Rétromobile Paris 2018 – La tête dans les étoiles et les pieds dans la neige

Elon Musk met une Tesla en orbite autour de la terre. Paris en appelle désespérément aux balayeuses de la République. Et la neige donne de l’air à Rétromobile. De l’air et des courants d’air aussi, n’est-ce pas mesdames et messieurs les artistes ? Trois pavillons plus les démonstrations extérieures. On y respire mieux que ces dernières années et on se bouscule moins. Seuls les chiffres nous diront si nous devons ce confort à l’augmentation de surface ou à une variation de fréquentation. Marchands, Libraires, Clubs, Musées, Marques occupent l’espace avec leur talent habituel. Notre tour de piste est aussi partiel que partial. Entre coups de cœur et coups au cœur, doux rêves et dures réalités, nous restons dans les quatre temps de l’émotion. Comme de bonnes mécaniques toujours prêtes à monter dans les tours !

Olivier ROGAR

McLaren

McLaren M8B Solido @ DR
McLaren M8B Solido @ DR

Formidable exposition des machines de Bruce, conçues par Robin, Gordon ou Gordon (1). La M23 avec laquelle Emerson Fittipaldi a remporté son titre en 1974, aidé par Denny Hulme. La M8D CanAm qui nous a fait rêver en Solido (2) et qui a tout gagné ou presque en CanAm en 1969 et 1970 et la M7A aussi. Pour nous la plus belle F1 des années 60. Oui elle se dispute le titre avec l’Eagle du grand Dan Gurney, certes élégante mais moins fine. La M2B a lancé la série en 1966. C’était avant la formidable couleur papaye qui donne tant de personnalité à ces autos. Après être passées du rouge et blanc au gris puis au noir, les McLaren ont retrouvé leur couleur, en partie du moins, en 2017. Espérons qu’elles la conservent en 2018 et que le palmarès de l’écurie en reprenne lui aussi avec le moteur Renault. Enfin, avec le « Power Unit » devrions nous dire.

J’ai moins apprécié l’accès à ce magnifique stand. Cerbères à l’entrée. Impossible d’y pénétrer. « Je suis accrédité ! » « Oui mais pas par nous », « Je veux juste saluer le Monsieur en rouge que je connais », « Non », « Mais je ne vais pas vous piquer une montre », de guerre las j’ai suggéré que je pourrais peut-être l’appeler, « Oui il pourra venir mais vous ne pourrez pas entrer… » … J’ai fait la bise au Monsieur en rouge devant les cerbères en noir et lui ai donné rendez-vous le lendemain. Ailleurs… Richard, je ne doute pas que vous aimiez l’automobile et la course. Alors laissez son âme à Rétromobile.  Ne le transformez pas en camp retranché pour VIP qui ne se mélangent pas !

Retromobile 2018 - McLaren M2B 1966 @ Olivier Rogar (2)
Retromobile 2018 – McLaren M2B 1966 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - McLaren M7A 1968 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – McLaren M7A 1968 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - McLaren M8D CanAm 1970 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – McLaren M8D CanAm 1970 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - McLaren M23 1974 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – McLaren M23 1974 @ Olivier Rogar

Renault

Pas de McLaren ni de F1 sur le stand Renault. Mais une belle série d’Alpine A 442. Celles engagées au Mans 1978. Celle des vainqueurs, le regretté Didier Pironi et Jean-Pierre Jaussaud. Quarante ans. Ca me rappelle une discussion au Grand Prix Historique de Monaco il y a deux ans. Un responsable Porsche se complaisait à raconter à René Arnoux et Romain Dumas les déboires subis par Renault en 1976/1977 contre Porsche. Ayant vécu les choses de l’intérieur ses souvenirs étaient cruels pour Renault. Etant présent « légitimement », je lui demandai alors comment ça s’était passé pour Porsche en 1978. Après un coup d’œil perdu, presque hagard, il a ri, puis tourné les talons… Sourires…

Vous vous demandez sûrement ce que cette Colorale fait là. Rien. J’adore cette voiture et sa cousine la Prairie. Prairie qui servait de taxi dans mon village en Corse. Taxi parfois surchargé qui à l’instar de l’Aéropostale faisait « la ligne ». Entre le village et Ajaccio. « Vous Mademoiselle, vous monterez sur les genoux de Monsieur ». La proposition réellement honnête et courtoise du chauffeur, bien que totalement inappropriée fut accueillie comme il se doit par l’intéressée. Mais l’histoire est restée. Et faisait beaucoup rire ceux qui en avaient été témoins.

Retromobile 2018 - Alpine A 442B Pironi Jeaussaud @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – Alpine A 442B Pironi Jeaussaud @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - Alpine A 442 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – Alpine A 442 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - Renault Colorale @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – Renault Colorale @ Olivier Rogar

Fiskens

Fiskens se présentent comme le lieu où les plus grandes automobiles du monde sont présentées à la vente. « The place where the world’s greatest automobiles come to be sold ». Ils se situent entre le négoce, le courtage et la haute couture. Ils ne viennent pas simplement vendre des voitures, non, ils présentent leur collection Fiskens Printemps 2018. Subtile différence direz-vous. Pourtant tout est là. Ces autos exceptionnelles seront négociées, vendues, échangées entre amateurs du monde entier. Elles sont présentées sur l’un des plus beaux stands. La collection est offerte aux regards et disposée de telle sorte que tout le monde puisse en profiter.

Nous en retiendrons certaines en particulier : la Jaguar Low drag 1963, l’une des douze lightweight et l’une des deux low drag produites, l’incroyable Rolls Royce Silver Ghost de 1914 carrossée par Kellner et son intérieur avec  son équipement Blériot, la Mercer 1912 jaune, l’« éternel » de l’automobile sportive sans doute et la Maserati 250 F 1955 ex-Behra.

Retromobile 2018 - Fiskens - Jaguar E Type Lightweight 1963 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – Fiskens – Jaguar E Type Lightweight 1963 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - Fiskens - Mercer 1912 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – Fiskens – Mercer 1912 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - Fiskens - RR Silver Ghost 1914 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – Fiskens – RR Silver Ghost 1914 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - Fiskens - RR Silver Ghost 1914 2 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – Fiskens – RR Silver Ghost 1914 2 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - Fiskens - Maserati 250 F 1955 - Jean Behra @ Olivier Roga
Retromobile 2018 – Fiskens – Maserati 250 F 1955 – Jean Behra @ Olivier Rogar

Jaguar

Jaguar comme Land Rover semblent ne jamais s’être autant intéressés à leur glorieux passé que depuis qu’ils sont aux mains du groupe indien Tata. Nous ne développerons pas les remises à neuf des premiers Range Rover par le département « Classic » qui vous permet de jouer sinon au gentleman farmer du moins à l’homme de goût moyennant le coût du haut de gamme actuel.

Concernant Jaguar, il s’agit de gloire véritablement. Oserai – je parler de « gloire au hasard », en effet le constructeur se fait le spécialiste des séries « Continuation ». Donc authentiques productions et non répliques. Avec les bons numéros de châssis et moteurs. Elles seront « matching numbers » comme les aiment les intégristes de la collectionite.

Ca a commencé avec la E type Lightweight en 2014-2015. Initialement 18 voitures devaient être construites en 1963. Mais seulement 12 sont sorties d’usine. Jaguar a donc lancé la production des 6 manquantes. En 2016 ça a été au tour de la XKSS. Initialement conçue pour recycler en version routière les types D invendues. Las, l’incendie de l’usine de Browns Lane le 12 février 1957, mit un terme au projet alors que seules 16 voitures sur 25 avaient été produites. Neuf XKSS « continuation » sont donc en cours de production.

Cette année c’est à la type D d’entrer dans la danse. Seules 75 d’entres elles ont vu le jour en 1955-56. Sur 100 prévues. 25 type D continuation sont donc lancées. Disponibles soit en nez court de 1955 ou nez long de 1956.

Quelle sera la prochaine ?  XJ 13 dont seul un exemplaire fut construit en 1966, XJC Groupe 2 ?…

Retromobile 2018 - Jaguar D Type Continuation @ Sandrine Fondacci
Retromobile 2018 – Jaguar D Type Continuation @ Sandrine Fondacci
Retromobile 2018 - Jaguar D Type Continuation @ Sandrine Fondacci (2)
Retromobile 2018 – Jaguar D Type Continuation @ Sandrine Fondacci (2)
Retromobile 2018 - Jaguar D Type Continuation @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – Jaguar D Type Continuation @ Olivier Rogar

William I’Anson Ltd

L’amie Carol Quiniou officie sur le stand. Parmi les belles autos présentes, on retiendra la BRM P 160 de 1973 pilotée par Clay Regazzoni et Jean-Pierre Beltoise cette année-là. Niki Lauda étant le troisième pilote de l’écurie. Le modèle exposé est au nom de Howden Ganley. Nous n’avons pas réussi à savoir pourquoi, puisqu’il semble n’avoir été engagé en F1 cette année-là que sur les Iso Marlboro de Frank Williams.

Nous nous sommes également attardés sur la petite Alpine A 220 3 Litres version courte et homologuée pour la route en vue du Rallye des Cévennes 1969. Ce châssis 1731 a également participé deux fois aux 24 h du Mans en 1968 et 1969 pilotée notamment par Jean-Pierre Jabouille, Jean-Pierre Nicolas, Jean-Luc Thérier.

Sur ce stand est passé Bernie Ecclestone. En visite de courtoisie ? Quand la passion vous tient…

Retromobile 2018 - William l'Anson - BRM P160 1973 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – William l’Anson – BRM P160 1973 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - William l'Anson - Alpine A220 - 1968 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – William l’Anson – Alpine A220 – 1968 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - William l'Anson - Alpine A 220 1968 @ Carol Quiniou
Retromobile 2018 – William l’Anson – Alpine A 220 1968 @ Carol Quiniou
Retromobile 2018 - Bernie Ecclestone Continuation @ Carol Quiniou
Retromobile 2018 – Bernie Ecclestone Continuation @ Carol Quiniou

Mercedes

Pas vu l’habituel stand de la marque cette année. Mais de nombreuses Mercedes Pagode, Gullwings et roadsters étaient présentes chez plusieurs marchands spécialisés ou non. Nous n’avions encore jamais vu de Pagode à 300 000 € ou de cabriolets 280 S 3.5 l à 500 000 € et plus. C’est chose faite grâce à Brabus. Deux ans de garantie. Quand même…

Retromobile 2018 - Mercedes Brabus @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – Mercedes Brabus @ Olivier Rogar

Lambo Lembo

Franco Lembo – Automobilia était présent comme il l’était à Epoqu’Auto. Etonnement, pas de Porsche sur son stand. Il nous réserve une vente aux enchères dédiée à Monaco le 20 juillet 2018. 25 Porsche exceptionnelles et 25 Rolex Daytona. Les deux fêtent leurs 55 ans. Pas de Porsche mais des Lamborghini, des motos et des Facel Vega. Un LM 002 a attiré notre attention. Le SUV le plus fou jamais construit. Quand les bobos avaient du panache !

Retromobile 2018 - Automobilia-Lamborghini LM 002 @ Olivier Favre
Retromobile 2018 – Automobilia-Lamborghini LM 002 @ Olivier Favre
Retromobile 2018 - Automobilia-Lamborghini LM 002 @ Olivier Favre (2)
Retromobile 2018 – Automobilia-Lamborghini LM 002 @ Olivier Favre
Retromobile 2018 - Automobilia-Facel HK 500 @ Olivier Favre
Retromobile 2018 – Automobilia-Facel HK 500 @ Olivier Favre
Retromobile 2018 - Automobilia-Miura et Facel 2 @ Olivier Favre
Retromobile 2018 – Automobilia-Miura et Facel 2 @ Olivier Favre

Artcurial

Encore une grosse vente cette année. Plusieurs collections notamment, dix pour être précis. Volante. Amateur d’anglaises. JC Miloé. Amateur parisien. Reinders. Passionné de supercars. JG Roger. Rallyman français. Broual. Guélon. De nombreuses voitures sans prix de réserve. Apparemment 90 % des lots ont été vendus. Un mystère cependant, l’absence de la Ferrari 250/275 P qui a remporté Le Mans en 1964 avec Guichet et Vaccarella. Pourtant annoncée, il se dit qu’elle a fait l’objet d’un accord de vente global entre le propriétaire – La famille Bardinon – et un acheteur américain qui aurait signé pour 300 millions de dollars, l’achat en lot des douze dernières Ferrari de la collection. Information donnée sous toutes réserves et lue sur le net.

Retromobile 2018 - Monica 1974 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – Monica 1974 @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - De Tomaso Vallelunga @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – De Tomaso Vallelunga @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - René Bonnet @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – René Bonnet @ Olivier Rogar

Mais où sont les artistes ?

Cette année les artistes n’ont pas été gâtés au salon Retromobile Paris. Des allées isolées en fond de pavillon 1, des stands ordonnés bizarrement, des courants d’air qui nous a valu de voir nos amis bien emmitouflés. Bref : qu’a-t-il pris à l’organisateur ?

Retromobile 2018 - Il neigeait @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – Il neigeait @ Olivier Rogar

Coups de cœur

Retromobile 2018 - Studebacker - Pierre de Toisy - El Frances Volante chronométré à 316 kmh durant la Panamericana @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – Studebacker – Pierre de Toisy – El Frances Volante chronométré à 316 kmh durant la Panamericana @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - Porsche 356 - 1600 - 1954 @ Sandrine Fondacci
Retromobile 2018 – Porsche 356 – 1600 – 1954 @ Sandrine Fondacci
Retromobile 2018 - Amilcar @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – Amilcar @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - Delage @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – Delage @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - Alfetta @ Sandrine Fondacci
Retromobile 2018 – Alfetta @ Sandrine Fondacci
Retromobile 2018 - Alfetta @ Sandrine Fondacci (2)
Retromobile 2018 – Alfetta @ Sandrine Fondacci (2)
Retromobile 2018 - Alfetta @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – Alfetta @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - OAK @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 – OAK @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - OAK - Chassis Ligier JS2 Maserati @ Olivier Rogar
Retromobile Paris 2018 – OAK – Chassis Ligier JS2 Maserati @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - Les DS et SM de la République @ Olivier Rogar
Retromobile Paris 2018 – Les DS et SM de la République @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - L'école des fans @ Olivier Rogar
Retromobile Paris 2018 – L’école des fans @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - Lamborghini Miura @ Olivier Rogar (2)
Retromobile Paris 2018 – Lamborghini Miura @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - Lamborghini Miura @ Olivier Rogar
Retromobile Paris 2018 – Lamborghini Miura @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - Honda - JC Andruet - E.Moity @ Olivier Rogar
Retromobile Paris 2018 – Honda – JC Andruet – E.Moity @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - Honda - JC Andruet - P. Verges @ Olivier Rogar
Retromobile Paris 2018 – Honda – JC Andruet – P. Verges @ Olivier Rogar

Diner Classic Courses

Exceptionnelle occasion que celle d’organiser notre dîner annuel dans les locaux de l’Automobile Club de France. Stanley Rose comme invité accompagné de Philippe Guyé qui vient de lui rendre hommage avec un livre exceptionnel disponible aux éditions Jamval. Nous avons pu échanger avec eux en bénéficiant de la présence de plusieurs toiles de ce grand peintre.

Epoqu'auto 2017-Classic Courses- Artistes-Stanley Rose
Epoqu’auto 2017-Classic Courses- Philippe Guyé et Stanley Rose @ Olivier Rogar
Retromobile 2018 - Diner Classic Courses - ACF @ Olivier Rogar (12)
Alain Marguet, Olivier Rogar, Mme Fiévet, Xavier Pequin, Pierre Ménard, Philippe Guyé, Jacques Vassal, Sta,ley Rose, Marion Rogar, René Fiévet, Olivier Favre
René Fiévet, Olivier Favre
René Fiévet, Olivier Favre
Retromobile 2018 - Diner Classic Courses - ACF @ Olivier Rogar (5)
Olivier Rogar, Mme Fiévet, Xavier Pequin

 

Philippe Guyé, Jacques Vassal, Stanley Rose
Philippe Guyé, Jacques Vassal, Stanley Rose

Notes

1 : Robin Herd auteur de la M2 et de la M7, Gordon Coppuck auteur de la M23, Gordon Murray auteur des McLaren de l’ère Senna – Prost et de la super car McLaren F1.

2 : La Solido était la McLaren M8B

Olivier Rogar

Olivier collabora avec « Mémoires des Stands » puis, à sa disparition, en 2012, il créée Classic COURSES avec les encouragements de Pierre Ménard et Johnny Rives. L’esprit d’entreprise qui l’habite trouve dans le sport automobile les valeurs de précision, de prise de risques, de rapidité de décision dont la maîtrise conditionne toute réussite.

Olivier Rogar has 56 posts and counting. See all posts by Olivier Rogar

9 pensées sur “Rétromobile Paris 2018 – La tête dans les étoiles et les pieds dans la neige

  • Olivier, concernant la BRM P160 sur le stand William I’Anson, la présence du nom de Ganley – qui effectivement ne pilotait plus pour la marque de Bourne en 1973 – vient du fait que la monoplace exposée était un châssis 1973 reconditionné aux normes 1972 concernant la carrosserie, d’où le nom de Ganley apposé sur le cockpit. C’est un choix.

    Répondre
  • Merci pour cette vivante promenade dans Rétromobile illustrée par de belles photos. Un mot sur la Maserati 250 F (ma F1 préférée). Le numéro de châssis correspond peut-être à l’une des Maserati de Behra, mais il ne s’agit ici en aucun cas de la version 1955 (la plus belle à mes yeux avec ses échappements doubles en forme de baïonnette pour sa hisser au-dessus du train arrière) mais d’une version à carrosserie type 57 (plus de double échappement en baïonnette) que Behra a conduite également. C’est avec une telle voiture que je l’ai vu dominer la G.P. de Pau 1957 devant la Maserati (à double échappement, elle) de Harry Schell.

    Répondre
  • Ping :

    • Ayant visité le vendredi, je n’ai pas eu l’impression qu’il y avait moins de monde !!! J’aurais du rester sur ma premiére idée et venir le mercredi. Cependant il est vrai que la presse a fait l’écho d’une moindre fréquentation globale.

      Quelle merveille que le plateau qui rassemblait une dizaine de Passo Corto. Par contre, j’ai trouvé bien fade le coloris de la D Type Continuation.

      Une chose qui ne faiblit pas par contre est l’inflation du ticket d’entrée.

      Par comparaison, 3 jrs au Grand Prix de l’Age d’Or de Dijon reviennent au même tarif, cherchez l’erreur !!!!

      Répondre
  • Félicitations Olivier : repas Classic-course place de la Concorde, c’est la grande classe ! Belle montée en gamme…

    Répondre
  • Merci Olivier pour ce billet qui souligne , les mauvaises conditions d’expo de cette année .
    Cette année était ma 24° expo au sein d’ Artist’auto . Elle laissera une certaine amertume
    en souhaitant une prise de conscience de la part des organisateurs .

    Répondre
    • Classic Courses a toujours plaisir à évoquer les nombreux artistes de qualité qui exposent dans les salons. Ce que nous avons délibérément omis cette année à Retromobile. Il nous a en effet semblé que c était le meilleur moyen de leur permettre de faire valoir leur voix auprès des organisateurs pour qu il en aille différemment l an prochain.

      Répondre
  • Merci Olivier d’avoir ainsi guidé les visiteurs dans ce salon et rendu compte de façon si claire et passionnée. Toujours aussi bien écrit, je te lis avec plaisir. Et compatis aux morsures du froid pour les exposants. Bises à Marion

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.