Matra, 1000 km de Paris 1969

Ils sont venus, ils sont tous là, dès qu’ils ont entendu ce cri, elle a gagné la Matra !
Comme des insectes sociaux ils ont uni leurs efforts pour la faire triompher, ils s’assemblent d’instinct en une pyramide idéale aux lignes de force convergeant vers un point focal, un big bang duquel jaillit toute l’épopée Matra, Jean-Pierre Beltoise.

Patrice Vatan

Rouge Matra

Matra
1000 km de Paris 1969 – Départ pour 587 km. Les deux Porsche 908 spyders de Gregory-Brostrom et Van Lennep-Hezemans, plus légères, ont signé la première ligne @ @ Matra, toute l’histoire, toutes les courses, Dominique Vincent, Ed. L’Autodrome

Ils sont venus, ils sont tous là, dès qu’ils ont entendu ce cri, elle a gagné la Matra !
Comme des insectes sociaux ils ont uni leurs efforts pour la faire triompher, ils s’assemblent d’instinct en une pyramide idéale aux lignes de force convergeant vers un point focal, un big bang duquel jaillit toute l’épopée Matra, Jean-Pierre Beltoise.

On a passé à Jean-Pierre Beltoise un kil de rouge qu’il tête goulûment, la gouaille éclairant son visage creusé par l’effort. Pas d’eau ni le champagne traditionnel, non, du pinard pour le gosse de Montlhéry, le fils du boucher parigot. En voilà une que ce foutu Amerloque de Masten Gregory ne boira pas.

Masten Gregory

Matra
1000 km de Paris 1969 – 2e tour. Masten Gregory tasse Jean-Pierre, en tête, sur les bottes de paille. Il repartira en 8e position @ @ Matra, toute l’histoire, toutes les courses, Dominique Vincent, Ed. L’Autodrome

Débouchant en tête à la sortie de l’anneau au deuxième tour, Jean-Pierre Beltoise était tassé contre les bottes de paille par Gregory dans sa roue, dont la Porsche 908, plus légère, freinant mieux, avait signé la pole position.
Hors de lui, humilié devant son cher public parisien, il repartait en 8e position, cravachant MS 650/01 en un long sifflement harmonique qui s’étirait tout au long de la ligne droite qui file, interminable, après les Deux-Ponts, incurvée à mi-parcours par la redoutable courbe Ascari, lame mortelle dépourvue de glissière.

Masten Gregory perdra de sa superbe au 9e tour où le hasard du classement mit les deux rivaux au coude-à-coude. La Matra de JPB se portait au niveau de la 908, la cognait, la poussant devant les mêmes bottes de paille qui avaient humilié Jean-Pierre.
Abîmé, le spyder 908 s’arrêtait au stand. Jean-Pierre Beltoise filait, porté par les hourras jaillis de la tribune – SA Tribune, chauffée au rouge. De la paille logée dans la carrosserie, qu’importe !

Matra
1000 km de Paris 1969 – Henri Pescarolo passe le relais à Jean-Pierre Beltoise.@ Matra, toute l’histoire, toutes les courses, Dominique Vincent, Ed. L’Autodrome

Masten Gregory trompait son monde avec ses petites lunettes d’étudiant de Harvard. C’était un tueur, un barge qui avait l’habitude de sauter de ses autos quand ça tournait mal.
Il décèderait 16 ans plus tard à cause de la classique crise cardiaque du coureur automobile.

Les rats

Matra
1000 km de Paris 1969 – Pedro Rodriguez – Jean-Pierre Beltoise – Henri Pescarolo – Brian Redman – Matra 650 @ Matra, toute l’histoire, toutes les courses, Dominique Vincent, Ed. L’Autodrome

Henri Pescarolo, le regard qu’il jette vers son coéquipier est éloquent. Admiration mêlée de complicité. Nulle tension. Il est second pilote, il le sait, ça lui va. Il a assuré son relais au cours duquel il a doublé Pedro Rodriguez sur la seconde Matra.
Une bricole aux essais. Mal reçu à l’atterrissage de la bosse de Couard, il partait en tête à queue, redressait, repartait. Henri, quoi.

Et puis les « rats ». C’est ainsi que les gars de Matra s’appellent entre eux. Le petit déjà vieux Arrigo Raimondini, cheveux blancs contre la manche de Redman. Il est motoriste, il donnerait sa vie pour Jean-Pierre Beltoise . Et Lionel « Yoyo » Hublet, chef mécano qui pointe ses lunettes à la droite de Jean-Pierre. Et ne devine-t-on pas le chef de Jean-Louis Caussin, ingénieur d’études, surmonter le speaker ?

Pedro – Brian

En arrière-plan Pedro Rodriguez est décontracté, loin de la foule déchaînée. La griserie des victoires il connaît, il était à la place de Beltoise en 61 et 62. Avec le frangin. Déjà sept ans qu’il est mort. C’est aujourd’hui la 5e et dernière de ses piges pour Matra. Il a moins de deux ans devant lui.

Solide, Brian Redman est encore tout échauffé de son dernier relais. Avec Pedro ils ont mené MS 630/650/02 à la deuxième place. Mission accomplie : premier doublé de la firme de Vélizy dans une grande course en sport-proto.
Il est déjà ailleurs, aux 9 heures de Kyalami le mois prochain. Il se voit fendant la brume de chaleur sur la grosse Lola T 70 de Syd Taylor.

Jean Douai

C’est une brume de tout autre nature qui s’abattit dès l’aube, noyant le plateau de St-Eutrope sous une nappe d’enterrement. .
Alors Jean Douai sut que la journée serait longue. Prévu à 10 h le départ ne serait donné que vers 13 h 45. 75 tours au lieu de 128. Meubler, c’est son boulot. Il frôlera l’extinction de voix après plus de six heures de commentaires ininterrompus.

Vers midi Philippe Maillard-Brune, directeur de course, libérait les autos pour quelques tours de reconnaissance. Y allait-on ou pas ?

Alors Jean Douai s’est tu. Et la tribune aussi. Alors une flèche musicale creva le mur de poisse grisâtre, matérialisée par une flèche bleue de France, et puis une seconde. Là où les V8 des Lola T 70 et des GT 40, les flats 8 des Porsche s’étiolaient, assourdis par l’écran forestier, la musique des deux V12 en titane, née d’un accord diatonique spécial, faisait vibrer chaque centimètre des 7 280 m du tour.

Matra 650

Monthléry
1000 km de Paris 1969 – Billet de pelouse pieusement conservé par Patrick Geoffroy

Ils étaient venus, ils étaient tous là, dès qu’ils ont su que la Matra allait courir.
François Lenormand, Jean-Paul BrunerieJacques Jeandey, Jean-Claude Bernard, Alain Bouillot, Luc Joly (« Et oui, plusieurs heures d’attente dans le brouillard »), Philippe Dumonceaux (« J’y étais aussi, le bruit du V12 Matra dans le brouillard !! »), et même Pierre Gary le fils maudit qui avait 15 ans et passait par un trou dans le grillage d’enceinte pour entrer sans payer, et Jean Papon qui voyait pour la dernière fois son idole Pedro Rodriguez, et Jacques Furet, sa première course auto du haut de ses 12 ans, et François Santos qui comprit ce jour-là à 9 ans ce que serait sa vie désormais, et aussi Guy Jean Prat, déjà « rat » attaché à l’auto de Rodriguez-Redman, et aussi Gilbert Monceau, venu en voisin de Longpont, en mobylette, et aussi Grand Jacques, débarquant du car Meyer.

Bref ils étaient tous là ces enfants de l’après-guerre, génération dorée, élue par le XXe siècle, biberonnée aux plaisirs vrais des bons gros V8, de la viande rouge, de la vitesse libre, des Shadows, qui disparaîtra dans quelques années en laissant derrière elle un champ de ruines.

Patrice Vatan

11 pensées sur “Matra, 1000 km de Paris 1969

  • Jean-Pierre Beltoise était le roi de Montlhéry. Ce qui, soyez-en certain, est honorifique bien plus qu’un titre de champion du monde ! Les escarmouches des 1000 kilomètres de Paris (un peu moins) 1969 ont eu une suite assez amusante quand JPB, qqs années plus tard, rencontra par hasard Masten Gregory dans un avion. Pour un acte III de leurs effusions. Ce fut très amical : « Well done Jean-Pierre ! » s’est exclamé l’américain en évoquant ce souvenir, et ils ont bu le Champagne de la paix…

    Répondre
    • Tu as raison Eric, Jean Pierre aimait bien raconté cette anecdote .

      Répondre
  • Sur la photo devant le stand , on reconnait aussi : Lagardère, Ducarouge et Boyer . Tous le chefs étaient là à Monthléry .
    Il faut dire qu’en protos 69 avait été une mauvaise année avec le cruel échec du MANS et que cette épreuve était la dernière opportunité pour MATRA d’en gagner une en protos avec le V12, pace qu’en F1 ils étaient World champions grace à Stewart et Tyrrell et le Cosworth .

    Répondre
  • Première grande victoire d’un proto Matra

    Répondre
  • Ayant fait plusieurs stages chez MATRA entre 69 et 72 , je les aime bien . Mais je suis réaliste et impartial : en 1969 à Monthlery , face aux 2 protos d’usine MATRA il n’ y avait que des privés loin d’avoir les meme moyens . Alors petite victoire ne vous en déplaise
    . Pour les grandes victoires , il faudra attendre les saisons 72 à 74 ou avant les exploits de DUCAROUGE et ses mecanos pour le TDF en protos

    Répondre
  • Merci Patrice de nous faire revivre cette victoire d’une époque malheureusement révolue. De tous les noms cités j’en connais un : Luc JOLY rencontré à Dijon il y a deux ou trois ans. A cette époque j’effectuais mes « obligations militaires » du côté de Metz, j’avais tenu à assister à une course à Reims parce qu’il y avais mon pilote préféré,JPB, et les Matra f2 et f3. Le circuit de Monthléry je l’ai fréquenté quelques fois, la première en 67 et la dernière en 84, j’habitais à l’époque dans le Val d’Oise. Merci encore.

    Répondre
  • Sacrés souvenirs.
    Pour ma part, c’était Charade le circuit de mon adolescence avec les hurlements du V12 Matra dans la montagne et les entrées sans payer sur le GP F1 de 1972, tout en étant quand même dans le paddock (en terre battue !!!) avec les pilotes et les mécaniciens le soir de la course et le samedi, lors des essais, au bord du rail à l’extérieur de la courbe de Gravenoire. Vraiment une autre époque…….
    et je lis que Pierre Gary avait la même méthode pour entrer sur le circuit de Montlhéry !!! un petit bonjour au passage d’un ancien d’Auto Passion.

    Répondre
  • Avec de telles plumes, Classic Courses est certainement aujourd’hui le meilleur site consacré à la course.
    Quoique les articles soient trop rares et toujours trop courts (j’ai le droit de me plaindre), ce que l’on trouve ici est sans équivalent. Vous êtes peut-être les derniers à pouvoir transmettre une mémoire, ne serait-ce que, comme ici, en identifiant les visages des protagonistes et leurs noms.
    Je en connaissais pas Arrigo Raimondini, mais le voir apparaitre dans un coin de cette image à côté de visages plus connus, dont ils ne sont plus les faire-valoir mais les partenaires, me semble une forme de justice tout autant qu’une manière forte de rappeler ce qu’a été l’aventure de la course automobile.

    Répondre
    • On devrait toujours se relire :

      « Je ne connaissais pas Arrigo Raimondini, mais le voir apparaitre dans un coin de cette image à côté de visages plus connus, dont ils n’est plus le faire-valoir mais le partenaire, me semble une forme de justice tout autant qu’une manière forte de rappeler ce qu’a été l’aventure de la course automobile. »

      Répondre
  • Après les 2 ponts c’est la « contre courbe » Ascari ! La courbe Ascari est sur le retour du 7,2km bien avant le freinage de la Ferme ….. Mais dans les 2 sens ça va très très vite …..

    Répondre
  • Raimondini c’est aussi occupé des motos de JPB dans les années 60

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.