Johnny Rives F1, Malaisie 2017

Les Ferrari hors jeu, les Mercedes émoussées, la voie devenait libre à Sepang pour les Red Bull. Mieux placé au départ que son équipier Ricciardo, Max Verstappen a su en profiter pour effacer en une seule course toutes les misères l’ayant accablé précédemment. Une jolie manière – et émouvante si l’on en juge aux larmes de sa petite sœur – de fêter ses 20 ans avec une journée de retard.

Johnny RIVES.

GP Malaisie 2017 Verstappen - Hamilton @ DR
GP Malaisie 2017 Verstappen – Hamilton @ DR

Le jeune Batave a montré dans cet ultime GP de Malaisie qu’en trois saisons de F1 il a pris de la mesure sans rien perdre de son tempérament acéré. Cela se voit autant à travers son pilotage que par son attitude dans le stand Red Bull ou face aux micros. Après avoir lutté, sans excès mais fermement, pour écarter Bottas de sa route, il lui restait le plus difficile : déloger Hamilton de son habituelle première place. Ce qu’il fit sans l’ombre d’une hésitation après trois tours d’observation : par une attaque franche et nette au premier freinage du 4e tour. « Sachant Lewis préoccupé par le championnat, je savais qu’il ne tenterait pas l’impossible… » Bien vu. Et bien joué. Max n’avait plus qu’à garder sur la piste pendant encore 53 tours une Red Bull que ses qualités routières et son moteur Renault rendaient sans égale. Une fois n’est pas coutume…

FERRARI : « CHE CASINO ! »

GP Malaisie 2017 Ferrari @ DR
GP Malaisie 2017 Ferrari @ DR

La Scuderia n’a pas joué à la roulette à Sepang. Mais elle a tout de même perdu. Casino n’a pas en italien la même signification que chez nous. Pour rester poli on pourrait traduire « casino » par « bazar ». Mais en réalité c’est bien de « bordel » qu’il s’agit – au sens de confusion et désordre. Le coup ayant frappé Sebastian Vettel en qualification (moteur neuf incapable de lui permettre de rouler) était déjà sévère. Mais que dire de celui (le même…) qui accabla le brave Kimi Raïkkonen sur la grille de départ ? La belle remontée de Vettel lui ayant permis de marquix de malaisieer quelques points précieux au championnat ne pourra pas compenser, dans l’esprit de ses dirigeants, les deux énormes bévues ayant placé la Scuderia hors jeu du GP de Malaisie. Rien ne va sans doute bouger d’ici à la fin du championnat. Mais on peut s’attendre à des chamboulements considérables dans la perspective de la saison 2018. Un séisme, pour tout dire. En italien : « terramoto ».

BOTTAS TRANSPARENT

GP Malaisie 2017 Perez - Force India @ DR
GP Malaisie 2017 Perez – Force India @ DR

Nous nous permettons de reprendre le terme utilisé par Julien Fébreau à la fin du reportage de Canal+ tant il exprime à la perfection la course de Vallteri Bottas à Sepang : elle a été transparent. Il a semblé désarmé dès lors que Ricciardo l’a débordé en début de course. Quand, après son changement de pneus, il a repris la piste derrière Vettel, l’Allemand et sa Ferrari l’ont largué sans lui laisser le moindre espoir de se classer mieux que cinquième – avec 22 petites secondes d’avance sur la modeste Force India de l’excellent Sergio Perez. Certes, les Mercedes paraissaient inexplicablement émoussées en Malaisie – incapables qu’elles étaient d’exploiter durablement leurs pneus. Mais, tout en subissant le même inconvénient, Lewis Hamilton a donné une méchante leçon d’efficacité à son nouvel équipier. Les difficultés de Bottas permettent de mieux mesurer, aujourd’hui, les mérites de Nico Rosberg de s’être si souvent hissé au niveau de Hamilton lors des trois dernières saisons.

DÉSASTRE FRANÇAIS

Trois pilotes Français au départ d’un Grand Prix sur des montures capables de marquer des points, il faut remonter très loin dans le passé pour retrouver une présence aussi importante. A quand ? En 1995, sans doute, avec Jean Alesi, Olivier Panis, Jean-Christophe Boullion ainsi que Bertrand Gachot qui était aussi Belge que Français. Dimanche, le meilleur d’entre eux a été une fois encore Esteban Ocon, de nouveau dans les points – pour la quatorzième fois en quinze Grands Prix, excusez du peu…. Cela ne l’a pas empêché de qualifier sa course de « désastreuse ». Pris en sandwich entre son cher Sergio Perez et Felipe Massa dès le deuxième virage, il subit une crevaison qui le condamna pratiquement à accomplir toute la distance de la course avec un seul train de pneus (les jaunes). Inconvénient auquel s’ajouta une mésentente avec Carlos Sainz qui mit, comme souvent, la plus mauvaise volonté à lui céder sa huitième place lorsqu’Ocon s’y essaya (25e tour). Ce qu’il paya d’un tête-à-queue. Qu’il ait marqué un point dans ces conditions paraît presque miraculeux. Mais c’était loin de le satisfaire. Au point qu’il qualifie sa course de désastreuse. Un terme que n’a pas employé (mais presque !)

l’infortuné et opiniâtre Romain Grosjean après une course (transparente, elle aussi) des Haas. Finalement le plus satisfait de nos trois représentants fut à juste titre Pierre Gasly (21 ans) dont les débuts ont été plus que corrects, même s’il dut se satisfaire d’une 14e place reflétant mal ses mérites au terme d’une course marquée par seulement deux abandons (Raïkkonen et Saïnz). Au chapitre du « désastre » évoqué par Ocon, on se sent obligé d’ajouter, concernant les forces françaises, l’équipe Renault. Elle s’est montrée totalement inefficace (« transparente » elle aussi, merci encore Julien Fébreau) sur un circuit où pourtant, grâce à Red Bull, ses moteurs ont montré de réelles qualités. Qu’elle puisse rejoindre les trois « grands » en 2018 (Mercedes, Ferrari, Red Bull) ne pourra se produire que grâce à des renforts considérables au plan technique.

Johnny Rives

Johnny Rives entre au journal l'Équipe en juin 1960 pour y devenir le spécialiste des sports automobiles. Il commenta les grands-prix de Formule 1 sur TF1 avec Jean-Louis Moncet, Alain Prost, et Pierre van Vliet de 1994 à 1996. Johnny Rives a encouragé le démarrage de Classic COURSES auquel il collabore depuis le début.

Johnny Rives has 158 posts and counting. See all posts by Johnny Rives

7 pensées sur “Johnny Rives F1, Malaisie 2017

  • Très complet, précis et concis; tout est dit, bravo Johnny! Il est regrettable qu’au départ de Singapour Vettel n’ai pas eu la même clairvoyance qu’Hamilton en laissant passer Verstappen…Voilà deux GP où les Ferrari plus performantes que les Mercedes perdent quand même des points, alors que de telles opportunités sont rares!
    Merci d’avoir rappeler le haut niveau de performances de Rosberg qui fut le seul à pouvoir rivaliser d’égal à égal avec Lewis ces dernières années.

    Répondre
  • Rosberg est celui qui s’est le plus rapproché d’Hamilton. MAis rapproché seulement. Ce n’est pas lui faire injure. Il(Rosberg) le sait. J’ajoute que j’aime bien Rosberg. Il n’empêche qu’il a été battu 2/3 et que le titre 2016 est mérité de par sa combativité mais c’est un titre extrêmement chanceux quand même!

    Pour le reste, je n’enterre pas Vettel. La Ferrari est actuellement au-dessus. Un DNF d’Hamilton et un sans-faute de Ferrari sur les 5 dernières courses…bon, si Red Bull vient se mêler à la bagarre, c’est un autre scénario!

    Répondre
    • Mais que vous faut il ?
      Nico a mis Schumi à la retraite , a battu net et sans discussions Loulou en 2016 et l’aurait battu bien avant si Loulou n’avait pas fait la pleureuse à SPA et ainsi obtenu les faveurs de MERCO qui flingua moralement NICO .
      Faut il aussi rappeler et Fred VASSEUR et ses ingés vous le confirmeront qu’en GP2 en 2006 Loulou roulait avec les réglages définis par NICO en 2005 .Lewis est un grand et je le reconnais mais NICO en est un aussi et Marre de ceux qui le dénigrent tel un lionel qui l’appelait blondinet !
      Peut etre que les difficultés 2017 sur certains circuits viennent de l’absence de NICO et d’une certaine faiblesse en ce domaine de Lewis .

      Répondre
  • Malgré la catastrophe qui s’est abattue à nouveau sur la Scuderia Ferrari on a pu assister à un GP de Sepang intéressant et révélateur. Quand il n’est pas pris en sandwich Verstappen a montré comment on remporte une course proprement à 20 ans. Un dépassement imparable sur Hamilton et ensuite une maîtrise totale de la course gérant la pression comme un (futur) champion du monde. On avait l’impression d’assister à la préfiguration d’un passage de relais entre les années 2010 Hamilton et les années 2020 qui pourraient bien être celles de ce jeune prodige. Hamilton et Verstappen les deux pilotes les plus talentueux du plateau ont dominé ce GP et on aimerait les voir s’affronter à voiture égale dans la même écurie.

    Répondre
  • Donc il a mis Schumi à la retraite,qui était en pleine bourre et en pleine force de l’age, dans une top voiture. Ok

    Il a battu « Loulou »( le sobriquet montre combien vous le tenez en haute estime) en 2016? Oui. Sans discussion? Non.

    Loulou aurait utilisé ses datas et réglages? Peut-être. Et alors? On peut être un excellent metteur au point sans être le meilleur pilote de la terre. Un exemple? Thierry Boutsen.

    Bref, on ne tombera pas d’accord, ce n’est pas grave! Le sport, contrairement aux mathématiques, autorise la passion, la mauvaise foi, la subjectivité. Je ne manque d’aucune des trois. Avouez que vous non plus😄

    Répondre
  • @RICHARD JEGO
    -En 2013, Rosberg n’était-il pas déjà chez Mercedes, face aux problèmes de surchauffe de pneus sur certains circuits, malgré sa présence dans l’écurie depuis 2010!
    -En 2017, Mercedes confrontée à ses vieux démons, cela serait dû , selon vous, au départ de Rosberg!
    -En 2006, en GP2 Hamilton a-t-il vraiment utilisé les réglages de 2005 de Rosberg!
    Dans l’hypothèse où cela était vrai, où serait le mal!
    Affirmation tirée par les cheveux, tout de même!
    -SPA 2014, étiez-vous parmi le staff de Mercedes pour écrire une telle assertion justifiant les résultats finaux de votre « poulain »! Il vous siérait alors de nous éclairer sur le doute qui a prévalu au virage Mirabeau à Monaco!
    -J’ai également souvenance qu’à l’issue de SPA, Hamilton cumulait 3 abandons, et Rosberg 1 seul! (Ils terminèrent la saison avec 3 abandons chacun).
    En revanche, dès Melbourne, Hamilton accusait 25 points de retard sur Rosberg, après son abandon!
    Il lui avait fallu 4 grands prix pour refaire son handicap sur son équipier! Personne alors, n’avait accusé l’écurie Mercedes pour favoritisme au profit de Rosberg!
    -Enfin, regarder les grands prix floutés avec ses prismes, sans objectivité, ne saurait qu’occasionner des propos à caution!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.