Johnny Rives F1, Spa 2018

FERRARI PRÊT POUR MONZA !

F1, Spa 2018 – Debout sur le fuselage de sa Ferrari, Sebastian Vettel exprimait sa joie d’avoir gagné au moment même où Esteban Ocon, classé 6e et meilleur Français de ce G.P. de Belgique, passait sous le drapeau à damier. Une autre image reflète combien avait été grande la domination de l’Allemand et de sa F1 italienne. C’est l’attitude fataliste Lewis Hamilton, accompagnée d’un pauvre sourire, lorsque Martin Brundle lui demanda s’il n’aurait pas pu forcer le passage en abordant l’épingle de la source, pour devancer la Ferrari, ne fut-ce qu’un bref instant. En substance, Lewis répondit que oui, ç’aurait peut-être été possible. Mais sans apporter un gros gain : « Il m’aurait repassé dans la montée ! » reprit-il…

 Depuis les essais qu’elles avaient largement dominés, on savait que les Ferrari aurait l’avantage dans cette course. Elles n’avaient été battues qu’une fois, en Q3, lorsqu’en profitant d’une averse providentielle, Hamilton leur avait soufflé la pole. Comme souvent, elles s’étaient mal défendues. Un événement navrant le souligna : la panne qui priva Raïkkonen de défendre ses chances jusqu’au bout – plus assez d’essence dans son réservoir au moment crucial ! Ce manque de rigueur qui affecte trop souvent la Scuderia, il faudra qu’il soit réglé dans quelques jours. Car à Monza les tifosi ne pardonneraient pas à Ferrari de laisser échapper le triomphe qui leur tend les bras…

                                                    Johnny RIVES

TROP D’EMBROUILLES À LA SOURCE

F1 Spa 2018 - Nico Hulkenberg - Renault @ DR
F1 Spa 2018 – Nico Hulkenberg – Renault @ DR

 Une fois encore, le circuit de Spa-Francorchamps, aussi beau et sélectif qu’il soit, a montré ses faiblesses. Notamment à cause de la proximité trop grande de l’aire de départ avec l’épingle de la Source. Ce qui offre trop de possibilités d’accrochages. En 2012, Grosjean en avait fait involontairement la démonstration. Cette fois tout est parti de Nico Hulkenberg qu’un changement de moteur avait condamné à partir en queue de grille (tout comme son équipier Carlos Sainz, d’ailleurs). L’Allemand a excessivement retardé son freinage, percutant violemment la McLaren d’Alonso placée devant lui. Laquelle fut projetée par dessus la Sauber de Leclerc, dont le « halo » a pleinement joué son rôle protecteur, heureusement.

F1 Spa 2018 - Charles Leclerc - Sauber @ DR
F1 Spa 2018 – Charles Leclerc – Sauber @ DR

Cela faisait déjà trois éliminés après deux cents mètres de course. Et même plus, car Ricciardo, médiocrement parti, fut tamponné à l’arrière (peut-être par l’anonyme qui lui-même avait reçu une « poussette » involontaire de Bottas) ce qui l’entraîna à accrocher Raïkkonen. Résultat : pendant que la Safety Car (SC) était déployée, ces trois pilotes faisaient halte à leurs stands, qui pour changer une roue (Raïkkonen) qui pour un aileron (Ricciardo) ou un contrôle (Bottas). Bref, la course était décapitée. Parmi les favoris, seuls Vettel et Hamilton conservaient leurs chances intactes. On sait ce qu’il en advint, en raison de la domination de Ferrari sur Mercedes. Domination qui n’a pas empêché Mercedes de marquer en Belgique plus de points que Ferrari.

RAÎKKONEN LA « SCOUMOUNE »

F1 Spa 2018 - Kimi Raikkonen - Ferrari @ DR
F1 Spa 2018 – Kimi Raikkonen – Ferrari @ DR

Kimi s’était régalé pendant les essais, faisant jeu égal avec Vettel (un coup à toi, un coup à moi) jusqu’à la Q3. Dès lors plus rien n’a fonctionné pour lui. Sa Ferrari à court de carburant, il avait mis pied à terre pendant qu’Hamilton et Vettel se disputaient la pole en son absence. Avec pour conséquence d’être mal placé au départ et le risque d’être pris dans une bousculade… dont il ne fut pas épargné ! Kimi mériterait vraiment de chaleureux encouragements de la part des tifosi, le prochain week-end à Monza. Car il mérite bien mieux que le pain noir dont il doit se contenter chez Ferrari, en dépit de quoi il est 3e au championnat ! Si les circonstances le plaçaient devant Vettel à Monza, on ne serait pas surpris de le voir s’incliner devant son équipier, mieux placé que lui au championnat. Les paris sont ouverts.

LES FRANÇAIS EN FORME. PEREZ AUSSI

F1 Spa 2018 - Racing Point Force India @ DR
F1 Spa 2018 – Racing Point Force India @ DR

 Ocon 3e sur la grille de départ, Grosjean 5e et Gasly 10: qu’est-ce que ce G.P. de Belgique allait réserver aux trois Français de la F1 ? Après être sortis intacts de la cohue du premier virage, ils ont tous les trois fait une course sérieuse pour rallier l’arrivée aux 5e, 6e et 9e places, marquant de précieux points au championnat du monde. Peut-être le moins satisfait était-il le mieux classé d’entre eux, Ocon ? Car si Grosjean et Gasly ont pris le pas sur leurs équipiers respectifs, tel n’a pas été le cas d’Esteban. Il est vrai que celui-ci est confronté à l’un des pilotes les plus redoutables de l’ensemble du plateau, le Mexicain Sergio Perez. Qui, à son incontestable sens de la vitesse, ajoute une constance impressionnante qui avait culminé à Bakou, quand les erreurs des uns (Vettel, Verstappen) et la malchance des autres (Bottas surtout) lui avaient permis d’accéder à une étonnante, mais non imméritée, 3e place. Un sacré battant que ce Perez, ce que ne démentira pas Vitay Mallya : c’est sous la pression de Sergio Perez qu’il a été contraint de rendre les clés de l’écurie Force India qu’il avait créée. Et reprise finalement par un consortium dominé par un riche industriel canadien dont le fils, Lance Stroll, risque fort de se casser les dents sur son futur équipier, en 2019 : nul autre que Sergio Perez !

Johnny Rives

Johnny Rives entre au journal l'Équipe en juin 1960 pour y devenir le spécialiste des sports automobiles. Il commenta les grands-prix de Formule 1 sur TF1 avec Jean-Louis Moncet, Alain Prost, et Pierre van Vliet de 1994 à 1996. Johnny Rives a encouragé le démarrage de Classic COURSES auquel il collabore depuis le début.

Johnny Rives has 160 posts and counting. See all posts by Johnny Rives

9 pensées sur “Johnny Rives F1, Spa 2018

  • La gestion du carburant de la FERRARI de Raiko « au plus court » a aussi empêché les 2 Red Bull de repartir pour une dernier tour qualif. Mais on en a moins parlé.
    Vettel a plus attendu pour partir mais à eu une meilleure fenêtre Meteo.

    Répondre
  • Comme d’hab : spectacle jusqu’au 1er virage voire 1er tour et ensuite morne
    procession . On verra à MONZA si les tifosi peuvent allumer le feu , actuellement en train de s’éteindre .

    Répondre
  • C’est bien le seul point positif à la situation d’Ocon en effet, voir Stroll se mesurer à Checo! Ça devrait être assez douloureux.

    Répondre
  • En resumé,shell a donné des ailes au moteur ferrari,et la puissance du mercedes à la relance fait cloquer ses pneus arrieres,voilà la situation pour les GP à venir!
    Quant à Ocon, il emergerait du lot et McLaren avec lui, seulement si Toto Wolff l’imposait dans cette équipe avec un moteur mercedes!…

    Répondre
    • Pas inédite, la situation. Déjà vue, une belle débâcle à la fin des années 70 début des années 80 sous l’ère Teddy Mayer avant la reprise par Ron Dennis avec son « Project Four », monoplace en carbone conçue par John Barnard, sous l’égide d’un gros cigarettier très connu. Mais de nos jours, il n’y a plus de gros sponsor pour virer un dirigeant oncapable, seulement des actionnaires qui ne voudront pas se déjuger en s’en prenant au type qu’ils ont eux-mêmes mis aux commandes d’une telle entreprise mais qui n’a pas l’envergure nécessaire.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.