Chris Amon par lui-même 2/3

René Fiévet

Né en 1952, économiste de formation, René Fiévet vit à Washington DC où il est fonctionnaire international. Dès son plus jeune âge, il a été passionné par les courses automobiles, notamment en lisant les histoires de Michel Vaillant. Il a appris à lire avec « Le pilote sans visage ». Mais vivant à l’étranger dans sa jeunesse, en Extrême Orient et en Afrique, il a plus rêvé le sport automobile qu’il ne l’a vraiment connu. Ce qui arrange bien les choses quand il s’agit d’écrire sur le sujet.

René Fiévet has 22 posts and counting. See all posts by René Fiévet

8 pensées sur “Chris Amon par lui-même 2/3

  • Merci M. FIEVET ,
    j’attends avec intéret le no 3/3 .
    En ce qui concerne l’arrivée du Mans 66 comme le disait ou écrivait je ne sais plus qui : on ne saura jamais , ils sont tous morts !
    Deux points m’apparaissent surs cependant :
    FORD avait un souhait , voire une volonté et l’ACO a tout fait pour les niquer ( sorry mais je trouve que c’est le seul mot qui va ) en ces temps du général et d’anti américanisme primaire qui n’ a pas beaucoup changé d’ailleurs depuis .

    Répondre
  • Pour ceux qui comme moi aiment :
    ce week end GOODWOOD Revival en live streaming sur le net .

    Répondre
  • Encore moi !
    Je reviens sur une déclaration d’AMON qui me surprend quand il mentionne que les V8 emportaient environ 70 litres soit 50 KG de moins que les V12 .
    S’il est évident qu’un V12 sera plus long et plus lourd qu’un V8 , il est tout aussi évident qu’ils feront tous les deux 3 litres . Et comme l’on envoie dans chaque cylindre , dosé par injection , un mélange air/essence : on va envoyer autant pour gaver 3 litres qu’ils soient répartis entre 8 ou 12 cylindres , non ? D’autant qu’à l’époque je n’ai pas souvenir d’avoir lu dans la presse spécialisée ce genre de commentaires .
    Ce dont je me souviens par contre , c’est que début septembre 70 : MATRA grace à la complicité de Ken T qui avait arreté pour la nuit son transporteur, en route vers MONZA , au stalag de Velizy a pu passer au banc un V8 FORD de tonton T : si les courbes de puissance ne les ont pas impressionnés , par contre le niveau du couple et sa large plage de dispo les ont plongé dans le doute car le V12 avait 1.moins de couple , 2.perché bien plus haut et 3. sur une très étroite plage .
    46 ans après , ça peut se dire non ?

    Répondre
    • Rien de bien secret ni de bien nouveau dans tout ça. Un V12 est censé pouvoir atteindre un régime maxi plus élevé qu’un V8 par ses moindres masses en mouvement. Et la puissance étant un produit mathématique couple multiplié par régime, le couple du V12 est plus haut perché et étendu sur une moindre plage que celui du V8 à puissance égale. La différence de consommation, elle, vient des pertes par frottement plus élevées sur le V12. Pour toutes ces raisons, dans les années 90-début 2000, les motoristes avaient convergé vers une configuration V10 sous l’ère atmo 3,5 litres-3 litres avec un régime proche de 20000 t/m, voire supérieur (Montoya avec le BMW à Monza).

      Répondre
  • Richard,
    La 3ème partie devrait t’intéresser car Chris Amon revient sur cette comparaison entre les V12 Ferrari et Matra et le V8 Cosworth.

    Répondre
  • LUC :
    Je trouve votre commentaire suffisant et disrepectueux ; il est vrai que avec le recul , tout le monde connait les chiffres gagnants du LOTO de la semaine dernière.
    Mais pour les ingés de MATRA qui autour de moi en ce lundi de début septembre 70 découvraient les chiffres du Cosworth et comparaient les deux courbes , c’était tout nouveau et amazing comme disent les anglais .
    Quant au régime moteur , en ce début des années 70 le V8 ne dépassait guère les 10 00o tours et le V12 les 12 500 , cause affolement des soupapes au delà : il a fallu l’invention et la mise au point du rappel pneumatique , par JP.Boudy sauf erreur de ma part , pour atteindre les 20 000.

    Répondre
    • Pardon si je vous ai blessé. Mon intention n’était pas de critiquer votre propos mais de le compléter par un exposé théorique qui faisait déjà l’objet du débat V8-V12 à l’époque. Et vos derniers commentaires, chiffres à l’appui, prouvent que vous connaissez le sujet, dont la contribution du rappel pneumatique des soupapes à la maîtrise des très hauts régimes.

      Répondre
  • Bonjour Richard , c’est singulier mais je n’ai rien remarqué d’irrespectueux dans la réponse que Luc Augier vous fait au sujet des conso V8/V12 3 litres ? Je dois avoir une lecture très personnelle de la chose.Vous semblez mettre en doute , tout au moins être très surpris par les propos de Chris Amon concernant les quantités de carburant embarqué ? Je trouve cela un peu déplacé de votre part , je pense que malgré les années, il devait en avoir encore un souvenir assez précis…Qu’en pensez vous?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.