GP des USA 2019 par Johnny Rives

LEWIS, TRAJECTOIRE PARFAITE

 Son sixième titre de champion du monde, Lewis Hamilton l’a décroché au terme d’une saison quasi parfaite. Il est le seul à avoir marqué des points dans les 19 épreuves disputées jusqu’ici. Son pire faux pas, il l’a commis au GP d’Allemagne. Qu’une succession d’averses avait affreusement compliqué. Lewis y avait procédé à rien moins que six changements de pneus – assortis d’une pénalité pour être entré à la hussarde dans les stands.

Ce qui ne l’avait pas empêché d’entrer dans les points (9e) alors que son adversaire le plus constant et le plus redoutable de la saison, son équipier Vallteri Bottas, connaissait les affres de la sortie de route.

Voilà donc Hamilton, avec six titre de champion du monde, placé dans l’Histoire entre Michael Schumacher (7 titres) et Juan Manuel Fangio (5). Excusez du peu !

Johnny Rives.

Vous pourriez aussi aimer

2018 GP des USA par Johnny Rives
2017 GP des USA par Johnny Rives
2016 GP des USA par Johnny Rives
2015 GP des USA par Johnny Rives
2014 GP des USA par Johnny Rives
2013 GP des USA par Luc Augier

Le résumé du GP des USA 2019 avec f1.com

https://www.formula1.com/en/video/2019/11/RACE_HIGHLIGHTS__2019_United_States_Grand_Prix.html

LES EPOQUES DE LA F1 SE REJOIGNENT-ELLES ?

Lewis Hamilton 2008 WC
Lewis Hamilton 2008 WC @ DR

 Quand on écrit qu’Hamilton devance désormais Fangio, on hésite à aller trop loin dans les comparaisons. Car comment imaginer Fangio, le grand, l’inégalable, mais le corpulent Fangio, au volant d’une F1 d’aujourd’hui ? Certes l’inverse serait possible, Hamilton à bord d’une Mercedes W196 ou d’une Maserati 250F.

Car dans les années 1950, certains adversaires de Fangio présentaient des silhouettes aussi sveltes qu’Hamilton aujourd’hui – Stirling Moss ou  Peter Collins, pour s’en tenir à deux Britanniques. Alors amusons nous à effacer le temps s’étant écoulé depuis grâce aux duels les plus fameux de l’Histoire de la F1.

Fangio
Fangio @DR

MOSS, CLARK, STEWART.

Lewis hamilton
Lewis Hamilton 2014 WC @ DR

 Dans les années 1950, l’adversaire le plus opiniâtre de Fangio fut donc Stirling Moss – surnommé à l’époque le champion sans couronne. Ce que reflète notamment le résultat du GP de Pescara 1957 – 1.Moss (Vanwall), 2.Fangio (Maserati) – juste avant que Fangio ne coiffe son cinquième titre. Ce Stirling Moss pour qui on envisageait dès 1961 la vive concurrence d’un pilote d’exception, Jim Clark.

Lewis Hamilton
Lewis Hamilton 2015 WC @ DR

L’accident de Moss à Goodwood en avril 1962 annihila cette prévision. Peu après, Clark trouvait en son compatriote écossais Jackie Stewart une réplique quasi exacte – silhouette et style de pilotage. Comme le souligna le GP de France 1965 sur le circuit de Charade (1.Clark, 2. Stewart, loin devant deux autres champions du monde, Surtees et G.Hill).

Stirling Moss
Stirling Moss @DR
Jim Clark - Jackie Stewart
Jim Clark – Jackie Stewart @ DR

LAUDA, PROST, SENNA

Lewis Hamilton
Lewis Hamilton 2017 WC @ DR

 La rivalité de Stewart avec Emerson Fittipaldi au début des années 1970 mobilisa l’attention, comme le reflète le résultat du GP de Monaco 1973 (1.Stewart, 2. Fittipaldi à 1’’3). Le même Fittipaldi contre qui Niki Lauda dut lutter avec ardeur comme en témoigne le GP de Belgique 1974 (1.Fittipaldi, 2. Lauda à 0’’35).

Lewis Hamilton
Lewis Hamilton 2018 WC @ DR

Ce Lauda qui nous amène immanquablement à Alain Prost qu’il ne devança que d’un demi point au championnat 1984. Prost, le premier champion du monde français qui réussit même à se hisser presque au niveau de Fangio avec quatre titres. Avant d’avoir fort à faire face à Michael Schumacher (Canada 1993 : 1.Prost, 2.Schumi ; Portugal 1993 :1.Schumi, 2.Prost).

Lequel Schumacher n’eut finalement pas à rivaliser avec Ayrton Senna, tragiquement stoppé dans son parcours digne des plus grands le 1er mai 1994 à Imola.

Niki Lauda - Alain Prost
Niki Lauda – Alain Prost @DR
Alain Prost - Ayrton Senna
Alain Prost – Ayrton Senna @DR

SCHUMACHER, ALONSO, HAMILTON

Lewis Hamilton 2019 WC
Lewis Hamilton 2019 WC @ DR

 L’Allemand, recordman absolu en titres de champion (1994, 1995, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004) finit par être joliment confronté à Fernando Alonso. Dont la Renault triompha de sa Ferrari au championnat 2005.

Lequel Alonso affronta Lewis Hamilton dès 2007 dans un mémorable duel fratricide qui permit à Raïkkonen (Ferrari) de triompher de leurs deux McLaren d’un tout petit point pour le titre suprême. Après quoi Lewis savoura de belles revanches – six au total, donc !

 Ainsi, de Fangio à Hamilton, la boucle est bouclée. D’un rival à l’autre, ils ont fini par se rejoindre dans les méandres de l’Histoire. Une belle théorie qui ne vaut, on vous l’accorde, que ce que chacun voudra bien y trouver.

Hamilton - Vettel - Schumacher - Alonso
Hamilton – Vettel – Schumacher – Alonso @ DR

 RICCIARDO DEVANT LES McLAREN

 Les performances de qualité n’ont pas manqué dans ce GP des Etats-Unis. En premier lieu celle de Valtteri Bottas, déterminé à battre Hamilton pour montrer à tous qu’il est bien mieux qu’un faire-valoir vis-à-vis de son champion du monde d’équipier.

GP des USA 2019
GP des USA 2019 – Daniel Riccviardo – Renault @ DR

Egalement celle de Verstappen, dont la Red Bull n’est pas tout à fait aussi performante qu’il l’espérait. Mais qui a pourtant réussi à finir sur les talons d’Hamilton. Et aussi celle de Daniel Ricciardo qui est parvenu, à moteur égal, à devancer les McLaren qui passent pour être meilleures que les Renault.

L’équipe française a hissé ses deux voitures dans les points grâce à Hulkenberg, 9e. Cette prestation d’ensemble sera-t-elle suffisante pour éviter tout risque de renoncement à la F1 que l’on prête à la nouvelle direction ? On veut le croire…

COTE D’AMOUR ET.. DE DÉSAMOUR !

A Austin, nous avons aimé :

*** Hamilton - Bottas - Verstappen - Mercedes
**  Ricciardo - Norris - Renault
*   Leclerc - Sainz - Hulkenberg 

A Austin, nous avons moins aimé :

°   Ferrari - Haas          

Classement « Classic Courses » après le GP des USA 2019 :

Nous avons aimé :

35 *  Lewis Hamilton 
28 *  Bottas
24 *  Leclerc
23 *  Verstappen
20 *  Vettel
12 *  Albon - Mercedes
11 *  Sainz
10 *  Ricciardo
 9 *  Norris 
 6 *  Honda - Hulkenberg
 5 *  Giovinazzi - Perez - Renault
 4 *  Kvyat 
 3 *  Ferrari - Red Bull - La pluie  - McLaren 
 2 *  Stroll 
 1 *  Circuit Gilles Villeneuve - Raikkonen - Alfa Romeo - Grosjean - Kubiça - L'ambiance de Monza - Gasly

Nous avons moins aimé :

-10 ° Ferrari
- 9 ° Renault 
- 8 ° Règlement sportif  - Haas
- 7 ° Vettel 
- 6 ° Kvyat 
- 4 ° Stroll - Ricciardo
- 3 ° Albon - La mensuétude des Commissaires ( Suite accident Gasly - Albon) - Perez
- 2 ° Giovinazzi - La sévérité du déclassement des Alfa - McLaren
- 1 ° Le circuit de Melbourne - Grosjean - Alfa-Romeo - La safety car - Magnussen - Le circuit de Singapour - Raikkonen - Honda - Leclerc - Sainz

Johnny Rives

Johnny Rives entre au journal l'Équipe en juin 1960 pour y devenir le spécialiste des sports automobiles. Il commenta les grands-prix de Formule 1 sur TF1 avec Jean-Louis Moncet, Alain Prost, et Pierre van Vliet de 1994 à 1996. Johnny Rives a encouragé le démarrage de Classic COURSES auquel il collabore depuis le début.

Johnny Rives has 167 posts and counting. See all posts by Johnny Rives

5 pensées sur “GP des USA 2019 par Johnny Rives

  • Quand on parle de corpulence en faisant référence aux années cinquante, on parle d’un temps où le mot « diététique » n’existait pas en sport automobile. Comme au rugby, d’ailleurs. On avait droit à des Froilan Gonzalez, des Peter Whitehead, ou des Fangio donc qui ne se privaient pas d’un bon gueuleton quand il se proposait. Et que dire de Mike Hawthorn qui avait dû laisser le volant de sa Ferrari à Castellotti lors du GP de Grande Bretagne 1954 parce qu’il avait un peu trop forcé sur la pression d’un pub de Silverstone la veille au soir ! les pilotes des années soixante faisaient un peu plus attention, mais c’est – encore une fois – Jackie Stewart qui édicta des règles strictes en matière de diététique à suivre si on voulait être un pilote compétitif.

    Répondre
  • Que retenir de ce GP ?
    Pour moi , le meme chiffre que pour les autres GP , à savoir l’écart ridicule et Kolossal entre les temps de Q3 et ceux en course : ici dans les 6 à 7 secondes soit la fameuse barre des 107 % qui en théorie exclut lors des qualifs . F1 ridiculisée .

    Répondre
    • Plutôt de votre avis Richard Jégo. Tout est lié aux pneus. Comme évoqué lors du gp du Mexique, imposez deux manufacturiers de pneus et obligez les équipes à se fournir chez les deux à la fois avec les quotas actuels et je vous fais le pari que les temps tomberont en course.

      Répondre
  • Vettel sera-t-il celui dont la domination de la machine fut si outrageuse que son nom ne sera pas retenu malgré ses quatre titres ?

    Répondre
    • Bonjour M.Rogar ;
      Pas pour moi . S’il fallait retenir des pilotes dont la machine était si supérieure aux autres , je nommerai plutot : Andretti et sa Lotus en 1978 , Mansell et sa Williams en 92 , Button et sa Brawn en 2009 , Fangio et sa Mercedes dans les fifties ; et bien sur HAMILTON pour 5 de ses 6 titres depuis 2014 !
      Quant à Vettel , il a du battre son coéquipier qui ne fut pas loin de gagner une année ( mais VETTEL fut plus retors , signe des grands champions !) et aurait pu perdre aussi face à ALONSO si le  » stratège  » FERRARI ne s’était pas planté ( et oui déjà ).
      Ce qui n’ote rien aux immenses qualités de ces pilotes .

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.