Hannu Mikkola

5 4 votes
Évaluation de l'article
© DR

Un grand seigneur venu du Nord a tiré sa révérence il y a quelques jours. Classic Courses se devait de saluer la mémoire de l’un des plus grands pilotes de l’histoire des rallyes.

Olivier Favre

Enfant puis adolescent fasciné par le sport automobile, j’avais quelques pilotes favoris dans les trois principales disciplines, F1, endurance, rallyes. En rallye, mon préféré c’était Hannu Mikkola. Pour quelle raison ? Je ne sais pas vraiment. Etait-ce ce nom « Mikkola » (1) exotique, original et aux sonorités sympathiques et évocatrices pour un enfant (Nicolas et Pimprenelle, les glaces Miko, les bonbons Ricola) ? Etaient-ce son sourire et sa physionomie avenante de Nordique blond aux yeux bleus ? Il y avait certainement de ça. Mais il y avait aussi son talent et ses résultats.

Hannu Mikkola, le roi du rallye

Après les Aaltonen, Mäkinen et Toivonen qui avaient ouvert la voie dans les années 60, Hannu Mikkola était le leader des Flying Finns dans les années 70. Et, en ce temps-là, quand on était le meilleur rallyman finlandais, on pouvait légitimement prétendre être aussi le meilleur du monde. D’ailleurs, Jean Todt, qui s’y connaissait en rallymen pour les avoir quasiment tous « navigués », le considérait en 1980 comme « le plus complet ».

De fait, Mikkola fut certainement le plus grand pilote de rallyes des années 70 avec Björn Waldegård. Ils étaient les seuls à qui un constructeur pouvait confier n’importe quelle voiture raisonnablement compétitive et avoir des grandes chances de gagner, quel que soit le terrain (hormis sur le goudron corse).

Ford Escort 1800 RS - Portugal 1979
Vainqueur du rallye du Portugal 1979 avec l’Escort 1800 RS – © DR

Il est d’ailleurs symptomatique que le premier titre pilotes de champion du monde des rallyes se soit joué entre Waldegård et Mikkola en 1979. Quelle plus belle affiche pour clore les années 70 que ce duel mémorable de deux champions au volant des mêmes voitures (Ford Escort et Mercedes SLC) ? La justice aurait d’ailleurs voulu que les deux hommes soient champions ex-aequo en cette saison qu’ils dominèrent de la tête et des épaules (cf 1979 – Björn Waldegård : enfin un champion du monde des rallyes ! – Classic Courses). Mais le Suédois l’emporta d’un point et ce fut finalement une bonne chose. En effet, au contraire de Waldegård, Mikkola eut une nouvelle occasion de coiffer la couronne quatre ans plus tard. Et il ne la manqua pas.

Escort et Quattro

Hannu Mikkola eut deux carrières bien distinctes en rallye : d’abord les années 68-80 où il fut le roi de la Ford Escort. Avec cette rustique propulsion à essieu rigide, il se bâtit un superbe palmarès avec notamment le marathon Londres-Mexico de 1970 et le Safari dont il fut en 1972 le premier vainqueur venu d’ailleurs (« overseas driver » comme on disait alors au Kenya).

Hannu Mikkola - Safari 72
Premier Européen vainqueur du Safari en 1972 – © DR

Puis il s’engagea dans l’aventure de l’Audi Quattro, qui révolutionna les rallyes au début des années 80. Mikkola assura l’essentiel du développement de cette voiture lourde et puissante aux données techniques inédites (transmission intégrale, moteur 5 cylindres à turbocompresseur). Et il sut adapter magnifiquement son pilotage à cette monture qui n’avait rien à voir avec toutes celles (Escort mais aussi Lancia Fulvia, Toyota Corolla, Fiat 124 Abarth, Peugeot 504, …) qu’il avait conduites auparavant.

Il en fut justement récompensé par neuf victoires entre 1981 et 84 et un titre mondial tardif mais amplement mérité en 1983, à 41 ans (2). En 1987 il remporta une seconde fois le Safari, 15 ans après, avec l’Audi 200 Quattro Groupe A et son fidèle copilote suédois, Arne Hertz. Ce fut sa 18e et dernière victoire en championnat du monde (3). On le vit une dernière fois aux 1000 Lacs en 1993 avec une Toyota Celica Turbo. Puis il se retira, non sans participer à plusieurs rallyes et autres manifestations historiques.

Hannu Mikkola 1000 Lacs 1983 - Audi Quattro
Septième victoire aux 1000 Lacs en 1983, l’année du titre – © DR

Hannu Mikkola Vainqueur presque partout

Plus de vingt ans au sommet dans une discipline exigeante qui passa en quelques années des berlines « coursifiées » aux monstres du groupe B. Pas mal pour un jeune pilote qui s’était fixé comme unique objectif de gagner le rallye des Mille Lacs. Ce fut fait dès 1968, et refait six fois encore jusqu’en 1983 ! Ajoutez à cela des victoires sur tous les continents (Safari, Côte d’Ivoire et Maroc en Afrique, Nouvelle-Zélande, Argentine) et quasiment tous les terrains. Il gagna notamment quatre fois le RAC et fut le premier étranger à briser le monopole des Suédois au rallye de Suède en 1981.

Hannu Mikkola - Escort, Quattro, 504, Fulvia
Un panorama assez complet des principales voitures conduites par Hannu Mikkola en 20 ans – © DR

Seul le Tour de Corse, où il ne vint presque jamais, n’était pas sa tasse de thé. En revanche, Hannu Mikkola était à l’aise sur les routes du Monte-Carlo, qu’il ne parvint pourtant jamais à ajouter à son palmarès. Deux fois deuxième derrière les « serial winners » Munari (1975) et Röhrl (1982), il se classa huit fois dans les 5 premiers à Monaco, mais jamais sur la plus haute marche du podium ! C’était là sans doute le seul regret qu’il pouvait avoir en se retournant au soir de sa vie sur sa somptueuse carrière.

Une vie longue de 78 ans à laquelle un cancer a mis fin le 26 février dernier. Ce jour-là le sport automobile, et le rallye en particulier, ont perdu un grand monsieur, un gentleman, unanimement respecté et apprécié par ses pairs et par le public. Et moi j’ai perdu encore un personnage qui a marqué ma jeunesse. Hyvin tehty ja kiitos Herra Mikkola ! (4)

Audi Quattro
Un dernier podium monégasque en 1986 avec l’Audi Quattro Sport (3e derrière Toivonen et Salonen) – © DR

NOTES :

(1) Hannu Mikkola n’est pas le seul à avoir porté ce patronyme au sommet des sports mécaniques. Son compatriote, Heikki Mikkola (a priori sans lien de parenté avec lui) a été quatre fois champion du monde de motocross entre 1974 et 1978.

(2) Mikkola reste à ce jour le plus âgé de tous les champions du monde des rallyes.

(3) C’était alors le record absolu de victoires en championnat du monde. Il en sera dépossédé l’année suivante par son compatriote Markku Alen.

(4) « Bravo et merci Monsieur Mikkola » en finnois.

5 4 votes
Évaluation de l'article

Olivier Favre

Le goût de l’automobile est un atavisme familial transmis par mon père, qui l’a manifesté autant à l’échelle 1 que par les Dinky Toys. Mais l’intérêt pour la course est ma spécificité et j’y suis venu très tôt par les miniatures Solido des 24 Heures du Mans, Ferrari 512 M, Matra et autres Porsche 917. Après le jeu sur les tapis est venu le temps de la collection et du modélisme, de l’abonnement à Sport-Auto puis à Auto-Hebdo. Parallèlement, mes études à Sciences-Po ont confirmé mon intérêt pour l’Histoire et renforcé ma confiance rédactionnelle. Une fois trouvée ma voie professionnelle dans la fonction publique territoriale, j’ai voulu réunir tout cela et écrire sur l’histoire de la course automobile, celle que je n’ai pas vécue, celle que j’aurais aimé vivre. C’est ainsi que j’ai collaboré à Automobile Historique pendant trois ans. Puis sont venus Mémoires des Stands et le magazine Autodiva, qui me permet de garder le contact, précieux pour moi, avec le papier. Et enfin Classic Courses depuis 2012.

Olivier Favre
S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
J.P. Squadra

Bel hommage à un grand sportif rapide et endurant qui fut effectivement le premier dans bien des domaines. 1er vainqueur européen du Safari bien sûr mais aussi 1er vainqueur sur Toyota, 1er vainqueur en 4 RM …
Et quelle maitrise du finnois pour Olivier ! bravo

Olivier Favre

Merci JP. Effectivement, Mikkola fut un habitué des premières. Avec un bémol concernant Toyota. Il fut effectivement le premier à faire gagner une Toyota officielle en rallye mondial (1000 Lacs 75). Mais le tout premier à faire gagner une Toyota (déjà une Corolla) fut le Canadien Walter Boyce au Press on Regardless en 73. Mais ce rallye fut boudé par les usines et ses résultats passèrent largement inaperçus à l’époque.

Linas27

Un monument des rallyes, il mérite amplement cet hommage.

richard JEGO

Certainement un bon et grand pilote qui osa le pari de l’audi quattro et en fut récompensé par un titre mondial . Mais ce ne fut jamais ma « cup of tea  » à une époque ou les berlinettes puis Stratos étaient autrement plus enthousiasmantes et belles alors que la quattro faisait  » thon  » ..Et puis ensuite PEUGEOT / TODT avec la T16 ridiculisèrent la quattro de Piech . Viva francia . Light is right

Linas27

D’accord avec R Jégo côté autos mais c’est le pilote qu’on évalue dans cet article…Oui bien moche l’Audi Quattro mais j aimais le traitement rallye de l Escort…