8 avril 2016

Coupes de Printemps en Devin-Panhard.

Coupes de Printemps en Devin-Panhard. La désormais traditionnelle rencontre sur le plateau de Sainte-Eutrope entre passionnés des belles mécaniques portait bien mal son nom cette année : un vent glacial, un ciel… oui, bas et lourd (merci Charles) et un mercure refusant obstinément de grimper auraient pu plomber l’atmosphère de ce samedi 2 avril. Mais les gens qui viennent aux Coupes de Printemps se soucient comme d’une guigne des aléas climatiques. On est là pour tourner, et on va tourner, nom de d’là ! C’est ce que nous avons fait dans une rare barquette  Devin-Panhard.

Pierre Ménard

CC Coupes de Printemps 2Avant de causer de la voiture, revenons sur cette manifestation devenue en très peu de temps une véritable institution. Toujours impeccable à la baguette, Flavien Marçais tient à ce que cette journée de roulage se déroule dans la plus parfaite des ambiances et satisfasse les possesseurs de voitures de 40 ans d’âge et plus. Le principe est très simple : chaque voiture est inscrite dans un des trois plateaux constitués et tourne trois fois trente minutes en toute liberté sur le circuit « 3,3 ». Le but étant de se faire tout simplement plaisir et de laisser la mécanique s’épanouir sans aucune notion de compétition (Montlhéry n’a de toute façon pas l’homologation pour). Chacun profite de l’occasion d’être sur un circuit pour rouler à sa main, les plus lents s’efforçant de ne pas jouer les chicanes mobiles et les plus rapides d’éviter de se comporter comme des arsouilles au freinage.CC Coupes de Printemps 3

Le paddock est bon enfant et l’atmosphère conviviale entre les pilotes et les simples spectateurs venus voir – et entendre ! – toutes ces belles autos : beaucoup de françaises naturellement, DB, Panhard, Alpine, CG, quelques Bugatti, des anglaises en grand nombre évidemment, Lotus, Aston, Austin-Healey, Triumph, MG, Jaguar and co, des Porsche et BMW teutonnes, et des italiennes, Alfa, Maserati et Dino, qui tiennent logiquement le pupitre des soprani dans la symphonie. Et puis il y a les Panhard.

CC Coupes de Printemps 4

C’est Flavien qui a demandé à Guillaume Waegemacker de constituer un plateau de voitures de course à moteur Panhard pour l’occasion. Journaliste pour le magazine Tracteur Retro, Guillaume est bien connu des fanatiques de tracteurs anciens. Mais pas que. L’homme est aussi un passionné d’automobile doublé d’un collectionneur qui s’intéresse depuis quelques années aux modèles DB et Panhard. Et cette Devin de 1954 – prêtée par le tourangeau Jean-Luc Renard – est un exemplaire assez exceptionnel par son histoire.CC Coupes de Printemps 5

Bill Devin était un constructeur américain de petites barquettes à moteur Chevrolet ou Volkswagen au tout début des années cinquante. Fut-il impressionné par les performances des petites DB à Sebring ? Toujours est-il qu’il réalisa quelques exemplaires à moteur Panhard pour courir aux Etats-Unis, Bonnet vendant certaines de ses voitures là-bas à l’issue des courses. La carrosserie en polyester de « notre » barquette du jour (une des quatre recensées en Europe) fut en fait surmoulée sur une DB. Châssis multitubulaire, flat twin de 850 cm3 à l’avant, la voiture est d’une simplicité monacale. Moi qui n’avais jamais posé mon séant dans une auto de course à moteur Panhard, j’étais naturellement curieux de voir ce que ça donnait lorsque Guillaume me proposa de venir faire le sac de sable à Montlhéry dans cette barquette. Oserais-je également l’avouer ? Ma curiosité était teintée de quelque scepticisme par rapport aux performances annoncées de la voiture. Et sur ce plan-là, j’en fus – en partie – pour mes frais.

CC Coupes de Printemps 6

50 chevaux, ça peut en théorie paraître dérisoire pour une voiture dite « de course ». C’est pour ça qu’à la première accélération dès la sortie des stands, on est assez surpris de la réalité de la poussée. C’est pas le grand coup de pied au cul, mais ça avance très sérieusement. L’auto ne pesant que 450 kg, le rapport poids/ puissance est correct, et la légèreté ainsi que la maniabilité de l’ensemble font que les sensations sont au rendez-vous. Elle prend bien ses appuis, même si des pneus un peu fatigués la font glisser un chouïa, et relance bien en sortie de virage. Pour vous donner une petite idée, une Lotus Seven qui tentait de nous doubler au sortir de la chicane improvisée devant les stands a eu beaucoup de mal à nous distancer sur la ligne droite menant au virage des Deux Ponts ! Mais c’est après que ça s’est gâté !

CC Coupes de Printemps 7

Si le freinage de la Devin paraît tout à fait convaincant, il n’en est pas de même pour le maniement de la boîte : fixé au tableau de bord, le levier de vitesses est relié à une tringlerie des plus floues qui provoque de belles prises de tête lors des rétrogradages. Moralité, le temps d’arriver à enclencher cette foutue « deux » pour aborder le virage, quatre voitures nous ont déjà enrhumés correctement. Bien dommage, car le comportement de la barquette est enthousiasmant et permet de bien s’amuser à moindres frais. L’amusement prit – hélas – fin à quelques tours du terme de la séance quand la pédale d’embrayage décida de se décrocher de son articulation, nous obligeant à rentrer au stand cahin-caha boîte bloquée en troisième.CC Coupes de Printemps 8

Une fois de plus, cette journée des Coupes de Printemps fut une réussite, tant pour les pilotes que pour les spectateurs s’étant déplacés en assez grand nombre sur le circuit. Et ce fut pour votre serviteur l’occasion de découvrir une voiture singulière et sympathique qui, avec un peu d’habitude quant au maniement de cette boîte, doit pouvoir ravir son pilote, et son passager d’un jour.

CC Coupes de Printemps 9

Photos © Pierre Ménard

 

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Vos commentaires les plus récents :

  • ferdinand sur ELF : Et les ronds rouges arrivèrent – 1: “Oh, voilà qui est intéressant… J’étais tout gamin à l’époque mais je me souviens des ronds rouges puis des stations…Juin 25, 20:57
  • christian sur Pedro et Ricardo Rodriguez – 2: “Madame Rodriguez quand elle venait à Pau suivre les courses de ses fils pour le Grand-Prix , se restaurait chez…Juin 25, 19:10
  • Olivier Rogar sur ELF : Et les ronds rouges arrivèrent – 1: “Jean-Marc Chaillet a publié d’autres livres par l’entremise du Palmier. Je pense aussi à toutes ces vidéos Elf qui dorment.…Juin 25, 18:16
  • Michel Delannoy sur ELF : Et les ronds rouges arrivèrent – 1: “C’est bon de réveiller des souvenirs pas si lointains mais que le temps à rendu un peu indistinct. Aux éditions…Juin 25, 12:24
  • Proust sur Pedro et Ricardo Rodriguez – 2: “« Je n’avais aucun talent de gestionnaire et lui aucun talent de rédacteur « . Ah oui ? Et qui donc possédait…Juin 25, 10:33

D’autres articles à découvrir :

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

8 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.