F1 : Le billet de Luc Augier – Grand Prix des USA 2013

47942_1359447751680_2924476_n.jpg

Parler de F1 moderne sur Classic COURSES, sacrilège ou égarement ? Cette passion que nous partageons, nous la vivons généralement depuis quelques – dizaines- d’années et la prolongeons, pour nombre d’entre nous, avec la F1 moderne. Le marketing, l’aérodynamique et la sécurité ont pris une place importante, le pilotage demeure néanmoins le facteur clé et la compétition reste l’affrontement d’individus qui se surpassent avec les moyens, tous les moyens, dont ils disposent. Nous avons donc délibérément fait le choix de construire cette passerelle entre présent et passé. Luc Augier a accepté de nous  accompagner dans cette démarche avec un billet d’humeur F1, après chaque Prix.

Classic COURSES

Le public américain, friand de spectacle, d’action et de scénario à rebondissement a-t-il été conquis par  la démonstration de Sebastian Vettel ? La domination du jeune quadruple champion du Monde a été éblouissante. Sa série ininterrompue de neuf victoires depuis la « trêve » de l’été établit un nouveau record dans les annales. Sa maîtrise absolue -pole position, domination de bout en bout et record du tour- rappelle celles de Jim Clark, d’Ayrton Senna ou de Michael Schumacher en leur temps avec, chaque fois, les mêmes ingrédients : une monture supérieure à la concurrence, certes, mais aussi une capacité hors du commun à en tirer le meilleur parti.

Son triomphe des Amériques, Sebastian Vettel en a jeté les fondations en qualification : en retard sur Mark Webber sur les deux premiers secteurs, il n’a pas démissionné et lui a soufflé la pole dans les tout derniers virages. Au départ, il n’a pas spécialement réussi son envol mais a pu néanmoins émerger en tête du premier virage. Dès lors, il avait réussi l’essentiel : faire la course en tête, donc rouler dans un air « calme », sans les perturbations aérodynamiques, pour pouvoir « gérer » ses pneumatiques à sa guise. « Gérer » les pneus, le mot est lâché.

C’est parce qu’il roulait lui aussi dans un air calme, le plus souvent à une demi douzaine de secondes ou plus de la Red Bull, que Romain Grosjean a pu gérer les siens avec une égale maîtrise. C’est parce qu’il fallait « gérer les pneus » que Lewis Hamilton n’a opposé aucune résistance à l’attaque de Mark Webber : son objectif n’était pas de se battre pour la troisième marche du podium mais de conserver des ressources afin de résister à une éventuelle offensive de Fernando Alonso. Battant s’il en est, Hamilton en est à mettre ses ambitions personnelles en sourdine pour préserver les intérêts de Mercedes face à Ferrari dans le championnat constructeur ! C’est parce que ses pneus se sont trop dégradés dans le sillage perturbé de la Lotus que Mark Webber a dû renoncer à la « chasse au Grosjean » après deux tentatives de rapprochement infructueuses. C’est parce qu’il n’est jamais arrivé à trouver la bonne « fenêtre de fonctionnement » de ses pneus en même temps pour le train avant et le train arrière de sa Mercedes que Nico Rosberg s’est relégué en douzième position sur la grille de départ, à sept places de son coéquipier Lewis Hamilton. Chez Ferrari, même déconvenue pour Felipe Massa par rapport à Fernando Alonso. Avec, pour tous les deux, la perspective d’une course galère et l’impossibilité de se dégager du peloton sous peine de massacrer ses pneus ! A l’inverse, par quel miracle Valtteri Bottas avait il pu hisser sa Williams en neuvième position, se créant ainsi l’occasion de prouver ce dont il était capable en course ?

C’est en changeant de pneus et en ravitaillant à mi course que Juan Manuel Fangio a remporté sa plus mémorable -et dernière- victoire sur le Nürburgring en 1957. C’est avec le même train de pneus « bien rodé » que Jim Cark gagna plusieurs Grand Prix de rang en 1963. C’est parce qu’il avait l’art de gérer ses pneus qu’Alain Prost imposa souvent sa loi. Le paramètre a donc toujours fait partie de l’histoire de la Formule 1. En revanche, ce qui est nouveau et préoccupant, c’est qu’il contraint aujourd’hui les pilotes à s’auto limiter dans un exercice censé être avant tout un sprint de 90 minutes et non une épreuve d’endurance. A cet égard, le Grand Prix des Amériques aura été caricatural et il n’est pas acquis que le public ait apprécié.

 

Luc AUGIER

Photo@ Guy Le Page
www.le-page.net

10 pensées sur “F1 : Le billet de Luc Augier – Grand Prix des USA 2013

  • La bonne solution, à tout points de vue, serait d’imposer un seul train de pneus pour les qualifs et la course. Des pneus en bois, qui durent et qui glissent, sans avoir à faire ni tactique ni gestion. Spectacle et vraie course assurés, le rêve.

    Répondre
  • Sur la photo, Luc Augier à droite avec les lunettes noires, brassard IRPA à la ceinture 😉

    Répondre
  • Je retrouve avec un infini plaisir l’art de la synthèse de Luc Augier, qui a longtemps fait merveille sur le papier comme sur les ondes. Et qui a toujours appelé un chat un chat ! C’est une plume en or massif.

    Répondre
  • J’ai toujours apprécié les commentaires de Luc Augier à chaud qui synthétisait avec précision les essais et le déroulement d’une course.Les pneus jouent un rôle déstabilisateur.Schumacher lors de son retour a élevé la voix mais il ne fut pas soutenu.A une époque plusieurs manufacturiers cohabitaient et les monoplaces moins performantes chaussées de Pirelli sur certaines courses devenaient dominatrices pour rentrer dans le rang la course suivante.D’un autre point de vue des gommes pour toute la course est une solution séduisante mais il faudra également gérer l’usure et ne pas tomber dans l’endurance.L’avis de Pierre Dupasquier serait intéressant!

    Répondre
  • Les pneus en bois entraînent une réduction des performances, donc on peut augmenter la largeur des pneus pour rendre une « gueule » aux F1, ce qui détruit leur maître couple et entraîne une réduction des performances aérodynamiques, donc on doit augmenter la puissance des moteurs ce qui diminue leur fiabilité : l’amorce d’un nouveau cycle dans lequel je retrouverais une F1 que j’ai bien aimée…

    Répondre
  • Lire ou entendre Luc AUGIER est toujours un grand plaisir !

    Répondre
  • Ce doit être cela, « all flats out »…

    Répondre
  • Ping :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.