10 mai 2016

Classic Days 2016 – Carte postale

Comme vous le savez, Classic COURSES a pour vocation  de parler du sport automobile que nous avons aimé, que nous aimons et de son actualité souvent historique. Comme les auteurs habituels sont déjà bien occupés, nous cherchons des correspondants. Centre France, Ouest, Nord. Et – pourquoi pas –  tous les pays dans lesquels il se passe quelque chose d’intéressant autour de la voiture ancienne. L’objet n’est pas de produire des articles de fond, même s’ils sont les bienvenus, mais de transmettre ce qu’on appellera une « Carte postale » composée de quelques photos et d’un texte concis. C’est François Béquignat, lecteur régulier de ce site qui s’y est collé pour cette première.  Bravo à lui.

Classic COURSES

En ce 1er mai 2016 me voilà parti à 7 heures  du matin de Montreuil Besllay direction le circuit de Magny-Cours. Arrivé à 10h30 sous un soleil radieux,  je constate l’affluence importante de gens venus des quatre coins de France et sans doute d’ailleurs. J’ai toujours un petit pincement au coeur en arrivant sur ces circuits chargés d’histoire. Ils représentent l’un des berceaux du sport automobile français. Surtout pour ceux qui ont connu, comme moi,  l’ancien circuit Jean Behra en prenant des cours de pilotage à l’école Winfield.

Déambulant dans les stands ouverts et accessibles, on reconnait quelques célébrités : Michel Tétu ex-Ligier, Pierre-François Rousselot qui fut un pilote talentueux en Endurance et F3, Jean-Paul Renvoizé, Patrice Vatan,  le créateur de Mémoire des stands,  accompagné de Pascal Bisson et Jean Luc Jerbillet qui me convieront à me joindre à leur groupe pour des agapes pleines d’anecdotes. On est tout de suite dans l’ambiance.

Mais si on parlait de ces splendides autos de course, jugez plutôt, en passant d’un box à l’autre,on aperçoit des Lola T70 avec leur énorme V8 Chevrolet. Quand elles démarrent le sol se met à trembler…Bousculade devant cette Inaltera de 1976 sous la houlette d’un certain Jean Ragnotti  souriant et qui n’a rien perdu de sa vélocité légendaire. Monoplace MEP de 1971. Proto Grac.

13138961_270910336581849_4582310442749812027_n

12524180_270039890002227_3421762647277286210_n

13082573_270340503305499_5835548929351073169_n

Autodiva représentée par Nadine Gamand toujours aussi affable. Gérard Gamand est quelques boxes plus loin,  sa magnifique Pygmée F2 de 1972 l’attend, elle est rutilante. Le rituel peut commencer. Le pilote se glisse dans le baquet. Son mécano l’aide à se sangler. Casqué, il est déjà dans sa bulle. Il fait le vide. Respect pour ce pouvoir de concentration extraordinaire. Juste à côté l’Elina de Jean-Pierre Beltoise, Formule France de 1969, est là, immobile. On remarque le petit autocollant « Mille Miles » sur son museau. Le nom de son garage à Montlhéry dans les années 70.

13091907_270340843305465_904897639211598263_n

Une 905 spider s’apprête à démarrer. Enfin une Simtek f1 de 1995 nous rappelle que la veille,  22 ans jour pour jour,  Roland Ratzenberger perdait la vie à Imola au volant d’une voiture de la même marque. Tragique week – end auquel on ne peut s’empêcher de penser.

13124420_270340959972120_9175733134502216886_n

Mais revenons a nos pépites, une Lola F3000 ex-Michel Trollé va s’élancer. Elle est de 1987. Tout comme la Lola LC 87 ex-Philippe Alliot, motorisée par un Cosworth DFZ. A ma grande stupéfaction j’aperçois derrière les stands le camion Matra des grandes heures. On peut y lire les noms de Johnny Servoz-Gavin, et de François Cevert.  Je crois rêver. Je sais déjà que ce soir en repartant,  le retour à la vie normale va être rude !

13083162_270343143305235_3692808611925388122_n

13083294_270342879971928_4702967756128822685_n

13133325_270909539915262_4051099710752557185_n

13087808_270909756581907_1485108931596587881_n

François Béquignat

Photos © François Béquignat

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Visitez notre boutique en ligne :

Johnny Rives

Johnny Rives : Une passion terrible, la vitesse

29,00
Johnny Rives

Une passion terrible, la vitesse

Johnny Rives nous livre ses souvenirs de course et partage avec nous les moments forts et les rencontres de quatre décennies passées au bord des pistes. On l'attendait depuis longtemps. Edité par Classic-Courses, Coco-B-Editions et Jamval Editions ce livre de 256 pages, préfacé par Henri Pescarolo contient 165 photos couleurs et noir et blanc.

François Mazet, Mes vies à toute vitesse

24,00
Au début des années 1970 François Mazet était considéré comme l'un des principaux espoirs de la F1 française. Champion de France de F3 1969, il accédait à la discipline reine du sport automobile lors du GP de France 1971 avant de voir sa progression contrariée par la crise pétrolière. Trop vite achevée en 1973, sa carrière s'ouvrait dès lors sur d'autres défis riches d'incroyables rencontres et de paris insensés. La trajectoire de François Mazet est plurielle, tout comme sa vie. Du swinging London des années 1960 à la Citronneraie de Menton, en passant par les paddocks de F1, c'est à un incroyable voyage que ce livre nous convie.    
François Mazet

F2 Pau 1970 - Qualifié en 1e ligne entre Jack Brabham et Jochen Rindt © Archives personnelles François Mazet

Vos commentaires les plus récents :

D’autres articles à découvrir :

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Contribuez à Classic-Courses

Pour raconter l’histoire de la course automobile, il nous faut du temps, de la documentation, des photos, des films, des contributeurs de tous âges et des geeks qui tournent comme des F1 !

Nous soutenir

Pour que notre aventure demeure bénévole et collaborative et que nous puissions continuer à écrire nos articles au gré de nos envies, en toute indépendance.