Rétromobile 2018 : Du grand air.

Le cru Rétromobile 2018 sera assurément un excellent millésime pour les amateurs de course que nous sommes. Monoplaces, sports, protos, pilote ou préparateur célébrés, tout concourt à laisser une belle impression au visiteur qui n’aura pas hésité à braver les rudes frimas de ce début février pour venir s’injecter sa dose annuelle de nostalgie mécanique à la Porte de Versailles.

Pierre Ménard

CC Rétromobile 1
Alignées comme à la parade sur le stand Renault, l’A443 Depailler-Jabouille, l’A442A Ragnotti-Fréquelin et l’A442A Jarier-Bell ©Pierre Ménard

Indiscutablement, le salon Rétromobile se plaît bien dans ce hall 1, étendu cette année aux halls 1/2 et surtout 1/3 qui offrent un gain de place appréciable aussi bien pour les exposants que pour le public. Les ventes aux enchères, Artcurial et (nouveauté cette année) les « moins de 25000 € », profitent par exemple pleinement de cet espace agrandi dans les deux halls susnommés. Les stands eux-mêmes sont plus aérés (du moins pour les plus spacieux – donc les plus fortunés) et l’ensemble procure un plaisir décuplé. Plaisir qui commence dès l’entrée en matière avec l’immense stand Renault qui met en valeur quatre légendes.

CC Rétromobile 2
L’A442B victorieuse Pironi-Jaussaud ©Pierre Ménard

Pour célébrer les 40 ans de la victoire Renault au Mans, le constructeur français a aligné le quatuor magique des Renault-Alpine de 1978, avec les casques des pilotes posés sur les pontons comme si les protos étaient prêts à faire siffler leurs turbos. On se rappellera que l’aventure du losange dans la Sarthe fut longue à aboutir, qu’elle ne fut pas sans émotions fortes en cette fameuse édition, mais que finalement c’est bien l’A442B n°2 de Pironi-Jaussaud qui l’emporta devant deux Porsche 936. Comme c’est également le 120e anniversaire de la naissance de la marque dans un cabanon du jardin de la propriété de la famille Renault à Boulogne-Billancourt, une belle rétrospective des modèles emblématiques routiers est proposée à cette occasion.

CC Rétromobile 3
L’élégante Brabham BT49D, dernière monoplace de Chessington à moteur Cosworth avant l’arrivée du BMW turbo ©Pierre Ménard

Avant de grimper dans les étages, nous ne pouvons pas ne pas faire un tour sur les traditionnels havres de beauté que sont les stands Fisken et Hüni. Comme à son habitude, l’Ecossais Gregor Fisken étonne par la richesse et la diversité de ses modèles exposés. On ne peut évidemment pas louper la superbe Brabham BT49D-Cosworth qui trône majestueusement en plein milieu, un modèle identique à celui avec lequel Riccardo Patrese enleva – à la surprise générale – le Grand Prix de Monaco 1982.

CC Rétromobile 4
La BRM P25 ©Pierre Ménard

A ses côtés, la splendide BRM P25, la seule BRM à moteur avant à avoir gagné un Grand Prix (Pays-Bas 1959 avec Jo Bonnier) et selon Stirling Moss, qui était passé maître dans l’art d’essayer un peu tout ce qui se présentait sur les circuits d’alors, la « meilleure voiture à moteur avant qu’il ait jamais conduite ». Non loin de là, on fait un saut pharamineux dans le passé pour contempler la merveilleuse biplace américaine Mercer 35R de 1912, qui constitua, selon les dires, l’« archétype de la voiture de course avant-première guerre mondiale pour playboys » !

CC Rétromobile 5
La Mercer 35R de 1912. Notez le saute-vent circulaire au-dessus du volant ! ©Pierre Ménard

Le stand du Suisse Lukas Hüni regorge, lui, de rutilantes Ferrari 250 GT SWB (pourquoi se priver quand on peut, hein ?) toutes plus belles les unes que les autres, mais celle qui attire immédiatement l’œil est la curieuse 250 GT Passo Corto « shark nose » bleue de 1962. Comme par provocation, elle est surélevée par rapport à ses consœurs, comme pour laisser tomber avec un brin de fierté : « Voyez, j’existe bel et bien ». Provocation ? Eh oui, car la belle ne fut pas dessinée par Pininfarina, mais par Bertone, qui ne récidivera pour Maranello que bien plus tard en 1973 avec la très contestée 308 GT4 qui fit couler beaucoup d’encre et parler autant. Je suis sûr que là-aussi, certains trouveront matière à redire au vu de cette 250 GT Bertone assez méconnue.

CC Rétromobile 6
Bien avant la 308 GT4, Bertone avait déjà habillé une Ferrari, une 250 GT châssis court qui plus est ! ©Pierre Ménard

Chez William I’Anson, où officie notre amie Carol Quiniou, une agressive BRM P160 ex-Ganley nous accueille dans sa livrée Marlboro, côtoyant la « granny », mais toujours aussi élégante, Lotus 16 de 1958, premier coup de crayon « inspiré » de Colin Chapman pour sa marque en Formule 1 (si l’on considère que la Type 12 n’était qu’une sorte de coup d’essai).

CC Rétromobile 7
BRM P160, similaire à celle qui permit à Beltoise de triompher à Monaco en 1972 ©Pierre Ménard

Non loin de là, l’horloger Richard Mille a eu l’excellente idée de rendre hommage à Bruce McLaren, et la marque éponyme qui lui survécut, avec de très beaux modèles rarement vus ici : la toujours élancée M23 (ici un modèle de 1975 ex-Fittipaldi), la monstrueuse M8D de 1970 qui rafla tout en Canam, la M2B, toute première Formule 1 de Bruce, l’ultra-fine MP4/4 qui permit à Senna et Prost de tirer complètement la couverture à eux en 1988, et la remarquable McLaren F1 GT01R qui triompha des éléments – et de la concurrence médusée – au Mans en 1995.

CC Rétromobile 8
McLaren cars (dans le sens des aiguilles d’une montre) : M2B, M8D, M23 et F1 GT ©Pierre Ménard

Nous montons ensuite vers les étages pour aller découvrir deux hommages rendus à deux visionnaires, l’un pilote l’autre préparateur. Après avoir traversé la passerelle – et observé avec quelque inquiétude les flocons tourbillonner violemment sur le périphérique anesthésié – sur laquelle sont rassemblés une dizaine de modèles de voitures de records, allant des Voisin des années vingt à la 208 T16 Pikes Peak de 2013, en passant par un prototype 2CV Barbot de 1952,  une Panhard Levassor 35CV de 1934 ou une Isetta Velam de 1957, nous traversons le Hall 1/2 pour gagner le 1/3 où est installée la rétrospective Jean-Pierre Wimille.

CC Rétromobile 9
Les voitures de records sur la passerelle qui mène du hall 1/1 au hall 1/2 ©Pierre Ménard

Wimille était non seulement un pilote de tout premier plan, mais aussi un homme qui avait su se projeter dans le futur en concevant sa fameuse JPW routière de Grand Tourisme dont on vous a longuement parlé lors de deux précédentes notes en 2015 (Interview Hervé Charbonneau (1), et Musée de Rochetaillée (2)).

CC Rétromobile 10
Bugatti 59/50B ex-Wimille ©Pierre Ménard

Intérêt de cet hommage, les trois modèles fabriqués sont présents sur le salon (3). Le pilote lui-même est dignement célébré avec trois modèles emblématiques : la Bugatti 59/50B de 1939 avec laquelle il gagna la Coupe de Paris en 1945, offrant ainsi à Bugatti sa toute dernière victoire, l’Alfetta 308 de 1938 avec laquelle le Français enleva plusieurs Grands Prix entre 1946 et 1948 (4), et la Gordini T15 qui lui apportera le meilleur avec des victoires, mais aussi, hélas, le pire avec la mort rencontrée sur les bords du circuit de Palermo à Buenos Aires.

CC Rétromobile 11
Alfetta 308 (et derrière Gordini T15) ex-Wimille ©Pierre Ménard

A quelques mètres de là, c’est un coup de chapeau au plus génial des préparateurs italien qui est donné par le salon. Né en Autriche il y a 110 ans, Karl Abarth, plus connu sous le nom de Carlo Abarth, collabora avec Porsche et Cisitalia avant d’ouvrir sa propre officine en 1949 à Turin. Le fameux blason au scorpion sur fond rouge et jaune va devenir synonyme d’amélioration significative des performances sur beaucoup de petites voitures, mais aussi de présence sur les circuits avec des modèles de la marque. Sur un grand espace divisé en deux, la collection Engelbert Möll offre un nombre intéressant et varié d’entre eux, allant des protos 2 ou 3 litres aux « bombinettes » issues de Fiat en passant par les voitures de records, car, en véritable touche-à-tout, le constructeur turinois a aussi titillé les chronomètres dans plusieurs catégories.

CC Rétromobile 12
Abarth (dans le sens des aiguilles d’une montre) : Fiat Abarth 595 SS 1970, Fiat Abarth 500 record Pininfarina 1958 et Abarth 3000 Sport 1971 ©Pierre Ménard

Il y a évidemment bien d’autres choses à déguster dans ce Rétromobile 2018, mais en trois heures de soirée « presse », c’était ce qui me paraissait prioritaire à montrer. Après un petit bonjour aux amis du Tourisme en Limousin (Hall 1/2 – allez, un peu de pub !), il était temps pour moi de regagner mes Yvelines enneigées. Deux heures plus tard, je touchai au but, véritablement pas fâché d’avoir triomphé de tous les pièges de la circulation de la banlieue parisienne engluée un soir de neige intensive. Quand j’ai entendu le lendemain que des gens avaient passé la nuit dans leur bagnole sur la N118, je me dis que j’avais eu du pot, finalement !

CC Rétromobile 13
La rétrospective Abarth ©Pierre Ménard

Consultez également l’article complet de notre visite au Retromobile Paris 2018.

(1) https://www.classiccourses.fr/2015/02/retromobile-2015-la-wimille/

(2) https://www.classiccourses.fr/2015/06/lautre-wimille/

(3) La JPW 01 du Musée de Reims, la JPW 02 du Musée Malartre de Rochetaillée, et la JPW 03 de la Cité de l’Automobile de Mulhouse.

(4) Rappelons qu’en 1948 si le championnat du monde des pilotes avait existé, Wimille aurait eu la couronne grâce à ses succès avec l’Alfetta, la version réactualisée en 1948.

Olivier Rogar

Olivier collabora avec « Mémoires des Stands » puis, à sa disparition, en 2012, il créée Classic COURSES avec les encouragements de Pierre Ménard et Johnny Rives. L’esprit d’entreprise qui l’habite trouve dans le sport automobile les valeurs de précision, de prise de risques, de rapidité de décision dont la maîtrise conditionne toute réussite.

Olivier Rogar has 49 posts and counting. See all posts by Olivier Rogar

12 pensées sur “Rétromobile 2018 : Du grand air.

  • Et ben voilà qui m’économise un billet pour Paris ! Merci Pierre !

    Répondre
    • D’ailleurs la SNCF nous a identifiés comme leur principal concurrent en cette saison 🙂

      Répondre
  • Merci Pierre! – J’avais beaucoup de regrets de ne pas y être allée – Tu m’as mis du baume au cœur avec ce beau reportage (les textes et photos : tous vraiment bien!). Merci

    Répondre
  • Oui effectivement une belle édition très complète avec beaucoup de sportives. Merci pour l’analyse et les photos mais une visite « réelle » s’enrichit de l’émotion et des échanges des rencontres. Henri Pescarolo, Jean Ragnotti, Jean-Claude Andruet, Cyril Neveu, François Chevalier sans oublier de saluer les amis d’Autodiva et d’acquérir une œuvre auprès de Patrick Brunet.

    Répondre
  • Anecdote :
    pour etre passé vendredi sur le salon , la dame sur les stand Ianson nous a dit que la P160 ,bien que portant des stickers Howden GANLEY , était de fait la voiture avec laquelle BELTOISE gagna MONACO .

    Répondre
    • JP Beltoise a gagné Monaco en 1972 avec la BRM p160 B Chassis 01. Il s’agit ici de la BRM P160 E Chassis 07.

      Répondre
  • Thank you for the fantastic article! We had a great time at retromobile and would like to see you again. Follow the Abarth Classics Collection of Engelbert Möll online.

    Répondre
  • Oui, une belle édition 2018, à n’en pas douter.
    Avec notamment le plaisir de voir Arturo Merzario cabotiner sur le magnifique stand de l’expo Abarth, évidemment coiffé de son chapeau de cow-boy et chaussé de bottes assorties.
    En tout cas, le bonhomme n’a pas pris un gramme et se loge toujours aussi aisément dans les cockpits !

    Répondre
  • Un bémol à mon avis Olivier :
    Je me suis trouvé rajeuni de plus de 50 ans me voyant aux salons de l’auto de l’époque . A ceci près que les caisses de retromobile 2018 étaient encore plus neuves que celles des fifties et sixties : Peintures brillantes comme on ne savait pas en faire à l’époque , cuir et moquette tout beau tout neuf , moteurs pleins de chrome et sans la moindre trace de fluide ou huile moteur . Si ça plait à certains ,c’est bien pour eux .PAS à moi .
    Je me suis bien plus régalé 3 jours avant au CH de CLELLES et sur les routes enneigées rdu MONTE CARLO historique ( en sus , c’est gratuit !). Pour moi Retromobile est devenu du show off pour spéculateurs .

    Répondre
    • Oui, je suis plutôt d’accord avec ce bémol. C’est d’ailleurs une réflexion que j’ai entendue sur place : les voitures de course sont « trop belles », on oserait à peine les faire rouler tellement elles ressemblent plus à des pièces de musée « sur-restaurées » qu’à des machines taillées pour la lutte au couteau sur la piste.

      Répondre
  • Merci de ces commentaires pour ceux qui n’ont pu se déplacer.
    Une remarque toutefois: La BRM P25 a remporté un seul GP, celui des Pays-Bas 1959 et non pas celui de Suède. C’est le vainqueur Joachim Bonnier qui est suédois.

    Répondre
    • Vous avez bien entendu raison : on pense au pilote suédois, et vlan ! on écrit Grand Prix de Suède (soupir).

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.