Les sept vies de Niki Lauda

Le 24 avril nous étions revenus sur le parcours exceptionnel de Niki Lauda lors de son retour en F1….Nous remettons cet article en (première) ligne . Modeste hommage à cet homme exceptionnel qui vient de nous quitter. Définitivement cette fois…

Repose en paix Niki…

Merci pour ce que tu nous as apporté.

 Classic Courses

 

Niki Lauda, Mario Andretti, Alan Jones, Alain Prost, Nigel Mansell, Michael Schumacher, Kimi Raikkonen. Sept champions du monde F1, 18 titres. Ils ont pris leur retraite, y sont restés plusieurs mois, parfois plusieurs années, puis sont revenus aux affaires. Entre les résultats de leurs deux carrières, de même qu’entre leurs véritables motivations et celles qu’on leur a prêtées, il y a parfois un gouffre.

Le récent retour gagnant du golfeur Tiger Woods a été qualifié de  « plus grand retour de l’histoire du sport ». Cela nous a décidés à reprendre la série, restée inachevée, sur nos champions F1 . A tout seigneur, tout honneur, Niki Lauda inaugure cette liste. Parce que le plus grand retour, c’est lui !

Olivier Rogar

Sur le même thème

Les revenants - 1 : Les sept vies de Niki Lauda
Les revenants - 2 : Mario Andretti, tout sauf Le Mans
Les revenants - 3 : Alan Jones et le concours agricole
 

 Ils ont tous passé l’âge

Niki Lauda
Jackie Stewart 1978 – Essais F1 @ DR

En 2016 Nico Rosberg a quitté la F1 sur un titre conquis de haute lutte. Nico reviendra-t-il un jour ? Au cours de la saison 2012, on a vu deux anciens Champions suivre des trajectoires contraires. Retour fulgurant après deux saisons d’éloignement pour Raikkonen,  seconde retraite, consécutive à  un retour en demi-teinte pour Schumacher.

Ces champions ont tout gagné et sont partis. Alors pourquoi reviennent-ils ? Et avec quels résultats ? Nous avons essayé de comprendre. Ce phénomène apparaît à l’orée des années 80. En effet, jusqu’à la fin des années 70, le danger omniprésent, les nombreuses tragédies, ne suscitent pas ce genre de questionnement chez les pilotes. En 1980, parmi les champions retraités Fangio, Brabham, P. Hill, Surtees, Hulme ont passé l’âge d’un retour. Stewart, sollicité, a déjà rejeté cette option. Reste Niki Lauda chez qui les paramètres sont réunis…

Sauf Niki Lauda

Niki Lauda
Niki Lauda 1982 – Ferrar 312 T2 1977 @ DR

…Encore faut-il qu’il soit motivé. Souvenons-nous. Titré en 1975 et 1977, il quitte la Scuderia au cours d’une séance d’essais du Grand Prix du Canada. Parti chez Brabham, il dit assez imprudemment que l’on verrait dans deux ans où en serait Ferrari et où il en serait lui-même… la réalité est qu’en 1979 Ferrari  est à nouveau champion du monde et que Lauda quitte la F1 par la petite porte. Une nouvelle fois avant la fin de la saison. Une nouvelle fois pendant les qualifications du Grand Prix du Canada. Laissant sur place combinaison et casque.

Niki Lauda
Niki Lauda 1978 – Brabham BT46 @ DR

Cela permet à Riccardo Zunino de faire ses premiers tours de roues officiels pour Brabham. Déguisé en Lauda…

La rationalité de celui qui a été surnommé «  l’ordinateur » est pour une fois dominée par ses sentiments. Malgré son contrat et une auto performante, il ne trouve plus de sens à ce qu’il fait. Il part survoler ce monde-ci,  deux années durant, aux commandes de ses avions de ligne. Il a 30 ans, 2 titres, 17 victoires, 113 Grands Prix disputés et 24 pole positions.

Par la suite s’il fait quelques apparitions sur certains Grands Prix, cela le laisse de marbre. Il n’est plus concerné. Son parcours est fini. L’idée d’un retour ne l’effleure pas…du moins jusqu’au jour de 1981 où  il se pose la question fatidique : « et si ?… » . Si l’on se réfère à ce qui précède et à ses deux « arrêts », l’esprit de Lauda arrive fréquemment aux conclusions au terme d’un cheminement silencieux, voire inconscient. Et lorsque la conclusion s’éveille à la conscience, la décision est immédiate, abrupte et sans appel.

« Et si ?… « 

Niki Lauda
Niki Lauda 1982 Brands Hatch @ DR

« Et si ? … » est la question finale, la décision est déjà prise. Le retour décidé. Compte tenu de l’enchaînement des faits, on peut imaginer que Ron Dennis – avec Marlboro – a quelque peu incité Lauda à se la poser, cette question. On a aussi évoqué des besoins financiers pressants liés à sa compagnie aérienne « Lauda Air ». Test McLaren à Donington. Pas évident ; voiture inconnue, circuit inconnu. Après une soixantaine de tours, il ne rend que quelques dixièmes à Watson. Entrainement intensif, mise en place d’un contrat «  à siège éjectable » en cas de manque de résultat.

Arrive le début de saison 1982. Niki Lauda prend immédiatement la tête de la première … grève des pilotes de F1 ! (1).  Pour ne pas subir les pressions des chefs d’écurie, les pilotes s’enferment dans un hôtel situé à 30 kms du circuit. Les négociations durent toute la nuit du vendredi au samedi. Ils obtiennent gain de cause. Les essais, tronqués d’une séance, démarrent.

Retour gagnant

Niki Lauda
Niki Lauda 1982 – McLaren MP4 1 @ DR

Le retour de Lauda a pour le moins été remarqué. Les médias du monde entier ont en effet relayé ces circonstances particulières. En piste il finit quatrième ce week end là. Puis il gagne deux Grands Prix : les USA Ouest à Long Beach et la Grande Bretagne à Brands Hatch. Il finit 5e au championnat tandis que John Watson également vainqueur de deux Grands Prix, finit deuxième (ex-aequo avec Didier Pironi). McLaren est second chez les constructeurs avec la MP4B/5.

On passera rapidement sur la saison 1983 durant laquelle Lauda ne s’intéresse qu’au développement du moteur TAG V6 Turbo (conçu par Porsche)  qui remplace le Cosworth en cours d’exercice. Il achève le championnat à la douzième place, Watson étant sixième et McLaren cinquième chez les constructeurs avec les MP4/1C Cosworth et MP4/1E TAG.

Champion du monde

Niki Lauda
Niki Lauda 1984 – McLaren MP4 2 @ DR

On retrouve le grand Niki Lauda en 1984. Son nouvel équipier Alain Prost l’aiguillonne  certainement, mais la McLaren est à nouveau compétitive.  Il n’est pas le plus rapide, largement dominé en qualifications par Prost, mais finalement un peu plus régulier. Il compte cinq victoires contre sept. Six abandons, contre cinq. Mais quatre secondes places contre une à Prost. En fin de saison,  à Estoril,  le français gagne mais Lauda est deuxième.

A Monaco la course avait été arrêtée au 31e tour à cause de la pluie. Prost avait gagné d’extrême justesse devant la révélation « Senna » mais seule la moitié des points avait été attribuée. Des points qui manquent cruellement à Prost lors du décompte final. Lauda le devance de 0,5 points et devient champion du monde pour la troisième fois. McLaren est champion chez les constructeurs avec la MP4/2 TAG.

Lors d’une interview d’après-titre par la télévision française, il lui est demandé si en 1985 il aidera Prost. Il répond logiquement que celui-ci n’a besoin de l’aide de personne pour devenir champion du monde.

Dernière saison

Niki Lauda
Niki Lauda 1985 – GP Hollande @ DR

1985 est sa dernière saison. Sa décision d’arrêter est prise et irrévocable. La motivation n’est plus là, onze abandons, un forfait, une arrivée hors des points et trois arrivées dans les points seulement. Il gagne cependant à Zandvoort après avoir annoncé sa retraite.

Et il va au terme de la saison ! Il se classe dixième au championnat tandis que son équipier, toujours Alain Prost, remporte son premier titre. McLaren est champion chez les constructeurs avec la MP4/2B TAG. Niki Lauda a 36 ans, 3 titres, 25 victoires, 171 Grands Prix disputés et 24 pole positions. Un retour pour huit victoires et un titre ! On n’a pas vu mieux à ce jour, un « second » palmarès qui aurait fait de n’importe quel pilote un homme comblé.

Mais toujours là

La suite de la carrière de Lauda va se faire entre aviation et F1. Il mène les deux en parallèle. Côté F1, ses rôles de commentateur TV lui permettent de maintenir le contact avec la course. Tandis que les écuries désireuses de s’adjoindre les services d’un chef d’entreprise à l’intelligence vive, font de lui leur conseiller. BMW, Ferrari, Jaguar, Mercedes le titularisent à différentes reprises comme conseiller ou même chef d’équipe. Force est de constater que les résultats acquis dans cette phase de sa carrière ne sont pas à la hauteur de son palmarès. Jusqu’au transfert de Lewis Hamilton puis de Nico Rosberg chez Mercedes… Bilan : 10 couronnes supplémentaires (Ecurie et pilotes).  elles s’ajoutent à ses 3 titres pilotes et aux 5 titres écurie auxquels il a contribué.

Alors que le retour de Tiger Woods après sa victoire aux Masters d’Augusta soit exceptionnel, on peut le concevoir. Mais qu’il soit qualifié de « plus grand retour de l’histoire du sport », c’est aller un peu loin. Dans l’absolu, le retour au volant de Niki Lauda et  la suite de son incroyable carrière font de lui la légende du sport. Toutes catégories confondues.

Niki Lauda
Niki Lauda – Toto Wolf- Mercedes @ DR

Notes

(1) en 1982 est par la FIA instituée une super licence obligatoire pour tous les pilotes de Formule 1. Les contraintes liées à son attribution sont telles que les pilotes se trouvent totalement tributaires du bon vouloir des écuries pour changer…d’écurie. Niki Lauda est le premier qui se rend compte de la situation et prévient Didier Pironi qui s’ empare du problème avec toute la détermination qu’on lui connait.

Olivier Rogar

Olivier collabora avec « Mémoires des Stands » puis, à sa disparition, en 2012, il créée Classic COURSES avec les encouragements de Pierre Ménard et Johnny Rives. L’esprit d’entreprise qui l’habite trouve dans le sport automobile les valeurs de précision, de prise de risques, de rapidité de décision dont la maîtrise conditionne toute réussite.

Olivier Rogar has 49 posts and counting. See all posts by Olivier Rogar

26 pensées sur “Les sept vies de Niki Lauda

  • Daniel, vous avez sans doute raison en ce qui concerne cette « victoire à 4,5 points » pour Prost à Monaco en 1984 à laquelle aurait été évidemment préférable une seconde place à 6 points si la course était allée à son terme. Mais rien ne dit qu’Alain serait allé au bout car, de son propre avis, ses freins commençaient à bloquer méchamment et, sur une piste détrempée avec encore 40 tours à parcourir, l’affaire serait devenue très délicate pour Prost ! De toute façon, ce ne sont là que supputations et seul le résultat compte au final.

    Répondre
  • Et oui, on peut toujours se perdre en conjectures à propos de ce fameux grand prix de Monaco 1984 qui conditionna d’une certaine manière l’issue de la saison. Car imaginez que le trop tôt disparu Stefan BELLOF qui fondait lui aussi comme neige au soleil sur PROST et….SENNA l’ait emporté ! PROST aurait peut être gagné le championnat puisque tout le classement des TYRRELL pour l’ensemble de la saison fut invalidé pour tricherie et poids non conforme. Mais la carrière d’un Stefan BELLOF eut pris d’autres détours et ne serait peut-être pas passée par SPA l’année suivante.

    Répondre
  • Mais on vit aussi que les conditions étaient praticables pour d’autres,Senna impressionnant, Bellof réalisant lui aussi une remontée.Je crois que la détermination de Senna ayant tout à prouver et n’ayant rien à perdre était suffisante pour expliquer l’écart sur le leader qui fondait à vue d’oeil.Cette fin de course tronquée alimenta les commentaires en son temps et on se souvient de Donington 1993.

    Répondre
  • Heureux de lire vos commentaires sur ce fameux grand-prix de Monaco 84. Si tout le monde se remémore de la splendide course de Senna, la performance de Bellof n’était vraiment pas en reste. Si le brésilien remontait sur le français, l’allemand volait (ou nageait…) littéralement sur le duo devant lui. Et dans quel état se trouvait la Toleman suite à sa touchette en dépassant Alboretto, serait-elle jusqu’au bout de la course? Et imaginons un podium Senna, Bellof, Prost, le français serait devenu champion du monde sur tapis vert suite au déclassement des Tyrrell, bonjour les remous! Dans tous les cas, il m’est bien agréable de rendre un petit hommage à Stefan Bellof, pur diamant qui n’aura pas eu le temps de briller au firmament de son monde. Et ainsi que le dit fort justement Daniel Dupasquier, peut-être qu’il ne se serait pas retrouvé à Spa quelque mois plus tard…

    Répondre
  • Qui dit? qui sait? que Alain Prost serait aller au bout du GP s’il n’aurait pas été stopper. Et en terminant second, pas plus loin.

    Répondre
  • Même si les victoires, doublés, titres de Mercedes ne favorisent pas le suspens en F1, on souhaite à Mr Lauda d’être associé à de nouveaux exploits. D’être là au bord de la piste. De lever à nouveau les bras. Le temps a fait de celui qu’on affublait du surnom d’ordinateur, froid et insensible, un homme toujours pragmatique et rationnel mais finalement humain. Et cet homme à la volonté d’airain est désormais fragile, usé par ses sept vies…

    Répondre
    • Constat prémonitoire. Que dire sinon qu’il nous a apporté beaucoup. Par son palmarès certes, mais surtout par son parcours. Par cette incroyable volonté qui nous a tant inspiré. Grande tristesse aujourd’hui…

      Répondre
  • À propos de retours, Monza 76 en est un extraordinaire.
    Lauda, un type déplaisant, pragmatique au-delà du supportable, supérieurement arrogant, mais une légende.
    Alors que sa place dans l’histoire est assurée, le fait qu’on parle si peu de lui mais de Prost, Senna ou Bellof dans les commentaires ci-dessus, dit à quel point il est peu estimé.
    À tort. Admiration totale en ce qui me concerne.

    Répondre
    • Admiration totale également.
      Par ailleurs je me demande ce que ce beau concept de « pragmatisme au delà du raisonnable » recouvre comme défauts et comme qualités.
      Privilégier le court terme au détriment du long terme ? Être opportuniste ? A ce titre ne pas être capable de fédérer ?
      Ou au contraire toujours privilégier ce qui fait avancer la cause, fut ce au détriment du rationnel ?

      Répondre
      • Pragmatique « au-delà du supportable », en fait… Disons que le gars n’est pas un poète. Alors effectivement, pas d’états d’âme : la fin justifie les moyens, mais sans jamais tomber non plus dans les gestes de psychopathe à la Senna/Schumacher. Lauda était un politique, un gros bosseur et certainement un bien meilleur pilote que ce qui a été dit. La discussion qui opposait « pilotes naturels » et les analytiques à la Stewart, Lauda ou Prost (qui était certainement les deux) m’a toujours paru aussi absurde qu’idiote, mais c’est certainement à cause d’elles que Lauda n’est pas considéré à sa juste valeur, comme si une approche rationnelle de la course faisait de lui un technocrate plus qu’un aventurier.
        Plus l’années 1976 s’éloigne de nous, plus on mesure la trempe des hommes qui couraient à cette époque. Lauda fut un des plus glorieux, mais les autres n’étaient pas négligeables non plus.

        Répondre
    • Bravo Ferdinand !

      Monza 1976 le plus gros morceau des 1000 GP,du moins point de vue humain.

      Répondre
  • Tiger WOODS est un retour bien plus immense que celui de LAUDA .
    Au golf , c’est l’humain qui fait la différence : son physique et son mental Tous sont à égalité de matériel .
    En F1 tout dépend de la voiture : facile de gagner avec l’argent de Marlboro et la meilleure voiture et le meilleur moteur de la grille .

    Répondre
  • Mettez une chèvre dans une F 1, vous n’en faîtes pas un champion du monde ! Si Lauda compte 3 titres, ce n’est pas un hasard ! C’est à mon sens un homme complexe, ce qui le rend si difficile à appréhender. Au regard de son itinéraire, un grand de la F1 , du sport auto et du sport tout court. Une piste de reflexion sur le sujet des retours sportifs, ils concernent souvent des sportifs partis au meilleur moment, qui se disent que finalement ils peuvent encore faire des trucs mais qui se rendent le plus eouvent finalement compte que le temps passé leur a été défavorable. Si je puis l’exprimer ainsi, ils ont « besoin » de constater par la défaite qu’ils ne sont plus dominants pour pouvoir tourner la page et enfin passer à autre chose tout en restant parfois dans le milieu

    Répondre
  • Lauda est un exemple de vie. J’ai lu une interview de lui à propos du rétablissement a l’hôpital, de l’extrême-onction, lorsqu’il a décidé de ne pas dormir ni de se reposer jusqu’à son rétablissement. Force de vie par excellence, exemple de force intérieure pour atteindre un objectif, même avant la mort.
    Lauda était l’adversaire de mes héros, les pilotes brésiliens.
    Mais, mon Dieu, comment pourrais-je ne pas sensibiliser avec la force de cet athlète, un pilote rapide qui réagissait à la mort, à la douleur, avec un énorme mépris pour eux,
    Cela m’a toujours choqué que les pilotes de cette époque enterrent leurs compagnons, de temps en temps. Lauda presque extract lui même juste de la fosse.
    Ça c’est de la force interieur.
    Lauda est un revenant et un imortal.

    Répondre
  • C’était un TRES GRAND en majuscules . Respect à lui et pas que pour sa carrière sur pistes .

    Répondre
  • Respect total pour ce grand héros revenu d’entre les morts pour triompher à nouveau.
    Tout à fait d’accord Richard, un grand palmarès mais surtout une personnalité hors normes et attachante.

    Répondre
  • J’ai 39 ans et ne l’ai pas vu courir mais depuis avoir lu son portrait en 1999 dans le livre Tous les champions du monde de X. Chimits j’avais été fasciné par le personnage, sa volonté de fer, sa force qui lui permettait de dire merde à qui l’ennuyait quel qu’il soit. C’était mon héros dans la vie, un modèle pour moi. Cela s’est confirmé avec le livre de Pierre Ménard et Jacques Vassal. C’est une bien triste disparition, un être exceptionnel très sous estimé sur ses talents de pilote. La Ferrari il fallait la dompter quand même .

    Répondre
  • Niki Lauda s’en est allé laissant l’ Héritage de la Classe et le Talent par sa Virtuosité et cette félicité qui sacrent les plus grands Champions.
    Son Courage et abnégation face à la tragédie du Nurburgring en 1976, sans oublier le Triomphe de 1977, son retour en 1982 avec le Sacre d’1/2 point en 1984 face à Alain Prost orne une Carrière qui incite au respect et à l’Admiration .
    Niki Lauda, c’est aussi toute une génération de Pilotes aux tempéraments voire Charismes Inoubliables .
    Au revoir et Merci Monsieur Niki Lauda

    Répondre
  • Hasard des chiffres, le 20 mai 1984, j’étais à Dijon, et j’assistais à la victoire de Lauda. Il avait 35 ans, et il lui restait pile 35 ans à vivre…

    Répondre
    • Et c’est le 20 mai 1973 qu’il a marqué ses premiers points en championnat du monde (5ème au GP de Belgique)

      Répondre
    • J’étais aussi à Dijon ! J’avais vu Niki Lauda la première fois au Paul Ricard en 1973 et la dernière fois sur ce même circuit en 1985. Avant qu’il prenne le départ de cet ultime GP de France, je l’ai aperçu et photographié en train de discuter avec le retraité Carlos Reutemann qui était venu en voisin de Saint Jean Cap Ferrat voir ses anciens camarades. Comme j’étais assez proche, j’ai pu surprendre un bout de leur conversation. Reutemann lui disait « alors Niki, quand est-ce que tu décroches ?! » et un peu désabusé, Lauda lui avait répondu quelque chose comme : « ça devrait pas tarder !». C’était assez cocasse de les apercevoir tous les deux en train de converser quand on connait les relations délétères qu’ils ont entretenues durant leur collaboration chez Ferrari !! On l’aimait ou pas. Il restera un de ceux qui ont écrit les plus belles et saisissantes pages de ce sport. Une page se tourne pour nous aussi.

      Répondre
  • Éric Bhat ! Johnny Rives !!
    Vous qui avez connu Lauda, un beau texte passionné s’il vous plait…
    Classic Courses, faites pression sur ces individus !

    Répondre
  • Petite précision: quand Lauda interrompt sa carrière à l’issue de la première séance d’essais du GP du Canada 1979, il ne quitte pas la Scuderia comme écrit plus haut. Pour la bonne raison qu’il est chez Brabham depuis début 1978.

    Répondre
  • Un souhait ..

    Johnny Rives pourrait-il évoquer la rencontre de Niki le revenant à Monza avec Henri Pescarolo ,à l’imparfaite Surtees, victime aux essais du Mans en 1969 avec Matra d’un accident assez similaire, dont il fut le témoin privilégié?

    Cette scène vaut mille mots et plusieurs vies .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.