Johnny Rives F1, Monza 2018

INEXORABLE HAMILTON

Pour titrer ces réflexions sur le G.P. d’Italie, une idée nous avait gagné au fil des tours. Mais nous l’avons écartée par respect pour Raïkkonen. Nous avions pensé à « Hamilton et les autres ». Un peu comme on le dit à propos des écuries, quand il est question de Mercedes, Ferrari et Red Bull d’une part, et, péjorativement, des « autres » d’autre part. Car Hamilton n’a pas son pareil pour livrer le meilleur de lui-même. Il l’a démontré une fois de plus à Monza. Qui placer à son niveau ?

 Vettel ? Déjà auteur de quelques fautes lui ayant coûté gros cette année (Bakou, Hockenheim), l’Allemand s’est empêtré dans une défense dont s’est joué Hamilton. Pire : elle l’a relégué en queue de peloton dès le deuxième virage.

 Bottas ? Bien qu’au volant d’une Mercedes comme Hamilton, il s’est cassé les dents jusqu’à l’arrivée sur la Red Bull de Verstappen et son « pauvre » moteur Renault. Son équipe ayant retardé volontairement son changement de pneus, il s’est trouvé à point nommé devant Raïkkonen en le bouchonnant discrètement pour favoriser un retour d’Hamilton sur la Ferrari. Pas de quoi pavoiser.

 Verstappen ? Dans les confrontations directes, il est loin d’être « blanc-bleu », ce qui est clairement une qualité d’Hamilton. Ici il l’a payé d’une pénalité… Finalement, il n’y en a qu’un dont la prestation à Monza méritait la comparaison avec celle d’Hamilton : Kimi ! Les tifosi l’ont reconnu en rendant un bel hommage au Finlandais.

                                                   Johnny Rives.

LEWIS DÉJÀ CHAMPION ?

Monza 2018 – Il y avait vraiment quelque chose d’inexorable, dans la cavalcade d’Hamilton à Monza : même en début de course, quand Raïkkonen réussissait à le maîtriser, il ne faisait guère de doute que ses efforts allaient payer. L’Anglais réussissait incroyablement à rester à moins d’une seconde de la Ferrari. Ce qui lui permettait de profiter du DRS (effacement en ligne droite du volet de l’aileron arrière). Ce dont ne pouvait profiter Raïkkonen… qui ne suivait personne, lui. On pouvait imaginer que, sachant la rigueur de l’équipe Mercedes en ce domaine, le changement de pneus jouerait en sa défaveur. Ce qui fut bien le cas finalement, mais d’une manière assez inattendue. Ferrari, à qui un bon stratège fait clairement défaut, avait arrêté Kimi huit tours avant que Mercedes n’arrête Hamilton ! Huit tours, c’est énorme.

GP Italie 2018 - Kimi Raikkonen - Pirelli @ DR
GP Italie 2018 – Kimi Raikkonen – Pirelli @ DR

Cela a coûté au Finlandais d’achever la course avec des pneus à l’agonie, à cause desquels il ne pouvait plus rivaliser avec l’Anglais. A ce train, difficile de ne pas voir en ce dernier le futur champion du monde… Les 30 points d’avance qu’il compte désormais sur Vettel placent Hamilton dans une position extrêmement avantageuse. Mais que sont 30 points face aux 175 qu’il reste à gagner d’ici à la fin du championnat ? Apparemment peu de choses. Mais il vaut mieux les avoir à son crédit qu’à son débit…

MAÎTRE DE LA SITUATION.

GP Italie 2018 - Lewis Hamilton - Mercedes @ DR (2)
GP Italie 2018 – Lewis Hamilton – Mercedes @ DR (2)

La maîtrise d’Hamilton va bien au-delà du pilotage. Le sang-froid dont il fait preuve en course, la constance de ses efforts, la finesse de sa conduite, tout cela s’assortit, lorsque les moteurs se taisent, d’un comportement exemplaire. On reconnaît généralement aux grands sportifs un défaut qui paradoxalement se mue chez eux en une qualité indispensable à leur réussite : l’égoïsme. Hamilton l’est sans doute autant que les autres. Cependant, il n’est pas égocentrique. Il en a surpris plus d’un à sa descente de voiture quand, ayant retrouvé ses esprits, ses premiers mots ont été pour congratuler Ferrari « qui a vraiment été un adversaire de qualité ». Puis il a félicité son équipe bien sûr. Et même son équipier Bottas. En s’exprimant ainsi, Lewis Hamilton voit son aura s’élever au niveau de certains champions du passé comme Fangio ou Senna. La même noblesse.

GROSJEAN DISQUALIFIÉ !

GP Italie 2018 - Romain Grosjean - Haas @ DR
GP Italie 2018 – Romain Grosjean – Haas @ DR

Dans l’anonymat d’un peloton trop souvent négligé par les caméras de télévision, deux Français ont encore joliment tiré leur épingle du jeu : Romain Grosjean et Esteban Ocon. L’un et l’autre entretenaient une jolie série dans les points, qui s’est hélas interrompue sur un coup de Trafalgar pour Grosjean. Il a été disqualifié pour non conformité de sa Haas, suite à une réclamation de Renault. Qui récupère de cette façon peu glorieuse la 4e place au championnat des constructeurs que Haas lui avait subtilisée avant le déclassement de sa voiture. Du coup, la sixième place que Grosjean avait conquise sur le terrain, est revenue à Esteban Ocon, qui avait franchi l’arrivée dans son sillage. Lequel conforte ainsi sa position de premier Français au championnat (10e).

GP Italie 2018 - Esteban Ocon @ DR
GP Italie 2018 – Esteban Ocon @ DR

L’excellente course de ces deux pilotes est intervenue alors que leur situation semble être en danger – les mauvaises langues insinuant parfois que la saison de Grosjean ne donne pas satisfaction à son équipe. Pour Ocon, l’avenir n’est pas clair non plus, car s’il se retrouvait chez McLaren en 2019, comme cela se murmure, il serait perdant. Situation inique due pour beaucoup à l’arrivée sur l’échiquier de la F1 de quelques fils de milliardaires ayant d’autres arguments que ceux de Ocon (ou Grosjean) à faire valoir. Le comble en ce domaine serait d’apprendre (cela se murmure aussi) que Ferrari ne renouvelle pas sa confiance à Raïkkonen. La F1 serait-elle dans une situation à ce point funeste ?

GP Italie 2018 - Kimi Raikkonen - Pole @ DR
GP Italie 2018 – Kimi Raikkonen – Pole @ DR

Johnny Rives

Johnny Rives entre au journal l'Équipe en juin 1960 pour y devenir le spécialiste des sports automobiles. Il commenta les grands-prix de Formule 1 sur TF1 avec Jean-Louis Moncet, Alain Prost, et Pierre van Vliet de 1994 à 1996. Johnny Rives a encouragé le démarrage de Classic COURSES auquel il collabore depuis le début.

Johnny Rives has 160 posts and counting. See all posts by Johnny Rives

10 pensées sur “Johnny Rives F1, Monza 2018

  • Un plaisir de revivre le GP avec le regard de Johnny Rives….mais la chance de Mercedes est d’avoir Hamilton dans une de ses voitures!…et celle d’Hamilton c’est de ne pas avoir Ricciardo ou Alonso dans la Ferrari!

    Répondre
    • La chance de Mercedes est effectivement d’avoir Hamilton: bien vu. C’est évidemment factuel.
      Néanmoins je ne suis pas sûr que la chance de Hamilton est de ne pas avoir Alonso ou Ricciardo dans la Ferrari!
      Ces deux pilotes sont certes très ‘’ bons’’, mais je les vois mal capables de lutter face à Hamilton quand il est dans l’état où il pilote depuis le GP de Silverstone.
      Pour mémoire, les GP qui se sont succédé: Allemagne, Hongrie, et Belgique sont ceux qui ont montré , avant celui d’Italie, que ce garçon (Hamilton), a manifestement atteint une autre dimension.
      Enfin, je pense qu’il est aisé de citer les noms de certains pilotes pour faire croire implicitement qu’ils feraient mieux en lieu et place de tels autres pour contrer Hamilton!
      Cela reste dans le domaine de la simple spéculation.

      Répondre
    • Bien vu Gérard, mais avec l’Alonso d’aujourd’hui, excellent pilote, certes, Ferrari aurait viré Arrivabene, trois ingénieurs et Raikkonen et naviguerait en queue de peloton en pleurant sur sa gloire passée ! Moi je rejoins Johnny. Hamilton a le talent et la classe.

      Répondre
    • C’est bien vu Gérard, mais pourquoi Ferrari n’a pas jeté l’épuisette
      sur ces deux garçons début Août quand ils étaient libre tous les deux et que Vettel avait déjà fait trois de ses quatre erreurs ?

      Répondre
  • Donner un avantage à Kimi en qualif à ce stade du championnat était une erreur évidente dès samedi. Résultat Vettel fait n’importe quoi pour repasser devant, et Kimi est incapable de valoriser l’avantage de sa voiture face à un calibre comme Hamilton. Vivement Leclerc pour redonner du souffle à Ferrari !

    Répondre
  • Merci encore pour vos chroniques Mr Rives !!
    Pour ma part, je nuancerais quand au comportement d’Hamilton : je le trouve exemplaire en dehors de la voiture seulement quand il gagne !! Autrement, on a le droit à la soupe à la grimace ou à des polémiques de bas de étages (Monaco, Silverstone), alors même que ça fait longtemps qu’il n’a pas récolté de résultats minables… mais bref, il a vraiment fait étalage d’un grand talent dimanche, et d’une qualité qui fait souvent défaut à Vettel ces derniers temps : le sang froid !! j’ai l’impression que Baby Schumi s’est trompé d’adversaire. Au lieu de protéger sa position sur la ligne extérieure (à priori la meilleure) à la Roggia, il a cédé à la tentation d’attaquer Raikkonen (qui aurait eu l’outrecuidance de lui piquer la pole ??) et du coup ouvert la porte à Hamilton… En plus de ruiner ses chances (une nouvelle fois), il a ruiné celles de Ferrari en laissant Kimi lutter seul, pris en sandwich par la stratégie opportuniste mais intelligente des 2 Mercedes… N’empêche, c’est pas tous les jours que Kimi s’exprime et ça faisait plaisir à voir !! Enfin, je dirais même :). Par contre, je suis plutôt convaincu qu’il ne sera pas reconduit chez Ferrari… snif. Et la position d’Ocon est vraiment inquiétante aussi !! Pôvre F1

    Répondre
  • Arrivabene parle très peu mais pour autant n’a pas montré sa volonté d’accueillir Leclerc à l’inverse de feu Marcchione. Si Raïkkönen continue sur sa lancée actuelle, je pense que Ferrari conservera son tandem et permettra à Charles Leclerc de parfaire sa préparation aux hautes tâches qui l’attendront éventuellement dans une telle équipe.
    Les portes de McLaren, comme celles du pénitencier, viennent de se refermer devant le nez de Ocon et il est bien difficile, hélas, d’imaginer par quel miracle un volant correct va pouvoir lui échoir… Quelle misère cette F1. L’étendue du chantier des réformes nécessaires à sa survie (si si…) donne à la fois le vertige et la nausée…

    Répondre
  • Hamilton avait annoncé la couleur en voulant passer au moins une Ferrari au départ ce qu’il fit proprement tandis que Vettel vint s’appuyer sur le flan de la Mercedes ce qui l’envoya par ricochet hors piste. Il pouvait retenir tout aussi bien sa trajectoire et la vitesse de pointe de sa Ferrari devait lui garantir de reprendre le dessus peu après comme Raïkkonen le démontra ou alors dans le feu de l’action espérait-il pousser Hamilton au large. Schumacher et Montoya ont ferraillé dans cette chicane sans en arriver là. Peut-être ce soir plus que jamais chez Ferrari pensait-on sans le dire que pour gagner le championnat il leur aurait fallu Hamilton.

    Répondre
  • Quelle tristesse !
    Des écuries de F1 qui croient pouvoir se passer d’Alonso, Räikkönen, Ocon, Vandoorne risquent de finir par se priver des derniers spectateurs et téléspectateurs…

    Répondre
  • Je crois que Ron Dennis, il y a quelques années, avait dit ( cyniquement? ) que la F1 était un sport pendant les week-ends de course et un business, 300 jours sur 365 par an.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.