Rétromobile 2017 : A fond !

Comme toutes les grandes célébrations, Rétromobile se doit de se raccrocher à des événements marquants ou à des anniversaires pour susciter encore et toujours l’intérêt des visiteurs. Avec les soixante-dix ans de la création de deux des plus mythiques marques de l’automobile sportive, et sans parler de tout le reste, le cru 2017 a de quoi ravir les « fanatiques », comme disait l’ancien !

 Pierre Ménard

Indiscutablement, Rétromobile 2017 va faire date pour les amateurs de compétition, dont nous sommes. Dans « Classic Courses » il y a le mot « Course », et la vue de toutes les merveilles exposées sur les différents stands a de quoi faire prendre des tours à notre petit palpitant. La désormais soirée inaugurale du mardi soir est cette année bien trop courte pour prétendre faire le tour de la question, et nous nous limiterons volontairement (pour cette fois-ci) aux modèles de Grand Prix, tant ils sont nombreux et variés.

CC Rétromobile 2017 1

En 1947, deux visionnaires décidèrent, chacun dans son pays, de jeter les bases de ce qui allait devenir des légendes dans le monde de l’automobile de prestige et de compétition. David Brown et Enzo Ferrari ne partaient pas totalement d’une feuille blanche, mais tout restait à construire pour ces deux ambitieux que Rétromobile ne pouvait pas ne pas fêter en cette édition 2017. Puisque nous parlerons de la marque de Newport Pagnell dans une prochaine note, concentrons-nous cette fois sur les monoplaces produites par Maranello, et il y a de quoi faire dans les allées du hall 1.

Des Ferrari, il y en a un peu partout à Rétromobile, mais le stand officiel des 70 ans de Ferrari se trouve tout en haut, tout au bout du bout, dans le Pavillon 3.  On y découvre une demi-douzaine de superbes voitures, certes – comment pourrait-il en être autrement avec des Ferrari ? – mais posées là sans aucune mise en valeur particulière, dans une présentation terne « ni fait ni à faire » qui respire plus la banalité qu’autre chose. Vraiment dommage quand on envisage un anniversaire pas ordinaire à célébrer. Les amateurs de monoplaces relèveront la présence d’une très belle 500 F2 qui courut la saison 1952 aux mains de Taruffi, Farina, Villoresi ou Ascari, apportant le premier titre mondial pour la Scuderia grâce à la maestria du dernier nommé.

CC Rétromobile 2017 2

Plus rare, une fine 156 aero, qui fut utilisée par John Surtees et Lorenzo Bandini en 1963 (et épisodiquement en 64) et qui préfigura la 158 aero qui offrirait un titre mondial à Surtees et Ferrari en 1964.

CC Rétromobile 2017 3

Nous redescendons dans le Pavillon 1 pour rallier le stand Tradex qui rassemble une petite dizaine de monoplaces Ferrari à moteur V12 (à l’exception d’une Dino F2 de 1968) allant de 1965 à 1974, toutes plus intéressantes les unes que les autres.

CC Rétromobile 2017 4

Une rare 512 de 1965 trône en plein milieu, voiture dont le moteur V12 1,5 litre à 180° servit d’étude pour le futur Flat 12 des seventies en religion à Maranello. Flat 12 équipant quelques beaux exemplaires présents sur le stand : une 312 B de 1971 dans son jus, la fameuse 312 B2 Spazza Neve (ou pelle à neige) expérimentale – qui ne courut pas mais permit à Mauro Forghieri de mieux appréhender l’effet de sol sur une monoplace large et de concevoir la future B3/B4 de 1974 – et justement une B3/B4 ex-Regazzoni, qui faillit être championne du monde 1974.

CC Rétromobile 2017 5

Aux côtés de ces « valeurs sûres », deux 312 V12 de 1969 sont là pour évoquer cette période charnière durant laquelle Enzo Ferrari prit l’importante décision de confier sa pérennité à FIAT. Ces monoplaces préfigurent l’arrivée de la génération « Flat 12 ». Pour être complet, signalons une superbe 312 T3 de 1978 sur le stand – toujours remarquablement fourni – de Gregor Fisken, non loin de là.

CC Rétromobile 2017 6

Juste à côté du stand Tradex, se trouve celui des « F1 extraordinaires ». Extraordinaires car propulsées soit en mode « intégral à quatre roues », soit en six-roues.

CC Rétromobile 2017 7

Le mode « intégral » intrigua beaucoup les ingénieurs dans les années soixante, suite aux prestations encourageantes de la Ferguson de 1961 (évoquée dans la note « Aintree 1961 » https://www.classiccourses.fr/2016/09/aintree-1961-double-volant-stirling/). Disons-le tout de suite : tous ceux qui se lancèrent dans l’exploration de cette voie se plantèrent magistralement, que ce soit Tony Rudd pour sa BRM P67 de 1964 (qui ne courut pas), Jo Marquart pour la McLaren M9A, Robin Herd pour la Cosworth expérimentale ou même le grand Colin Chapman himself pour sa Lotus 63, toutes trois datant de 1969.

CC Rétromobile 2017 8

L’avantage escompté d’une meilleure motricité, surtout sous la pluie, était annihilé par un poids considérable sur l’avant qui nuisait à la tenue de route et bouffait des pneus et des plaquettes de façon dramatique. Tous les pilotes ayant subi le pensum de conduire ces autos ne furent pas tendres dans leurs commentaires, Hill et Rindt chez Lotus refusant carrément à la fin de monter dedans, pour la plus grande colère de Chapman.

CC Rétromobile 2017 9

Bien plus intéressante fut l’idée de Derek Gardner chez Tyrrell de concevoir pour la saison 1976 une drôle de six-roues, la P34. Pour minimiser l’effet néfaste de la rotation des roues avant sur le flux aérodynamique de la voiture, il réduisit la taille des roues pour les cacher derrière le bouclier avant, et les dédoubla pour retrouver la surface de pression nécessaire à la tenue de route et au freinage. Si la saison 1976 fut encourageante, avec une victoire en Suède de Scheckter et une 3e place finale au championnat, celle de 1977 fut catastrophique : des calculs mathématiques erronés ainsi que le refus de Goodyear de développer ces pneus de 10’’ uniquement pour Tyrrell condamnèrent définitivement le concept. Le modèle présenté est un modèle 1977, mais enveloppé d’une carrosserie 1976.

CC Rétromobile 2017 10

Le concept fut repris fin 1977 par Robin Herd sur la March 2-4-0, mais avec une étude sur quatre roues à l’arrière, l’avantage étant de diminuer la traînée et d’avoir six roues identiques. Les inconvénients (empattement long et tenue de route approximative) furent tellement plus importants que, là-encore, l’idée fut remisée dans les (même si fin 1981, Patrick Head réétudia le concept sur sa Williams FW07E).

CC Rétromobile 2017 11

Nous avons terminé dans le Pavillon 2 notre tour d’horizon des belles de Grand Prix par une plongée dans la folie des années vingt et du championnat d’Europe des marques. Elles devaient être six, elles ne sont finalement « que » cinq Delage 1500 sur le stand Delage. Dont une (la n°3) à l’état de châssis nu. Conçue en 1926 par l’ingénieur Albert Lory, cette biplace racée et extrêmement basse atteint son optimum la saison suivante. Elle permit à Robert Benoist de gagner les quatre manches officielles du championnat et d’offrir à Delage le titre de champion d’Europe des Marques (le championnat des pilotes n’existant pas à cette époque).

CC Rétromobile 2017 12

Quatre 1500 furent construites dans les années vingt et deux en 1936. Au terme de passages de mains en mains et autres mélanges de pièces, c’est donc six châssis numérotés de 1 à 6 qui étaient annoncés. Seul manque à l’appel le n°4 (son propriétaire néo-zélandais a jugé le trajet trop coûteux et a finalement décliné la participation de sa voiture à Rétromobile) qui date de 1927 et appartint – entre autres – à Louis Chiron, Lord Howe, Richard Seaman, et Rob Walker.

CC Rétromobile 2017 13

Malgré cette absence notoire, il est exceptionnel de pouvoir admirer en un seul et même endroit ces autos tellement modernes qu’elles furent toujours compétitives dix ans plus tard (même si les moteurs et les suspensions subirent une cure de jeunisme pour l’occasion).

CC Rétromobile 2017 14

Photos © Pierre Ménard

1- Ferrari 312 B 3/B4 1974
2- Ferrari 500 F2 1952
3- Ferrari 156 Aero 1963
4- Ferrari 512 1965
5- Ferrari 312 B2 Spazza neve 1972
6- Ferrari 312 B3 1978
7- Cosworth 1969, McLaren M9A 1969, Tyrrell P34 1977
8- BRM P67 1964, Cosworth 4WD 1969
9- Lotus 63 1969
10- Tyrrell P34 1977
11- March 2-4-0 1977
12- Delage 1500 n°1 1927
13- Delage 1500 n°2 1927
14- Delage 1500 n°5 1927

Pierre Ménard

Illustrateur de formation et passionné de Formule 1, il collabore à la revue Auto-Passion de 1993 à 2001, ainsi qu’à l’annuel L’Année Formule 1 de 1996 à 2013. En 1997, il participera par le graphisme au début de l’aventure Prost Grand Prix.

Pierre Ménard has 37 posts and counting. See all posts by Pierre Ménard

13 pensées sur “Rétromobile 2017 : A fond !

  • Émouvant et exaltant en effet d’admirer en silence toutes ces belles que nous avons pu voir sur les pistes pour de vrai et qui continuent de nous transporter, sauf pour les 4WD que je n’avais jamais vues. Là Lotus remporte la palme dans superbe livrée rouge blanc et or. Que de nostalgie ! Je revois John Surtees, Clay, Ickx, Ronnie en glisse des 4 roues, j’entends Mario, Lole, Chris tomber les rapports dans le hurlement de leurs échappements spaghettis. En revanche, quelle consternation de constater que certaines firmes y exposent des modèles de leur production actuelle. Genève, c’est bientôt mais ça n’est pas dans ce lieu emprunt de recueillement !

    Répondre
  • Puisque vous mentionnez les F1 4RM de la fin des sixties , je me permets de vous rappeler qu’en français on dit classique comme la Matra française MS84 et 4RM que vous oubliez un peu vite au milieu des classic anglaises . Ne fut elle pas d’ailleurs une des eules ou la seule 4RM en 69 à marquer 1 point au CDM avec au volant , me semble t’il , JSG ?

    Répondre
    • Cher monsieur Jego, je parle des F1 exposées à Rétromobile. Or, comme vous l’avez bien sûr constaté, la MS84 n’était pas au programme sur le stand. Au plaisir de vous lire, monsieur Jego.

      Répondre
  • La Matra MS 84 n’est pas visible à retrom 2017 , Servoz s’ y était coltiné et marqua 1 pt au GP du Canada 69…

    Répondre
  • Merci Linas. Étaient exposées la Cosworth, la Mac Laren, là lotus qui sont à ma connaissance avec la Matra absente les seules F1 à 4 roues motrices – je vous le fais en français intégral – construites simultanément en 1969.

    Répondre
  • Pour ce qui concerne la Matra MS 84 je ne suis pas certain qu’un exemplaire ait été pérennisé. Le remarquable Atelier Epaf oeuvre pourtant depuis plus de dix ans à restaurer et reconstruire à partir des plans originaux les productions de la marque. Djet, F3, F2, MS 10, MS 11, MS 80, MS 120, 630, 640, 650, 660, 670, 680 sont passées entre leurs mains mais la MS 84 à la transmission intégrale conçue par Gardner a peut être été démantelée fin 69 avec l’abandon du projet. J’ai lu dans la presse il y a environ un an que B.Balzeau l’actionnaire majoritaire de cette belle structure avait pris sa retraite et vendu ses parts à un de ses clients passionnés pour qui ils avaient restauré deux F1. JP Humbert, responsable de la structure rappelait que si l’atelier ne manquait pas de travail et qu’il souhaitait transmettre son savoir faire aux salariés, l’ensemble ne roulait pas sur l’or…Faut-il y voir là l’irrespect général des français pour leur patrimoine en matière de sport automobile ? Chapeau en tout cas à l’Atelier EPAF!

    Répondre
  • Irrespect des français pour leur patrimoine en sport auto ? du 50/50 quand on observe :
    1.Ce que fait Renault , notamment dans ces vitrines que sont le Monte Carlo historique ou Le Mans Classic .
    2.Peugeot s’y met aussi mais effectivement à petite vitesse avec Carlos Tavares .
    3. Citroen , membre pourtant du meme PSA , ne fait pas grand chose .
    4 . Mais le pire est certainement pour MATRA , qui fut la marque française la plus glorieuse ( vainqueur en F3 puis F2 ,CDM F1 , triple vainqueur du MANS , V12 à la sonorité magique et inoubliable ; tout ça en 10 ans !) : c’est effectivement le grand désert à part le courageux EPAF . Est ce du à ce que le MATRA de 2017 s’en tape , préférant engranger des profits en vendant de l’armement et des missiles ; à ce que les anciens proprios ( simca,chrysler,talbot )tous morts aujourd’hui mais rachetés en leur temps par PSA s’en tapent aussi et que PSA a d’autres soucis ? Bien triste alors tous à Romorantin au musée MATRA et logue vie à lui .

    Répondre
  • avec le regret d’avoir été obligé, hélas, de rater Retromobile, je ne peux que me régaler en regardant ces formidables voitures, qui me faisaient rêver durant mon enfance et ma jeunesse. Je sais bien que ce n’est qu’à cause de mon age que je vais dire ça, mais maintenant les voitures de course n’ont pas le même charme, pas la même chaleur dans leur dessin, dans le son de leurs engins. Il m’est passé, il y a quelques années, de voir rouler une des Ferrari de ces photos là, la fameuse mais pas fortunée 312 B3 « Spazzaneve » (chasse-neige), au GP Historique de Bergamo, sur les routes qui cotoyent des remparts de l’ancienne ville. Ecouter la mélodie du 12 cylindres Ferrari dans un tel décor, croyez moi, n’a pas de prix. C’est tout simplement un bonheur. Et quand il y a quelque moi je me suis rendu à Mulhouse, à la Cité Automobile, lors que j’ai vu la Matra F1 de Beltoise, je me suis mis à genoux, en signe de respect, car il ne me passe pas souvent de pouvoir regarder en vrai des oeuvres d’art d’une telle beauté.
    Longue vie, donc, à tous ceux qui font des éfforts pour pérpetuer la vie de ces magnifiques voitures, pour le plaisir de nous, incorrigibles vieux passionnés.

    Répondre
    • Effectivement M. Morzenti, je suis persuadé que les voitures de course (ou de sport) de la 2ème partie du XXe siècle resteront comme LES œuvres d’art de ce siècle (bien plus que l’art dit « moderne »).

      Répondre
  • Entièrement d’accord avec vous M. Ménard, la présentation du stand des 70 ans de Ferrari était indigne du cheval cabré. Les choses sont toujours subjectives mais j’ai trouvé cette édition peut être moins flamboyante que les précédentes. Cela dit, réunir les Delage et donner à voir leurs lignes fabuleuse était un grand moment.

    Répondre
  • Merci à Pierre Ménard pour son partage de clichés, mettant en valeur une sacré époque de la voiture de course. Certes si à la lecture de commentaires le stand Ferrari ne fut pas à la hauteur des espérances, il n’en demeure pas moins que les photos mettent en exergue la flamboyance des bolides présents du  » Cavalière ».

    Répondre
  • Pour moi , une oeuvre d’art c’est au choix : la Venus de Milo au Louvre , La ronde de nuit au riksmuseum d’Amsterdam , La chapelle sixtine au Vatican , une sculpture de Giacometti , n’importe quel Picasso mais certainement pas une caisse auto quelle qu’elle soit et quel que soit son palmarès . Il faut savoir raison garder et une oeuvre d’art , le français étant une langue précise , est UNIQUE , ce qui n’est point la cas de ces totos .

    Répondre
    • Je crois monsieur que vous vous êtes trompé de blog. A moins que votre souhait soit simplement de provoquer, troller, ce qui revient au même.
      En tous cas, votre définition de ce que doit être une œuvre d’art est complétement erronée, pour ne pas dire ridicule, au mieux étriquée, réductrice, biaisée, extrémiste.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.