Les 70 ans de Ferrari – 1957

12 MAI 1957 : L’ULTIME MILLE MIGLIA

Ce jour-là, dans  la célèbre course routière, Enzo Ferrari engage plusieurs voitures de sport, les 315 S et 335 S, capables de briguer la victoire absolue. En plus des 250 GT qui peuvent l’emporter dans cette catégorie, voire créer la surprise en cas de pluie par exemple. Il est loin d’imaginer que, si victoire il y aura, celle-ci sera entachée par un drame épouvantable, qui fera onze victimes : neuf spectateurs,  un de ses pilotes et son co-pilote. L’accident sonnera le glas de cette épreuve légendaire, tour à tour héroïque et meurtrière, née trente ans plus tôt. Il fera même d’Enzo Ferrari, pour un temps, une sorte d’ennemi à abattre, selon une certaine presse en Italie. En tout cas, la Mille Miglia 1957 marquera la fin  d’une époque.

Jacques Vassal

Numérisation_20170509

LES SOUCIS DU COMMENDATORE

En ce début d’année 1957, Ferrari a de quoi être préoccupé. Premier sujet : la Formule Sport. Certes, une de ses barquettes a gagné les 1000 Km de Buenos Aires, première épreuve du Championnat du Monde des Constructeurs. Mais dès la suivante, les 12 Heures de Sebring en mars, la Maserati 450 S de Fangio-Behra a triomphé devant la 300 S de Moss/Menditeguy et la Jaguar D de Hawthorn/Bueb, reléguant la première Ferrari à la 4e place. En Formule 1, le titre de Champion du Monde des Conducteurs, remporté par Fangio dans des conditions quelque peu laborieuses, n’occulte pas la progression de marques rivales : Maserati encore, avec sa 250 F, et aussi Vanwall et BRM. Sur le marché des GT aussi, Ferrari a du souci à se faire car Maserati, toujours elle, vient de présenter sa belle 3500 GT, destinée à concurrencer la 250 GT de Maranello aussi bien que la 300 SL de Mercedes ou la DB Mk III d’Aston Martin. Néanmoins, le cabriolet 250 GT présenté au Salon de Genève en mars devrait aider à étendre la clientèle de la marque. En 1956, 83 Ferrari, pas plus, ont été construites – tous modèles confondus. Côté pilotes enfin, la Scuderia a dû laisser Fangio retrouver pour 1957 ses amis de la firme au Trident. Le champion argentin vient de fêter ça en remportant le GP de son pays sur une 250 F ! Heureusement, Ferrari pourra compter sur le concours de Peter Collins et de son « ami mate » Mike Hawthorn. Avec le premier nommé, Enzo Ferrari a commencé à nouer une relation quasi-paternelle, surtout depuis la mort de son fils Alfredino dit « Dino » Ferrari, à l’été 1956. Selon les épreuves (F 1 ou Sport), les deux Britanniques seront épaulés par des renforts italiens (Castellotti, Musso, Perdisa), allemands (Von Trips), français (Trintignant), belges (Gendebien), voire espagnols (de Portago). Hélas ! Le 14 mars, Eugenio Castellotti se tue lors d’essais sur l’autodrome de Modène. Très affecté par sa mort, Cesare Perdisa décide de ne plus courir. Le directeur sportif de la Scuderia « Mino » Amorotti, qui succède à Eraldo Sculati, va devoir gérer une équipe cosmopolite et composée d’hommes aux personnalités fortes, parfois antagonistes.

Enzo Ferrari avec le Président Italien Giovanni Gronchi à Maranello le 24 avril 1957 devant une Ferrari 250 GT qui pourrait être celle qu'Olivier Gendebien pilotera quelques semaines plus tard aux Mille Miglia @ DR
Enzo Ferrari avec le Président Italien Giovanni Gronchi à Maranello le 24 avril 1957 devant une Ferrari 250 GT qui pourrait être celle qu’Olivier Gendebien pilotera quelques semaines plus tard aux Mille Miglia @ DR

D’un point de vue technique, la direction est assurée par Andrea Fraschetti, auquel plus tard dans l’année succédera un nouvel ingénieur en chef, Carlo Chiti, (qui va mettre au point la Dino 156 F 2), outre le développement de la 801 F 1 (issue de l’ancienne Lancia D 50) et des formidables barquettes Sport 315 et 335 S.  Quant à la production des GT, elle semble promise à un bel essor depuis que de Portago/Nelson ont gagné le Tour de France 56 avec une berlinette 250 GT.

UN PARCOURS A HAUTS RISQUES

Le parcours des Mille Miglia 1957
Le parcours des Mille Miglia 1957

Depuis 1954, le parcours de la Mille Miglia, qui a souvent varié dans le passé, est resté stable : partis de Brescia, vers l’est, les concurrents traversent Vérone et Vicenza, avant de bifurquer vers le sud par Padoue, Ferrara, Ravenne, Rimini, Ancône et Pescara, puis de quitter la côte adriatique pour traverser la péninsule par L’Aquila, jusqu’à Rome, et de remonter vers Viterbo, Sienne et Florence. Après la Toscane, vient la section montagneuse avec les célèbres cols de la Futa et de Raticosa, puis Bologne et l’Emilie Romagne (Modène, Reggio di Emilia, Parme), enfin Piacenza, Crémone et Mantoue vers l’est et une ultime boucle vers le nord ouest, Montichiari et Brescia. Depuis 1954, un « Gran Premio Nuvolari » vient récompenser l’auteur de la moyenne la plus rapide sur le tronçon final de Mantoue (ville natale du grand Tazio, décédé en 1953) à Brescia. La parcours total couvre 1597 km. Les milliers de virages, côtes, cols, ponts, bosses, passages à niveau et traversées de villes avec rails de tramway et rues pavées, sont quasi-impossibles à mémoriser, même pour les pilotes et co-pilotes les plus entraînés. Les plus organisés reconnaissent le parcours par étapes, d’abord avec des voitures de tourisme, sur plusieurs semaines, les derniers jours avec leurs voitures de course. Le jour de la course, un à deux millions de spectateurs sont massés le long du parcours, les protections, barrières, sacs de sable ou bottes de paille, n’étant installés qu’ à quelques endroits stratégiques, pour l’essentiel dans les traversées de villes. Pour les pilotes comme pour les organisateurs, le défi est colossal et, il faut le dire, il relève de la folie. En 1955, sur Mercedes 300 SLR, Stirling Moss navigué par Denis Jenkinson a signé une victoire mémorable en battant le record général à plus de 157 km/h de moyenne. Le bruit du moteur et celui du vent interdisant la moindre bribe de conversation,  Jenkinson avait mis au point un système de notation du parcours inscrit sur un long ruban de papier, enfermé sous un boîtier en plexiglas pour résister en cas de pluie, et un langage des signes convenu avec Moss, pour lui annoncer les pièges à venir !

Après une édition 1956 courue sous une pluie battante, qui vit une nouvelle victoire des Ferrari avec Castellotti devant quatre autres voitures de la marque, bien des pilotes espèrent cette fois battre le record de Moss. Et Ferrari aussi espère faire mieux que Mercedes deux ans plus tôt. S’il fait sec, cette fois cela semble possible.

Pour réduire les risques (?), les organisateurs ont limité à 350 le nombre des partants. Ce sont finalement 298 voitures, chiffre le plus bas depuis 1927, qui vont s’élancer, nuitamment, depuis la célèbre rampe en bois, installée sur une place du centre de Brescia, à raison d’un par minute. Les numéros de course sont attribués en fonction de l’heure du départ et c’est donc une course contre la montre que les pilotes doivent entamer, sans voir forcément leurs adversaires directs au classement.

DEROUTE DU TRIDENT…CHEVAUX CABRES EN FOLIE

Ferrari à Brescia au départ des Mille Miglia 1957. #534 Collins/Klemantaski, #531 de Portago/Nelson, #417 Gendebien/Washer, #532 Von Trips et la Ferrari 500 Testa Rossa privée de Gino Munaron
Ferrari à Brescia avant le départ des Mille Miglia 1957. #534 Collins/Klemantaski, #531 de Portago/Nelson, #417 Gendebien/Washer, #532 Von Trips et la Ferrari 500 Testa Rossa privée de Gino Munaron

Pour contrer Maserati, qui a inscrit quatre voitures d’usine (300 S pour Scarlatti, 350 S pour Herrmann, 450 S pour Behra et Moss), Ferrari a engagé une véritable armada : trois des nouvelles et puissantes 335 S (de 4022 cm3), pour Peter Collins (navigué par le photographe Louis Klemantaski), Von Trips et de Portago/Nelson, une 315 S (3780 cm3) pour le vétéran Piero Taruffi. De Portago (de son nom complet Cabeza de Vaca), fils d’un Grand d’Espagne (son père fut aussi un auxiliaire zélé de la guerre d’Espagne, du côté franquiste), est entré dans la course automobile presque par effraction. Champion de jumping puis de bobsleigh, playboy fortuné, séducteur impénitent, il brûle la vie avec un savant mélange de talent inné, d’audace et d’insouciance. Avec son ami américain Eddie Nelson, il s’est fait remarquer en bien en remportant le Tour de France 1956. Le Belge Olivier Gendebien avec son beau-frère Washer, lui, court sur une 250 GT berlinette « Tour de France » et de Portago en concevra quelque amertume… Quant à Taruffi, ancien champion motocycliste, homme de records, concepteur du « Tarf 1 » et pilote de Formules et de marques les plus diverses, seule la victoire à la Mille Miglia, qu’il a disputée un grand nombre de fois, manque à son palmarès. Il l’a promis à sa femme : s’il gagne celle-ci, il abandonnera la compétition.

Les chances de Maserati sont d’emblée compromises : Behra a percuté un camion pendant les essais, sa 450 S a été endommagée et lui-même a dû être hospitalisé. Moss, sur l’autre 450 S, connaît une mésaventure : dès les premiers kilomètres de course, au premier freinage appuyé, la pédale de frein casse et le pilote réussit tant bien que mal à stopper. Comme il était l’un des derniers à partir, il réussit à reprendre la route à sens inverse et à retourner, à basse vitesse, à Brescia. Les mécanos de Maserati, désolés, pleurent lorsque Moss, très énervé, leur brandit la pédale cassée ! Du coup, ému par leurs larmes, ce sont Moss et Jenkinson qui les consolent. Mais c’est l’abandon.

Collins - Klemantaski Ferrari 335 S @ Klemantaski
Collins – Klemantaski – Ferrari 335 S @ Klemantaski

Autant dire que, même si Scarlatti avec sa 300 S va faire une belle démonstration, l’affaire se règle à présent entre les quatre équipages de pointe de Ferrari. A Ravenne, Von Trips pointe en tête devant Collins et Taruffi. Mais à Pescara, c’est Collins, devant Taruffi et Von Trips. A Rome, soit vers la mi-course, nous avons Collins toujours en tête, devant Taruffi, Von Trips et de Portago. Les quatre Ferrari dominent largement l’épreuve mais un écart de plus de 14’30 » sépare la première de la quatrième. Un adage célèbre dans l’histoire de cette course dit que « celui qui est en tête à Rome ne voit pas l’arrivée, ou du moins la victoire, à Brescia ». A Florence pourtant, Peter Collins tient toujours la tête et qui plus est, avec une moyenne record et près de 9 minutes d’avance sur Taruffi. Le brouillard et la pluie viennent perturber l’étape de montagne et le passage du col de la Futa. La moyenne générale en est ralentie. A Modène, où la Scuderia a installé un point d’assistance, Enzo Ferrari conseille la prudence à ses pilotes car il craint pour les axes de roues de ses voitures mises à si rude épreuve. Et patatras ! A Crémone, Collins abandonne pour… rupture d’un axe de roue.  Taruffi et Von Trips, prévenus de l’incident et de l’abandon, vont modérer leur allure. En revanche de Portago, qui a plusieurs minutes de retard sur eux, y voit l’occasion de les rattraper. On dit aussi qu’au point d’assistance, il aurait refusé un changement de pneumatiques que lui proposaient ses mécanos, histoire de ne pas perdre une minute de plus…

LA CATASTROPHE ET SES CONSEQUENCES

Alfons de Portago – Ed Nelson – Ferrari 335S – MM 1957 @ Klemantaski

Quoi qu’il en soit, ce qui devait arriver arriva : à la sortie du petit village de Guidizzolo, quelques kilomètres avant l’arrivée, la Ferrari de Portago/Nelson, qui roulait à plus de 200 km/h, se déporte vers la gauche, à cause d’un axe de roue avant rompu et/ou d’un pneu éclaté. Elle percute une borne au bord de la route et, hélas, tue deux enfants qui se trouvaient à proximité. Puis elle décolle en décapitant sept spectateurs, avant d’atterrir retournée dans un fossé, le pilote et son copilote y trouvant instantanément la mort. Bilan : onze morts. C’est la consternation, la désolation quand on apprend cette nouvelle à Brescia, où Taruffi, enfin récompensé de sa persévérance, vient de remporter l’épreuve – et l’occasion de tenir sa parole à son épouse – devant Peter Collins. Quant à Gendebien, il remporte la catégorie Grand Tourisme et réalise l’exploit de terminer 3e « assoluto » avec sa 250 GT. Mais c’est l’ultime édition de la Mille Miglia, qui ne sera plus jamais courue comme épreuve de vitesse.

PIerro Taruffi Vainqueur sur Ferrari 315 S, félicité par son épouse Isabella @ DR
PIerro Taruffi Vainqueur sur Ferrari 315 S, félicité par son épouse Isabella @ DR

Dans les jours et semaines qui viennent, une partie de la presse italienne, dont l’Osservatore Romano, le quotidien du Vatican, se déchaîne contre Enzo Ferrari, jugé personnellement responsable de ce drame. L’un d’eux le comparera à « un moderne Saturne qui dévore ses enfants ! » Il en sera très profondément affecté au point, lui dont la course est toute la vie, lui qui est aussi un catholique fervent, de songer à cesser définitivement tout engagement sportif. Impensable ! Ce sont deux de ses amis, le P-DG de Fiat Gianni Agnelli, et un père jésuite, qui parviendront à l’en dissuader.

Classic Courses 20170509
Arrivée MM 1957 – Taruffi 1er sur Ferrari 315 S – Trips 2nd sur Ferrari 335 S @ DR

Comme si cela ne suffisait pas, au début de l’été, lors d’un essai sur l’autodrome de Modène, c’est son directeur technique, aussi pilote-essayeur, Andrea Fraschetti qui, à son tour, trouvera la mort. La saison 1957 est décidément à marquer d’une pierre noire pour Ferrari, qui sera battu en Formule 1 aussi par Maserati, avec le cinquième titre de Champion du Monde des Conducteurs de Fangio (la Coupe des Constructeurs en Formule 1 ne sera créée qu’en 1958). En outre, Ferrari n’a pas gagné un seul Grand Prix en Championnat du Monde cette année-là : quand ce n’était pas Maserati, c’est le constructeur anglais Vanwall qui a vaincu. Ferrari ne sera consolé qu’en Formule Sport, et in extremis, à l’issue du Grand Prix du Venezuela couru le 3 novembre à Caracas. Et encore, ce sera grâce à une invraisemblable cascade d’accidents ayant accablé l’équipe Maserati, qui était à deux doigts de l’emporter. L’année suivante, face à de grosses difficultés financières, celle-ci devra cesser son engagement officiel en compétition.

Quant au Championnat du Monde des Constructeurs (Formule Sport), face à de trop nombreux accidents impliquant des voitures de plus en plus puissantes, la CSI a décidé qu’à partir de 1958, il sera réservé à des voitures d’une cylindrée maximum de 3 litres.

Oui, décidément, à la fin 1957, une page est bel et bien tournée.

Jacques Vassal

Avant de devenir un journaliste bien connu dans le domaine de la chanson (américaine, française et du monde entier), et dans celui du sport automobile et de son histoire, Jacques Vassal a été un « enfant dans la course ». Ses premiers souvenirs remontent à 1952 – il n’a alors que 5 ans. – quand son père l’emmène, en Bugatti 57, assister à Montlhéry à un « Grand Prix de France » de Formule 2. Puis en 1953, il assiste à ses premières 24 Heures du Mans et au Grand Prix de l’ACF à Reims. Bien d’autres ont suivi depuis…

Jacques Vassal has 6 posts and counting. See all posts by Jacques Vassal

13 pensées sur “Les 70 ans de Ferrari – 1957

  • je veux me féliciter pour cet article. Il est vraiment bien écrit, surtout il est très fidel au réel. C’est une triste page pour le sport automobile, encore plus l’en est pour la marque Ferrari. J’ai lu un beau bouquin qui narre d’une façon très détaillée cette 1000miglia, avec son drame et ses émotions. La mort du fiancé de l’actresse Linda Christian, et la perséverance de Taruffi pour arriver enfin à emporter cette épreuve. C’était à mon avis une belle course, comme toutes les courses routières elle avait un charme que je ne suis pas capable de décrire, mais qui me fait regretter d’ètre né trop tard pour y assister. Je trouve un peu de consolation en me rendant à la vérsion actuelle en régul, juste pour le plaisir de voir rouler ces chef d’oeuvre de voitures, et d’écouter le son de ces formidables moteurs.

    Répondre
  • Apparemmet le nom complet est bien plus long :
    Antonio Vicente Eduardo Angel Blas Francisco de Borja Cabera DE Vaca y Leighton Carrajal y Are Conde de la Mejorada , Marquis de Portago .

    Répondre
  • Très belle note où tout est dit et bien dit, merci Jacques.
    J’ai juste une interrogation : je ne comprends pas « et de Portago en concevra quelque amertume ». Pourquoi cela ? il avait un prototype plus puissant que la GT de Gendebien et il pouvait viser la victoire, pourquoi aurait-il été amer sur ce point ? L’inverse serait plus compréhensible, non ?.

    Répondre
  • Peut etre est-ce le livre dont parle Oreste : j’ai le fabuleux bouquin de Giovani Lurani sur les Mille Miglia illustré de moult photos et dans le commentaire de cette édition 57 , Lurani mentionne comme seule cause le l’accident :l’éclatement du pneu avant gauche  » peut etre pincé contre un trottoir à Mantoue « .Dans cette édition 57 beau tiercé français en 1000 cc : 1er DB devant 2 Renault .en moins de 14h contre 10h27 à Taruffi .
    Chaoeau ! 1

    Répondre
  • Effectivement, je crois qu’Olivier Favre a raison : c’est Gendebien qui conçut une certaine amertume de voir qu’on confiait la Ferrari Sport à Portago, et qu’on lui réservait la 250 GT, nettement moins rapide. A partir de là, on a construit toute une théorie sur les causes de l’accident de Portago, alimentée par Gendebien lui-même. Ce dernier affirme que Ferrari aurait dit à Portago : « même avec la voiture que je te confie (la formule sport) cela m’étonnerait que tu ailles aussi vite que Gendebien avec la 250 GT ». Cela aurait piqué à vif Portago. Au dernier contrôle, avant la fin de la course, Portago devait changer l’amortisseur avant gauche de sa voiture. Mais apprenant que Gendebien avait une minute d’avance sur lui, il renonça à ce changement, se faisant fort, grâce à la vitesse de pointe de sa voiture, de refaire le retard sur Gendebien dans cette dernière étape qui était constituée de longues lignes droites. C’est alors que le pneu avant gauche éclata.
    Je suis incapable de vous dire quelle est la part d’histoire ou de légende dans cette version.

    Répondre
  • Les articles sur les Mille Miglia 1957 sont toujours intéressants comme celui de Jacques Vassal qui rapporte des moments forts d’émotion. Cette course est mythique des années 1950 et si elle mit un terme à cette épreuve la triste liste des pilotes F1 qui périrent en course ne s’arrêta pas là.De nombreuses hypothèses ont été avancées sur l’origine de l’accident mais quand on emprunte cette route qui est une grande ligne droite de plusieurs kilomètres on est surpris par son étroitesse et à cette vitesse un moment d’inattention à la fin d’une épreuve éprouvante, des traces d’huile pourraient expliquer aussi cette meurtrière sortie de route. Une précision, ce n’est pas à la sortie de Guidizzolo qu’a eu lieu l’accident dans le sens de la course mais environ 1 kilomètre avant le village.

    Répondre
  • ce soir, après avoir lu vos messages, j’ai un peu feuilleté le bouquin que j’ai chez moi, car je me souveanis d’un détail intéressant qui n’est pas passé dans la grande presse. Donc, il y a un homme, qui ce jour là avait 11 ans, qui était avec son père au bord de la route quelque km avant le lieu de l’accident. Il se souvient que la Ferrari de De Portago faisait un bruit étrange à cause d’une pièce de métal qui pendait sous le moteur, en vibrant contre l’asphalte. Lors du virage où ce monsieur se trouvait, il vit ce morceau de métal se détacher et sortir de sous la voiture entre la roue avant gauche et celle arrière. Le morceau s’arrèta sur la route, et un carabiniere se précipita à l’enlèver de l’asphalte, en le jettant sur le coté. Quelque minute après, ce carabiniere apprit par la radio la nouvelle de l’accident, et la communiqua aux spéctateurs, sans préciser les détails, qui naturellement il ne connaissait pas. L’hypothèse c’est que le bout de férraille aie provoqué une petite crevaison dans le pneu de la Ferrari, qui dans l’éspace de ces 4 ou 5 km arriva à se dégonfler et à éclater, en provoquant le désastre. Qui le peut dire? à mon avis cet accident restera un mystère, comme beaucoup d’accidents en course, durant toute l’histoire de notre sport tant aimé. Hélas, comme dans la vie, on ne peut pas arriver à toute expliquer, il y a toujours des choses qui se passent pour des causes inconnues. Un autre particulier que je ne connaissais pas c’est que l’assurance ne voulait pas payer les familles des victimes, avec l’excuse qu’il y avait un procés en cours, et si je me souviens bien, ne paya jamais. Un homme qui était très proche du Commendatore, narre dans le livre que Monsieur Ferrari, vu cette réticence de la compagnie d’assurance, et en se sentant coupable parce qu’une de ses voitures avait tué tant des vies humaines, n’attenda pas la fin de l’iter de la justice du tribunal et paya de ses poches, avec son argent personel et pas celui de l’usine, une chiffre énorme aux familles des victimes.

    Répondre
  • Je me fais juste le porte-parole de Jacques Vassal que j’ai eu brièvement au téléphone : il a lu vos commentaires, mais étant sur le départ pour un voyage d’une semaine, il y répondra à son retour.

    Répondre
  • Cette nouvelle belle note de Jacques me met en tête cette fameuse photo du Drake , assis , effondré le visage défait par la douleur à l’annonce de l’accident . Me vient aussi cette phrase terrible que le Gran Vechio prononça plus tard d’une voix sourde  » Ma mia vita è piena di tristi ricordi ».
    Pour être précis car c’est dans l’ADN de Classic Courses et en attendant le retour de Jacques, l’accident eut lieu plus de deux km avant l’entrée de la ville de Guidizzolo compte tenu des premières maisons construites en 1957 ( 3 km du centre). Un monument en hommage aux pilotes et spectateurs victimes de l’accident fut érigé sur le lieu du drame.

    Répondre
  • Pour être précis car c’est …etc, etc , il faut lire dans mon commentaire précédent :
    La mia vita et pas Ma mia vita.
    Comme quoi il faut se relire lorsqu’on écrit sur un clavier de smartphone.

    Répondre
  • En effet, j’ai lu les différents commentaires à mon retour de voyage et je comprends les interrogations, que je partage largement, concernant les causes directes ou indirectes de l’accident des Mille Miglia 57. Olivier Favre a raison, c’est Gendebien qui aurait pu ou dû être amer de se voir confier une 250 GT et non une 335 S, comme De Portago, pour cette course. Par crainte de trop rallonger un texte déjà assez long, je n’ai pas précisé mon impression sur le ressenti du marquis. Mais René Fiévet a bien relevé que de Portago avait été piqué au vif en apprenant lors d’un contrôle que Gendebien, sur une 250 GT, était passé plus vite que lui sur 335 S, dans la Futa sous la pluie. Amer constat qui, peut-être, contribua à le faire dépasser la limite dans l’étape suivante. Comme souvent, les accidents n’ont pas qu’une cause, mais plusieurs qui ont pu s’entremêler. Et en l’occurrence, la crevaison ou l’éclatement d’un pneu avant. Une autre théorie qui m’a été suggérée en son temps par une autre source faisait état d’un « œil de chat », un de ces œilletons en verre que l’on trouve alignés sur certaines routes italiennes où ils servent à baliser le profil de façon visible la nuit. Bref, la roue avant, au pneu très usé déjà, aurait heurté cet « œil de chat », faisant éclater le pneumatique… Beaucoup de conjectures, qui ne retirent rien au fait que la mort de Portago, de son coéquipier et de ces malheureux spectateurs marqua la fin d’une époque et coûta très cher, dans tous les sens du terme, à Enzo Ferrari. A noter que la « Gazzetta Dello Sport » vient d’éditer un n° hors-série sur les Mille Miglia, à l’occasion de la rétrospective de mai 2017 qui vient de s’achever. On y trouve, entre autres, une interview de Prisca Taruffi (aujourd’hui 58 ans), la propre fille de Piero Taruffi, qui a eu le bonheur de conduire la 315 S de son défunt père sur le parcours de la Mille Miglia historique en 2007. Elle rappelle combien Piero Taruffi était un homme et un pilote méthodique et organisé. Pour les Mille Miglia, qu’il gagna enfin à sa 13e participation, il avait trempé sa combinaison dans un bain de produit qui la rendait ignifugée, à une époque où cela ne se faisait pas encore en course automobile. Il avait prévu des doigts en peau de chamois sur ses gants, pour essuyer les lunettes en cas de pluie, etc. Des détails qui comptent et qui montrent un professionnalisme encore peu commun en son temps. Merci à tous les lecteurs qui ont réagi, parfois en rectifiant à juste titre certains points de l’article comme le lieu exact de l’accident.

    Répondre
  • Merci M.VASSAL de ce long et intéressant commentaire . La théorie de l’oeil de chat est celle d’ENZO qu’il reprend dans son livre PILOTE , che genti .
    Vu que tout ce qu’il a dit et écrit avait pour seul but que son entreprise ne soit pas reconnue coupable de cette tragédie et etre condamnée à payer voire fermer son entreprise , j’ai comme un très très gros doute sur la véracité de cette théorie .

    Répondre
  • C’est à 1km200 du panneau marquant l’entrée de la commune de Guidizzolo que l’accident de la Ferrari de de Portago Nelson mit fin à la Mille Miglia tuant 5 enfants et 4 adultes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.