Tribulations d’un Niçois chez les Kiwis

Jean n’est pas un nostalgique. Le souvenir, oui mais uniquement s’il est synonyme d’action. Pas question pour lui de se balader dans un salon ou de laisser couler une larme d’émotion à la vue d’une Bugatti. Il faut que ça bouge, que ça crisse, qu’on bouffe et qu’on se marre. C’est Jean. Et comme ses tribulations le conduisent rarement vers des lieux désagréables, ça nous plait.

Classic COURSES

 

Gil 1 002.jpg

Nice, son carnaval, sa promenade des Anglais, Mado, ses champions sur 2 ou 4 roues : Jean Béhra, Christian Estrosi, Jules Bianchi……et Gilbert Cristini.  Avec une idée fixe : faire une course, et une seule, sur le plus grand nombre de circuits a travers le monde, avec sa Formule Ford, ou en louant une auto sur place. Peu importe le flacon, pourvu qu’il ait le plaisir d’être derrière un volant, trois branches si possible.

Son dernier voyage l‘a conduit en Nouvelle-Zélande, sur le récent circuit de Hampton Downs, pour la célébration Denny Hulme.

Pour faire le déplacement avec ses copains, dont le Britannique Alan Crocker, l’Irlandais Paul Mc Morran et l’italien Giovanni Romagnoli, ils ont monté le Team « European Formula Ford racers ».

Gil 3 001.jpg

 A.Crocker a gauche G.Cristini et M. Clark
Photo @ DR

Un long voyage pour les hommes. Escale de 18 heures en Chine ; le duty free de Canton  n’a plus de secret pour Gilbert ! Un très long voyage pour les voitures, parties d’Angleterre sept semaines avant leurs pilotes.

Accueil digne d’un chef d’état, mais sans cravate, à l’aéroport d’ Auckland, par Alan Crocker et le Néo-Zélandais Michael Clark qui hébergera le Frenchie. (photo4 a droite)

La célébration Denny Hulme se déroule sur deux week-end, et accueille les monoplaces des Formules Ford, Junior, F 3, Tasmane et F 5000 ainsi que les gros protos ex Can-Am.  Avec 9 courses par plateaux et classement final.

Après avoir disputé les quatre premières manches du premier week-end,  notre représentant national était en grande forme. La Crosslé fonctionnait parfaitement. Mais lors du second week-end, après le départ de la 7eme manche, Gilbert se trouva au cœur  d’un carambolage…

Triangle et fixations arrachés le condamnaient à rejoindre les rangs des spectateurs. Quant à l’auto, elle reprendra directement le chemin d’Holywood……non non pas celui là; le Holywood Irlandais du Nord, où se trouve l’usine Crosslé.

Notre Niçois eut le plaisir de rencontrer Greeta Hulme, veuve de Denny, Amanda Mc Laren,  la fille de Bruce et de discuter avec les idoles locales Chris Amon et Howden Ganley.

Gil 5 001.jpg

Avec Howden Ganley
Photo @ DR

Entre les week-end, les organisateurs ont fait visiter a nos Européens, l’ile du Nord et ses lieux naturels.

Un petit mot sur la firme Crosslé, fondée en Irlande du Nord, par John & Rosemary Crosslé. Les fabrications principalement des Formules Junior, F3, Ford, Atlantique,F2, F5000, mais aussi Sport biplace. Une production  totale d’environ mille voitures ! Beaucoup de champions Britanniques, firent leurs premières armes au volant de ces autos, tels que: Nigel Mansell, John Watson, Eddie Irvine, Martin Donnelly ou l’ex Team manger F1 Eddie Jordan.

La firme est depuis 2012 la propriété de l’industriel Irlandais du Nord Paul Mc Morran, qui était dans le team, et qui participe en France à quelques épreuves de Formule Ford.

Gil 4 001.jpg

Formule Ford Crosslé 1978
Photo @DR

Pour cette saison, outre la Nouvelle-Zélande, l’ami Gilbert ira faire un tour, en Espagne sur le circuit de Calafat, au Portugal à Porto, en Angleterre à Thruxton et en France, au Paul Ricard.

 

Jean Papon

Photos @ DR

6 pensées sur “Tribulations d’un Niçois chez les Kiwis

  • Et dans tout ça, aucune nouvelle de Chris Amon? D’ici on entend dire qu’il est devenu fermier… Apparemment plus guère de contacts avec la course?

    Répondre
  • Déjà, quel bonheur de retrouver ce site, enfin sorti de l’erreur 404, ce qui finissait par devenir blessant, quelle que soit la sympathie qu’on peut avoir pour ce modèle qui me rappelle surtout de bon gros taxis GT noirs sentant le plastique des sièges et la gitane maïs du chauffeur… Autres temps…Et justement, oui, Chris Amon, qui était notre idole, à Rouy et moi, avec Jacky Ickx, en un temps où pour nous, jeunes étudiants intellos partagés entre psychanalyse et politique, notre approche de la F1 était entre passion interdite et névrose vitale : bref, notre admiration pour Amon était totale, il était quasiment un héros de contretransfert, il prenait sur lui tout le poids de la malchance qui peut accabler l’engeance humaine, mais avec une stature de héros grec accablé par le sort et ne baissant jamais la tête,avant de disparaître, enlevé par les nuées, comme aspiré aux antipodes, tout le contraire d’Ickx qui assume avec nous de vieillir sous nos yeux (toujours enamourés, bien sûr,même si un peu essoufflés par le temps)- mais Amon ! Chris Amon ! Même Wikipédia n’a pas de nouvelles de lui ? Même Johnny Encyclopédic Rives ! Alors oui, j’avoue, j’aimerais savoir ce qu’il devient… Qui s’y colle, et décolle pour la NZ faire un reportage, un livre, un film ? C’est une question de salubrité publique : les héros ne meurent jamais, mais il faut entretenir la ferme, heu, la flamme!

    Répondre
  • Cette note nous rappelle aussi tous ces pilotes « éxotiques », les Graeme Lawrence, Graham Mac Rae et autres Franck Gardner ou Max Stewart.

    Répondre
  • (pour JPO) Hélas, ce n’était pas moi ! A l’époque, je me contentais de m’entraîner au talon-pointe sous mon bureau en préparant le bac proche et de plus lointaines leçons d’auto-école, Sport-Auto glissé sous le classeur de philo… Le talon-pointe sous son bureau, ça marche, c’était une sorte de simulateur vidéo avant l’heure, avec le cerveau en guise d’ordinateur, et pour le son, cf Michel Vaillant je suppose, WooooapWaaam!WoooWaam!Woo, sauf que si on se mettait à gueuler trop fort sur les reprises les parents se demandaient ce qu’on était réellement en train de réviser… Mais pour le talon-pointe, c’est mon moniteur d’auto-école qu’a été surpris, après des mois d’entraînements, je vous raconte pas la Simca 1000 à double commande dans la descente de l’avenue de la Grande Armée… En fait, il a surtout tempéré mes ardeurs, et déconseillé de faire une démonstration à l’Inspecteur le jour de l’examen. Ah bon, pourquoi ?

    Répondre
  • Trois pages de photos de F5000, de McLaren, de Chris Amon et Howden Ganley, etc, etc….

    Répondre
  • Et Bruce, Denny, et tous les autres moins connus, de Bert Hawthorne ou Brett Riley à Mike Thackwell…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.