Wolfgang von Trips – 60 ans

4.8 4 votes
Évaluation de l'article

C’était il y a 60 ans. Le 10 septembre 1961 se produisit à Monza la plus grande tragédie de l’histoire de la Formule 1. René Fiévet a relaté en détails sur Mémoires des Stands puis Classic Courses (voir liens ci-dessous) le contexte et les circonstances de cette catastrophe provoquée par l’accrochage entre la Lotus de Jim Clark et la Ferrari de Wolfgang von Trips. Pour marquer ce triste anniversaire, j’ai souhaité revenir sur un souvenir personnel relatif à ce tragique accident.

François BLAISE (avec Olivier FAVRE)

Voir aussi :

Classic Courses – Monza, le 10 septembre 1961 – 1/3
Monza, le 10 septembre 1961 – 2/3
Monza, le 10 septembre 1961 – 3/3

J’ai toujours été hanté par ce triste souvenir associant ces deux sympathiques pilotes que j’ai eu la chance de connaître sur les circuits. Le jeune (25 ans) et talentueux Jim Clark, qui n’est alors encore qu’un grand espoir du sport automobile. Et l’expérimenté Wolfgang von Trips, 33 ans, qui est en passe de devenir le premier champion du monde allemand.

Wolfgang von Trips
Sur la première ligne de la grille, les Ferrari de Wolfgang von Trips, au premier plan, et de Ricardo Rodriguez – © DR

L’accrochage

On se rappelle que c’est au deuxième tour que se produisit le drame. Trips vient alors de dépasser Jack Brabham, puis Jim Clark avec sa Ferrari 156 « Sharknose », qui est beaucoup plus rapide en vitesse de pointe que les montures de ses deux adversaires. Mais Jimmy Clark a profité de l’aspiration pour rester dans le sillage de « Taffy » Trips, qui ne l’a pas vu et pense qu’il est loin derrière lui. Les deux pilotes arrivent au freinage de la Parabolique, Trips est à l’extérieur de la piste ; il freine et se décale sur la gauche pour aborder la courbe sur la ligne idéale. Mais au même moment Clark tente de le dépasser par l’extérieur ; dans un trou de souris pour moi !

Dès lors l’accrochage est inévitable entre les deux voitures. La roue avant droite de la Lotus percute la roue arrière gauche de la Ferrari, qui est projetée dans la foule des spectateurs avant de revenir terminer sa course sur la piste. Quatorze spectateurs sont mortellement touchés, en plus de Wolfgang von Trips qui gît sur le bord de la piste après avoir été éjecté.

Monza 1961 - Wolfgang von Trips
On évacue l’épave de la Ferrari de Trips, avant de s’occuper de la Lotus de Clark, au premier plan – © DR

Le courrier de « Jabby »

J’ai toujours pensé qu’il s’agissait d’un fait de course. Et je me suis donc refusé à faire porter la responsabilité d’une telle tragédie sur l’un ou l’autre des deux pilotes. C’est pourquoi je ne pus que réagir lorsque début 1974 je lus ces mots sous la plume de Gérard Crombac, dans la revue Moteurs courses (1) : « … lorsqu’à Monza en 1961 sa voiture [de Clark] s’accrocha avec celle de « Taffy » Trips, il ne fait pas de doute que ce dernier en était le responsable … ».  

Moteurs courses n°102
Le dernier numéro de Moteurs courses

J’écrivis donc à M. Crombac pour défendre la mémoire de Wolfgang von Trips et lui donner mon opinion sur cet accident de Monza. Il me répondit par une lettre, dans laquelle il maintenait sa position en s’appuyant sur le jugement d’un tribunal (2). Mais il l’atténuait néanmoins en admettant qu’il s’agissait d’un fait de course. Je livre ce courrier à l’appréciation des lecteurs de Classic Courses.

Crombac
Le courrier de Gérard Crombac

NOTES :

(1) Dans son numéro de décembre 73-mars 74, Moteurs courses publiait un dossier sur les « 4 Grands » (Fangio, Moss, Clark, Stewart). L’article sur Clark était, sans surprise, rédigé par le rédac’chef de Sport-Auto, qui connaissait intimement le pilote écossais. Ce fut le 102e et dernier numéro de cette excellente revue trimestrielle, plombée (comme d’autres) par la crise pétrolière d’octobre 1973.

(2) En fait, il n’y eut pas de procès. Le juge d’instruction chargé de l’affaire rendit une ordonnance de non-lieu en 1964. Ce qui actait officiellement qu’on ne pouvait imputer à Jim Clark la responsabilité de cet accident.

4.8 4 votes
Évaluation de l'article

Olivier Favre

Le goût de l’automobile est un atavisme familial transmis par mon père, qui l’a manifesté autant à l’échelle 1 que par les Dinky Toys. Mais l’intérêt pour la course est ma spécificité et j’y suis venu très tôt par les miniatures Solido des 24 Heures du Mans, Ferrari 512 M, Matra et autres Porsche 917. Après le jeu sur les tapis est venu le temps de la collection et du modélisme, de l’abonnement à Sport-Auto puis à Auto-Hebdo. Parallèlement, mes études à Sciences-Po ont confirmé mon intérêt pour l’Histoire et renforcé ma confiance rédactionnelle. Une fois trouvée ma voie professionnelle dans la fonction publique territoriale, j’ai voulu réunir tout cela et écrire sur l’histoire de la course automobile, celle que je n’ai pas vécue, celle que j’aurais aimé vivre. C’est ainsi que j’ai collaboré à Automobile Historique pendant trois ans. Puis sont venus Mémoires des Stands et le magazine Autodiva, qui me permet de garder le contact, précieux pour moi, avec le papier. Et enfin Classic Courses depuis 2012.

S’abonner
Notifier de
guest
27 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Pierre

D’un autre côté, tout le monde aurait été étonné que G. Crombac trouve quoi que ce soit à reprocher à Jim Clark…

François Blaise

Jimmy et Jabby étaient de très bons amis . Il est difficile de critiquer et de trahir un ami intime et je ne peux pas en vouloir à Jabby Crombac .

De Wispelaere

Eh oui mon cher François 👋

Pierre Ménard

Crombac était d’une partialité confondante en ce qui concerne Lotus, Chapman et Clark. Il était également très prompt à sortir des vacheries sur Ferrari. Il faut le savoir.

François Blaise

Merci Pierre pour ces informations que je ne connaissais pas .

Pierre

C’est étonnant, j’étais persuadé que la partialité de Crombac et sa « britannophilie » était de notoriété publique. Jusqu’à sa casquette qui lui servait de porte-étendard…

ferdinand

Cette partialité était de notoriété publique et même mise en scène dans les pages de Sport Auto, à travers une rivalité surjouée avec Rosinski. Crombac adorait le rôle que lui permettait de tenir sa position de journaliste et s’était composé ce personnage à pipe et casquette à pompon que l’on qualifiera complaisamment de pittoresque. Je ne l’ai connu que comme lecteur mais il m’a toujours laissé l’impression d’un type un peu fallot qui trouvait dans ce rôle de chroniqueur, parfois d’intermédiaire (Schlesser dans la Honda à Rouen, c’est lui) une forme de légitimité. Et, donc, il aimait jouer les Anglais,… Lire la suite »

richard JEGO

Falot Crombac !!!
Il fallaiT en avoir pour en 1961 lancer en France un mensuel sur le sport auto en France ! Qu’avez vous créé Ferdinand ?

René Fiévet

Dans mon récit, publié par Mémoire des Stands puis Classic Courses, j’insistais beaucoup pour exonérer Jim Clark de la responsabilité de l’accident. Sa manœuvre était régulière, et il y avait largement la place pour passer entre le bord gauche de la piste et la Ferrari de von Trips. Au surplus, la Lotus de Clark se trouvait au même niveau que la Ferrari de von Trips au moment où ce dernier obliqua sur la gauche pour arrondir sa trajectoire. Toutefois, un lecteur de Mémoire des Stands, Hervé Delaunay, ancien coureur automobile, avait tenu à atténuer la portée de ma démonstration. Selon… Lire la suite »

Pierre Ménard

René, je considère Jim Clark comme un des plus grands pilotes de tous les temps, et l’homme était éminemment respectable. Mais, si tu as pratiqué un tant soit peu les sports mécaniques, tu sais parfaitement que l’attaque idéale en bout de ligne droite (surtout à Monza et surtout à cette époque où les pilotes savaient qu’ils risquaient réellement leur vie) se faisait à l’intérieur et qu’ensuite c’était : « le premier qui freine est un lâche ». Pour une raison qui nous échappera toujours, Jim avait choisi l’extérieur, là où le pilote devant lui allait invariablement se rabattre sur sa gauche pour… Lire la suite »

richard JEGO

Pour info , un simple clic von trips pour une recherche wikipedia permet de lire un extrait de la déclaration de CLARK à la police de Monza : « je me suis dirigé à gauche de Von Trips sans intention de le dépasser  » .Les références sont sur wikipedia .

René Fiévet

Je ne connaissais pas cette version du témoignage de Clark à la police italienne après l’accident, mais il est effectivement très possible qu’il ait essayé de diminuer sa responsabilité dans l’accident en occultant sa tentative de dépassement. Pour ma part, quand j’ai fait ma recherche, le témoignage de Clark disait ceci : « I was travelling on the left of the Ferrari » (je roulais à gauche de la Ferrari), ce qui revient un peu au même. A l’évidence, il n’a pas dit : « I was overtaking » ou « I was trying to overtake the Ferrari ». Mais… Lire la suite »

François Blaise

Je suis tout à fait d’accord avec René Fievet concernant cette version de l’accident .

François Blaise

Je suis tout à fait d’accord avec cette version de René Fiévet qui me semble la plus réaliste .

Olivier Favre

Oui, moi aussi. Je pense que Clark avait forcément l’intention de dépasser la Ferrari. C’est la seule façon d’expliquer sa présence sur la gauche de Trips.

yannick peuch

je viens de lire la citation mais c’est très étrange tout de même. On dirait qu’il se contredit (il déclare dans un un premier temps qu’il « essayait de dépasser » ou est-ce la traduction qui est approximative ? puis « il a soudain tiré à gauche… il essayait probablement de prendre la courbe »… mouais…

René Fiévet

Yannick, Oui, c’est exact : il y a une contradiction apparente dans le témoignage de Jim Clark. Mais apparente seulement : je suppose en effet qu’on peut se préparer à dépasser un autre concurrent, amorcer la manœuvre pour le faire (le déboitement), et finalement décider de ne pas le faire au tout dernier moment si l’affaire se présente mal. J’ai l’impression d’avoir vu ce genre de chose des centaines de fois sur les circuits automobiles. En fait, il ne faut pas attacher trop d’importance à ce témoignage devant la police italienne, qui a eu lieu peu après le drame, quand Clark… Lire la suite »

Emmanuel Lacherie

que la course peut etre tragique… mais très très belle photo de Von Trips pour illustrer l’article 🙂

François Blaise

Emmanuel , c’est une photo d’ Yves Debraine .

Christophe Montariol

Mon regard sur ce terrible accident ne peut qu’être lointain : à l’époque, mes parents n’avaient pas la télévision… et je marchais tout juste ! Vos propos m’incitent, comme la plupart d’entre vous, à voir là un fait de course. Toutefois, l’observation de René Fiévet me semble judicieuse. Quant à la différence d’âge, elle me semble aussi jouer un rôle : Jim Clark est en F1 pour sa deuxième saison. Si son talent est immense, sa carrière de pilote de monoplace est encore mince, et son expérience des circuits est modeste, si on la compare à celle des générations de… Lire la suite »

Jean DAMON

Bien vu Christophe ;
tout autant que ce qu’a écrit Pierre Ménard sur la partialité de Crombac.

De Wispelaere

J’ai beaucoup lu, écoute et parlé au sujet de ce triste événement, un procès au pénal était hors de propos… tout comme l’objectivité de Mr.Crombac au sujet de Jim Clark, pilote plein de talent mais alors un tantinet inexpérimenté

Muratori Patrick

Il est impossible de se fier à l’avis de Gérard Combrac, ami intime de Jim Clark, supporter de Lotus et admirateur de Colin Chapman. Trop de motifs de partialité…

richard JEGO

Visiblement beaucoup , ici , ignorent que CROMBAC était de nationalité suisse ; pays célèbre pour sa neutralité et celle de ses citoyens .. .Moi , je me fie à lui car il était aussi le cofondateur de Sport auto , rédacteur en chef , et se devait d’impartialité dans ses compte-rendus pour développer les ventes .
SPORT AUTO n’a jamais été AUTOSPRINT ( pour ceux qui connaissent la revue italienne )

Pierre

Je ne discuterai pas ici, ce n’est pas le lieu, de la neutralité suisse, mais je ne crois pas que le passeport suisse immunise du parti-pris, pas plus qu’un passeport français fait de son possesseur un bourreau des cœurs ou un cuisinier d’élite…

Michel Fournier

J’avais 15 ans quand je découvris sur le journal l’accident. Mais je ne comprenais pas comment s’était produit ce drame. Ce n’est que plus tard lorsque je vis les images en video prises sur le vif par des caméras que je me suis rendu compte de l’ampleur de celui-ci.
Les secours étaient quand même inexistants. Et surtout la course continuait.

François Blaise

Si notre Pape des journalistes de sport automobile Johnny Rives pouvait lire ce reportage ,
nous serions heureux de connaître son avis concernant cette tragédie du sport automobile.
Merci Olivier Rogar pour le contacter .