27- Patrick Tambay, The Ferrari Years

C’est de notre faute, nous le reconnaissons bien volontiers: nous avions eu le livre de Patrick Tambay dès sa sortie, nous l’avions aimé, et nous nous sommes rendus compte à l’occasion de ce Rétromobile 2018 que nous ne l’avions pas chroniqué ! Cette période de la Formule 1 est pourtant une des plus passionnantes de l’Histoire de ce sport et, au travers de ces superbes pages, on la vit pleinement de l’intérieur. En rouge, aux côtés d’un pilote sensible et à fleur de peau. Alors, mieux vaut tard que jamais : Andiamo !

Pierre Ménard

 

CC n°27 1Seize mois. Patrick Tambay n’a passé en tout et pour tour « que » seize mois fièrement habillé d’une combinaison rouge frappée du Cavallino Rampante. De fin juin 1982 à la mi-octobre 1983 exactement. Ça peut paraître court, vu de l’extérieur, mais vécu de l’intérieur, ce fut une période extrêmement faste et exaltante pour ce pilote qui s’est investi corps et âme dans un rôle que beaucoup ne voyaient pas taillé pour lui. Lui à qui certains avaient par le passé reproché une trop grande perméabilité aux événements extérieurs allait-il pouvoir relever l’intimidant défi qui lui était confié en ce mois de juin 1982 ? Un défi autant technique qu’affectif. Un petit retour en arrière s’impose.

Reprendre le flambeau

Le 8 mai 1982, Gilles Villeneuve vient de devenir le passager impuissant de son effroyable cabriole à Zolder au-dessus de la March de Jochen Mass. Le sport automobile perd là son pilote le plus charismatique. Chez Ferrari, la peine et la douleur sont incommensurables tant le Québécois était aimé de tous. Il faut évidemment continuer. Lors des trois Grands Prix suivants, une seule 126 C2 est alignée sur la grille, la n°28 de Didier Pironi qui est en train de se battre en tête du championnat du monde. Mais il faut d’urgence trouver un remplaçant au volant de la n°27. Didier pense alors à Patrick, qui était un ami intime de Gilles depuis qu’il l’avait découvert en Formule Atlantic au Canada en 1977. Le Cannois avait conseillé à son nouveau « chum » d’aller voir le « vieil homme » à Maranello, car lui venait de refuser le poste pour cause de signature chez McLaren.

Leurs trajectoires respectives vont vite s’éloigner puisque Gilles deviendra en quelques mois la coqueluche de toute la Formule 1 alors que Patrick va s’exténuer au volant de voitures non-compétitives à grappiller quelques points par-ci, par-là. Au tout début de 1982, lors du fameux premier Grand Prix à Kyalami et sa drôle de grève des pilotes, Patrick jette l’éponge, écœuré par l’ambiance que font régner les instances dirigeantes sur cette discipline. Il balance aux journalistes interloqués qu’il part courir aux États Unis et qu’il ne daignera revenir que si « Ferrari ou Renault le lui demandent ». Fanfaronnade ? Galéjade ? Les rieurs ont le bec cloués quand ils apprennent en juin l’incroyable nouvelle dans un communiqué émanant de Maranello : Patrick Tambay a signé avec Ferrari pour disputer les huit derniers Grands Prix de la saison 1982. Dans la n°27, celle de son ami Gilles !

CC n°27 2
1982, Tambay entouré par les dirigeants de sa nouvelle équipe : (de G à D) Franco Gozzi, Piero Ferrari, Marco Piccinini (son « Iscariote », selon lui) et Dario Calzavara – Archives Patrick Tambay.

Du sport, mais pas que…

C’est dans cette aventure a priori inconsidérée que Patrick nous emmène, via le jeune journaliste italien Massimo Burbi. Patrick raconte, et Massimo écrit. Il écrit bien, son style est vivant et maintient le lecteur en haleine dans l’attente de la prochaine révélation. Le lecteur sachant lire l’anglais car, autant le préciser tout de suite aux allergiques à la langue de Shakespeare et Hunt réunis, le livre n’est pour l’instant disponible qu’en cette version. Cela dit, c’est un anglais assez simple à comprendre pour qui possède une maîtrise correcte de la langue. Mais la belle profusion de photos venant des archives Cahier père & fils offre également une superbe vision de cette période apte à réjouir les amateurs de beaux livres. On regrettera simplement une focalisation excessive sur la Ferrari 27 : même si elle est la vedette incontestée du livre, quelques clichés de plus sur ses concurrentes auraient enluminé une iconographie parfois plombée par une certaine monotonie. Puisqu’on en est au chapitre des réserves, parlons de celle concernant les interventions des protagonistes, comme ça ça sera fait.

CC n°27 4
Hockenheim 1982. Une seule Ferrari présente sur la grille de départ : la n°27 ! – The Cahier Archives.

Il est clair que ce livre est la vision que Patrick eut de son passage à la Scuderia. C’est « sa » vérité, en quelque sorte. Tout au long du récit, les témoignages des gens de son « clan » viennent étayer ses propos. Les Mauro Forghieri, Tommaso Carletti, Paolo Scaramelli ou Brenda Vernor (1) ne tarissent pas d’éloges sur le « gentleman français » qui savait si bien se faire apprécier de tous. Mais pas, ou trop peu, d’espace accordé aux gens de « l’autre camp », celui qui était, disons, moins enclin à considérer Tambay comme un élément moteur de l’équipe. Nous pensons bien évidemment à son coéquipier René Arnoux en 1983, mais surtout au directeur sportif de la Scuderia d’alors, le politique Marco Piccinini, avec qui les relations se compliquèrent au fil de leur cohabitation. Il aurait été intéressant pour le lecteur d’avoir les deux points de vue pour ainsi se faire sa propre idée sur la question – si tant est qu’on le peut dans un tel cas (2).

CC n°27 5
Imola 1983. Patrick dut être ramené vers le podium sous la protection de la police locale tant la ferveur incontrôlée des fans pouvait être effrayante – Archives Patrick Tambay.

Mission sacrée

Ceci dit, ces 300 pages sont un régal pour l’amateur de Formule 1 désirant connaître les dessous des carrosseries et les arrière-cours des stands ou de l’usine dans ces années-là. Grand Prix par Grand Prix, on est guidé par Patrick à travers ce maelstrom en rouge, depuis la première course en 1982 à Zandvoort jusqu’à l’adieu à Kyalami en 1983 en passant par l’épreuve terrible d’Hockenheim en 1982 et la superbe réaction de l’humble second soudainement promu incontournable leader, par sa dure épreuve physique après Zeltweg qui aurait pu lui coûter son baquet pour 1983, par les diverses pérégrinations qui vont amener ce pilote fin et méthodique à passer la ligne jaune en quelques occasions et perdre ainsi des atouts essentiels dans son jeu final, sans oublier cette émouvante et incroyable victoire d’Imola en 1983 qui attribua pour toujours le n°27 à son aventure en rouge. (3) Et on réalise pleinement à quel point ce pilote qui avait été donné quasiment mort, sportivement parlant bien entendu, en début de saison 1982 avait accédé à l’Olympe en quelques semaines par la grâce d’un volant dans la plus prestigieuse des écuries.

CC n°27 6
L’adieu au Cheval Cabré lors de la dernière course à Kyalami en 1983. Patrick y décrocha la pole – pour la plus grande joie de ses mécaniciens à qui il distribua la prime en dollars – et partit la tête haute vers d’autres cieux – The Cahier Archives.

The Ferrari Years

Car Patrick Tambay n’a de cesse de le rappeler tout au long de ce récit : piloter pour la Scuderia Ferrari, surtout du temps de monsieur Ferrari, était un honneur insigne que tout compétiteur digne de ce nom prenait comme une mission sacrée. S’assoir dans son baquet avec le volant noir au moyeu frappé du Cavallino en face de soi à Monza ou à Imola en entendant la furie de la foule extatique et en voyant les centaines de drapeaux s’agiter dans le vent chaud de l’Italie, ne pouvait que vous faire tomber dans un état second, voire provoquer un torrent de larmes incontrôlables, surtout quand le visage de l’ami disparu revenait hanter les lieux. Et puis il y a cette partie de tennis en trop qui joua beaucoup, selon Patrick, dans le déroulement de l’épilogue de cette aventure. Pour toutes ces raisons, ce n°27 doit être rangé dans la bibliothèque de tout amateur de sport automobile, au milieu des dos de couverture en rouge.

Notes

(1) Respectivement directeur technique, ingénieur de piste, chef-mécanicien et assistante personnelle de Enzo Ferrari.

(2) Contactés, les protagonistes peuvent parfaitement se défausser et passer leur tour. Auquel cas, il est d’usage de la préciser dans les remerciements.

(3) Voir interview de Patrick Tambay à ce sujet : « Vince per Gilles« 

Genève 2018 - Patrick Tambay - Jackie Stewart @DR
Genève 2018 – Patrick Tambay – Jackie Stewart @DR

27- Patrick Tambay, The Ferrari Years, with Massimo Burbi

300 pages couleurs, préface d’Alain Prost, 75,00 euros – Evro Publishing

Pierre Ménard

Illustrateur de formation et passionné de Formule 1, il collabore à la revue Auto-Passion de 1993 à 2001, ainsi qu’à l’annuel L’Année Formule 1 de 1996 à 2013. En 1997, il participera par le graphisme au début de l’aventure Prost Grand Prix.

Pierre Ménard has 37 posts and counting. See all posts by Pierre Ménard

10 pensées sur “27- Patrick Tambay, The Ferrari Years

  • Est-il prévu une version en français ?

    Répondre
    • Je crois que Patrick essaie actuellement de trouver une solution, mais pour l’instant rien d’officiel.

      Répondre
  • J’avais vu ce livre et renoncé à l’acheter vu son prix délirant de 75 euros : à 35 ou 40 OUI , mais là NON . Et à vous lire je réalise que j’ai bien fait .
    MERCI

    Répondre
  • Superbe livre. Parti pris du Grand Prix par Grand Prix. On suit la trajectoire sur piste du grand Tambay au sommet de son art et celle plus tortueuse des coulisses. De quoi avoir des regrets. Logique de ne pas avoir ici donné la parole à ceux qui ont contribué à son éviction. Bon l’album rouge est sorti. Le blanc pourrait concerner les débuts et les années américaines et le bleu les années françaises et autres disciplines… Allez Patrick au travail !

    Répondre
  • Lors de la sortie du livre, j’avais eu une longue discussion téléphonique avec Patrick qui était très ouvert à l’idée d’une traduction. Le contact avec l’éditeur anglais Evro avait été difficile et il n’en était rien ressorti de positif.5pourtant nous avions déjà traduit son livre de Brian Redman !!!
    Petit éditeur sur des sujets pas vraiment ‘grand public’ nous sommes confronté à des possibilités de vente assez ‘restreintes’. (Il nous reste plus de 200 exemplaires sur le tirage de 500 que nous avons fait pour le Redman).
    Je ne pense pas que le livre de Tambay puisse atteindre les 200 exemplaires de vente, surtout à cause de son prix assez dissuasif mais aussi de sa relative monotonie en iconographie.
    Lorsque les beaux livres sont trop chers pour atteindre une diffusion correcte en France nous avons commencé une expérience intéressante avec 2 éditeurs ayant publié en Anglais, le Belge Vincent Gaye pour le « Porsche 917-021 The fabulous story » (prix public 95€) et avec l’Allemand Mac Klein pour « Alan Mann racingF3L/P68 » prix (public 80€)
    Nous avons réalisé pour ces ouvrages un joli livret de traduction du texte en Français et nous donnons ce livret avec le livre pour son prix public normal.Pour ces deux ouvrages l’expérience est très positive…. Mais cela suppose une co-opération de l’éditeur à qui cela ne fait gagner que quelques ventes supplémentaires.

    Si vous aimez les histoires internes et les relations difficiles entre les grands personnages de la course, je me permet de vous suggérer la lecture du Brian Redman qui fait preuve d’un vrai franc parler.
    Dans un genre légèrement différent le « Ferrari 312T anatomie et développement » met en scène une véritable ‘Comedia del arte’à l’Italienne dont les personnages sont Ferrari, Forghieri, Lauda, Reuteman, Villeneuve, Scheckter … etc.

    Répondre
    • Je me demande si à l’inverse, un livre publié en français et doté d’un fascicule traduit en anglais pourrait permettre une plus large diffusion que celles annoncées, Michel ? Sans doute faut il trouver le partenaire motivé outre Manche ou Atlantique.

      Répondre
  • Bonjour Olivier,merci de ton intérêt mais il faudra qu’un jour on puisse reparler de tout cela. Nous avons déjà fait diverses tentatives, bilingue, anglais direct, légendes bilingues, … etc.
    Nada, Klein, Delius et des petits éditeurs Italiens, ou belges avec qui j’ai pu longuement en parler sont arrivés à la même conclusion: no hope!
    Pour avoir passé beaucoup de temps, depuis une cinquantaine d’années je me suis résigné au mépris que les anglos-saxons ne cachent guère vis à vis de nos ‘sous-races’ latines.
    Le seul compliment qu’il m’est arrivé de recevoir est : ‘Michel ! for a french man you are a very nice guy!’
    Je ne pense pas que cet état de fait puisse changer dans l’avenir.
    Un petit chiffre à titre indicatif: nous avons vendu, dans notre librairie, environ 250 ‘revues annuelles des 24 h du Mans 2017’, ouvrage incontournable pour les amateurs de sport proto, dans le même temps, mon ami Clive Stroud, chez Chaters (un grossiste anglais de réputation mondiale)n’en a pas vendu d’avantage.
    J’ai pas mal d’autres chiffres disponible si tu es encore sceptique.
    Amitié.

    Répondre
  • Bonjour,

    Lecteur fréquent de votre excellent site, et admirateur de longue date de Patrick Tambay, je me permets de vous écrire, ayant acheté cet ouvrage dès sa sortie, puis à Retromobile 2017 pour le faire dédicacer, ayant laissé le premier exemplaire en province.Je trouve la photographie très belle, avec quelques clichés très réussis aussi des saisons chez Ensign, Mc Laren Theodore et Ligier. Cependant j’aurais aimé un livre couvrant l’ensemble de la carrière atypique et fort interressante de Mr Tambay.
    Les 2 saisons de Canam avec les magnifiques Lola de Carl Haas, notamment, mais aussi la dernière saison F1 et les rallyes raids. Peut être effectivement, sera-ce l’objet d’un autre ouvrage. Celui-ci est très beau, mais étant donné le parcours si varié, et si riche de Patrick Tambay, la période abordée est sans doute trop courte.
    Mais au moins il existe désormais un ouvrage sur ce remarquable pilote, qui a su sortir des sentiers battus et faire rêver d’Amerique le jeune passioné que j’étais alors.

    Bien cordialement, en vous remerciant pour les passionnants et, là aussi atypiques articles, publiés par votre site
    Pascal-Emmanuel Mattei

    Répondre
  • Parlons sesterces si vous le voulez .
    Pour les classiques qui nous passionnent , je pense que le marché est anglais langue dominante du sport auto . Il suffit de regarder les prix des revues en français : Ainsi la revue grand prix : 10 euros et 4 nos par an .
    Comparez , facile avec internet , avec la revue germano-britannique elle aussi trimestrielle AUTOMOBILSPORT : meme prix , superbe papier comme grandprix mais 176 pages à 98 avec moins de pub . Continuons aussi avec Octane : en anglais mensuel à 5.5 gbp soit moins des 7 euros du bimensuel Octane en français .La messe est dite : if you can’t fight them , join them .

    Répondre
  • Merci à ClassicCourses et Pierre Ménard pour ce sujet concernant Patrick Tambay.

    Patrick Tambay fit partie de cette fameuse  » équipe de France de F 1  » avec des passages dans plusieurs écuries…Mac Laren, Renault et bien sur la Scudéria avec les succès que l’on sait.
    L’ensemble de sa carrière ne fut certainement pas récompensé par les résultats escomptés.
    Néanmoins c’est un bel ouvrage consacré à ce Pilote, dans la plus belle écurie du Monde.
    Je suis tout à fait d’accord sur l’élaboration d’un livre sur l’ensemble de la carrière de Patrick Tambay. De son volant ELF acquis sous le regard d’un certain François Cevert ( 1972 ??), F2, Formule Renault, F3 la F1 sans oublier bien sur la Can-AM .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.