5 octobre 2016

F1 2016, Malaisie : Inespéré pour Daniel, Max … et Nico !

Chance ? Malchance ? Le débat était une fois encore ouvert à l’issue d’un G.P. de Malaisie riche en coups de théâtre. Souvent qualifié de malchanceux à son époque, Jean-Pierre Jabouille s’insurgeait : « La malchance n’existe pas, il y a toujours une erreur en cause. » A Sepang, il y a clairement eu faute plus que malchance dans l’accrochage qui a éliminé Vettel et retardé Rosberg. Vettel avait confondu vitesse et précipitation. Il était KO et Rosberg, relégué à la 20e place, ne valait guère mieux. Bien plus tard, aux trois quarts de la distance, Hamilton régnait sur la course, maitrisant Ricciardo et Verstappen lancés à ses trousses. Soudain, du jamais vu en 2016 : son moteur Mercedes s’effondra dans une gerbe de flammes, plongeant Lewis dans le désespoir. Un moteur pourtant renouvelé depuis Francorchamps. Et théoriquement plus frais que celui de Rosberg . Défaillance mécanique, donc erreur… Mais laquelle ? Surchauffe ? Usure prématurée ? Chez Red Bull, personne ne se posait la question : on exultait. Malchance d’Hamilton, chance de ses proches poursuivants : Ricciardo voyait compenser ses déconvenues d’Espagne et de Monaco. Max fit bonne figure. Et Rosberg semblait hébété sur le podium, croyant initialement avoir tout perdu, il portait finalement son avance sur Hamilton de 8 à 23 points. Chance, malchance ? On s’est amusé à articuler la description du scenario de ce Grand Prix déroutant en jouant avec deux adverbes contradictoires. Pour sourire…

Johnny RIVES.


CHANCE OU MALCHANCE ?

Crash

HEUREUSEMENT Rosberg avait réussi un aussi bon départ qu’Hamilton : il était deuxième derrière son équipier et rival au premier virage.
MALHEUREUSEMENT Vettel commettait un excès d’optimisme, perdant le contrôle de sa Ferrari qui accrocha la Mercedes de Nico.
Heureusement, si la Ferrari y laissa son train avant, la Mercedes n°6 s’en sortit indemne.
Malheureusement, le choc avait propulsé Rosberg en tête-à-queue…
Heureusement son système anti calage fonctionna bien, et Nico put reprendre la course.
Malheureusement il occupait la 20e place en repartant tandis que là-bas au loin Hamilton s’envolait vers une victoire probable.
Heureusement l’intervention de la safety car virtuelle offrit à Rosberg la possibilité de s’arrêter pour chausser des pneus durs, sensés capables de couvrir la distance.
Malheureusement cela ne devait pas être le cas, comme d’autres en firent l’expérience à l’exception de Bottas qui ne s’arrêta qu’une fois.
Heureusement Rosberg, faisant contre mauvaise fortune bon cœur, se lança dans une remontée fructueuse : après 20 tours, il était 5e derrière Hamilton, Ricciardo, Verstappen et Raïkkonen.
Malheureusement la Ferrari s’avéra bien plus difficile à déborder que les adversaires précédents.
Heureusement Rosberg y parvint au prix d’une manœuvre osée et spectaculaire devenue denrée rare en F1.
Malheureusement les commissaires sportifs infligèrent une pénalité à Rosberg qui les collectionne cette saison.

Crash2
Heureusement les 10 secondes dont il fut accablé n’étaient rien par rapport aux malheurs d’Hamilton dont le moteur éclata quatre tours plus tard.
Malheureusement la position de 3e occupée par Rosberg derrière les deux Red Bull était illusoire : en fait il était 4e derrière Raïkkonen.
Heureusement, manifestant une fois encore l’ardeur lui ayant permis une spectaculaire remontée en début de course, il réussit à surmonter la pénalité, coupant la ligne d’arrivée derrière les triomphantes Red Bull avec 13’’2 d’avance sur la Ferrari, obtenant la 3e place pour 3’’2.
Malheureusement, Hamilton avait de quoi s’interroger après cette défaillance mécanique lui ayant coûté si cher. Est-il l’objet d’une conspiration ?
Heureusement cette incertitude manifestée sous le coup de la déception ne tient pas un instant à l’analyse. Et puis que sont 23 points de retard sur Rosberg en regard des cinq Grands Prix encore à disputer (Japon, Etats-Unis, Mexique, Brésil et Abu Dhabi) et des 125 points qui pourront y être collectés.
C Q F D …

Lewis

RENAULT VENT EN POUPE

Pour chanceux qu’il soit, le doublé réussi par Red Bull en Malaisie concrétise imagesles réels progrès effectués par les moteurs Renault en 2016. La mauvaise humeur manifestée par l’écurie anglo-autrichienne à l’égard de son motoriste la saison passée en paraît d’autant plus saugrenue. Les qualités routières du châssis Red Bull entrent bien sûr en compte dans les bons résultats obtenus depuis la rentrée (Belgique), comme le souligne la faiblesse de celui obtenu à Monza, circuit de moteurs par excellence (Ricciardo 5e). Aux performances en progrès du V6 français s’ajoute une autre qualité, la résistance aux efforts. Celle-ci a été mise en valeur en Malaisie à travers le duel fratricide que se sont livrés Ricciardo et Verstappen, le premier pour défendre sa première place, le second pour la conquérir. Dans ces moments parfois très chauds, les deux rivaux n’ont rien épargné à leurs machines. On a apprécié au passage que nulle intervention de l’écurie ne soit intervenue. Et au terme de quoi, bien que battu, Max Verstappen a fait bonne figure, autres satisfaction. Du coup, Max a effacé les effets de réactions de mauvaise humeur qu’il avait pu manifester précédemment. Et qui, vu son très jeune âge, pouvaient paraître irrespectueuses vis à vis de certains anciens à qui elles étaient destinées.

Illustrations © DR

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

17 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.