Brands Hatch 1972

4.9 7 votes
Évaluation de l'article

The Rising Sun Inn, Fawkham Green, Kent (Grande-Bretagne), le 14 juillet 1972
https://bit.ly/3PkNDM7

Brands Hatch Circuit. Dernier jour des essais du John Player Grand Prix.
Le soleil tape et nous réalisons avec horreur que la vache à eau extraite du coffre de la Fiat 128 de l’ami Royer a été remplie à Charade, quinze jours auparavant. 

Patrice Vatan

Brands Hatch

Nous buvons à Paddock Bend cette eau chaude devenue lourde, au goût des monts d’Auvergne, à la santé de Beltoise qui « passe » devant nous au volant de l’une des deux BRM P160, 01 et 06, qu’il utilisera alternativement lors des essais. 

Les guillemets font de « passe » une litote sous-évaluant outrageusement le geste démentiel qui consiste à négocier Paddock Bend. 

Spectacle insensé pour le spectateur placé à l’extérieur que la force centrifuge semble précipiter sur soi une auto aux roues gauches écrasées, l’avant-droite décollée. 

Sensation paroxystique pour le pilote qui balance sa voiture dans cette courbe rapide en dévers, à l’aveugle, en soulageant le moins possible, tâchant d’éviter le sous-virage, veillant à ne pas sortir trop large et mordre sur la terre. 

Paddock Bend, une courbe archaïque prise dans un circuit d’un autre temps

Impressionnante prise de contact avec Paddock Bend, avec Brands Hatch, avec l’Angleterre dont c’est notre première fois ce vendredi. 

Distante de seulement une trentaine de kilomètres de la France, la Perfide Albion déroute tellement un esprit français qu’elle pourrait se situer en Papouasie : on y court le samedi ; on y mange du lamb pork aux petits pois vert fluo inondés de jelly, comme hier soir au Bull, un auberge passant pour raffinée à Wrotham, à une portée de fusil du circuit ; on y campe en Rolls, en Jaguar ou en Aston Martin, moins par snobisme qu’en vertu d’un art de vivre. 

C’est dans ce camping improvisé derrière Paddock Bend que Guy a planté sa tente.

Brands Hatch 1972

Les clameurs se sont tues. Le soleil qui a régné toute la journée s’incline par-delà les bois qui ceinturent B’Hatch. Une fraîcheur bienfaisante ventile la terrasse du Rising Sun Inn, un pub datant du XVIe siècle, sis à un jet de pierre du site qu’on appelait alors « Bronkehach », expression gaélique, contraction de « bron » (pente boisée) et de « hach » qui signifie orée de la forêt.

Nous partageons une table en bois avec deux types aux cheveux longs, des Kiwis apparemment. L’un arbore un tee-shirt marqué Pukekohe 500, son pote a une chemisette Yardley McLaren customisée d’un ours qui ressemble à Denny Hulme.

Grille de départ en main, obtenue grâce à Didier Braillon qui, lui, est accrédité de par sa position de président du club Jean-Pierre Beltoise, nous « faisons le papier », exercice consistant à estimer les chances de pilotes en course selon leurs positions sur la grille de départ. 

Road Atlanta
Can-Am Road Atlanta. 9 juillet 1972. DennyHulme (c) Hal Corbib Photo

Exercice qui virerait au rite, qui rimerait avec délice au long de nos dix ans de Grands Prix glanés dans toute l’Europe, la décennie merveilleuse d’une vie.

En première ligne, Ickx et Fittipaldi se conforment à la hiérarchie dégagée depuis le début de saison.
S’il n’avait pas planté à Druids Bend sa Tyrrell 005, comme Cevert à Charade, Jackie Stewart serait sûrement en première ligne, au lieu de camper juste derrière.
À son côté, Peter Revson est un étonnant quatrième temps qui fait beaucoup mieux que son chef de file Denny Hulme qui est relégué en sixième ligne. Qu’est-il arrivé au « Bear » ? 

Au mot « bear », nos voisins s’animent. Il ressort du discours qu’ils nous tiennent qu’il étaient à Road Atlanta la semaine dernière où ils ont assisté à un crash « very impressive » de leur idole : « Denny was going about 300 an hour following Follmer’s Porsche when his McLaren took off like an airplane and crashed on its back, sliding for at least a hundred yards. Shirtless guys slid out from behind the barriers and pulled him out of the burning wreck. Unscathed but concussed to the point that he had amnesia for 24 hours. »

Brands Hatch
Image © Motorsport Images. Beltoise a hissé sa rétive BRM en troisième ligne.

Beltoise a hissé sa rétive BRM en troisième ligne. Toujours saignant à Brands Hatch, JPB. Et comme il réussit généralement ses départs, espoir…

Désespoir pour son copain Pescarolo, lanterne rouge à plus de cinq secondes du poleman Ickx. À le voir zigzaguer sur la piste, parvenant à peine à l’y maintenir sa Politoys engagée par Frank Williams, on sera peu surpris par ce qui lui arriverait demain : La voiture s’est cassée en deux morceaux à la compression des ressorts, c’était incroyable. Je me suis retrouvé assis au milieu de la piste dans les débris de ma voiture !

Image © Motorsport Images. Désespoir Pescarolo, lanterne rouge à plus de cinq secondes du poleman Ickx.
4.9 7 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Linas27

Quinze jours de vieillissement en vache à eau plus un chauffage dans le Kent voilà qui concocte une fameuse Volvic….! Plus de souvenir de ce violent crash du « bear » en Canam…

CHRETIEN Pierre

Bonjour Patrice.
Nous ne nous sommes connus que l’année suivante, en 73 à Monaco, mais Jean-Pierre Beltoise m’a souvent rappelé que sa victoire à Monaco en 72 faisait oublier sa superbe victoire à Brand-Hatch en 72, devant tout le « gratin » des pilotes de l’époque!
Je garde un excellent souvenir de toi, Jean-Pierre.
Merci Patrice,
Amicalement.
Pierre.

Olivier ROGAR

Quelques années plus tard, en 1980, je découvrais à mon tour Brands Hatch et Paddock Hill Bend. Sous plusieurs angles. 1 – Celui de la prodigieuse sensation des f1 se lançant dans ce redoutable juge de paix, désynchronisant rétines et cœur pour qui s’aventurait à « poursuivre » leur évolution de l’entrée du virage à sa sortie débouchant sur le roller-coaster de druids. 2 – Celui du passage à pieds, en délégation, d’un Niki Lauda provisoirement rendu à la vie civile, se prêtant obligeamment à la photo que j essayais de faire de lui. A travers les grillages. Et devant détourner la… Lire la suite »