Circuit Paul Ricard – Grand Prix de France 1976

Le championnat change de trajectoire

Classement en trompe l’œil. Lorsque le grand cirque de la F1 débarque au Circuit Paul Ricard pour le Grand Prix de France 1976, le championnat est posé. Niki Lauda et sa Ferrari mènent avec 55 points devant Jody Schekter 23 points et Patrick Depailler 20 points. Suivent Regazzoni, Laffite et Mass tandis que James Hunt est 7e avec 8 points… Hunt est même à la lutte avec son coéquipier Mass pour le statut de premier pilote McLaren qui doit être donné au mieux classé des deux à la mi-saison.

Olivier Rogar

Circuit Paul Ricard – Genèse – Jean Pierre Paoli 1/2 
Circuit Paul Ricard – Genèse – Jean Pierre Paoli 2/2
Circuit Paul Ricard – Trophée de France F2 1970
Circuit Paul Ricard – Sports Protos – Jarier en son jardin
Circuit Paul Ricard – Grand Prix de France 1971
Circuit Paul Ricard – Grand Prix de France 1976
Circuit Paul Ricard – Grand Prix de France 1978
Circuit Paul Ricard – Grand Prix de France 1980 
Circuit Paul Ricard – Grand Prix de France 1986 
Circuit Paul Ricard – Grand Prix de France 1990 
Circuit Paul Ricard – Stéphane Clair
Circuit Paul Ricard - Grand Prix de France 2018

 

Le Castellet

Couverture Programme GP France 1976

L’année du Castellet se présente bien, comme nous le dit François Chevalier, (1) mais l’avenir est incertain. Pas d’épreuve auto fixe. L’alternance est déjà à la mode. En 1977 le Grand Prix sera à Dijon. Il y a donc une option de prise sur une course de championnat du monde de sport protos.

Le circuit s’est un peu dégradé. Touffes d’herbe, bordures de piste cassées, revêtement de plus en plus abrasif et de moins en moins adhérent.

Outre la F1, le circuit accueille la moto, avec le Moto journal 200. Mal rentabilisé par les 35 000 spectateurs. Une tentative est également faite avec le Airsport 76. Course d’avions, des racers aux ailes courtes, autour de trois pylônes reprenant le schéma du circuit Paul Ricard. A nouveau dur échec financier.

Et comme l’énergie ne manque pas, grand concert en plein air ; le Riviera 76 avec Keith Jarrett, Steve McLaughlin, Chick Corea etc… La chaleur aidant, l’atmosphère en ces années de liberté, est torride. Mais 20 000 spectateurs seront insuffisants au regard des 40 000 attendus. ..

Réglementation

La réglementation a changé depuis le Grand Prix d’Espagne. Désormais les dimensions des F1 sont encadrées. Les mensurations du plateau ont été prises. La FIA a retenu les maxima en longueur et largeur. A réduit la hauteur et supprimé les prises d’air verticales ainsi que le porte à faux de l’aileron arrière de 20 cm en le passant à 80 cm de l’axe des roues. James Hunt a gagné ce même Grand Prix d’Espagne mais s’est vu déclassé dans la foulée pour largeur excessive. 15 mm. L’écurie a fait appel.

Casse-tête

GP France 1976 Paul Ricard - James Hunt - McLaren M23 8 © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – James Hunt – McLaren M23 8 © Olivier ROGAR

Aussi anodin que cela puisse paraître, la mise à la bonne largeur de la voiture va amener les ingénieurs à modifier plusieurs paramètres. Et la belle M23 ne fonctionnera plus comme auparavant. Hunt ne marque de points ni en Belgique ni à Monaco, et seulement 2 en suède. Ne parlons pas des poles positions dont il était devenu le principal détenteur en ce début de saison. Les mécaniciens de Gordon Coppuck, son concepteur, se démènent, dérèglent, règlent, démontent, remontent,  il n’y peuvent mais…. La voiture ne marche plus. Chez McLaren, on commence à s’inquiéter. «  Nous étions certains que le montage des refroidisseurs d’huile n’intervenait pas dans les mauvaises performances de la voiture. Rien, logiquement ne nous incitait à penser le contraire. Certes, nous n’ignorions pas qu’installés à l’arrière, les refroidisseurs d’huile risquaient de modifier les effets de l’aile, mais ils avaient si peu bougé par rapport à leur ancienne position que nous ne pouvions imaginer que la clé du mystère se trouvait là. » (2) . Ce n’est qu’après avoir remonté les radiateurs d’huile à leur ancien emplacement que la voiture se remet à fonctionner. 15 mm sur les pneus, 30 mm sur les refroidisseurs. Voilà comment mettre une saison en l’air !

Six roues

GP France 1976 Paul Ricard - Stands Tyrrell © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – Stands Tyrrell © Olivier ROGAR

Ken Tyrrell et son ingénieur Derek Gardner ont dû faire montre de persuasion et de détermination pour convaincre le géant de la gomme. Fournir des pneus taille mini pour la nouvelle Tyrrell P34 à 6 roues tient du coup de pub comme du pari technique. Quatre petites roues directrices de 10′ à l’avant. Deux énormes pneus à l’arrière comme toutes les F1. Good Year a marché pour 1976. Si le début de saison s’est effectué avec la 007 classique, dès le Grand Prix d’Espagne est apparu le « monstre ». Double abandon. Mais déjà en Belgique Jody Schekter lui fait marquer ses premiers points. 4e place. A Monaco, les deux P34 complètent le podium autour de la Ferrari de Lauda. Et en Suède, consécration et doublé des deux Tyrrell. Schekter vainqueur se présente au Grand Prix de France en 2e position au classement du championnat et Depailler en 3e .

GP France 1976 Paul Ricard - Patrick Depailler - Patrick Depailler P34 © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – Patrick Depailler – Patrick Depailler P34 © Olivier ROGAR

Deux Ligier

GP France 1976 Paul Ricard - Jacques Laffite - Ligier JS5 01 © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – Jacques Laffite – Ligier JS5 01 © Olivier ROGAR

Fin 1975, Matra a cédé la place à Ligier. Pas que la place d’ailleurs. Ingénieurs, Moteur, sponsor. Jean Pierre Beltoise a été le facilitateur de ce rapprochement. Puis l’essayeur de la belle JS5 qui en a résulté. Il devait la piloter en course. Juste retour des choses. C’était sans compter avec le pragmatique – ou rusé … – Guy Ligier. Un volant fut organisé. Jean-Pierre Beltoise d’un côté, à court de compétition, Jacques Laffite de l’autre, récent vainqueur du championnat d’Europe de F2 avec en outre quelques courses de F1 chez Williams. Si les conditions de cet impromptu restent à discuter, le résultat fut sans appel et Laffite promu pilote de cette unique JS5 pour la saison 1976. ( « Pour ses qualités de metteur au point »  lira-t-on sur  le programme du Grand Prix …)

GP France 1976 Paul Ricard - Jacques Laffite - Ligier JS 5 01 © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – Jacques Laffite – Ligier JS 5 01 © Olivier ROGAR

En cette veille de Grand Prix de France, la grande question est de savoir combien de Ligier seront alignées. Guy Ligier a pris la décision d’engager Jean-Pierre Jarier aux côtés d’un Jacques Laffite quelque peu dépité. Celui qu’on surnomme Godasse de plomb a une fameuse réputation et faute d’avoir fait la révolution, a plusieurs fois fait parler la poudre en Amérique du Sud avec sa Shadow. Toujours est-il qu’au cours de ces préliminaires, Jacques Laffite se montre plus rapide et, semble-t-il, meilleur metteur au point. (3)

Finalement la seconde JS5 ne sera pas alignée. Jarier rentre à l’écurie la tête basse et se fera assez discret du côté du stand Ligier. Droit et dollars. Il semble que Don Nichols, le patron de Shadow lui a fait relire son contrat. Ouvrant pour l’écurie, la possibilité de ne le payer qu’en fin de saison. Mettant à bas l’argument n°1 du pilote ; ne pas avoir été payé depuis début 1976.

Il n’y aura donc qu’une Ligier au Paul Ricard en ce mois de Juillet. Jarier est penaud, Ligier fulmine comme il sait le faire et pas seulement à cause de Gitanes, ses 600 000 francs de pièces détachées inutiles lui pèsent, Laffite « drinks little milk » (4) désormais chez Ligier les « vieux » de Matra et notamment Gérard Ducarouge, vont moins lui dire « A la Matra on faisait comme ça ».

Cinq français et des chaises musicales

Outre Jarier, Laffite et Depailler que nous venons d’évoquer, le plateau est complété par Henri Pescarolo. Il officie désormais sur une Surtees TS19 aux côtés d’Alan Jones et de Brett Lunger. Michel Leclère est notre cinquième représentant.  Il court sur la Williams FW 05 aux côtés de Jacky Ickx.

Si les performances de la Ligier et surtout de la Tyrrell sont de premier ordre, la Shadow n’est plus que l’ombre d’elle-même (!),  ses prestations s’effondrant de Grand Prix en Grand Prix. Du moins pour celle de Jarier…

Les Surtees sont au nombre de trois, Jones et Lunger étant les titulaires réguliers, Pescarolo les rejoint pour 8 courses. On verra à leur volant plusieurs pilotes de passage : Anderson, Divina Gallica et Takahara.

Quant aux Williams, on peut dire que le loup est dans la bergerie… Walter Wolf a racheté à Frank Williams 60 % de l’écurie Williams Racing. Le Wolf Williams Racing a récupéré Harvey Postlethwaite et sa dernière création développée pour Hesketh. Il ne parvient pas à la faire fonctionner.  Michel Leclère comme Jacky Ickx , pourtant une référence, vivent un calvaire. Frank Williams sera débarqué avant la fin de la saison. En attendant l’écurie semble vivre d’expédients, louant ses voitures à Divina  Gallica, Renzo Zorzi, Arturo Merzario, Chris Amon, X Brown, Hans Binder et Emilio Zapico…Neuf pilotes en une saison ! Pas sûr qu’on revoit cela avant un moment.

Plateau

GP France 1976 Paul Ricard - Alan Jones - Surtees TS19 02 - Vittorio Brambilla - Marche 761 3 © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – Alan Jones – Surtees TS19 02 – Vittorio Brambilla – Marche 761 3 © Olivier ROGAR

Il est certain que la participation est étoffée. Puisqu’au cours de cette saison, 20 pilotes et 13 écuries marqueront des points. Pour le Grand Prix de France, nous avons 30 candidats et 26 voitures au départ.

La présence anglaise est à son apogée avec McLaren, Lotus, Brabham, March, Williams, Surtees,  Ensign et Hesketh engagées par leurs teams officiels mais aussi à titre privé. Penske et Shadow représentent les Usa, Copersucar-Fittipaldi le Brésil, Ligier la France et bien sûr Ferrari l’Italie.

Le moteur V8 Ford Cosworth équipe la grande majorité du plateau. Mais quatre équipes en sont dépourvues :  Ferrari chez qui le 12 cylindres est encore une tradition. BRM. Las, ce dernier n’effectue qu’une seule course début 1976. Mais entre temps de « nouveaux » motoristes ont fait leur retour ; Le 12 cylindres Alfa – Romeo équipe les belles Brabham BT45 conçues par Gordon Murray et le 12 cylindres Matra aux vocalises si expressives, équipe la Ligier JS5 dessinée par Gérard Ducarouge.

Les pneus sont des Good Year. Les monocoques sont en aluminium. Le nombre de roues n’est pas encore réglementé, ce qui nous vaut la P34 évoquée plus haut.

GP France 1976 Paul Ricard - Vittorio Brambilla - March 761 3 © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – Vittorio Brambilla – March 761 3 © Olivier ROGAR

Les contraintes imposées aux aérodynamiciens sont peu importantes, ce qui contribue à laisser libre cours à leur imagination pour l’emplacement des radiateurs, la forme des ailerons, et nous offre une belle diversité de formes.

Une équipe a généralement deux voitures, parfois une seule, elle participe à tout ou partie du championnat, peut changer ses pilotes en cours de saison, leur donner des consignes… Quelques dizaines de personnes y travaillent. Son budget représente en moyenne 6 millions de francs de l’époque, soit en monnaie constante moins de 6 millions d’euros 2018… (Pour rappel, le budget 2018 moyen-bas d’une équipe est de 100 millions d’euros avec plus de 200 employés).

Et pourtant dans le programme de ce Grand Prix de France 1976, on peut lire : «  la F1 de la génération précédente [ ressemble] à une antédiluvienne distraction de patronage. ……il est évident que par les sommes astronomiques et les intérêts mis en jeu, le sport est quelque peu dépassé par les évênements »

Essais

GP France 1976 Paul Ricard - Carlos Pace - Brabham BT45 © Olivier ROGAR (1)
GP France 1976 Paul Ricard – Carlos Pace – Brabham BT45 © Olivier ROGAR (1)

La première séance d’essais est dominée par Carlos Pace dont la belle  – mais lourde – Brabham Alfa Roméo  réalise 1’48’’76. La seconde séance voit une hiérarchie plus habituelle se mettre en place, dominée par James Hunt 1’47’’89, dont la McLaren a retrouvé toute sa vitesse, devant Lauda en 1’48’’17. Suivent Depailler, Regazzoni, Peterson et Pace. Laffite est 13e, la belle Ligier a été incapable de rééditer ses temps d’intersaison, les autres français sont derrière : Jarier 15e, Leclère 20e, Pescarolo 22e.

GP France 1976 Paul Ricard - Niki Lauda - Ferrari 312 T2 026 © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – Niki Lauda – Ferrari 312 T2 026 © Olivier ROGAR

AUTO vélo

Après les essais, Auto Hebdo organise une course de vélos pour les pilotes. Un tour de circuit. Jacky Ickx fait honneur à son compatriote Eddy Merckx, et remporte la course.

GP France 1976 Paul Ricard - Course Vélo Auto-Hebdo © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – Course Vélo Auto-Hebdo © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard - Course Vélo Auto-Hebdo - Emerson Fittipaldi © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – Course Vélo Auto-Hebdo – Emerson Fittipaldi © Olivier ROGAR

Course

La parade des pilotes a lieu sur la nouvelle Porsche 924.

GP France 1976 Paul Ricard - Clay Regazzoni © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – Clay Regazzoni © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard - Carlos Pace - John Watson © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – Carlos Pace – John Watson © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard - Jochen Mass © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – James Hunt © Olivier ROGAR

Chez McLaren, on a remarqué que les Good-Year neufs, s’ils sont trop sollicités ont tendance à voir leurs performances s’effondrer. Par contre les caractéristiques de leur mélange mou sont constantes une fois les pneus rodés. Hunt prend donc le départ avec des gommes usagées tandis que Lauda privilégie des pneus neufs.

GP France 1976 Paul Ricard - Grille de départ © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – Grille de départ © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard - Grille de départ - Niki Lauda - Ferrari 312 T2 026 © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – Grille de départ – Niki Lauda – Ferrari 312 T2 026 © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard - Grille de départ - James Hunt - Niki Lauda © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – Grille de départ – James Hunt – Niki Lauda © Olivier ROGAR

Lauda s’envole et prend une seconde au tour à ses poursuivants. Mais au 9e tour, abandon sur casse moteur ( villebrequin). Hunt en tête est talonné par Regazzoni sur l’autre Ferrari. Jusqu’au 18e tour. Rupture moteur également sur la seconde Ferrari.

GP France 1976 Paul Ricard - 1er Tour - James Hunt - McLaren M23 8 - Clay Regazzoni - Ferrari 312T2 027 © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – 1er Tour – James Hunt – McLaren M23 8 – Clay Regazzoni – Ferrari 312T2 027 © Olivier ROGAR

Suivent Depailler, Schekter, Peterson, Watson, Pace et Andretti. Peterson, remonté en 3e position sur sa fine March atteint une vitesse de 297 km/h dans la ligne droite du Mistral mais abandonne sur rupture du distributeur d’alimentation. Scheckter chute à la 6e place sur problème moteur.

GP France 1976 Paul Ricard - Ronnie Peterson - March 761 6 © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – Ronnie Peterson – March 761 6 © Olivier ROGAR
 GP France 1976 Paul Ricard - Watson - Pace - Scheckter © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – Watson – Pace – Scheckter © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard - Jacques Laffite - Ligier JS 5 01 - Patrick Depailler - Tyrrell P34 2 © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – Jacques Laffite – Ligier JS 5 01 – Patrick Depailler – Tyrrell P34 2 © Olivier ROGAR

Depailler est un beau second. Mais jamais il n’a pu inquiéter Hunt. Celui-ci a pourtant le coeur au bord des lèvres, intoxiqué par on ne sait quelle substance depuis le vendredi soir. La fin du Grand Prix lui parait bien longue.  Que se serait-il passé si Depailler avait pu attaquer ? En soirée on apprend le déclassement de John Watson, 3e sur la Penske, pour dimensions non conformes de son aileron. Il sera rapidement rétabli à sa juste place.

Outre Depailler, second, les français finissent 12e, Jarier, 13e, Leclere, 14e, Laffite. Pescarolo a abandonné.

GP France 1976 Paul Ricard - Henri Pescarolo - John Watson © Olivier ROGAR
GP France 1976 Paul Ricard – Henri Pescarolo – John Watson © Olivier ROGAR

Tapis vert

GP France 1976 Paul Ricard Patrick Depailler Tyrrell P34 2 - James Hunt McLaren M23 8 - John Watson - Penske PC4 001 © DR
GP France 1976 Paul Ricard Patrick Depailler Tyrrell P34 2 – James Hunt McLaren M23 8 – John Watson – Penske PC4 001 © DR

Après le podium, la fête. On peut compter sur James que ce genre de perspective revigore sûrement. Long dîner à l’Hôtel de d’Ile-Rousse à Bandol. A l’aube du lundi, Teddy Mayer, le patron de McLaren et James Hunt embarquent dans l’avion de Colin Chapman. Cap sur Paris où va être jugé l’appel fait par l’écurie suite à son déclassement en Espagne. Chapman doit témoigner contre la sévérité du verdict. James Hunt est rétabli dans sa victoire. En 24heures, il augmente son capital de 18 points tandis que Lauda diminue le sien de 3 points. (En passant de la 1e à la 2nde place du Grand Prix d’Espagne).

A l’issue du Grand Prix de France, Lauda conserve largement la tête du championnat avec 52 points, Mais Hunt, revenu de nulle part, est second avec 26 points dont deux victoires, Depailler second ex aequo  avec 26 points mais pas de victoire, Scheckter est 4e avec 24 points.

Lauda gagnera en Grande Bretagne mais ne marquera plus que 16 points jusqu’à la fin de la saison, du fait de son accident au Nurbürgring. Hunt en marquera 43 et remportera le championnat d’un point, au Japon, dans des conditions qui sont entrées dans l’histoire de la F1.

Notes

1 : Entretiens avec François Chevalier et livre « Circuit Paul Ricard – François Chevalier – Editions ETAI – 2004 »

2 : Livre « James Hunt – Pari gagné – Editions Solar – 1977 » – Fonds Johnny Rives

3 : Livre « Trajectoire » Jacques Laffite – Editions Solar – 1978

4 : Selon l’expression prêtée à Jean Marie Balestre, traduction littérale de « boire du petit lait », à laquelle les anglo-  saxons n’ont strictement rien compris. Et pour cause.

Olivier Rogar

Olivier collabora avec « Mémoires des Stands » puis, à sa disparition, en 2012, il créée Classic COURSES avec les encouragements de Pierre Ménard et Johnny Rives. L’esprit d’entreprise qui l’habite trouve dans le sport automobile les valeurs de précision, de prise de risques, de rapidité de décision dont la maîtrise conditionne toute réussite.

Olivier Rogar has 49 posts and counting. See all posts by Olivier Rogar

10 pensées sur “Circuit Paul Ricard – Grand Prix de France 1976

  • Merci Olivier pour le rappel de ce Grand prix qui a effectivement changé la face du championnat 1976.
    Pour ce qui est du Festival Riviera 76, petite correction : c’est John McLaughlin (et non Steve) qui était à la six-cordes à la tête de son groupe Shakti. Notons que ce festival fut organisé par Michael Lang, LE Michael Lang qui avait organisé le légendaire Woodstock en août 1969 et, quelques mois plus tard, le tristement célèbre Altamont. Ce rassemblement fut qualifié – un peu hâtivement – de « Woodstock français » mais ne put rivaliser en matière de têtes d’affiches avec son célèbre prédécesseur (d’autant qu’au Paul Ricard, les vedettes étaient essentiellement issues du jazz, alors qu’à Woodstock, c’était le rock qui prédominait). Le seul artiste censé établir le lien entre les deux événements fut l’ineffable Joe Cocker… qui arriva sur scène les réservoirs tellement pleins qu’il ne put que bredouiller quelques bribes de son répertoire avant d’abandonner sur sortie de piste !

    Répondre
  • Et merci aussi pour les photos inédites. C’était un temps où l’on pouvait encore faire de bonnes photos sans avoir un matériel de professionnel et une accréditation bord de piste.

    Répondre
    • Et je me rends compte avoir été tellement subjugué par les couleurs que je n’ai pas la moindre photo d’une F1 noire. Williams, Shadow ou Lotus…

      Répondre
  • 20 000 spectateurs ; guère surprenant .
    J’étais à TOULON pour le week end ; le samedi on a profité des plages de Porquerolles . Il a fallu se faire violence le dimanche matin pour prendre la route du plateau via Ollioules et déjà des embouteillages Kolossaux à l’aller comme au retour .
    Bref , rien n’a vraiment changé ren 42 ans sous le doux soleil du VAR

    Répondre
  • Très sympa ce rappel de 76 avec toutes ces photos personnelles, bravo et merci Olivier.
    J’étais le dimanche sur la butte du double droite du Beausset et me rappelle les applaudissements lors de l’abandon de Lauda! Maintenant qu’on connaît la suite de l’histoire, ils paraissent particulièrement injustes.

    Répondre
    • Incorrigible naïf que je suis. Voilà 42 ans que je pense que les applaudissements honoraient Lauda. Enfin, en ce qui me concerne, je lui voue depuis une totale admiration. Au fait, j’étais dans le même virage que toi. J’ai passé la nuit sur une chaise longue… Souvenir 🙂

      Répondre
  • Jacky Ickx écrivait à Auto Hebdo le 12/07/1976:

    « Rentré de Watkins-Glen, je tiens à vous remercier et surtout à vous féliciter d’avoir mis sur pied le critérium cycliste du Castellet.
    Quand j’entends les anciens du sport automobile évoquer leurs souvenirs, il semble que de leur temps, la compétition s’entourait d’un climat permanent d’amusement et de détente dont il ne reste rien aujourd’hui, le professionnalisme ( dans le meilleur sens du mot) et le niveau de l’effort ininterrompu ayant fait de la course une sorte d’opération de laboratoire scientifique. Or, je ne pense pas qu’un métier comme celui de pilote puisse se passer absolument de gaité ou même de fantaisie….
    Votre initiative a rompu la sévérité du Grand Prix de France. ….
    Bravo aussi pour le choix parfait de la distance qui laissait ses chances à chacun alors qu’un parcours plus long aurait donné un avantage insurmontable aux cyclistes entraînés dont je fais partie. »…
    On n’attendait pas moins de l’alter ego de Eddy Merckx victorieux de l’épreuve comme nous le rappelle Olivier Rogar, et qui n’aurait pas refusé non plus un tournoi de backgammon.

    Répondre
  • C’est un détail, mais on peut rendre son prénom au pilote occasionnel Wolf-Williams « X » Brown ….. Warwick en l’occurrence, excellent pilote Australien qui fit une très belle carrière en F 5000, chez lui aux Antipodes mais aussi aux Etats-Unis. Carrière qui eût sans douté été encore plus convaincante sans de graves blessures aux jambes subies au volant d’une Lola T 330, Warwick faisant partie du club des pilotes frappés par le « Lola Limp » en raison de la fragilité de la structure avant de ce modèle.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.