Achille Varzi : l’abîme d’un destin (1).

5 5 votes
Évaluation de l'article

Regard sombre, verbe rare, costume impeccablement boutonné, éternelle cigarette nonchalamment tenue en main, tel pourrait s’écrire le portrait – forcément – superficiel d’Achille Varzi. Ce serait bien réducteur et amènerait à oublier l’essentiel : l’Italien fut un des plus grands pilotes des années trente, élégant et réfléchi. Mais une mauvaise rencontre avec une maîtresse dont on ne se débarrasse pas facilement ruina sa carrière, et transforma sa vie idéale en tragédie des temps modernes. 

Pierre Ménard

Vous pourriez aussi aimer :

Nuvolari : Au service de Sainte Rita
Rudolf et ses femmes (1)
Rudolf et ses femmes (2) 
Cœurs brisés : Elly et Bernd

Achille Varzi
Achille Varzi (c) DR

Allongé sur le lit de sa luxueuse chambre d’hôtel baignée par la douceur de cette paisible nuit tripolitaine de mai 1936, Achille Varzi ressasse amèrement les événements de la journée, et de ce foutu Grand Prix. Il bout encore de rage et souffle violemment la fumée de sa cigarette vers le plafond. Bon Dieu ! Feuereissen et Balbo les ont vraiment pris pour des truffes ! Il écrase nerveusement le mégot dans le cendrier… et pique bientôt dans le paquet sur la table de nuit une nouvelle tige qu’il allume de son beau briquet doré. Il faut se calmer, essayer de trouver le sommeil. Tu parles ! Achille ferme les yeux, mais un kaléidoscope d’images de furie et de poussière tourne inlassablement dans son esprit.

Deux Italiens pour un peuple

Il se revoit, jeune et fringant une quinzaine d’années auparavant en train de lutter sur sa moto Garelli 350 face à son rival, Nuvolari le petit énervé sur Bianchi. Ces deux-là n’ont cessé de se côtoyer sur les pistes d’Italie, puis d’Europe, durant pratiquement deux décennies, se disputant le droit d’être le pilote italien le plus valeureux et le plus populaire. Ils furent tous deux champions de la Péninsule, que ce soit sur deux ou quatre roues, et Varzi acceptait mal le fait que son compatriote mantouan (lui, était de Galliate, non loin de Milan) recueillît en priorité les faveurs du grand public : il était invariablement fringué comme l’as de pique, un peu hirsute et pas toujours bien rasé, alors qu’Achille soignait minutieusement son apparence dans une élégance vestimentaire toute latine, associée à une certaine beauté froide qui faisait chavirer le cœur des belles de stands.

Achille Varzi coureur motocycliste en 1922, entouré de Roccatini et Marchi © DR

Pour les Italiens amateurs de spectacle flamboyant, le pilote piémontais au style certes impeccable et réfléchi n’atteignait pas les sommets de celui qui était désormais chanté par le célèbre poète d’Annunzio : Tazio Nuvolari pilotait toujours sur le fil du rasoir, semblant prêt à se casser la figure à tout bout de champ mais évitant la catastrophe au dernier moment grâce à la plus grande des maestrias, pour l’intense bonheur des foules massées au bord des pistes et des routes. De plus, il avait joué quelques tours pendables à son ténébreux adversaire, comme lors de ces Mille Milles 1930 où il roula tous feux éteints au petit matin pour surprendre un Varzi estomaqué qui pensait avoir course gagnée et ne se méfiait plus. En un mot, Nuvolari en donnait pour leur argent aux spectateurs là où Varzi se « contentait » de faire admirer la finesse de son pilotage. D’où une certaine rancœur éprouvée de la part du Piémontais à l’égard de celui qu’il considérait malgré tout comme un as du volant.

Achille Varzi
Vainqueur du Grand Prix de Monaco 1933 sur Bugatti chi © DR
Achille Varzi et Tazio Nuvolari
Nuvolari et Varzi, deux champions qui s’estimaient, mais se disputaient le droit d’être le plus populaire en Italie © DR

La déception des anneaux

Au fil de ces années trente, la rivalité des deux hommes ne se limita plus au territoire national : un championnat d’Europe des pilotes avait été créé en 1935, offrant aux plus valeureux et talentueux conducteurs l’occasion de briller au firmament. Las ! Face à l’arrivée des monstrueuses Mercedes et Auto Union allemandes, les « pauvres » monoplaces italiennes Alfa Romeo et Maserati furent complètement dépassées techniquement. Varzi, qui pilotait à ce moment une Bugatti française – pas meilleure que ses consœurs transalpines, eut la lucidité de saisir en premier toute l’étendue du problème et réussit à se faire engager chez Auto Union à l’orée de la saison 1935.

Plus que Mercedes, Auto Union désirait pratiquer une politique d’internationalité des pilotes. Plus jeune de douze ans que Tazio, Achille put également faire valoir aux dirigeants de l’écurie teutonne ses sept victoires acquises lors de cette année 1934, dans l’espoir d’être l’élu aux côtés du pilote vedette Hans Stuck et d’Hermann zu Leiningen. Il s’entendit par ailleurs avec le premier pour mettre en place un lobbying discret, mais efficace, auprès de leur direction afin d’écarter définitivement une arrivée probable du Mantouan au volant d’une monoplace frappée des quatre anneaux, arrivée que les deux comploteurs pressentaient désastreuse pour la sérénité de leur parcours chez Auto Union.

Achille Varzi
Achille Varzi fut déçu par son Auto Union en 1935, lui qui avait tout fait pour avoir ce volant (ici avec Ferdinand Porsche à sa droite) © DR

Résigné, Nuvolari dut continuer en 1935 à lutter à armes inégales sur son Alfa Romeo P3 de la Scuderia Ferrari alors que Varzi intégrait l’une des deux écuries incontournables dans la marche triomphale vers le titre européen en fin de saison. Sa satisfaction initiale dut pourtant laisser progressivement place à une morne désillusion : si elles étaient naturellement supérieures à leurs rivales italiennes, les Auto Union Type B ne pouvaient rivaliser à la régulière avec les Mercedes W25 et la couronne revint sans surprise au grand Rudi Caracciola. Varzi n’avait pas démérité, obtenant deux victoires, soit autant que Nuvolari. Mais le « petit énervé » pilotait une monoplace notoirement moins performante que l’Auto Union. Et surtout il avait enlevé un Grand Prix d’Allemagne épique sur le plus majestueux des circuits au nez à la barbe de ses adversaires bien mieux équipés, polissant un peu plus ce jour-là le lustre de sa gloire éternelle.

Magnétique Ilse

En repensant à cette saison décevante sur le plan sportif, Achille ne peut toutefois pas éluder le fait que de l’autre côté des stands, l’aventure avait été bien plus palpitante. La belle, l’envoûtante Ilse lui avait d’un coup fait oublier toutes ces filles désœuvrées qui traînaient régulièrement à ses bras. D’accord, il y avait eu Norma Colombo, une pimpante Italienne qui semblait avoir mis le grappin sur le célibataire le plus endurci du paddock. Mais elle n’avait pas réussi à produire l’effet magnétique que le ténébreux pilote éprouva à la vue de cette blonde Allemande qui laissait pourtant augurer d’une histoire quelque peu compliquée : elle était, ni plus, ni moins, l’épouse de son (très) jeune coéquipier Paul Pietsch. Varzi eut beau tenter de réfréner ses impulsions, l’amour ne se commandait pas. Les deux amants se virent en catimini puis, de plus en plus certains que leur chemin ne pouvait être que commun, ils décidèrent de ne plus se cacher. Ilse divorça du pauvre Paul qui, fataliste, confia bien des années plus tard : « J’étais trop jeune et Ilse était trop belle » (1).

La troublante Ilse Pietsch qui entraînera Varzi vers des chemins sombres © DR

La saison 1936 s’annonçait excitante. Même si des tensions politiques entre le gouvernement italien fasciste et la Société Des Nations envenimaient les débats et provoquaient des boycotts de Grands Prix en représailles des rétorsions économiques infligées par la vertueuse organisation internationale à l’encontre de la politique expansionniste de Mussolini. Et puis Ilse partageait désormais la vie d’Achille. A cette pensée, mais aussi à ce qui s’était passé quelques heures auparavant entre eux, le pilote est assailli par un doute immense. Il regarde d’un air un peu soupçonneux l’énième cigarette qu’il sort du paquet, mais l’allume quand même.

Il sort sur le balcon contempler le ciel d’encre constellé de millions d’étoiles sur lequel se découpent les silhouettes sombres des grands palmiers et touffus frangipaniers abritant le jardin du grand hôtel. Quel somptueux décor pour une représentation aussi merdique ! se dit-il en agrippant la rambarde du balcon et en basculant brutalement vers le sol sa tête qui libère ses longs cheveux d’ordinaire si impeccablement peignés et gominés. Le bruit des moteurs se met alors à douloureusement résonner dans son crâne.

(À suivre)

(1) Racing the silver arrows – Chris Nixon (ospreys Ed.)

5 5 votes
Évaluation de l'article

Pierre Ménard

Illustrateur de formation et passionné de Formule 1, il collabore à la revue Auto-Passion de 1993 à 2001, ainsi qu’à l’annuel L’Année Formule 1 de 1996 à 2013. En 1997, il participera par le graphisme au début de l’aventure Prost Grand Prix. En 1999, Pierre Ménard produit la Grande Encyclopédie de la Formule 1, aux Editions Chronosports, ouvrage réédité à quatre reprises. Il est également le co-auteur, avec Jacques Vassal, de biographies sur Juan Manuel Fangio, Stirling Moss, Alberto Ascari, Niki Lauda, Ayrton Senna et Alain Prost dans la collection Les légendes de la Formule 1, toujours aux Editions Chronosports. Il a également collaboré à l’élaboration du livre de Jean-Claude Baudier La magie du diorama, aux Editions du Palmier. En tant que journaliste historique, il écrit dans le magazine Automobile Historique de 2001 à 2005, et depuis 2012 dans Grand Prix. Il a rejoint feu Mémoire des Stands en 2008 et fut associé à l’aventure Classic COURSES dès septembre 2012.

S’abonner
Notifier de
guest
13 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
François Blaise

Super reportage sur l’époque des titans ,vivement la suite !

De Wispelaere

Mon père m’a confié un jour qu’il ne s’était jamais décidé à préférer l’un à l’autre… pour lui en fait il préférait les Alfa-Romeo aux allemandes ?‍♂️

Linas27

Sujet très intéressant …

Olivier Rogar

On mesure mal l’aura dont bénéficiait Varzi. Il était pour Fangio, qu’il avait encouragé à venir courir en Europe, le héros absolu. Après sa mort en 48, les pilotes argentins logeaient d’ailleurs chez le père de Varzi.

Vincent Metais

Il reste d’ailleurs a Galliate un petit musée tres sympatique ou les Argentins sont bien representés.

Orjebin Jean-Paul

Quand la raison d’Etat devient la raison des Etats.
J’ai hate de lire la suite car j’avoue ne pas connaitre quel était le sentiment réel d’Achille sur ce résultat … inattendu.

René Fiévet

« A cette pensée, mais aussi à ce qui s’était passé quelques heures auparavant entre eux, le pilote est assailli par un doute immense. » Si je comprends bien, il va falloir attendre la suite pour savoir de quoi il s’agit. Je suis un grand amateur des films noirs américains des années 40-50, et je ne doute pas que la suite démontrera, une fois de plus, que le mal vient des femmes et que leur dangerosité est en relation directe avec leur beauté.
Définitivement passionnant, sur un sujet et un personnage que je ne connaissais que très partiellement par les mémoires de Neubauer.

Pierre Ménard

René, pour être tout à fait franc, j’ai un peu écrit cette double note en me disant : « Ça devrait plaire à René ». Voilà, c’est dit.

Olivier Favre

Les films noirs ? Assurance sur la mort, L’Enfer est à lui, La Griffe du passé, … La plus belle époque d’Hollywood. Ah René, nous avons encore un point commun !

Franky HUNGENAERT

Comme Pierre Menard va certainement raconter dans la suite, c’est surtout sur la piste et au dîner qui suivait, que Varzi a pris un sacré coup. Pour savoir (beaucoup) plus au sujet de Varzi, ‘Una curva cieca. Vita di Achille Varzi’ de Giorgio Terruzzi, paru en 1991, est à recommander!

Laurent Riviere

L’histoire de Varzi est aussi très bien documentée dans le livre de Alfred Neubauer « mon royaume La Vitesse » paru en 1961.

Luc Augier

Très belle écriture

Frédéric Fournet

Oui, je trouve aussi et ça ne gâche rien…
Merci pour ça