Johnny Rives F1, Bakou 2018

ET HAMILTON ÉMERGEA D’UN SPRINT ÉCHEVELÉ

 Lorsque la voiture de sécurité (SC) intervint à cause de l’accrochage que l’on guettait depuis longtemps entre les deux Red Bull (40e tour), tous les pilotes avaient déjà effectués leur changement de pneus. A la seule exception de Valtteri Bottas. Le Finlandais de Mercedes devenait le grand chanceux de l’histoire. Ne s’étant pas encore arrêté, il occupait naturellement la première place. Et l’opportunité de la conserver ne pouvait être meilleure. Vettel, qui guettait cette position après l’avoir contrôlée au cours des 30 premiers tours, le comprit mieux que quiconque – lui qui avait bénéficié d’un semblable concours de circonstances en Australie pour entamer victorieusement la saison. Il ne restait plus qu’une dizaine de tours à accomplir. Perdus pour perdus, tous les poursuivants de Bottas se résolurent à chausser eux aussi les pneus « ultra tendres », les seuls de la gamme Pirelli à s’accommoder de la fraîcheur régnant à Bakou ce 29 avril… Les quinze F1 rescapées de ce circuit propice aux coups de théâtre (et qui n’en avait pas été avare) allaient donc se jeter dans un sprint sans doute échevelé. D’où allait surgir le futur vainqueur. On en avait l’eau à la bouche. A l’inverse de l’infortuné Bottas, l’on ne devait pas être déçus. Tout comme Lewis Hamilton, l’heureux élu.

                                                                Johnny RIVES.

JE T’AIME, MOI NON PLUS…

F1, Bakou 2018. L’accrochage entre Max Verstappen et Daniel Ricciardo était fatal. Enfin il apparaissait comme tel depuis le début de la course. Les deux « équipiers » ( ?) se battaient comme des chiffonniers après un début de course difficile où, chaussées plus efficacement en gommes « ultra », les Renault et Sainz et Hulkenberg avaient relégué les Red Bull en 6e et 7e positions. Mais cela n’avait pas duré. Une fois retombé le feu d’artifice des Renault, Verstappen et Ricciardo avaient retrouvé leurs 4e et 5e places. Depuis lesquelles ils menaient une chasse acharnées après Bottas qui semblait à leur portée. Ricciardo avait semblé avoir l’avantage lors des cinq premiers tours de course, mais dès le retrait de la SC provoquée par l’élimination accidentelle d’Ocon, Verstappen n’avait pas manqué l’occasion de lui imposer son rythme. Cela non sans user de quelques vacheries pour bien faire comprendre à Ricciardo qu’il n’était pas disposé à lui laisser aisément le passage. Parfois leurs roues s’étaient entrechoquées, mais grâce à leur adresse, ils avaient évité le pire. Jusqu’à leur changement de pneus. Après s’être battus avec les « super » de Pirelli, qui mettaient tous leurs utilisateurs en difficultés dans la fraicheur de Bakou, vint le moment de chausser les Pirelli « ultra », bien mieux adaptés aux conditions de course. Ricciardo venait de subtiliser la 4e place à Verstappen quand il fut le premier à stopper (37e tour). Au passage suivant, ce fut au Batave de troquer ses pneus rouges contre les fameux violets. Et, surprise, il regagna la piste devant Ricciardo. Lequel développa alors toute son agressivité pour reprendre l’avantage. A la fin du 39e tour, profitant de l’aspiration de la voiture sœur, l’Australien voulut tenter sa chance au freinage au bout de la longue ligne droite, devant les stands. Mais Max veillait au grain. Il freina sur la gauche pour décourager son frère ennemi. Jugeant sa manœuvre réussie, il se déporta à droite pour le premier virage. Mais Ricciardo vit là une chance. Serrant à gauche il retarda son freinage comme jamais. Alors Max décida de revenir sur la partie gauche de la piste qu’il avait ouvert inconsidérément. Dès lors, le choc était inévitable. Les deux Red Bull se retrouvèrent tournoyant dans l’échappatoire. Un KO aussi lamentable que radical. « Ils sont aussi responsables l’un que l’autre » conclurent hâtivement les responsables de Red Bull, confirmant ainsi que Verstappen est bien le « chouchou » de l’écurie Red Bull. Un Verstappen d’une régularité confondante : en quatre Grands Prix, il a été mêlé, bon gré, mal gré, à quatre incidents graves. Voilà qui va peut-être influencer Ricciardo pour choisir son prochain contrat – lui vers qui louchent avec envie la plupart des autres équipes.

HAMILTON ENFIN HEUREUX !

GP Bakou 2018 - Hamilton - Bottas @DR
GP Bakou 2018 – Hamilton – Bottas @DR

Malgré un début de saison difficile des Mercedes, et malgré un début du G.P. d’Azerbaïjan tout aussi difficile (il fut incapable de suivre le rythme imposé par Vettel en début de course), Lewis Hamilton a fini par retrouver le sourire. Comment aurait-il pu en être autrement ? A la reprise de la course, après que l’intervention de la SC déclenchée par l’accrochage des Red Bull ait été prolongée par l’inattendue élimination de l’infortuné Romain Grosjean, Lewis était en 3e position, précédé par Bottas (heureux bénéficiaire des circonstances) et par Vettel (qui avait dominé lors des 30 premiers tours). Ce dernier tenta, dès le premier freinage, de reconquérir la place de leader que Bottas lui avait subtilisée grâce aux circonstances. « J’étais obligé de tenter une attaque ! » se justifia-t-il plus tard. Mais, roues bloquées, il fut déporté au large, au grand bénéfice des deux Mercedes (Bottas et Hamilton). Moins d’un tour plus tard, l’inattendu survenait dans la ligne droite. Aucun incident ne s’y était produit précédemment. Et pourtant un débris s’y trouvait. Débris sur lequel roula Bottas, dont le pneu arrière droite souffrit instantanément, anéantissant les espérances – heureuses mais justifiées – du Finlandais. Ce qui permit à Hamilton de pointer en tête pendant trois tours. Les trois derniers. Hamilton ne pouvait pas dire moins que la chance lui avait enfin souri !

PEREZ QUI RIT, GROSJEAN QUI PLEURE

GP Bakou 2018 - Perez - Force India @DR
GP Bakou 2018 – Perez – Force India @DR

Le circuit de Bakou passait pour être propice aux incidents de course. Le G.P. d’Azerbaïjan a confirmé cette légende. Les six éliminations qui s’y sont produites (Ocon, Sirotkin, Hulkenberg, Ricciardo, Verstappen, Grosjean et enfin Bottas) sont toutes accidentelles. Dans les boyaux étroits des rues de Bakou, le premier tour de course a été particulièrement chaotique. A son issue, on a dénombré, outre deux abandons, pas moins de six arrêts aux stands pour réparations diverses : Raïkkonen, Hartley, Alonso, Magnussen, Perez et Grosjean. Pierre Gasly, très adroit, en avait profité pour hisser sa Toro Rosso à une étonnante 7e place qui tenait plus du mirage que de la réalité. Pendant ce temps Grosjean et Perez se retrouvaient 14e et 15e. Autrement dit, croyait-on, sans espoir. Mais c’était sans compter sur les chausses trappes de Bakou. Dont nos deux gaillards s’affranchirent avec tant de brio qu’ils étaient 5e (Perez) et 6e (Grosjean) après l’élimination des Red Bull. Hélas, l’espoir ne dura guère pour l’infortuné Franco-Suisse, trahi par ses freins alors qu’il tentait de mettre ses pneus en température derrière la SC. En revanche, Perez sut en tirer un parti exceptionnel : placé par les circonstances en position de se battre contre Vettel, après la bévue de l’Allemand trop ardent de devancer Bottas, il y parvint avec un panache formidable. Il est vrai que la Ferrari n°5 était handicapée par des pneus endommagés par le freinage intempestif de Vettel. N’empêche :  «J’ai sans doute couvert les deux tours les plus réussis de toute ma carrière ! » avoua le Mexicain, inattendu et extraordinaire 3e derrière Hamilton et Raïkkonen.

LECLERC DE HAUTE LUTTE

GP Bakou 2018 - Leclerc - Sauber2 @DR
GP Bakou 2018 – Leclerc – Sauber2 @DR

 Une des performances les plus remarquables de ce G .P. d’Azerbaïjan est sans doute celle réussie par Charles Leclerc, dont le nom résonne comme celui d’un général français fameux (Philippe Leclerc de Hauteclocque). Et qui a fait honneur à ce patronyme glorieux en signant un exploit de haute… lutte, pour son quatrième Grand Prix seulement. Et cela au volant d’une F1 que l’on disait, avant la saison, vouée aux dernières places – la Sauber. Mais sous la férule de Fréderic Vasseur, l’écurie suisse a accompli de réels progrès. Dont Charles Leclerc, que l’on qualifiera de franco-monégasque (comme l’était le rapide Louis Chiron pour Bugatti et Talbot voilà quelques décennies) a tiré un parti absolument magnifique. Raïkkonen pourrait mieux parler que quiconque de ce tout jeune pilote, lui qui resta dans le sillage de Leclerc pendant douze tours au cours desquels ils grimpèrent un derrière l’autre des 10e (Leclerc) et 11e  places (Raïkkonen) jusqu’aux 5e et 6e, avant que le Finlandais de Ferrari ne prenne enfin avantage sur la Sauber du franco-monégasque. Charles Leclerc est né le 16 octobre 1997 à Monte-Carlo. Il n’a donc pas encore 21 ans. Par ses propos pleins de retenue et de pertinence, autant que par son sourire, il apporte une fraîcheur bienvenue dans ce monde brutal et impitoyable de la F1, où il a choisi d’exprimer son talent.

Johnny Rives

Johnny Rives entre au journal l'Équipe en juin 1960 pour y devenir le spécialiste des sports automobiles. Il commenta les grands-prix de Formule 1 sur TF1 avec Jean-Louis Moncet, Alain Prost, et Pierre van Vliet de 1994 à 1996. Johnny Rives a encouragé le démarrage de Classic COURSES auquel il collabore depuis le début.

Johnny Rives has 168 posts and counting. See all posts by Johnny Rives

16 pensées sur “Johnny Rives F1, Bakou 2018

  • Romain Grosjean aurait touché sur son volant une molette de réglage des freins par inadvertance lors du chauffage de ses pneumatiques (ce qui explique son accident assez inexplicable au vu des images télé)

    Répondre
  • Et chez le garçon boucher Néerlandais ce sont les quelques derniers neurones qui lui restait qui se sont touchées…
    Ce mec est définitivement incapable de se battre à la régulière, il faut qu’il triche. En 4 courses il réussit l’exploit de totaliser plus de conneries que Maldonado en 2 saisons complètes.
    Que cela n’émeuve pas outre mesure le duo Marko/Horner passe encore, mais que la FIA persiste à ne pas prendre de mesure à l’encontre de ce pilote est incompréhensible.
    Quand il aura envoyé à l’hôpital l’un ou l’autre de ses petits camarades de jeux (et cela devrait logiquement très vite arriver au rythme de ses exactions) Ces vieux messieurs de la fédération en en beau blazer à boutons dorés auront alors des comptes à rendre !

    Répondre
  • Au vu du classement du GP pour quelqu’un qui ne l’a pas vu son commentaire pourrait se résumer: enfin Hamilton tient sa victoire, tient Raikkonen sur le podium et Perez aussi, Sainz tient son meilleur résultat et que dire de Leclerc que l’on n’attendait pas vraiment aussi bien classé et aussitôt compte-tenu de sa Sauber en pleine mutation et Hartley marque son premier point et puis les deux Mc Laren dans le top 10, Alonso ce n’est pas une surprise mais Vandorne vu ses essais. Mais tout de même il manque quelques gros calibres tels les « Red Bull boys » et Hulk et Ocon sans oublier Bottas et les pilotes Haas. Après visionnage il s’avère que ce GP ressemblait presque à une course de stock cars qu’autre chose, en tout cas pas à une course digne de ce nom pour ce qui me concerne. Ce circuit en ville ne mérite pas un GP. Avec de tels circuits à répétition la moitié du plateau disparaitrait avant la mi-saison faute de moyens pour cause de réparations hypers coûteuses. De plus Bakou n’a pas d’histoire Automobile et encore moins de Sport Auto. On critique Monaco mais là-bas les organisateurs on toujours essayé de faire évoluer les structures du circuit et il y a un véritable historique, une âme. On met des « bâtons » dans les « roues » des circuits historiques et on laisse faire par ailleurs, histoire de gros sous. La bonne nouvelle la France récupère son GP absent depuis 90, une hérésie pour moi. Aller j’arrête la ma prose et j’attend avec impatience le prochain GP. En attendant je serai à Dijon samedi pour l’Historic Tour et à défaut de voir courir Philippe et son alfa je suivrai Bruno et sa Martini de Formule Renault Turbo.

    Répondre
  • Grosjean et ses strikes sur Lotus. Puis Grosjean et son coach. Puis Grosjean et ses freins. Puis Grosjean déposé par le brut Magnussen. Puis Grosjean et ses boutons sur le volant. Bref Grosjean et ses salades devrait peut être songer à ouvrir un restaurant et à y travailler le dimanche ! Ca arrive de sortir en tour de chauffe ou derrière une SC. Même au professeur en 1991. A San Marin. Sur Ferrari. Tête à queue en warm up. Abandon. Mais il avait déjà trois titres derrière lui… Un volontaire dans la salle (à manger) pour coacher Grosjean ?!!

    Répondre
  • Romain Grosjean faisait des cartons sur ses camarades. Maintenant il en fait sur les mûrs. Je ne dirais pas qu’il y a un progrès mais… A propos de sorties en tour de chauffe, je me rappelle du pauvre Giancarlo Martini. L’oncle de Pier Luigi. En 1976 à Brands Hatch au cours de la Race of Champions. Il s’était viré de la même façon sur sa Ferrari 312 T de 1975. La course était hors championnat. So sad.

    Ceci étant entre les accrochages et les divers impondérables, cette courses a permis à certains de sortir du lot. On est content pour Leclerc ( de Haute Lutte, bravo Johnny !) et pour Perez.

    Répondre
    • Prost sur Mac Laren fit aussi une sortie de piste dans le tour de chauffe à Imola.

      Répondre
  • super! Johnny Rives a bien analysé la situation chez RB apres l’accrochage de leurs deux voitures….

    Répondre
  • Super le : » Leclerc de haute lutte  » !
    Chapeau l artiste ! 😉

    Répondre
  • Le comportement exagérément défensif de Verstappen aurait pu avoir des conséquences dramatiques si la roue AVD de Ricciardo avait touché sa propre roue ARG. La voiture de l’Australien se serait alors immanquablement envolée et où aurait-elle atterri ? Verstappen serait avisé de visionner les séquences les plus effrayantes qui ont émaillé l’histoire : G. Villeneuve sur Mass, Pironi sur Prost, Patrese sur Berger, J. Villeneuve sur R. Schumacher, Webber sur Kovalainen, Alonso sur Gutteriez et la plus tragique de toutes, Levegh sur Macklin. Et j’en oublie. Avec une différence de taille : dans tous les accidents précités, il y a eu méprise et non intention délibérée. Si Horner, Marko et les commissaires de la FIA avaient réfléchi une seconde à cette éventualité, ils ne se seraient probablement pas donné le ridicule de conclure au partage des torts. Mais peut être se retranchent-ils derrière le code de la route : c’est celui qui est derrière qui doit être maître de sa vitesse ! Affligeant.

    Répondre
  • Surprenant ;
    en début de saison , le jeune LECLERC était monégasque et non français .
    Maintenant il devient franco-monégasque . Qu’il reste donc monégasque et francophone comme Stroll/Vandoorne /Grosjean et évite les hauts et bas destinés aux pilotes français O..con et Gasly ; un jour héros , le lendemain zéro .
    Et je trouve le jeu de mots avec un vieux militaire : débile .
    J’eusse nettement préféré que le journaliste fasse le rapprochement entre le jeune LECLERC et un autre pilote français promu lui aussi grace à ART écurie française et son boss FRED V : JULES 27.

    Répondre
    • Prenons garde de ne pas lasser Johnny Rives avec certains commentaires..inappropriés.

      Répondre
    • Quand on n’apprécie pas le talent des autres, rien n’oblige à les lire pour le simple plaisir stérile de la critique. De plus le numéro de Bianchi, c’était le 17.

      Répondre
  • Sur un tel circuit les bousculades étaient inévitables ce qui donne une course à rebondissements certes mais ne désigne pas nécessairement le meilleur. Ici Vettel devait logiquement l’emporter, Hamilton ne pouvant suivre le rythme de la Ferrari encore très forte ici. Verstappen Ricciardo comme Lauda Regazzoni, Prost Senna, Streiff Laffitte,Webber Vettel… cela alimente l’histoire de la F1, les protagonistes s’en remettront. On comprend la déception de Bottas heureux bénéficiaire de la Savety Car et qui a l’entier soutien de Mercedes qui le maintint en piste pour passer son équipier et certainement pas pour anticiper cette stratégie opportune qui a failli si bien lui réussir. Hamilton paie probablement ses tergiversations à signer son contrat, car si il remporte un 5ème titre il ne se voit pas conserver la même motivation encore 3 ans dans la même équipe avec inévitablement un nouvel équipier ambitieux et talentueux. Par usure Senna et Prost changèrent d’équipe ainsi que Vettel. Si il continue ce n’est qu’en passant chez Ferrari que Hamilton retrouvera fraîcheur et désir absolu de vaincre, Toto Wolff l’a bien compris.

    Répondre
    • C’est le blocage de roue de lewis qui l’a poussé à s’arrêter et non une quelconque stratégie Mercedes.

      Répondre
  • Une déception et elle est française : Esteban Ocon. Lui qui a toutes les capacités pour briller se plante en beauté dans un 1er tour qu’il négocie comme si c’était le dernier !
    Pourquoi tant d’empressement, de précipitation ; sur ce circuit, chacun sait et lui mieux que les autres (cf. 2017) que rien ne se gagne au 1er tour mais que tout peut s’y perdre.
    Quant à s’en prendre à Kimi sur son erreur de la veille… Hors sujet !
    En espérant plus de jugeotte de sa part et de self-control, il passera le cap et fera la différence avec Perez qui, s’il est solide, n’a pas su hausser son niveau au fil des années.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.