sut pourquoi, par notre curieux attelage, un quatrième lascar nous emboîta le pas, un brin gouailleur, le verbe vif, un certain Pierre Chrétien, contrôleur qualité chez Simca à Poissy.

Seuls dans les plaines de Monaco

Envoûtés par l’ambiance monégasque en cette veille de Grand Prix, nous laissâmes tous les quatre partir le car qui convoyait les participants vers l’hôtel, à Cannes, et décidâmes de passer la soirée in situ.

Une terrasse en bois nous tendait ses appâts, rue Princesse Caroline. Éclatait partout en ville l’hymne Marlboro appuyé par une cavalcade de diligence et girls en blanc et rouge (https://tinyurl.com/yhb3f4bu).

Marlboro anthem

Bandes de tifosi hurlant les noms de Merzario et Ickx. Soleil couchant jouant avec les reflets mordorés des pintes de seize soixante-quatre.

Nous débattions des chances de Fittipaldi, englué en 3e ligne sur sa rétive Lotus 72, et de Bébel, bien loin sur une BRM freinant mal, quand une Ferrari Daytona se rangea aux abords du resto. Un grand gaillard en sortit, déballa du coffre un carton de tee-shirts qu’il déploya sur le capot avant : la nouvelle écurie Hesketh Racing, toute d’une flamboyance hollywoodienne. Elle préside aux débuts en F1 de James « the shunt » Hunt.

Tout nous semble, ici, hollywoodien, démesuré, décadent.

Les Saintes Ecritures

Fidèle au détail près, l’affiche, personnalisée par ce diable de Manuhead, montre un Michel Mathieu nous faisant la lecture du bouquin de Johnny Rives peu avant le début des hostilités.

Nous sommes réfugiés dans les jardins du Casino, avec vue sur la descente de Mirabeau.

Surprise, Cevert, en deuxième ligne, déboule en tête (https://tinyurl.com/mv3pn8cs) !

Il nous refait le coup de son beau-frère en 72 ? Non, il tape au Casino, au deuxième tour. L’élève a encore à apprendre du maître Stewart.

Quant au beauf, sa suspension défaille au 40e tour et l’expédie dans le rail de l’Hôtel de Paris, méchamment. Sa BRM barre en quenouille et atterrit en vrac à nos pieds, salement abîmée.

Michel range discrètement son bouquin en sifflotant.

Johnny Rives – Le roman d’un champion

Le maître Stewart s’installe au commandement après 7 tours, Peterson out. L’excellent Luc Augier sera le seul à indiquer dans « Moteurs » la raison de l’envol moyen de Jackie : il avait monté les deux premiers rapports longs afin de s’éviter des changements de vitesse dans la nouvelle section de la Piscine.

Sacré Ecossais qui pousse l’économie jusque dans ses ultimes retranchements ; qui remportera cet après-midi son 25e Grand Prix, égalant le record de Clark en contenant avec un sens magique de la course un Fittipaldi agressif comme pas possible ; futur triple champion du monde que teindrait d’étrange, d’impensable, ce qu’un certain documentaire révèlerait de lui, cinquante ans plus tard,.

Ca part en vrille ?

Le fragile coucou à hélices s’envole au-dessus de la Baie des Anges, souligné par les lumières de Nice. Rien ne nous sépare du plongeon dans la grande bleue, sinon une loi physique qui ne demande qu’à partir en vrille, comme le Tupolev 144 qui s’est écrasé au Bourget à peu près au moment où le Grand Prix commençait. Quatorze morts.

Derrière nous, ça parle de la limitation de vitesse à 100 km/h sur les routes à partir du 1er juillet, et quelqu’un évoque la 1ère Journée de l’environnement tenue ce dimanche.

Ça part en vrille déjà ?

[1] Le futur Professeur Reimsparing

© Manu Lacherie (un grand merci à)

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

3.4 7 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

9 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.