Maurice Trintignant , 48 victoires et 1000 histoires – 2/2

Maurice Trintignant,  « Le conteur de vitesse » 2e Partie ( Voir Ici la première partie )

Disparu il y a 12 ans à presque 88 ans, Maurice Trintignant aurait eu 100 ans en 2017. Ayant partagé son amitié pendant plusieurs années, quelques souvenirs reviennent effleurer ma mémoire. « Pétoulet » était aussi bon coureur que bon conteur.

Patrice Vergès

Maurice Trintignant - Patrice Vergès - Classic Courses - 2017
Jusqu’à 80 ans, Pétoulet a conservé une forme de jeune homme @ Collection de l’auteur

« Je discutais moi même mes contrats »

La très longue carrière de Maurice Trintignant se divise en plusieurs parties.  Pilote officiel Gordini de 1948 à 1953, puis pilote Ferrari qu’il quitta quand la Scudéria refusa qu’il conduise pour un seul Grand Prix, à Reims 1956 la révolutionnaire Bugatti 251. Après cet échec, il passa chez Vanwall avant de devenir devint quasi-indépendant comme cela se faisait à cette époque. Il courut longtemps sur une Cooper pour l’écurie de Rob Walker et la Scudéria Centro Sud puis sur des Lotus ce qui ne l’empêcha de piloter en sport-prototype pour Porsche et Aston Martin, Maserati et Ford France jusqu’à la fin de sa carrière. Il vivait de contrats de pétroliers et manufacturiers, primes de départ et d’arrivées et de quelques publicités.  « C’est Moss et Fangio qui avaient lancé la mode des agents. C’est moi qui discutais moi-même de mes contrats ».

Maurice Trintignant - Patrice Vergès - Classic Courses - 2017
Trintignant – Reims 1956 – Bugatti 251 @ DR

Lorsque je le fréquentais, il ne roulait pas sur l’or et conduisait d’humbles Fiat vendues par un ami concessionnaire. Fini le temps où il pilotait ses Facel Vega HK500 et de puissantes américaines (Buick) qui tractaient sa belle caravane.  Pendant sa carrière, il préférait dormir dans sa caravane que d’aller à l’hôtel. D’où son surnom de père tranquille de la Formule 1 qu’on opposa à la vie assez dissolue de ses contemporains de l’époque notamment son ami Harry Schell.  Plus tard, des ennuis financiers l’obligeront à vendre les deux voitures qu’il avait conservées, la Bugatti de ses débuts et sa dernière BRM 1500 acheté avec ses deniers. Avec humour teinté de nostalgie, il disait qu’il regrettait d’être né 20 ans trop tard pour courir avec les Varzi et Nuvolari et 20 ans trop tôt pour  gagner de l’argent comme les pilotes des seventies.

L’effet Dupont

 Pour brosser ce petit portait qui n’a aucune prétention historique, j’ai relu un long article que j’avais commis dans Auto Hebdo en 1988  » J’ai aimé la course comme on aime une femme« .  En parcourant un inter nommé « l’effet Dupont » je me suis rendu compte que j’avais totalement oublié cette phrase employée en terme sportif. Il explique que minimiser quelqu’un le pousse généralement dans ses derniers retranchements. C’était un journaliste de l’Équipe nommé Dupont qui avait expliqué en 1956 que le français Mimoun n’avait aucune chance de gagner aux JO de Melbourne. Vexé par la lecture, Mimoun avait gagné. L’histoire bégaye puisque elle de nouveau arrivée entre Aimé Jacquet et l’Équipe en 1998 lors de la Coupe du Monde de Football.

 Par sa bonhommie, sa gentillesse, par son physique de monsieur tout le monde, Trintignant estimait, à ses yeux, avoir été souvent victime de l’effet Dupont notamment en fin de carrière où il a du parfois montrer les dents particulièrement à Rob Walker qui ne lui réservait pas les meilleures voitures.

Maurice Trintignant - Patrice Vergès - Classic Courses - 2017
Dès 1958, il pilotera les Cooper Climax de Rob Walker. Ici Victoire sur le nouveau circuit de Charade en 1958 @ DR

Avec Fangio

« Le journaliste Fernand Legouge avait fait un reportage à la télé la veille du GP de Formule 1 de Pau en 1962 où il prévoyait que Clark ou Rodriguez gagnerait et que de toute façon, il fallait faire la place aux jeunes ! J’avais déjà gagné deux fois à Pau et ça m’a vexé. Malgré une Lotus 18 à moteur 4 cylindres moins puissante de 20 chevaux que la V8 de Jim Clark, j’ai gagné devant Rodriguez. J’avais deux fois son âge !

Maurice Trintignant - Patrice Vergès - Classic Courses - 2017
Trintignant – Pau 1962 – Lotus 18 Rob Walker @ DR

Ca m’est arrivé aussi pour le Grand Prix de Bordeaux 1953 avec Amédée Gordini qui avait fait revenir Fangio dans l’équipe pour nous donner une leçon. Ça m’avait blessé et je lui avais fait remarquer et un mécano m’a répondu  » que Fangio était champion du monde ». Moi, piqué, je lui ai répondu que j’étais le champion de Vergèze. J’ai reconnu la veille le circuit à pied et aux essais j’ai réussi la pole et un meilleur temps que Fangio. Le lendemain quand le pont de ma Gordini a cassé, j’allais prendre un tour à Fangio ! Plus tard quand j’ai conduit sa voiture, je me suis rendu compte qu’elle avait un moteur plus puissant que la mienne »

Chez Ford

 Autre mortification au Tour Auto 1964, en tant que pilote de Ford France, il est engagé sur une AC Cobra Daytona engagée par Henri Chemin. A 46 ans, avec son physique de père tranquille, il fait sourire les jeunes loups Jochen Neerpasch et Bob Bondurant qui pilotent l’autre AC Cobra américaine.  Chez Ford, on lui fait gentiment comprendre qu’il ne doit pas les gêner en course. Il ne fallait pas l’humilier ce petit homme. A Rouen, il fit un véritable festival et montra ses feux rouges à l’autre Cobra américaine qui n’arrivait pas à la suivre.

Maurice Trintignant - Patrice Vergès - Classic Courses - 2017
Tour Auto 1964. Au volant de la Cobra Daytona, pétoulet déchaîné allume tout le monde à Rouen @ DR

 Il ne fallait pas le chercher Pétoulet qui cachait sous un abord convivial, un esprit revanchard et une véritable rage de vaincre et de convaincre liée à un égo indispensable à un pilote qui veut aller vite. Pas question de prétendre qu’il fut en son temps aussi rapide que Fangio ou de Clark mais il fut certainement parmi les meilleurs pendant la durée de sa carrière. Si Pétoulet n’enjolivait pas son chrono, en Raimu de l’automobile, il embellissait un peu les histoires à son avantage.

« Savoir perdre une seconde »

Pour expliquer ce manque de panache que d’aucuns lui reprochaient, il avait un jolie formule  » Savoir perdre une seconde pour conserver sa vie ». Il avouait avoir toujours conduit en deçà de ses possibilités ce qui l’avait parfois frustré en estimant qu’il aurait ou remporter quelques Grand Prix supplémentaires sur les 81 auxquels il avait participé.

« J’ai seulement conduit 3 ou 4 fois au maximum de mes possibilités notamment à Monaco en 1955 et Pau en 1962« . D’après lui beaucoup de pilotes étaient morts parce qu’ils avaient de la fumée dans la tête ou surconduisait à cause de la presse qui en avait fait des surhommes. En affirmant cela, il songeait à son rival Jean Behra qui était à ses yeux un pilote surfait.  Précisons que les deux hommes ne s’entendaient guère.

Il s’estimait chanceux d’être vivant car il avait perdu 51 camarades en course. Deux petits regrets tout de même. De ne pas avoir gagné la Mans en 1959 où on lui a donné l’ordre de ne pas doubler Roy Salvadori pour le laisser gagner alors qu’il savait que c’était possible.  Sa saison 1962 restait son souvenir le plus amer. « Au départ ma Lotus 24 avait une tenue de route fantastique et c’était une voiture idéale pour très bien se placer au Championnat du Monde. Mais au fil de la saison, elle a été prise dans divers carambolages et n’a plus jamais tenu la route comme au départ. Elle était devenue vicieuse. J’en avais peur et je n’ai pas voulu courir au GP du Mexique. Rob Walker l’a filée à Ricardo Rodriguez et il s’est tué avec ».

Conduite très fine

Maurice Trintignant - Patrice Vergès - Classic Courses 2017
Il fera partie de l’écurie Ford France entre 1963 et 1965. Il impose sa Falcon Alan Mann en tourisme au Mont Dore en 1964 @ DR

Un jour que j’avais rendez vous avec lui dans sa maison du Mas d’Arnaud où s’entassaient dans son bureau des demandes d’autographes (il avait une fort jolie écriture) sur des livres qu’on lui envoyait, il avait pris le volant la Matra Murena qu’on m’avait prêtée. Il m’avait donné une belle leçon de pilotage sur les routes étroites du Gard. Il avait de petites mains de pianiste aux longs doigts effilés et mes yeux ont encore l’image de la parcimonie du travail de ses mains sur le volant et de la Matra qui volait d’un virage à l’autre. Trintignant avec un style fin mais peu spectaculaire.

 Il ne comprenait pas comment faisaient les pilotes modernes pour conduire  » Avec des gants de maréchal Ferrand ». Lors d’une course à Monaco, il sentait mal sa voiture jusqu’au moment où il a enlevé ses gants.  » Une voiture c’est comme une femme, c’est fin. Il faut la sentir vivre !  » affirmait-il avec malice en regrettant que les voitures modernes ne glissent plus.

 Lorsqu’on le questionnait sur les pilotes qui l’avaient impressionné dans sa carrière, malgré sa gentillesse, il ne mâchait pas ses mots.  Il m’avait dézingué quelques gloire surfaites à ses yeux.

Nuvolari et Wimille

Maurice Trintignant - Patrice Vergès - Classic Courses - 2017
Dans les années 80, la mode des courses historiques, en fera un homme très occupé. Ici aux côtés d’Innes Ireland et Olivier Gendebien @ Collection de l’auteur

À ses débuts Nuvolari l’avait impressionné et pour lui il restait le plus grand.  » C’était presque un surhomme », il avait un immense respect pour Jean Pierre Wimille « son professeur « qui lui avait donné son fameux surnom de Petoulet (crottes de rat) et aussi pour Fangio, Stirling Moss, Jim Clark « mais sur Lotus seulement. Sur Aston Martin, il n’était pas plus rapide que ses coéquipiers ». Satisfecit aussi pour Gonzales quoique irrégulier et Stewart qu’il avait vu débuter.  Parmi les pilotes surfaits, encore une fois d’après lui, il citait Hawthorn à la conduite très irrégulière qui lui laissait croire qu’il se droguait, Jean Behra bien sûr, Gendebien et Mairesse. En fait, Trintignant ne s’entendait pas avec les Belges avec qui il eut de sérieux accrochages.

Il m’avait raconté pas mal d’anecdotes sur Amédée Gordini. Avec le Sorcier, c’était du genre, je t’aime moi non plus, hésitant entre l’amour et la haine.  Gordini le surnommait  » Simplet » ce qui n’était guère gentil et Trintignant racontait qu’il pleurait tout le temps pour ne pas payer ses pilotes.  « Les Gordini, rien qu’en les regardant, elles cassaient. Fangio m’avait dit si tu veux conserver la vie ne conduit plus ces voitures. Je l’ai écouté. « 

La vie avant tout

A chaque rencontre, il me racontait de nouvelles anecdotes livrées en vrac, persuadé que les Mercedes du Mans 1955 bénéficiait d’une injection d’additif à cause du sillage odorant qu’elles laissaient derrière elle. Ou celle du jour où il ne voulait pas prendre le départ d’une course car il n’avait pas son ours fétiche qu’on lui a porté juste avant que le drapeau se baisse. Plus coquin, les 1000 km effectués au volant d’une Simca 8 1100 en une nuit entre les essais et la course du GP de Nice pour retrouver une femme. Ce père tranquille fut un grand séducteur…. .

Remarquable son astuce pour gagner le Ventoux en 1960 sur sa Cooper Climax. Porsche avait posté des observateurs le long des 22 km du parcours aux essais pour vérifier si Trintignant allait vite. S’il grimpa très fort, il ne réussit pas le meilleur temps. Porsche rassuré ne se méfia pas. Pourtant le lendemain, Trintignant s’imposa devant les Porsche. Lors des essais, le rusé Maurice qui avait déniché une petite route à droite hors de la vue des observateurs de Porsche, s’était arrêté quelques secondes pour ralentir le chrono.

Enfin, j’ai surtout le souvenir d’un homme qui aimait intensément la vie. Et la vie le lui avait bien rendu.

Maurice Trintignant - Patrice Vergès - Classic Courses - 2017
La ville de Vergèze a rendu un bel hommage à Trintignant avec cette magnifique sculpture signée Christian Maas @ DR

Retour à : Maurice Trintignant – 1ère Partie

Patrice Verges

Patrice Vergès a publié son premier article automobile dans la revue Scratch en 1971. Passionné par l’histoire de l’automobile, il a travaillé en tant que pigiste dans une bonne douzaine de titres auto en 40 ans d’activités Après avoir conduit autour de 1600 voitures, Il publie toujours ses essais de voitures neuves et de collection dans le magazine Youngtimers et sur le site automobile POA. Depuis 2006, il a publié 18 livres dont 6 sur l’automobile plus 12 thrillers puisqu’il est également romancier. En 2019, il publiera » les plus belles Alfa de route » et un thriller » Monte-Cristo ».

Patrice Verges has 7 posts and counting. See all posts by Patrice Verges

14 pensées sur “Maurice Trintignant , 48 victoires et 1000 histoires – 2/2

  • J’ai vraiment retrouvé le Maurice que j’ai bien connu à travers ce récit. A une seule exception: ses relations avec les femmes qu’il n’avait jamais dévoilées devant moi. Un jour il m’avait indiqué une de ses combines pour épargner ses moteurs aux 24 Heures du Mans. Dans la longue (à l’époque) ligne droite des Hunaudières il m’avait dit qu’il coupait les gaz très brusquement et très brièvement. « Je ne perdais rien en vitesse tellement ma coupure était brève. Mais elle était suffisante pour provoquer une remontée d’huile bénéfique pour le graissage du moteur… »

    Répondre
    • Oh alors là je suis stupéfait de t’entendre raconter cela et cela me ramène a un très ancien souvenir. Mon père faisait la même chose dans la Dauphine familiale et quand nous nous amusions de cela il livrait exactement la même remarque de Petoulet.
      Merci Johnny de cette madeleine

      Répondre
    • Comment s’explique cette remontée d’huile ?

      Sur mon moteur Lotus, j’ai remarqué que si on le met à pleine charge et qu’on coupe brièvement et complètement, on a un phénomène de blow back, c’est à dire forte explosion dans l’échappement accompagné d’une jolie flamme.

      C’est plaisant à souhait mais quid pour l’huile ? on crée une dépression dans le carter ?

      Concernant la 24 de Rodriguez, Jim Clark avait noté son caractère dangereux et refusait de la conduire. Ensuite, il est passé à la 25 et il n’y avait pas photo..

      Répondre
  • Cet excellent témoignage sur Maurice Trintignant est peut-être aussi, accessoirement, une contribution à l’histoire du sport automobile. Il apparaît donc que l’accident de Ricardo Rodriguez aux essais du GP du Mexique de 1962 ne serait pas dû seulement à un excès de fougue du pilote, mais aussi peut-être à la dangerosité de la voiture. « Elle était devenue vicieuse. J’en avais peur », nous dit Maurice Trintignant. Pourtant, on nous a toujours raconté une seule et même histoire : contrarié par le fait que la Lola de Surtees venait de réaliser le meilleur temps, et poussé par son propre père, Ricardo Rodriguez avait repris la piste pour réaliser à nouveau le meilleur temps. Et il était au-delà de ses propres limites. Jamais le comportement de sa voiture n’avait été mis en cause.
    Maurice Trintignant avait en effet connu deux très graves accidents avec cette voiture : au départ du GP de Monaco, où il avait été pris dans le carambolage provoqué par Ginther, et à l’arrivée du GP de France à Rouen, où il avait violemment percuté la Lotus de Trevor Taylor qui s’était imprudemment arrêté juste après la ligne d’arrivée.

    Répondre
    • Et on peut y ajouter une sortie de route au GP des Etats Unis, juste avant ce GP du Mexique, à l’issue de laquelle la Lotus avait franchi un fossé est escaladé un talus. A Monaco, Ginther avait été surpris par un accélérateur bloqué sur sa BRM et à Rouen, l’envahissement de la piste après l’arrivée masquait la Lotus de Taylor.

      Répondre
  • Rodriguez , hélas pour lui , fut peut etre poussé par son papa ( y a t’il une preuve de cette affirmation ? ) mais sans doute aussi par son ego pour son GP à domicile et comme il était très jeune et chaud bouillant : il a surconduit comme trop à l’époque et y a perdu la vie . Triste et regrettable mais pas la peine d’aller chercher 55 ans après autre chose sur la foi d’un on dit .
    Comme ce pilote le dit :une bonne cinquantaine de ses camarades se sont tués en course : tous conduisaient ils une voiture dangereuse ?
    Ceci me rappelle une conversation avec JPJ au début des eighties : aucun regret sur ma carrière et les opportunités manquées ; je suis en vie alors que tant se sont tués .
    Never forget : motor racing is dangerous , meme hélas de nos jours .

    Répondre
    • Richard,
      Ce n’est pas sur la foi d’un « on dit », mais à partir du témoignage de Maurice Trintignant lui-même. C’était un très fin pilote, et très expérimenté. Et en plus il avait conduit la voiture. Je pense donc qu’on peut donner quelque crédit à son témoignage.
      S’agissant de l’influence du père de Ricardo Rodriguez, le magazine Autodiva a publié une photo saisissante où on voit Ricardo Rodriguez, à l’arrêt devant son stand dans le cockpit de sa Lotus 24, embrassant la main de son père, debout à côté de la voiture, avant d’essayer de reprendre le record du tour à John Surtees.

      Répondre
      • OK René . De toutes façons trop bete de se tuer ainsi à 20 ans

        Répondre
  • Les jeunes frères Rodriguez avaient fait sensation dans la presse généraliste en venant courir en Europe, et si en 58 Pedro participa au Mans je crois que Ricardo âgé de 16 ans n’avait pu courir avec son frère ce qu’il fit l’année suivante. Il intégra la Scuderia Ferrari F1 en 1961 à Monza et il fut engagé en 1962 en Hollande, Monaco, Spa où il roulait de concert avec Hill mais loin des leaders, bien identifié avec son casque jaune, Allemagne et Italie. Les Ferrari dépassées déclarèrent forfait pour les deux derniers GP et hors championnat il trouva un volant pour son GP national sur la Lotus 24 Rob Walker de Trintignant. Si les accidents de cette Lotus à Monaco et à Rouen étaient bien connues celui des E-U l’était moins comme nous le rappelle Luc Augier car la couverture médiatique des GP de fin de saison sur l’autre continent surtout sans enjeu était réduite. Les causes de l’accident firent l’objet d’expertises contestées. La fougue de ce jeune surdoué qui réussissait à placer en haut des temps aux essais cette voiture d’emprunt fut évoquée, les traces laissées à Peraltada sur le banking et qui se dirigent sur le rail à l’extérieur firent suspecter un bris de suspension sur l’arrière droit, et si Al Francis nia toute rupture mécanique cette fragile Lotus bien cabossée en fin de saison si effrayante pour Trintignant était sûrement dangereuse.

    Répondre
    • sans enjeu pas approprié en 1962 alors que le titre se jouait entre Graham Hill et Jim Clark…

      Répondre
      • Si Laurent, sans enjeu, car le GP du Mexique 1962 a été organisé hors championnat.

        Répondre
  • Emile,
    Laurent Rivière veut parler du GP des USA qui était plein d’enjeu pour le titre. Effectivement, je n’avais jamais entendu parler de cet accident de Trintignant à ce GP.

    Répondre
  • Ah, je retrouve bien là la verve et le superbe talent d’écriture (quoique toujours fâché avec la ponctuation… 😉 de ce bon vieux Patrice « Vergèze » (que, pour avoir vécu la préhistoire du sport automobile, je ne savais pas si vieux…).
    Avec toutes mes amitiés, et mes bons vieux, évidemment…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.