25 mars 2018

Grand Prix d’Australie 2018, FERRARI ET VETTEL OPPORTUNISTES

Grand Prix d’Australie 2018 – Au plan stratégique, l’intervention en course de la SC (voiture de sécurité) peut constituer un avantage pour certains, un handicap pour d’autres. On en a eu une nouvelle preuve dès l’ouverture du championnat de F1  lors de ce Grand Prix d’Australie 2018. L’évènement a incité certains à conclure que Ferrari et Vettel avaient bénéficié d’un coup de chance pour s’imposer devant la Mercedes d’Hamilton qui avait produit si forte impression en qualif. Cela n’est vrai que partiellement. Car cette chance qui lui a permis de gagner, Ferrari a saisi l’opportunité de l’aider – ruse que, faute d’avoir eu sa seconde F1 à l’avant (Bottas), Mercedes n’a pas pu enrayer. A ce jeu, Raïkkonen a joué un rôle décisif.

 Lorsque Ferrari a décidé d’appeler Kimi (alors 2e derrière Lewis) pour son seul changement de pneus (18e tour), la Scuderia a pris au  piège sa rivale allemande : un tour plus tard en effet, Hamilton était appelé à son stand pour « marquer » son adversaire direct. Ce qui offrit la première place à Sebastian Vettel – jusque là sage troisième.

Restait à savoir si l’arrêt de l’Allemand pourrait bénéficier d’heureuses circonstances. Et ce fut bien le cas. Grâce aux deux abandons des infortunées  Haas (Grosjean au 25e tour) qui déclenchèrent la procédure de SC, virtuelle d’abord puis concrète. L’opportunité espérée par Ferrari était là. Vettel eut le temps de changer de pneus avant qu’Hamilton, au ralenti, ne repasse devant les stands. L’Allemand en émergea devant l’Anglais. De justesse sans doute, mais victoire en poche. CQFD !

                                           Johnny RIVES.

Pour mémoire

2017 Grand Prix d'Australie
2016 Grand Prix d'Australie
2015 Grand Prix d'Australie
2014 Grand Prix d'Australie

Johnny Rives F1, Australie 2018 –Résumé vidéo

Grand Prix d'Australie 2018

GP Australie 2018 – Vettel – Ferrari – Vainqueur @DR

TOUJOURS LES TROIS GRANDS

Grand Prix d'Australie 2018

GP Australie 2018 – Départ @DR

Grand Prix d’Australie 2018 – Les trois grands sont donc toujours là. Dans quel ordre ? On a été frappé par l’écart creusé en qualification par Hamilton sur les Ferrari : 6 dixièmes ! A ce niveau de compétition c’est énorme. Exploit probablement dû au pilote plus qu’à sa voiture. Hamilton est un grand artiste toujours capable de tirer la quintessence de sa machine. Le temps n’a pas encore eu de prise sur lui. Ce qu’il avait annoncé avant même les essais : « J’ai toujours faim ! »

En course, l’écart fut moindre puisque, dans le sillage de Vettel, Lewis fut incapable de trouver les ressources qui auraient permis à sa Mercedes de prendre l’avantage sur la Ferrari. Revanche à Bahreïn ? Ce circuit plus conventionnel que celui de Melbourne permettra de se faire des idées plus précises sur les forces en présence.

HAAS MIEUX QUE McLAREN !

Grand Prix d'Australie 2018

GP Australie 2018 – Haas @DR

Là où l’on guettait l’émergence des McLaren « new look » avec leur robe papaye et leur moteur Renault, on a surtout vu les étonnantes Haas de Magnussen et Grosjean. (Voir video fin de course d’Alonso) L’équipe américaine avait laissé entrevoir certains progrès dès les essais préliminaires de Barcelone. Mais à Melbourne elle a fait mieux en les étalant au grand jour, comme la position de ses deux pilotes en troisième ligne au départ l’indiquait sans ambiguïté.

Un bond en avant dû sans doute en grande partie à la synergie unissant Haas à Ferrari, et dont l’apport va bien au-delà de la fourniture de l’ensemble moteur-boîte de vitesses. Ce sont elles désormais, et non plus les Force India, qui emmènent le gros peloton. Déduction à confirmer là aussi sur un circuit plus conventionnel que Melbourne.

Echange de bon procédé, les Force India ont égaré leur belle prestance pour se retrouver en fermeture du peloton. Hélas ces belles promesses affichées par les Haas se sont achevées en queue de poisson, à cause d’une totale faillite des changements de roues, aussi bien pour Magnussen que pour Grosjean. Là aussi Haas devra prendre modèle sur ce que réussit Ferrari en la matière ! ( Voir video du changement de roues )

RENAULT : PRESTATIONS ENCOURAGEANTES.

Grand Prix d'Australie 2018

GP Australie 2018 – Hulkenberg @DR

Au soir du Grand Prix d’Australie 2018, les informations télévisées insistaient sur « l’échec des Français à Melbourne » avec les abandons de Grosjean et Gasly que ne réussissait pas à compenser la 12e place d’Esteban Ocon. C’était faire peu de cas de la bonne prestation d’ensemble des moteurs Renault. Les six ayant figuré au départ se sont tous classés dans les 10 premiers, ce qui n’est pas rien.

Cette performance d’ensemble est relevée par le meilleur tour en course (et record) signé par Ricciardo dont le moteur badgé TAG-Heuer n’est autre qu’un Renault. L’Australien s’est cassé les dents sur la belle résistance que lui a opposée Raïkkonen. Ce qui ne l’a pas empêché de conclure qu’en course « le rythme de ma Red Bull n’avait rien à envier à celui des Ferrari ».

Grand Prix d'Australie 2018

GP Australie 2018 – Verstappen @DR

 Rendez-vous à Bahreïn dans une quinzaine pour confirmer (ou infirmer) les leçons que nous a apportées ce Grand Prix d’Australie 2018 de bon augure.

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

9 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.