La vie en bleu

On le savait depuis des lustres que « c’était » dans les tuyaux. Quarante ans après le bouquin de Jean-François Hallé (La mort dans mon contrat), un livre devait enfin paraître, écrit par des proches. On avait peur d’être déçu, comme on put l’être lors de récentes parutions tant attendues. Autant le dire tout de suite : c’est magnifique !

françois cevert,jacqueline beltoise - cevert,jean pierre beltoise,johnny rives,jacky stewart,jean claude killy,johnny servoz-gavin,michel croullebois,autodream,editions de l'autodrome,dominique pascal

C’est un « vrai » livre comme on les aime, avec un texte soigné et complet, agrémenté de belles photos parfaitement mises en page. Le concept même de l’ouvrage sort des sentiers battus de la traditionnelle biographie : mélanger l’intime à la rigueur historique. Pour cela, il n’y avait qu’une solution : confier la tâche à des proches.

Dominique Pascal – le directeur éditorial des Editions de L’Autodrome – songeait depuis très longtemps à celle qui partagea la vie de ce frère adoré, avec ses blagues de gamin, sa fierté de compétiteur, ses doutes également.françois cevert,jacqueline beltoise - cevert,jean pierre beltoise,johnny rives,jacky stewart,jean claude killy,johnny servoz-gavin,michel croullebois,autodream,editions de l'autodrome,dominique pascal Jacqueline Beltoise refusa pourtant à plusieurs reprises : « Je ne pouvais tout simplement pas. C’était trop douloureux. Dominique Pascal me relançait souvent, en me disant : « ne t’inquiète pas, on t’aidera », mais je ne me suis résolue à dire oui qu’en 2012. Et ça a été dur malgré tout, il m’a fallu un an pour le faire ». Elle accepta de ressortir des malles remisées au fond d’un grenier tous les souvenirs qui faisaient partie du personnage de François : sa licence de pilotage, son permis de conduire tout re-scotché, une bague, un écusson, ou son attaché-case ramené à la famille par Manou Zurini au lendemain de ce foutu 6 octobre 1973. L’objet fut immédiatement jeté dans la pénombre des objets à oublier et – chose incroyable – ce n’est qu’à l’occasion de la réalisation de ce livre qu’il fut ouvert. Quarante ans après !

A l’émotion, il fallait allier le professionnalisme pour faire de cette entreprise une œuvre de référence. « Je connaissais Johnny [Rives, NDL] depuis 1966 ou 67, nous rappelle Jacqueline. C’était un très bon ami de Jean-Pierre de surcroît. Et quand j’ai accepté de participer à ce livre, j’ai tout de suite dit que je n’étais pas écrivaine, que ce n’était pas mon métier.françois cevert,jacqueline beltoise - cevert,jean pierre beltoise,johnny rives,jacky stewart,jean claude killy,johnny servoz-gavin,michel croullebois,autodream,editions de l'autodrome,dominique pascal Johnny était naturellement fait pour ce travail. Il connaissait parfaitement la carrière de François et je lui ai raconté tout ce qu’il ignorait de François avant son accession à la célébrité, notre vie à nous. Et il a très bien retranscrit tout cela ». Journaliste à L’Equipe depuis six ans, Johnny Rives était présent sur le circuit de Magny-Cours lors de cette pluvieuse journée d’octobre 1966 qui devait décider de l’attribution du Volant Shell entre les sept finalistes. Le style du beau brun au casque Cromwell l’a-t-il impressionné ce jour-là ? « Le volant Shell, c’était très simple, se souvient Johnny : on avait beau te dire qu’il fallait soigner le style, le pilotage, tout le monde savait bien que seul le chrono était décisif. Et ce jour-là, il était pour François. Point ».

françois cevert,jacqueline beltoise - cevert,jean pierre beltoise,johnny rives,jacky stewart,jean claude killy,johnny servoz-gavin,michel croullebois,autodream,editions de l'autodrome,dominique pascalInfatigable reporter sur tous les circuits du monde, Rives va suivre attentivement cet apprenti-pilote qui tente de se frayer un chemin vers la gloire au milieu des pelotons tumultueux des formules de promotion. Tout en se gardant de conclusions trop hâtives : « Je m’abstiens toujours de porter un jugement définitif sur un type qui évolue dans des formules de promotion. C’est très difficile de savoir ce que va devenir un pilote qui marche bien dans des petites formules. Il faut beaucoup se méfier des pilotes en formation parce qu’ils peuvent ne pas confirmer par la suite, et c’est arrivé souvent. Mais quand il a débarqué en F1 chez Tyrrell, il était par contre certain que François n’allait pas laisser passer sa chance. Servoz-Gavin, qu’il avait remplacé, était un joyeux drille un peu inconstant. François, on voyait qu’il allait attaquer ça avec cœur et faire son travail avec beaucoup de sérieux. C’était la grosse différence entre l’un et l’autre ».

Au travers de magnifiques photos légendées par Jacqueline – aidée par Michel Croullebois de Autodream – toute la vie de François Cevert défile devant nos yeux à la vitesse de sa Merlyn, de sa Tecno ou de sa Tyrrell. Sans oublier bien entendu les protos Matra ! Clichés couleur ou noir & blanc capturés par les grands photographes de l’époque, précis et élégants, mais aussi clichés faits au polaroïd ou à l’instamatic par Jacqueline, la famille ou les copains, kitsch et émouvants. Des photos connues mais aussi beaucoup d’inédites. Comme celles prises par François lui-même du couple Stewart dans l’insouciance des vacances aux Bermudes entre les Grands Prix du Canada et des Etats-Unis 1973 !

françois cevert,jacqueline beltoise - cevert,jean pierre beltoise,johnny rives,jacky stewart,jean claude killy,johnny servoz-gavin,michel croullebois,autodream,editions de l'autodrome,dominique pascal

La vision croisée de Jacqueline et Johnny nous offre le portrait sensible de l’homme qui irradiait dans n’importe quel environnement et du pilote à qui il ne restait plus qu’à gravir les dernières marches de la gloire. Ajoutez à cela deux préfaces de Jackie Stewart et de Jean-Claude Killy qui parlent avec émotion de leur ami disparu, et vous obtenez une biographie au plus que parfait qu’on consultera régulièrement pour se replonger avec délice dans cette destinée exceptionnelle. 

Pierre Ménard

 

François Cevert, par Jacqueline Cevert-Beltoise & Johnny Rives – Editions de L’Autodrome, 208 pages, 39,00 €

 

Crédits photographiques :

Jacqueline Beltoise & Johnny Rives © Pierre Ménard

Couverture, attaché-case & USA 1973 © Editions de L’Autodrome

Johnny Rives

Johnny Rives entre au journal l'Équipe en juin 1960 pour y devenir le spécialiste des sports automobiles. Il commenta les grands-prix de Formule 1 sur TF1 avec Jean-Louis Moncet, Alain Prost, et Pierre van Vliet de 1994 à 1996. Johnny Rives a encouragé le démarrage de Classic COURSES auquel il collabore depuis le début.

Johnny Rives has 169 posts and counting. See all posts by Johnny Rives

11 pensées sur “La vie en bleu

  • Une douloureuse mais belle initiative des proches de François Cevert, il y a des destins qui ne meurent jamais…

    Répondre
  • Ne parlons pas ici de la qualité des textes de Johnny, les lecteurs de Classic Courses la connaissent depuis 50 ans. Les derniers septiques, s’il y en avait et les très jeunes qui n’auraient jamais lu l’Equipe, devront au minimum se pencher sur le chapitre – Son Dernier Virage- . Dans ce chapitre Johnny Rives relate la journée du 6 octobre. Il s’en dégage une force, une totale sincérité dans l’émotion, un crescendo dramatique sans aucune scorie sordide. Le style est simplement admirable.

    Répondre
  • C’est un immense bonheur pour moi d’avoir contribué très modestement à ce livre magnifique, qui était vraiment attendu des fans de François qui sont encore très nombreux 40 ans plus tard. Un grand merci à mon Amie Jacqueline et à Johnny.

    Répondre
  • Oui un immense merci pour ce remarquable ouvrage ;

    Répondre
  • Hermès…et là le temps s’arrête.

    Répondre
  • A notér que sur le net, j’ai trouvé 2 photos dont une de jody scheckter devant l’epave de la tyrrell, et une de Stewart et de 2 autres pilotes passant juste devant l’accident qui venait de se produire….Je ne sais si ces clichés sont connus mais personnellement elle m’ont atterré devant la violence de cet accident et par l’emotion suscité par cette tragedie.

    Répondre
  • Merci Pierre Ménard d’avoir aimé ce récit composé à quatre mains et qui nous a valu (coûté?) de fortes émotions à Jacqueline et à moi-même…

    Répondre
  • JB+JR réunis. Bravo. Fred a. Prysquel.

    Répondre
  • Car, on n’oublie pas le Champion, l’immense pilote.

    Répondre
  • comment confirmer l’appartenance d’une combinaison cuir rouge et blanche avec traces de couture du nom dans le dos a François cevert Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.