Monaco 1988 : Senna, maître zen ?

Monaco 1988, Ayrton Senna se qualifie en pole position avec 1,4 seconde d’avance sur son coéquipier Alain Prost. Un gouffre impressionnant et une performance presque stupéfiante, qui sidère alors tous les observateurs. Un tour mémorable qui fait figure de référence en matière de pilotage. Senna lui-même avouera avoir vécu ce jour-là une expérience singulière et dépassé les limites du raisonnable. Ces explications quasi-surnaturelles contribueront d’ailleurs à forger le mythe « Monaco 88 » et donnent avec le recul une autre dimension au surnom « Magic Senna ».

Bertrand Allamel

Que s’est-il passé lors de cette fameuse séance de qualification ?
Simple concours de circonstances favorables, voiture bien réglée, pilote bien disposé ?

La légende dit que Senna se serait senti, pendant ces tours de qualification, comme hors de la voiture, et même hors de son corps : il ne pilotait plus la voiture, il se voyait « du dessus ». Au cours d’un entretien avec le fameux journaliste Denis Jenkinson, alias Jenks, en 1990, Senna est revenu sur cet épisode monégasque et a essayé d’expliquer… l’inexplicable : « Tout ce que je crois, c’est que ce jour-là à Monaco, j’ai réussi à expérimenter une chose que je n’avais jamais faite auparavant, à un niveau que je n’avais encore jamais atteint. […] J’avais conduit trop vite. Je m’y étais pris de telle manière que c’était comme si ma voiture avait été montée sur des rails. […] A un moment, j’ai eu l’impression que le circuit n’était plus vraiment un circuit, seulement un tunnel de glissières. Je me suis alors d’un seul coup rendu compte que j’avais dépassé la limite que je considérais comme… raisonnable. […] Je me suis dit que j’avais atteint un niveau inconnu. Je n’ai pas vraiment compris comment j’y étais parvenu, et je n’ai d’ailleurs toujours pas compris tout le phénomène. Seulement une petite partie, qui est encore loin de satisfaire mon besoin de comprendre ce qui se passe quand on entre dans ce domaine. Aussi, j’ai levé le pied, et je suis rentré doucement aux stands. Je me suis dit : « Aujourd’hui, c’est spécial. N’y retourne plus. Tu es vulnérable… Tu t’es placé dans une situation où tu as presque laissé l’initiative à ton subconscient.  » Cette constatation m’a mis mal à l’aise. »

Comment comprendre ou traduire les propos de Senna dans un registre plus intelligible ?
A-t-il simplement connu ce que l’on appelle, sans pouvoir l’expliquer plus, un « état de grâce » ?
S’est-il mis en état d’hyper-concentration ?
A-t-il atteint un niveau de conscience supérieur ?
Ou était-ce une expérience surnaturelle ?
A moins que ce ne fût que de l’autosuggestion ? Ou encore, délire mystique d’un pilote que l’on savait tourné vers la chose religieuse ?

Difficile à dire, et certains préfèreront sûrement s’en tenir à des considérations plus rationnelles comme la maîtrise technique, en faisant l’impasse sur cette logorrhée mystique. Il y aurait pourtant, peut-être, car tout ce qui va suivre n’est que spéculatif et hypothétique, une approche intéressante qui pourrait nous aider à comprendre ce que Senna a pu ressentir dans les rues étroites de Monaco, aux volant de sa McLaren : l’approche orientale, dont relève le « zen ». Certains crieront au grand écart douteux et non pertinent. Ceux pour qui « le hasard n’existe pas » diront que le brésilien, avec son moteur Honda, avait une énergie japonaise dans le dos, et que dans Senna, il y a « Sen ».

C’est un petit livre remarquable, intitulé Le zen dans l’art chevaleresque du tir à l’arc , probablement connu de tous ceux qui pratiquent un art martial à un certain niveau (et qui est d’ailleurs un ouvrage de référence), qui m’a fait me pencher à nouveau sur l’histoire monégasque de mon idole de jeunesse. Dès les premières pages en effet, dans la préface, on peut lire ceci : « un des caractères qui nous frappe le plus dans l’exercice du tir à l’arc, et en fait de tous les arts tels qu’on les étudie au Japon (…) c’est qu’on n’en attend pas des résultats simplement utilitaires ou des jouissances uniquement esthétiques, mais qu’on y voit un moyen de former le mental, et même de le mettre en contact avec la réalité ultime. Aussi le tireur à l’arc ne se propose-t-il pas seulement de toucher la cible ; l’escrimeur ne manie pas son épée uniquement pour triompher de son adversaire ; le danseur ne danse pas simplement pour exécuter avec son corps certains mouvements rythmés. Il faut d’abord que le mental se mette au diapason de l’Inconscient. »

Et si Senna avait mis son « mental au diapason de l’Inconscient » ? Tout ça reste un peu vague. La suite du texte permet de comprendre un peu mieux ce dont il est question : « Dans le cas du tir à l’arc, celui qui lance et celui qui reçoit (NDA : la cible) ne sont plus deux entités opposées, mais une seule et même réalité. » Un peu comme Senna, ne faisant plus qu’un avec sa voiture, elle-même étant « montée sur des rails ». Poursuivons : « L’archer n’a pas conscience de lui-même comme d’un être occupé à atteindre le centre de la cible devant lui. Et cet état de non-conscience ne s’obtient que lorsque l’archer [est] parfaitement vidé et débarrassé de son ego… »

4267329122 (1)

Ne serait-ce pas, finalement, ce qui est arrivé à Senna ? Peut-être s’est-il retrouvé dans un tel état de lâcher-prise, si recherché par ceux qui pratiquent la méditation, qu’il a cru que sa F1 se pilotait toute seule. L’auteur du livre dont il est question explique comment lui-même a eu du mal à comprendre l’enseignement principal de son maître : ce n’est pas l’archer qui tire. L’archer doit attendre et se mettre en disposition pour que « ça » tire tout seul. L’auteur écrit ainsi : « Quand tout découle de l’oubli total de soi et du fait qu’on s’intègre à l’événement sans aucune intention propre, il convient que, sans aucune réflexion, direction ou contrôle, l’accomplissement extérieur de l’acte se déroule de lui-même. »

Peut-être Senna, malgré son obsession pour la victoire, a-t-il basculé dans ce mode d’oubli total de soi, et d’absence d’intention ? N’oublions pas également que le brésilien travaillait sa respiration, laquelle est à la base de toute pratique méditative.

Tout ça me rappelle un peu la posture du jazzman. Christian Vander, leader du mythique groupe Magma dit par exemple qu’il ne faut pas chercher à « faire la musique », mais à « être en musique ». C’est la musique qui « appelle » et qui se joue à travers le musicien.

Bref, pour moi, c’est désormais clair, Senna a piloté à Monaco en 88 dans une posture Zen. Qui sait, si un moine Shaolin, ayant entendu les propos de Senna, trouvera normal ou banal ce qui nous paraît énigmatique ?

Quoiqu’il en soit, et même si je suis à côté de la plaque, Senna colla ce jour là 1,4 seconde à  Alain Prost. Dès lors, quel enseignement tirer de tout ça pour les jeunes pilotes ? Elément de réponse dans le fameux livre, en guise de conclusion : « Comment remédier à cela, faire devenir spirituel le pouvoir, passer de la maîtrise souveraine de la technique au maniement magistral de l’épée ? L’unique réponse est : que l’élève se dépouille de toute idée et perde toute son individualité ; il doit arriver au point où, non seulement il se détache de l’adversaire, mais encore de lui-même. Il faut qu’il franchisse le stade où il se trouve encore et en finisse définitivement avec lui, au risque de sombrer tout à fait. »

Illustrations Portait Senna © Yan Denes

http://atelier-yan-denes.com/fr/artiste.html

Video © DR

Bertrand Allamel

Auteur, formateur et conférencier. Titulaire d’un DESS Ingénierie Culturelle et d’un DEA de Philosophie économique. Il a pu analyser le monde de la culture depuis des postes d’observation privilégiés tels que machiniste, régisseur, organisateur, concepteur, consultant. Il écrit des articles et des livres sur divers thèmes, en son nom propre ou sous pseudonyme.

Bertrand Allamel has 6 posts and counting. See all posts by Bertrand Allamel

26 pensées sur “Monaco 1988 : Senna, maître zen ?

  • Bonjour,
    pour info quel était le temps de SENNA ce jour là ?
    Est on allé plus vite depuis malgré les mofifications du circuit ?
    MERCI

    Répondre
  • Bonjour,

    Le temps de Senna: 1 min 23 s 998, je ne sais pas si il a été battu à circuit équivalent.

    Répondre
  • En 87: 1 ’23 » 039 Mansell et en 88: 1′ 22″ 308 Senna mais attention aux conditions de piste et config circuit pour comparer…..

    Répondre
  • MERCI ENVERT94.
    La semaine dernière , RICCIARDO a fait la pole en 1mn 13s 622 soit la bagatelle de 10 secondes de mieux ( plus de 10% de gain) sur un tracé me semble t’il plus long .
    ALORS : Hypermagic Ricciardo ?? Et nulle trace de ZEN dans les commentaires de Daniel :only un moteur bien de chez nous (RENAULT) et un chassis NEWEY .
    Pour info aussi , tous les qualifiés de la semaine dernière ont fait mieux que SENNa : meme le dernier , soi-disant enfant miracle : Jos en 1mn 22s 467.
    Tout est relarif , comme disait Albert .

    Répondre
    • tu peux pas comparer le tracé a été modifié
      les temps ne veulent plus rien dire en plus les voitures ont tellement évolué !
      non c’est le temps de PROST qui dit qu’il y a eu quelques choses ce jour là

      Répondre
  • Je reprendrais ce qui dis René Arnoux dans un autre article de ce (très bon) site: « La formule 1 d’aujourd’hui ne m’intéresse pas ».

    Ce sont de très bon pilotes pour certains, mais ça s’arrête la, je suis passé au WRC depuis une dizaine d’années.
    Je ne veux pas passer pour un vieux « BIIIIP » du « c’était mieux avant » mais les jetons, c’est pour les casinos, ma 208 n’aura jamais de DRS etc etc…
    Et je ne parle pas des pénalités pour les dépassements et pour les changements de matériel.

    Répondre
  • Il y a quelque chose de fascinant dans la comparaison des poles 1988 et 2016 LA meme cylindrée des moteurs soit 1.5 turbo , certes en 88 sans les MGtrucmuche. Mais des moteurs a priorimoins consommateurs d’énergie fossile en 2016 qu’en 1988 , des hommes au volant et ni l’un ni l’autre ne sont des sur’hommes . Alors comment 10s de mieux sur un tour plus long :
    les pneus ( merci PIRELLI) ? les chassis ( mais meme la MANOR avec Hyarantho) bat le temps de SENNA .

    Répondre
  • Depuis 88, il y a surement une multitude de petits progrès qui additionnés donnent 10s : au hasard une puissance moteur ou un couple plus disponible, pas de talon/pointe et les 2 mains sur le volant avec des boites de vitesses très rapides, une répartition des masses plus soignées, un châssis plus rigide, des freins plus efficaces, des liaisons au sol beaucoup plus abouties, les pneus peut-être… Je ne parle même pas de l’aéro, peut-être qu’à Monaco, ce facteur apporte moins qu’ailleurs. Le circuit me parait plus bosselé à l’époque que maintenant et la voiture de Senna parait plus instable qu’une F1 actuelle en pleine action, ça doit jouer…

    Répondre
  • Ces petites histoires sur Ayrton m’ont toujours fasciné. A plus d’une reprise il paraît qu’il a su prédire quel temps il pouvait faire au millième près. Et pourtant, au début, son préparateur physique/mental Nuno Cobra confiait qu’il avait le plus grand mal à ne pas penser durant les séances de méditation. On voit à quel point il a travaillé ce point.

    Et comme la Formule 1 adore manier l’ironie, le lendemain de son tour magique, Senna sortit de la piste à cause d’une déconcentration, car Prost revenait sur lui, ce qu’on lui a communiqué par radio. Quand on pense qu’après ce jour, Senna s’était juré de ne plus faire ce genre d’erreur et, par association, d’améliorer sa concentration, ça laisse songeur.

    Répondre
  • Toute la personnalité et le mythe Ayrton Senna dans ce sujet. Cette manière de se transcender entre autre pour les essais, qui plus est sur ce circuit dont il fut un des princes. Le dernier grand Mythe de la F1 de mon point de vue dans une Formule 1 où beaucoup ne se retrouve plus de nos jours.

    Répondre
  • Je voudrais féliciter Monsieur Allamel, qui pour une fois, n’a insulté aucun pilote au cours de cet article, lui qui a pourtant l’habitude de tenir des propos diffamatoires, orduriers, infects sur d’autres pilotes bien connus pour mieux défendre et glorifier son petit ayrton adoré. Rien d’étonnant cela-dit, c’est une constante chez les idolâtres de la star brésilienne. Il faut croire que les faits de carrière de la star ne suffisent décidément pas…
    Bon, passe sur le contenu de l’article, abscons amphigouri vaguement illuminé. Un vide intégral, un néant, les sempiternels poncifs remâchés pour simplement nous révéler que l’idole a réalisé ce jour-là un bon tour de qualifications au volant de la très sur-dominatrice McLaren… L’hagiographie ne nous révèlera pas en revanche si la sainte idole ralentit à la fin de son tour comme il en avait l’habitude pour mieux ruiner le tour de ses adversaires directs. Probablement, car c’était systématique chez senna. Mais bon, passons de toute façon, puisque, c’était « Magic » vous comprenez, avec lui ce n’était pas de la triche, comme nous dira Monsieur Allamel, c’est la magie, le génie, la passion, l’inspiration divine. Bref…. Et le moteur au fait, combien de chevaux en plus par rapport au coéquipier ? . oups chut voyons, ce ne sont pas des choses à dire, on ne touche pas à la sainteté….
    Et c’est drôle. vous avez aussi oublié de mentionner qu’un jour plus tard, le fruit de la transcendance s’écrasa pitoyablement dans le mur tel un débutant. L’orgueil amène la chute, dit-on…

    Cet article n’est toutefois pas inutile. Il rappelle combien il est temps de revenir, de cette hystérie obscène autour de cette imposture, ce produit marketing, et de ses illuminés adorateurs qui font tant de mal à la F1. . Même si ce n’est plus bien grave, car ils sont de plus en plus inaudibles.

    Répondre
    • « Propos diffamatoires, orduriers, infects » : mais d’où sortez vous ça Mr Vandoor ? Votre opinion vis à vis de Senna et de notre article vous appartient, votre animosité confine à la provoc. Se crisper ou en rire ? Telle est la question…

      Répondre
    • Commentaire provoc typique d’un troll en mal de reconnaissance, qui ne trouve rien de mieux que de faire du révisionnisme pour alimenter encore et encore ses propos haineux et inintéressant.
      De la part d’un fan de Prost.

      Répondre
  • Et cbapeau à Prsot qui offrit là une magnifique leçon d’intelligence de course. Il avait roulé sans forcer en qualifications, laissant ainsi l’autre jouer les gros « kékés », pour le laisser s’emporter dans son immonde délire mégalomane (car le tour de senna dans l’absolu n’avait strictement rien d’exceptionnel)..
    Au final, le mégalomane arrogant repartit bredouille et Prost ajouta une victoire à son compteur. Un beau triompje de l’intelligence sur la stupide et ridicule arrogance.

    Répondre
    • Quand je lis ce genre de « commentaire », je me demande vraiment où se situe « l’intelligence » dans de tels propos extrémistes qui n’ont, à mon humble, avis aucune place dans un blog tel que Classic Courses. Faites attention à l’excès de fiel, monsieur Vandoor (c’est quand même vachement pratique les pseudos pour insulter le monde entier) : ça provoque des ulcères et ça rend hargneux.

      Répondre
      • Des propos extrémistes ? Les seuls propos extrémistes que je lis, viennent de « l’article » présenté ci-dessus. Où se situe l’intelligence là-dedans ? Rien de factuel, objectif, seulement une espèce de discours sectaire illuminé, d’une vacuité absolue (comme souvent quand s’expriment les idolâtres de senna)… Pitié.. Mieux vaut en rire oui..
        Il est révélateur d’ailleurs que « l’article », titré Monaco 1988, ne nous parle à aucun moment de la course. N’est-ce pas pourtant le plus important en F1 ? Révélateur donc une fois de plus de la malhonnêteté intellectuelle éternelle des sennâtres. Car nul besoin de rappeler que senna ne se mettait réellement en valeur qu’en qualifications, tant l’odieux brésilien était la plupart du temps inepte et inutilement dangereux une fois en course, surtout dans le trafic, ce qui est plutôt comique pour un soi-disant « indiscutable plus grand pilote de tous les temps® « (tel qu’estampillé par sa horde de fans hargneux et obsédés, et par les médias de masse qui ont eux au moins comme excuse d’avoir des dvd senna et autre merchandising driven to perfection® à refourguer aux gogos).

        Triste secte décidément.

        Répondre
      • Ne te fatigue pas Pierre. Ce sinistre individu s’appelle Vandoorne (quelle prétention) chez JLM et il se comporte de la même façon… Laissons le cracher son fiel car le train de sa connerie s’arrête à la gare de notre mépris. Peut-être l’ancienne gare de Monaco à la place du Loews, tiens… Mieux vaut en rire.

        Répondre
      • Avis à Mr Vandoor, sous ses multiples pseudos, nous tolérons tous les avis pourvu que leurs auteurs fassent preuve de tempérance. Votre ton n est pas compatible avec ce site. Toute nouvelle intervention outranciere de votre part donnera lieu à votre éviction. Désolé d avoir à en arriver là, nous n aimons que la liberté, mais on est sur ce site pour le plaisir, pas pour servir de tribune à des personnalités toxiques.
        Olivier Rogar.

        Répondre
  • Vandoor y va fort ( ça rime !) .
    Autant son premier commentaire est stupéfiant , autant le second sauf ses deux dernières lignes , quelques mots déplacés a , il faut bien le reconnaitre , un fond de vérité : la leçon du PROFESSEUR .
    STUPEFIANT aussi que plus de 25 ans après il existe toujours des pro et des
    anti aussi intransigeants .
    Quelqu’un avait dit ou écrit que l’aura de l’un était avant tout due à la présence de l’autre : je souscris à cette analyse .

    Répondre
  • Pour donner suite aux commentaires sur le progrès des performances, je me suis penché sur les résultats de 1960, 68, 78, 88, 98, 08, 13 et 16.

    Les variables sont liées à la météo, à la réglementation, notamment moteur et poids et aux caractéristiques des pneus. Pour 1978 les équivalences de cylindrée sont 3000 cc en atmosphérique et 1500 cc en turbocompressé. Pour 1988 l’équivalence passe à 3500 cc en atmosphérique. Toutes les monoplaces de pointe sont des turbos cette année là.

    1960, 2500 cc, pole Moss 1’36″2, mtc McLaren 1’36″2, poids libre
    1968, 3000 cc, pole Hill 1’28″2, mtc Attwood 1’28″1, poids 500 kg
    1978, 3000 cc, pole Watso 1’28″83, mtc Lauda 1’28″65, poids 575 kg
    1988, 1500 cc, pole Senna 1’23″99, mtc Senna 1’26″32, poids 500 kg
    1998, 3000 cc, pole Hakki 1’19″79, mtc Hakki 1’22″94, poids 600 kg
    2008, 2400 cc, pole Massa 1’15″78, mtc Raikk 1’16″68, poids 605 kg
    2013, 2400 cc, pole Rosbe 1’13″87, mtc Vettel 1’16″57, poids 642 kg
    2016, 1600 cc, pole Ricci 1’13″62, mtc Hamil 1’17″98, poids 691 kg

    Le constat est encore plus contrasté que ce qu’évoquait Mr Jego. Ricciardo a fait une pole 10″ plus rapide que Senna avec moteur probablement pas plus puissant et une voiture dont le poids est 38% plus élevé… Aérodynamique améliorée, certes. Et même à Monaco ça compte. Ensuite il y a le facteur pneus…

    Sinon de décennie en décennie on voit pour la pole, un progrès de 8″ entre 1960 et 1968. Une stagnation entre 1968 et 1978. Mais la réglementation n’a pas changé et les voitures ont un poids supérieur de 15%. Puis une chute de 5″ en 1988 – avec des voitures revenues à 500 kg, 4″ en 1998 avec des voitures dont le poids a augmenté de 20%, 4″ en 2008, 2″ en 2013, et nul en 2016.

    Deux conclusions :
    D’une part les changements de réglementation n’ont obéré les performances des voitures que depuis la mise en place des moteurs hybrides de 2014, jamais auparavant.
    D’autre part, effet « pneus » et aérodynamique, mis à part, je suis convaincu que c’est l’exploitabilité des moteurs et de leur couple qui a le plus contribué à l’amélioration des performances. Certes, il n’y a plus d’anti-patinage mais les ingénieurs ont trouvé l’alternative. Ce qui expliquerait aussi les réflexions entendues régulièrement, émanant d’anciens pilotes, concernant la facilité de conduite de ces monoplaces.

    Répondre
    • Peut-être faudrait-il aussi prendre en compte les modifications du tracé au fil des ans. Ne croyez vous pas que ce serait éventuellement un facteur important ? La seule partie qui demeure à peu près comparable va du pied de Ste Devote à l’approche de la chicane du port, et encore…

      Répondre
      • Oui assurément Luc, car ce n est pas tant la distance qui a été impactée – marginalement- que la vitesse de passage. Difficile de savoir pour moi. Vous avez une idée ? Zones plus lentes, zones plus rapides ?

        Répondre
      • En effet, la zone de la Rascasse, notamment, a subi un important lifting. Il me semble que le virage soit plus facile et que son approche puisse se faire à plus haute vitesse (ce qui ne justifie pas toutefois les 10 secondes d’écart). D’ailleurs les accidents semblent également moins nombreux à cet endroit. J’ai le souvenir d’avoir assisté, enfant, à un certain nombre d’impacts, surtout en formules de promotion lors des essais du jeudi. J’étais alors aux premières loges, attablé au restaurant, les voitures arrivant de face depuis la chicane de la piscine. Ceux qui manquaient leur freinage venaient inéluctablement s’emplâtrer dans le mur de pneus à 2 mètres de notre table. J’ai le vague souvenir notamment d’une sortie de piste en coupe 309 GTI (je crois), qui avait fait renverser mon Coca ! Le pilote, le regretté Michel Maisonneuve, était alors venu se réfugier au restaurant et nous avait signé des autographes.

        Répondre
  • Moi qui pensais que les Trolls avaient étaient seulement cantonnés sur CARADISIAC sur Forum-Auto …il y en a même ici … incroyable.
    Mais, on va rester polis …

    Je pense que l’écart avec les F1 de 2016 peut s’expliquer par les différents facteurs cumulés : Aérodynamique, Pneumatiques / adhérence – Châssis / rigidité – Moteurs plus puissants et plus « pleins » avec une cartographie adaptée au circuit – Différentes béquilles électroniques –
    Gestion du freinage en course – Temps de passage des vitesses au volant de mémoire de l’ordre de 5/100é de secondes …

    Concernant le circuit : modifications du tracé & amélioration du revêtement piste plus adhérent.

    Sur Wikipédia à l’adresse : https://fr.wikipedia.org/wiki/Circuit_de_Monaco

    Le paragraphe évolution du tracé indique à partir de 1988 les éléments suivants :

    « En 1997, la première chicane de la piscine est redessinée et porte désormais le nom de virage « Louis Chiron » en l’honneur de l’ancien champion monégasque à l’origine de la création du Grand Prix. La distance atteint alors 3,367 km.

    En 2003, une première phase d’aménagements portant sur la partie sud du port permet de gagner 5 000 m² de terrain sur la mer. La portion de piste comprise entre la piscine et la Rascasse est déplacée de dix mètres vers le port par rapport à son emplacement initial et est complètement redessinée.

    En 2004, la création d’un bâtiment sur l’emplacement de l’ancienne piste entre la piscine et la Rascasse double la profondeur de l’esplanade accueillant la zone des stands. De nouveaux travaux permettent d’agrandir les infrastructures d’accueil des stands et une surface de 250 m² est mise à la disposition de chaque écurie. »

    Concrétement je pense qu’il y aurait un écart équivalent en opposant une
    F 40 de 1988 et une LA FERRARI de 2016 … sans pour autant parler de supercherie pour la F 40 …

    Répondre
  • Non la supercherie ou plutôt l’incongruité , c’est de voir une Manor pilotée par Haryanto aller aussi vite que Senna sur Mac Laren Honda…
    En plus, ce matin je regardais la rediffusion du GP de Monaco historique 2016, quel plaisir de voir des monoplaces qui sont en travers en permanence, de voir les pilotes se battre avec leur voiture…Enfin de la vrai course auto.

    Répondre
  • On compare ce qui n’est pas comparable avec 28 années d’écart entre les 2 … Comme si on comparait les temps de Fangio en 1950 avec ceux d’une Copersucar de 1978 ….
    Au delà de leurs compétences en matière de pilotage, Fangio et Senna ont imprimé un style, un panache dans leur domination du championnat … certains diraient que cela est lié à leur personnalité charismatique …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.