Jim Wallace, in the Shelby business since 1966

Jim Wallace a passé sa vie au service de Caroll Shelby et des productions du célèbre texan. Basé à Las Vegas, au plus près de l’usine qui fabrique ces voitures de légende, Jim est en charge de la coordination de la production export. Notamment vers « Gentleman Car » la société belge qui en assure la distribution pour le Bénélux, Monaco et la France.

Classic COURSES

IMG_2083.jpg

Merci Jim de nous accueillir sur ce stand magnifique : une caravane streamliner, trois AC Cobra… ; un rêve… Pouvez-vous vous présenter et nous expliquer vos relations avec Caroll Shelby ?

GThistorical_02.jpgMon nom est Jim Wallace et j’ai rencontré Caroll Shelby pour la première fois en 1965. A cette époque je courrais sur une MGB et Caroll Shelby était le distributeur des pneus de compétition Good Year pour l’ouest des Etats-Unis. J’étais toujours dans son atelier pour récupérer des pneus pour ma MG. J’étais étudiant et n’avais pas beaucoup de moyens, alors je cherchais plutôt des pneus usagés qui avaient le mérite d’être gratuits. Mais après une petite année de ce régime, le responsable des pneus me dit qu’il était temps pour moi de leur renvoyer l’ascenseur. Donc je suis allé au Mans avec eux en 1966, gratuitement … je veux dire que j’ai travaillé gratuitement ET que ça ne m’a rien couté !

C’était la grande année pour Ford au Mans ?

Oui, c’était avec les GT 40 et nous avons fini 1, 2, 3 cette année là. ( Amon / McLaren, Miles / Hulme et Bucknum / Hutcherson). J’étais en charge des pneus. Un grand souvenir.

Ensuite j’ai couru sur Shelby 350 GT (Base Mustang) jusqu’en 1972, toujours sur cette voiture et seulement aux USA. Dans les années 80 j’ai couru en Imsa sur une Chevrolet Camaro construite par un ancien mécanicien de Caroll Shelby. Je lui avais racheté la voiture. 

Shel 8.jpg

Mais la Camaro était construite par GM, non par Ford ; un grand changement pour vous !

Oui effectivement et je n’ai finalement pas couru très longtemps avec cette voiture. Mon cœur penchait plutôt du côté des productions de Shelby et j’ai laissé la Camaro pour une Cobra 289.

Quelles étaient alors vos activités professionnelles ?

J’ai eu assez longtemps mon propre atelier mécanique et ensuite j’ai eu ma propre concession à Reno, dans le Nevada et après deux années j’étais le principal concessionnaire pour Shelby aux Usa. Caroll Shelby m’a alors appelé pour déjeuner avec lui à Las Vegas et il m’a proposé de devenir le responsable international des ventes pour lui.

cobra2%20copy.jpg

 A cette époque quels modèles commercialisiez vous ?

Nous avions uniquement la Cobra 427. Puis sont arrivées ensuite la 289 FIA et à la fin la 289 normale.

Et maintenant quelles sont vos activités ?

Maintenant je suis consultant aux Usa pour Gentleman cars, la société belge, je m’occupe de toute la logistique pour obtenir les voitures finies et immatriculées aux Usa avant leur export vers l’Europe.

 

IMG_2081.jpg

Malheureusement Caroll Shelby nous a quitté l’an passé. Cela impacte – t – il l’avenir des Shelby Cobras ?

Non, l’usine est à Las Vegas. Caroll s’était organisé. Il ne voulait aucun changement sur ses voitures, nous enjoignant de construire les voitures au plus haut niveau de qualité possible, dans l’esprit et la forme qui avaient prévalu au cours des années 60.

Qui est en charge de la société aujourd’hui ?

John Luft est le Président de Shelby America à Las Vegas et il supervise l’ensemble de la société qui produit les AC Cobra 427, 289 Fia et 289 ainsi que les coupés Daytona et la GT 40. Parallèlement il y a bien sûr les modèles spéciaux de chez Ford (Mustang Shelby 500 notamment) qui sont commercialisés par leur réseau de 2300 concessionnaires aux Usa. Shelby America est une société par actions cotée en bourse. Le capital non flottant est détenu par la famille Shelby.

Merci Jim pour ces informations. Quels sont vos projets pour le futur proche, je suis certain que le meilleur est à venir !?

Nous avons actuellement ces trois modèles disponibles ( les Cobra ) et nos temps de livraison se réduisent.  Ceux – ci se sont allongés de façon tout à fait exceptionnelle lorsque nous avons lancé la série des 50 voitures commémoratives du 50eanniversaire. Mais tout est retourné à la normale depuis.

IMG_2082.jpg

Combien de voitures produisez-vous et où les vendez-vous ?

Nous produisons environ 200 voitures par an, tous modèles confondus et nous les vendons dans le monde entier. Le marché américain représente environ 60 / 65% et le reste est vendu en Europe, Australie et Japon. Elles bénéficient bien sûr d’une garantie, mais vous savez elles sont construites depuis les années 60 et sont extrêmement fiables.

 

Propos recueillis et traduits par Olivier Rogar

 

Crédits photos :

1  Jim Wallace sur le stand American Car  @  Jean-Luc de Krahe
2  Arrivée 24 heures du Mans 1966 @ DR
3  Le Mans Classic 2006, Jim 4e à partir de la gauche @ DR
4  Tahoe Shelby Cobra @ Jim Wallace
5  Jim Wallace à bord Shelby 289 @ Jean-Luc de Krahe
6 Jim Wallace avec David Halliday @ Jean-Luc de Krahe
 
Site Gentleman car
 
 

Olivier Rogar

« D’aussi loin que je me souvienne l’automobile m’a passionné. Les cartes postales de tacots, les goûters au Pub Renault avec ma tante puis la course de côte de Saint Antonin à Aix en Provence et enfin le Grand Prix de France au Paul Ricard m’ont fait passer d’Auto-Poche et l’Automobile à Sport-Auto, Auto-Hebdo, et – surtout – l’Equipe. Fascination pour les protos du Mans d’abord. Puis pour les F1 lors de cette incroyable saison 1976. Monde aussi inaccessible que fascinant que j’ai fini par tangenter en 1979-80 au Paul-Ricard puis en Angleterre. Les quelques photos que j’y avais commises et cette passion inextinguible m’ont amené à collaborer avec l’excellent « Mémoires des Stands » puis, à sa disparition, en 2012, à créer Classic COURSES avec l’aide et les encouragements de Pierre Ménard et Johnny Rives. L’esprit d’entreprise qui m’habite trouve dans le sport automobile les valeurs de précision, de prise de risques, de rapidité à prendre des décisions dont la maîtrise conditionne toute réussite. »

Olivier Rogar has 126 posts and counting. Tous les articles de Olivier Rogar

Olivier Rogar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *