David Purley
7 septembre 2023

David Purley, l’homme qui a pris 179,8 G

179,8 G

C’était, je crois me souvenir, dans la salle consacrée à Roger Williamson où trois de ses autos étaient montrées : la March 713 de 71, la GRD F2 de 1972, et la March 732 qui lui valut son unique victoire en F2, au GP de la Loterie, le 29 juin 1973. Un été qui commençait bien…

Patrice Vatan

Alors Jean-Pierre A. se pencha sur une épave.

Un drôle de type ce JPA, avare d’émotions, de gestes, de confidences. Nous avions passé la journée du 8 mai 1982 au Hyatt de San Francisco – dans le cadre d’un voyage situé bien avant celui-ci – et il me fallut le surlendemain pour apprendre par le « San Francisco Chronicle » la mort de Gilles Villeneuve. Lui l’avait sue le 9 au matin par la télé. Il n’en parla jamais.

Un curieux garçon qui avait vu en rêve l’accident fatal de Jochen Rindt dans la nuit du 4 au 5 septembre 1970. Une des raisons pour lesquelles j’ai eu ce sport dans la peau : on y côtoie des types qu’on ne voit pas tous les jours.

Alors Jean-Pierre A. s’agenouilla devant l’épave de la LEC CRPI de David Purley.

Peut être une image de 2 personnes, personnes qui étudient, tourne-disque et texte

Renouons ici avec David Purley, le héros de Zandvoort 73, évoqué dans notre note du 29 juillet dernier (https://tinyurl.com/3z4czy6v), en sauveteur impuissant de Roger Williamson.

Quatre ans après cet épisode sinistre, un accélérateur bloqué ouvert en grand jetait la LEC de Purley contre la barrière de bois à Becketts, Silverstone, essais du GP de Grande-Bretagne 77.

Problème, la LEC filait à 230 à l’heure. L’impact confronta le pilote à une force de décélération insurmontable de 179,8 G.

Purley survécut. Comme il avait échappé à la mort lors de son temps de parachutiste militaire après que son parachute en vrille, il atterrit sur celui de son capitaine évoluant au-dessous de lui.

David Purley : 29 fractures aux jambes, un trauma crânien, six attaques cardiaques, une jambe plus courte que l’autre de 4 cm. Tom Wheatcroft ne pouvait faire autrement que lui rendre hommage en exposant cette relique de laquelle Jean-Pierre A. se relève sans dire un mot.

Un drôle de type ce Tom Wheatcroft qui bâtit un musée à Donington, dans le Derbyshire, qui hébergea entre 1973 et 2018 la plus étonnante collection de monoplaces de F1.

Il était tombé automobilement amoureux de Roger Williamson après l’avoir briller à Monaco F3 en 1971.

Where you from ? I’m from Leicester, répondit Roger, Me too ! s’exclama le milliardaire roux qui lui commanda dans la foulée le moteur dont le jeune avait besoin.

Une des raisons pour lesquelles j’ai eu ce sport dans la peau : on n’y rencontre pas son voisin de palier sortant de Carrefour Market.

Nous quittâmes la salle Williamson par un couloir dont une paroi vitrée donnait sur les contours du Donington Park Circuit, dominé par la silhouette victorienne du Donington Hall. C’était à la fin du siècle dernier.

David Purley n’aura pas vécu longtemps après son crash impensable de 1977. Il l’évoque aussi sobrement que possible à Antony Marsh deux ans plus tard https://tinyurl.com/35knmxnr.

Un accident aérien l’enverra pour de bon au tapis en 82. James Hunt affirmerait qu’il avait définitivement grillé son capital chance au bout de ses neuf vies.

Et on me demande ce qui me fait vibrer à ce monde insensé, à l’éthique si peu correcte.

Tom Wheatcroft, que j’ai vu baiser la piste à Thruxton au passage d’un de ses chouchous ultérieurs, Brian Henton, sur une auto de sa conception, la Wheatcroft 002 – quel bruit ! -, Tom Wheatcroft est mort en 2009. Sa fabuleuse Donington Grand Prix Collection ne résistera que neuf ans, avant dispersion aux quatre vents.

Reste un étrange record, homologué par le Guinness Book comme l’impact le plus fort supporté par un être humain, jusqu’en 2003 : 179,8 G.

David Purley
L’épave de la voiture de David Purley au Musée de Donington (c) DR

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

4 5 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.