Avignon Motor Festival 2019 – Tout pour l’auto

Avignon Motor Festival. 2019.  Mars. 53 000 visiteurs. Données brutes. Les classics ont pris le dessus sur les modernes. Les voitures sur les camions et tracteurs. On s’achemine vers un Avignon Classic Festival. On ne s’en plaindra certes pas sur Classic-Courses.

Mais telle est l’ère du temps. Le populo coincé entre un coût d’accès à l’ancienne prohibitif et des modernes qui font de lui l’otage de tous les rackets gouvernementaux, laisse tomber la bagnole. Interdit de rêver…

Comme d’autres salons, Avignon Motor Festival dispose depuis trois ans de sa vente aux enchères mais il a su conserver ce qui fait son charme : éditeurs, miniatures, pièces détachées, vêtements sont présents tout comme les marchands de voitures anciennes. Une nouveauté cette année.

Si la mairie d’Avignon pouvait juger utile de structurer accès , parking  et surfaces du lieu,  on gagnerait en agrément , en temps et en fréquentation. Chapeau aux organisateurs bénévoles qui année  après année relèvent le défi.

Olivier Rogar

Facel Vega

Depuis 55 ans, la dernière marque de prestige française… (Evidemment Bugatti a son siège en France mais peut-on encore la qualifier de marque française ?) Facel a fait rêver les badauds et les stars. Peu les hommes politiques – . Ni ceux qu’elle aurait pu véhiculer, ni ceux qui auraient pu la sortir de l’ornière financière. Hormis Michel Debré qui sauva la marque une première fois en 1961, De Gaulle ignora son moteur américain. Giscard n’utilisa pas la caution de l’état pour sauver la marque. Ainsi finit le rêve, entre Elysée et Tuileries…Sans oublier Pont à Mousson ni  une gestion pour le moins fantaisiste…

Tous les espoirs étaient permis pourtant.  Jean Daninos homme de bon goût avait commencé chez Citroën aux carrosseries spéciales à l’époque de la C6G et des Tractions. Influencé, tout comme Jean Bugatti,  par les carrosseries d’outre-atlantique ses « spéciales » avaient de la gueule mais pas l’heur de plaire au  vif André. Il intervint même sur les coupés Traction. Quelle fut sa part et celle de Flaminio Bertoni ?… L’arrivée de Michelin éloigna le styliste  vers l’aviation, chez Bronzavia. La guerre l’entraîna en Suisse puis en Grande Bretagne chez Avimo, une filiale de Bronzavia qui mit au point les pare-flammes du Spitfire. De la il s’envola vers le Canada puis les USA. Il y prit la direction technique de deux usines de la General Aircraft Equipment. Elles étudiaient et fabriquaient des pièces en inox ou en alliage léger.

A son retour, il prend en 1946 la présidence de Facel- Métallon qui va fournir des pièces de moteur d’avion à Hispano-Suiza, fabriquer divers  objet en inox puis devenir un important sous-traitant automobile. Panhard, Somua et Delahaye sont de gros donneurs d’ordres. Mais c’est la collaboration avec Simca, dès 1948 qui va faire de Facel Metallon un véritable carrossier.  Facel dessine – sans l’aide des Stabilimenti Farina qui sont intervenus sur la Simca 8 sport cabriolet –  les Simca 8 coupé et Simca 9 Sport. Puis pour le compte de Ford, les Comètes et Monte-Carlo. Sans oublier les superbes Bentley Cresta.

Avignon Motor Festival 2019
Facel Vega – Excellence – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar

Malgré un situation de trésorerie fragile, liée à une productivité réduite, Jean Daninos,  s’oriente définitivement vers la construction automobile à partir de 1954.  La Vega sera un ébauche de la Facel Vega FV1  puis des FV2,  FV2B, FV3, FV3B et FV4 entre 1954 et 1958. Le style Facel est posé.  Elégance, finition, puissance. Moteur 8 cylindres en V du groupe Chrysler aux puissances SAE impressionnantes : jusqu’à 360 ch…  Dès 1955 est lancée l’étude d’une limousine officielle ; l’Excellence. Las, l’arrivée du Général au pouvoir en 1958 consacre la DS comme char de la république. Pourtant le Président Coty semblait tenté… Seuls quelques ambassadeurs de France en font une voiture officielle. Au Maroc, au Venezuela, en Grèce et  à Washington. La production de 150 exemplaires cesse en 1961.

Avignon Motor Festival 2019
Facel Vega – HK 500 – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar

La HK 500 apparait en 1958. Moteur De Soto  Typhoon TY7 de 360 ch SAE, 500 signifiant 5 chevaux par kilo. A cette époque les voitures sont très légères.  La grosse HK 500 ne pèse « que » 1660 kg. Le poids semble d’ailleurs davantage vérifiable que la puissance réelle !  Elle sera le modèle le plus produit avec 490 exemplaires jusqu’en 1961 . Paul Frère établira un record de vitesse sur un kilomêtre à 237 km/h sur l’autoroute d’Anvers. Voiture légèrement préparée mais gros moteur non homologué pour la France ( 6286 cm3).  La HK 500 impressionne tous les journalistes de l’époque. Sa renommée est mondiale. Autocar l’estimant même sans rivale directe. Elle coûte 46750 Francs. Contre 71000 francs pour une Ferrari 250 GT ou 57000 Francs pour une Mercedes 300 SL.

Le projet de Jean Daninos est pourtant de vendre des autos en plus grand nombre. La jet set fait la réputation de la société mais est trop peu nombreuse pour rentabiliser la production. D’un côté on n’est pas encore à la folle époque où l’on peut vendre une voiture à l’équivalent de 140 années de SMIC et de l’autre la question ne se pose pas en ces termes puisque les Facel ne sont pas même pas assez chères par rapport à leurs concurrentes….

Avignon Motor Festival 2019
Facel Vega – Facelia – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar

Le projet d’une Facel plus abordable naît donc de cette idée. Ce sera la Facellia. Le style est typiquement celui des Facel, la finition du même niveau et le moteur plus modeste.  A ce stade déjà pointe la difficulté de l’exercice. Gadgets mis à part, le coût de développement d’une petite voiture est le même que celui d’une grosse. La diffusion seule conditionne le prix de revient. Le marché imposant le prix de vente. Vouloir produire à grande échelle c’est aussi disposer de fonds importants. Ligne de production et achat des matériaux constituant un redoutable piège à trésorerie.

Or, celle de Facel est déjà défaillante. Et la catastrophe vient du fameux moteur « plus modeste ». Celui-ci a été commandé à Pont-à-Mousson, le spécialiste de la fonte ductile qui fait déjà de bonnes boîtes de vitesses. Le prototype fait très peu d’essais. Ceux-ci se limitent à 1200 km sur les routes suisses. Ca semble incroyable. Et la faiblesse congénitale du moteur n’est pas perçue comme telle. Car après  sa présentation au salon de Paris 1959, les ventes démarrent très bien. Mais les moteurs cassent. Les pistons se percent. L’échange standard devient un cercle infernal par lequel, des moteurs seront changés par centaines aux frais de la marque sans pour autant que les problèmes aient été réglés. Donc d’autres casses se produiront avec les nouveaux moteurs. Une Facellia F2 au moteur modifié est présentée en 1961. Mais la réputation de la voiture est faite. Les ventes se sont effondrées. C’est une Facellia rebaptisée  Facel III  dotée d’un robuste moteur Volvo qui tente de relancer le modèle.

Avignon Motor Festival 2019
Facel Vega – Facel II – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar

Entre-temps sont intervenus  deux événements : exsangue, la marque à laquelle Michel Debré avait réussi à faire obtenir un prêt de 1 milliard de Francs ( anciens) , ne peut bénéficier d’un second coup de pouce. Giscard s’y refuse. En juillet 1962, elle est mise en redressement judiciaire. Le second événement est le lancement de la superbe Facel II qui succède à la HK 500. Performance exceptionnelle en des temps aussi troublés pour la firme.

En complément de gamme est lancée la Facel VI en 1964, son moteur BMC 6 cylindres étant sensé donné une gamme complète à la marque : 4, 6 , 8 cylindres. Las, les ventes sont faibles et la marque est mise en liquidation judiciaire le 31 octobre 1964…

Avignon Motor Festival 2019
Facel Vega – Facelia – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Facel Vega – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar

JMB Racing

L’écurie JB Racing fondée par Jean Pierre Jabouille et Jean Michel Bouresche en 1995 est devenue JMB Racing en 2000.  Elle s’est distinguées sur de nombreux théâtres  au cours de son existence et son palmarès, extrait de Wikipedia trahit la multiplicité des championnats et catégories existant en sport automobile. Il est nécessaire de suivre cela de très près ou de participer spécifiquement à un championnat pour s’y retrouver !  Aujourd’hui JMB s’est tourné vers les Classics où peuvent s’exprimer tous les talents dont il a su faire preuve en compétition.

Avignon Motor Festival 2019
Ferrari 333 SP 1994 – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Ferrari 575 GTC 2003 – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
errari 360N GT 2001 – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar

Palmarès JMB Racing

  • Porsche Supercup
    • Vainqueur du titre pilote en 1995 avec Jean-Pierre Malcher et en 1996 avec Emmanuel Collard
    • Vainqueur du titre par équipe en 1995
  • FIA Sportscar
    • Vainqueur du titre pilote en 1998 et 1999 avec Emmanuel Collard et Vincenzo Sospiri et en 2000 avec David Terrien et Christian Pescatori
    • Vainqueur du titre par équipe en 1998, 1999 et 2000
  • FIA GT
    • Vainqueur du titre pilote catégorie N-GT en 2001 avec David Terrien et Christian Pescatori
    • Vainqueur du titre par équipe en 2001
  • International GT Open
    • Vainqueur du titre pilote en 2011 avec Soheil Ayari
    • Vainqueur du titre par équipe en 2011
  • Le Mans Series
    • Vainqueur du titre pilote catégorie GT en 2004 avec Roman Rusinov
    • Vainqueur dans la catégorie FLM aux 6 Heures d’Imola 2011
  • Speedcar Series
    • Vice-champion au classement pilote en 2009 avec Johnny Herbert
    • Vice-champion au classement équipe en 2009
  • Ferrari Challenge
    • Vainqueur du titre pilote dans le challenge européen avec Nicolas Misslin

La voiture française

De nombreux clubs de marque exposent à Avignon Motor Festival des représentantes  de l’industrie française. Souvent dans une mise en scène soignée. On y croise nombre d’amateurs. Anonymes ou non .

Avignon Motor Festival 2019
Amilcar – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Citroën DS – Version Fantomas – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Citroën Maserati SM – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Alpine au passé et au présent – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Alpine ne tenue de sport © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
François Chevaliet et JR Aumaître – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Hotchkiss ou le juste milieu – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Collins Desgoulles – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
LaBure – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Bugatti – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
JR Aumaître et Olivier Prevot, le O de PGO – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Amilcar – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Rosengart – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar

La passion des couleurs !

Avignon Motor Festival 2019
Simca 1000 Rallye 3 – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Simca 1200 S – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Matra 530 – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Porche 911 2.4E 1973 – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Moteur Festival 2019
Datsun 240 Z – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Porsche 911 Targa – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar

Les marchands de voitures

Avignon Motor Festival 2019
Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar

Classic Car Design

Un très bon point à ces deux passionnés. L’un d’eux, Loïc Perois,  est le designer de la PGO Cévennes. Nous les avons observés à l’oeuvre avec des  investisseurs néophytes. Pas de baratin, de maquignonnage ou de fausses informations. Beaucoup de raison et – surtout – un côté didactique, soucieux de faire partager à leur interlocuteur leur passion de l’auto ancienne. Orientant l’impétrant vers la pratique avant tout et non sur le « mirifique » rapport d’un placement nouveau. Nous avons beaucoup apprécié. Ils sont basés à Alès dans le Gard.  www.classiccardesign.fr

Avignon Motor Festival 2019
Classic Car Design Alès – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar

Atelier 76

Comme son nom ne l’indique pas, Atelier 76 est localisé dans le 26 à Pierrelatte. La structure qui occupe trois employés à plein temps a été créée par Jérémie Cordier il y a trois ans et se spécialise dans la restauration carrosserie. Du beau travail. Des gens modestes et passionnés comme on les apprécie chez Classic Courses. Ils font aussi de l’achat-vente et du dépôt-vente. Une équipe sympathique qui a su réunir autour de Jérémie des sous-traitants de talent dans des domaines complémentaires au sien ; sellerie, mécaniques notamment.  Sur leur stand, une De Tomaso importée des US au sujet de laquelle j’ai obtenu des informations claires et transparentes, une Volvo 1800 coupé en réfection carrosserie intégrale et un beau coupé Jaguar 3,8L à refaire intégralement. www.atelier76eurl.com

Avignon Motor Festival 2019
Atelier 76 de Pierrelatte – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Atelier 76 de Pierrelatte – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar

L’âme d’AMF

Les marchands et les amateurs d’anciennes venant ici avec leurs trésors et leurs rêves.

Avignon Motor Festival 2019
Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Peugeot – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Renault Dauphine – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Simca Versailles – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Mercedes 280SEL 3.5L – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Audi Quattro – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Avignon Motor Festival 2019
Jaguar 340 – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar

Leclere Motorcars

Damien Leclere est un jeune commissaire-priseur dynamique et entreprenant. De Marseille où il continue d’exercer, il est « monté » à Paris et pas n’importe où : à Drouot, où il office également. Et comme l’automobile ancienne le passionne, il a monté depuis quelques années un département « Motorcars » qui organise une vente lors de chaque Avignon Motor Festival.

Notre sentiment est que le sourcing de ces voitures n’est pas toujours évident et que les propriétaires attendent parfois trop des engins qu’ils proposent. Le banal côtoie donc l’exception et le prix de départ du banal est parfois  décalé avec la réalité du marché. Celui – ci serait-il en train d’atterrir ? Ce n’est pas impossible. Il faut que les véhicules aient une histoire limpide, des propriétaires impliqués qu’elles soient matching et si possible avec factures et carnet d’entretien. 5

50% des 81 lots ont trouvé preneurs.  Quelques exemples, une Mustang cabriolet 1968 saine mais à reprendre estimée 28-32 k€. Non vendue. Coupé Alfa Romeo Bertone 2000 1973  estimé 37-43 k€. Non vendu. Triumph TR3 estimée à 33-38 k€, vendue à 39.6 k€. Mustang Fastback auto 1965, particulièrement propre, estimée 33-36 k€, vendue 39 k€.  Maserati 4.2L Mexico 1969, estimée 115-130 k€, vendue 115.2 k€.  Jaguar Type E série 1 , 1961, Complète mais en état proche épave, estimée 50-70 k€, vendue 112.8 k€. Une surprise quand même…  Daimler XJC 4.2L 1975, estimée 30-38 k€, non vendue.  Seules 2 Ferrari sur 9 se sont vendues.  Une 348TS de 1991 à son estimation haute de 60 k€ et une 308 GTS de 1980 au- dessus de son estimation haute à 80.4 k€. La Ferrari 330 était l’estimation la plus haute, aux alentours de 700 k€ ne s’est pas vendue. Quant à la Porsche 3.2L Speedster de 1989, première main exceptionnelle avec 20 000 km, elle s’est vendue 220.8 k€.

 www.leclere-mdv.com

 

Avignon Motor Festival 2019
Vente Leclere – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Vente Leclere - Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar
Vente Leclere – Avignon Motor Festival 2019 © Olivier Rogar

 

Olivier Rogar

Olivier collabora avec « Mémoires des Stands » puis, à sa disparition, en 2012, il créée Classic COURSES avec les encouragements de Pierre Ménard et Johnny Rives. L’esprit d’entreprise qui l’habite trouve dans le sport automobile les valeurs de précision, de prise de risques, de rapidité de décision dont la maîtrise conditionne toute réussite.

Olivier Rogar has 56 posts and counting. See all posts by Olivier Rogar

9 pensées sur “Avignon Motor Festival 2019 – Tout pour l’auto

  • Perso , j’habite AIX mais je ne vais plus à AVN motor show depuis que je me suis retrouvé bloqué , pourtant un vendredi matin , sur l’autoroute dans un embouteillage monstre qui commençait avant meme de franchir la Durance donc bien avant la bretelle de sortie . Du coup , j’ai continué , sortie AVN Nord et je suis allé me faire le Ventoux .

    Répondre
    • J’y suis allé vendredi après midi. Aucun problème d’accès. Ca a été modifié il y a trois ans et justement ça empêche d’avoir une file d’attente qui remonte jusqu’à la bretelle de sortie autoroute.
      Par contre samedi c’était compliqué.

      Répondre
  • Merci du tuyau , M.ROGAR .J’essaierai en 2020 mais dommage que les organisateurs n’aient pas communiqué là dessus .
    Par ailleurs , je trouve triste d’etre semble t’il le seul à me souvenir du 7 avril 1968 . La bible autosport ne dit mot , Sport auto vendu à Autoplus idem mais ça ne me surprend pas , Voici- hebdo pareil mais que Classic courses ne rende pas un hommage à Jimmy , ça me surprend .

    Répondre
  • Richard a raison. Le culte doit être célébré chaque année. Pour réparer (un peu) ce manquement à nos devoirs, je lui propose cette magnifique interview-video de Jim Clark, datant de 1964. Pour avoir les sous-titres en français, il suffit d’appuyer sur la touche « cc » en bas de l’écran.

    https://www.youtube.com/watch?v=bv8pnzV9PLI&t=109s

    Je trouve cette video intéressante car elle révèle un aspect de la personnalité de Jim Clark : c’était un homme issu d’un milieu aisé, de très bonne éducation, qui s’exprimait avec aisance. On comprend pourquoi Ford en avait fait un élément important de ses campagnes publicitaires. On note aussi avec quelle diplomatie, et sens de la nuance, il donne son appréciation sur ses principaux concurrents pour le titre de champion du Monde 1964.

    Répondre
  • Merci pour ce reportage. Avignon semble de plus en plus apprécié des collectionneurs, avec Lyon et Retro – mais là, c’est un monde à part. Une précision en rapport avec le début de votre propos. Les Bugatti sont assemblées à Molsheim, comme leurs ancêtres et c’est tout à l’honneur du propriétaire de faire revivre le lieu, y compris le château Saint-Jean. Si vous êtes preneur, un sujet sur « l’âme Bugatti » à Molsheim est d’ailleurs possible.

    Répondre
  • Lors de mes nombreuses présences lors des essais d’Auto-Passion il y a 20/25 ans, j’avais eu la chance de monter dans une HK500. Voiture d’un luxe incroyable qui en jette toujours tant la finition est soignée. Le problème des moteurs de la marque n’est, hélas, pas lié qu’à Facel Vega : en France, on n’a pas la culture des beaux moteurs comme peuvent l’avoir les Italiens, les Allemands ou les Anglais. C’est pourtant pas faute de ne pas savoir faire, quand on voit les bijoux qu’on est capable de produire pour la compétition (Matra, Peugeot ou Renault). Depuis la guerre, on n’a simplement jamais eu l’envie, le courage, ou les moyens de bâtir une réputation là-dessus. Et donc, quand un constructeur d’exception concevait une belle auto, il était obligé de facto d’aller voir ailleurs pour ses chevaux. Seul Lagardère avait tenté le pari, mais on a vu ce qu’il en est advenu.

    Répondre
  • Pierre , oui mais en FRANCE la majorité n’aime pas la réussite et ses signes extérieurs dits de richesse ou d’aisance . Tu peux avoir en Suisse comme en GB une belle et chère voiture et la laisser sans crainte stationnée dans la rue . Folie en France :on va te rayer la carosserie , arracher les essuies glaces , te crever 1 ou 2 pneus … Et ça commence dès une Mazda miata à 10 000 euros en occasion !!
    Faut il ausi rappeler que MATRA avait eu du gouvernement un gros gros pret pour développer son V12 A LA CONDITION qu’il motorise en version civile une GT haut de gamme . Lagardère , pas fou , n’a jamais donné suite .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.