F1 2016, Allemagne : Hamilton vent en poupe

Signer une pole position de toute beauté ne garantissait en rien la victoire pour Nico Rosberg dans « son » G.P. d’Allemagne. Il devait d’abord réussir un bon départ. Tel ne fut pas le cas. Dès la sortie du premier virage, il était clair qu’il ne gagnerait plus. Viser la deuxième place, la même qu’en Hongrie une semaine plus tôt, paraissait en revanche à sa portée. Mais cela s’est avéré impossible, car désormais les Red Bull sont bien là. L’arrivée de Max Verstappen a sans doute piqué au vif les ardeurs de Daniel Ricciardo. Mais qu’en serait-il de ces ardeurs si le moteur Renault n’avait pas bénéficié d’une salutaire cure de jouvence au printemps ? Ferrari le sait bien qui a cédé aux Red Bull sa place de dauphin des Mercedes. Hamilton le constate aussi pour n’avoir distancé la meilleure que de 8’’2 à Silverstone et de 6’’9 à Hockenheim… L’étroitesse de ces marges n’ébranle toutefois guère sa confiance. Vent en poupe depuis Monaco, avec six belles victoires en sept Grands Prix, comment Lewis ne se verrait-il pas couronné champion du monde pour la 4e fois ? De quoi assombrir les vacances de Rosberg. A moins qu’il ne trouve le moyen d’espérer dans les neuf Grands Prix restant à disputer à la rentrée…

Johnny RIVES.


– DEPARTS MANQUÉS, VOIRE PLUS…

f1 2016 Allemagne hamilton

En athlétisme, le chronométrage électronique permet de connaître, au 1/100e de seconde, le temps de réaction des sprinters au départ d’un cent mètres. Pourquoi n’est-ce pas le cas en F1, mystère… Cela permettrait notamment de savoir si, à Hockenheim, Rosberg a déclenché son embrayage aussi vivement ou non qu’Hamilton. Indépendamment de ce temps de réaction, il reste que, tandis que les roues motrices de Rosberg patinaient furieusement au départ, les pneus arrière d’Hamilton mordaient efficacement l’asphalte, propulsant sa Mercedes en tête d’où elle ne devait plus être délogée jusqu’à l’arrivée. Avant le départ, Franck Montagny nous avait montré combien sur le côté droit de la grille l’asphalte était plus granuleux que sur le côté gauche, apparemment plus usé. Julien Fébreau a d’ailleurs souligné dans son commentaire que les trois pilotes placés sur la file de droite avaient tous pris un meilleur départ que leurs équipiers placés sur la file de gauche. Au crédit de Verstappen il faut cependant préciser que s’il a devancé Ricciardo à la sortie du virage n°1 c’est surtout au prix d’une manœuvre audacieuse et parfaitement réussie, en parcourant tout l’extérieur à une allure nettement supérieure à celle de l’Australien. Par la suite, celui-ci s’est avéré plus rapide et, cette fois, la consigne d’équipe lui a été favorable puisque Verstappen lui a ouvert gracieusement le passage pour qu’il se lance à la poursuite de l’inapprochable Hamilton. Vaine poursuite malgré le meilleur tour en course qu’elle lui a rapporté.

https://www.youtube.com/watch?v=SNr3w6SqUAI

– PÉNALITÉS.

Les réseaux sociaux ont souligné une fois encore le mécontentement du public concernant les pénalités infligées, ici ou là, par les commissaires « sportifs » (sic). A Hockenheim, Verstappen s’est manifesté comme une « pleureuse » efficace en ce domaine. Les commissaires « sportifs » (re-sic) auraient-ils eu la même réaction si le jeune « chouchou » de la F1 ne s’était pas clairement plaint à la radio d’avoir été sorti par Rosberg ? La question mérite d’être posée. Nico a sans doute payé une deuxième fois sa malencontreuse défense sur Hamilton du GP d’Autriche.
Petit rappel, voici le bilan des pénalités infligées en course au cours du mois de juillet. GP d’Autriche : Rosberg 10’’, Grosjean 5’’ ; GP de Grande-Bretagne : Rosberg 10’’, Vettel 5’’ ; G.P. d’Allemagne : Rosberg 5’’.

https://www.youtube.com/watch?v=rWNfU1AfXUs

https://www.youtube.com/watch?v=x6IKwmPGz_s

– LES SANS GRADES.

f1 2016 Allemagne buttonMassa 5e en Australie, Grosjean 5e à Bahrein, Kvyat 3e en Chine, Bottas 4e en Russie puis 5e en Espagne et 3e au Canada, Perez 3e à Monaco puis en Azerbaïdjan, ça c’était en début de saison. Les « sans grades » pouvaient encore espérer se glisser parmi les équipes dominantes Mercedes, Ferrari et Red Bull. Mais depuis le début de l’été la prédominance de ces dernières est si flagrante que le « top 5 », comme l’on dit désormais, est de moins en moins accessible aux équipes de second plan. Il ne leur reste plus que des miettes. Voici les meilleurs de ces infortunés « sans grade » depuis quatre épreuves :
GP d’Autriche : 6.Button, 7.Grosjean, 8.Sainz etc.
GP de Grande-Bretagne : 6.Perez, 7.Hulkenberg, 8.Sainz…
GP de Hongrie : 7.Alonso, 8.Sainz, 9.Bottas…
GP d’Allemagne : 7.Hulkenberg, 8.Button, 9. Bottas…
Et si on faisait un championnat du monde des moins nantis de la F1 ?

Johnny Rives

Johnny Rives entre au journal l'Équipe en juin 1960 pour y devenir le spécialiste des sports automobiles. Il commenta les grands-prix de Formule 1 sur TF1 avec Jean-Louis Moncet, Alain Prost, et Pierre van Vliet de 1994 à 1996. Johnny Rives a encouragé le démarrage de Classic COURSES auquel il collabore depuis le début.

Johnny Rives has 160 posts and counting. See all posts by Johnny Rives

24 pensées sur “F1 2016, Allemagne : Hamilton vent en poupe

  • un autre GP de tristesse, une autre journée de fautes commises par les commissaires. Les commisaires qui au canada n’ont pas pénalisé Hamilton pour avoir poussé Rosberg hors piste, qui n’ont pas pénalisé Ricciardo hier en debut de course pour avoir poussé Rosberg hors de la piste, les mèmes commissaires n’hésitent pas à pénaliser à chaque course le « grand coupable » Rosberg. Vous n’imaginez pas, mes amis, comme je regrette les années de Fittipaldi, Stewart, Lauda ou Gilles Villeneuve, quand les GP se décidaient sur la piste et pas dans les chambres de la diréction de course où à travers les comunications radio d’un juene qui pleure à peine un pilote ose le doubler sans avoir l’autorisation des commissaires. Je suis dégouté par cette F1, je ne l’aurais jamais imaginé…

    Répondre
    • Monsieur, je crois savoir que les commissaires n’avaient pas pénalisé Rosberg à SPA 2014, Canada 2014, Hongrie 2015 et Australie 2016!
      Autant qu’il n’ont pas pénalisé Hamilton , Hongrie 2014, Japon 2015, USA 2015 et Canada 2016! Considérons que c’est la course, et le tire se joue entre eux depuis trois saisons.
      Les deux pilotes se sont rendus des coups dont les commissaires sont restés impassibles ! Ces derniers ont commencé à sévir qu’à partir d’Autriche 2016!
      Parler du tassement de l’un sur l’autre sans évoquer celui de l’autre , me semble pour le moins empreint de partialité.

      Répondre
      • bien, c’est votre avis et je le respecte comme il se doit, tandis que je garde le mien

        Répondre
  • Pendant que Hamilton « s’arrachait » de la ligne de départ, Rosberg patinait comme un malheureux en 1 en 2 et même en 3ème vitesse. C’est à cause de la piste plus lisse à gauche ? ou parce qu’il a eu un mauvais contrôle de son pied gauche ? ou pour une autre raison ?
    Et moi qui croyais que la séquence depuis l’extinction des feux, jusqu’à quelques centaines de mètres plus loin était quasi automatiquement pilotée (régime, accélération, anti patinage etc.)

    Répondre
  • La F.1 se meurt tout doucement ! Règlements et pénalités stupides ,le public
    est mécontent et déserte les épreuves.Les audimats de la T.V.sont en baisse.
    Messieurs les responsables de la F.I.A.,de la commission sportive,Monsieur
    Bernie Ecclestone réagissez vite pendant qu’il est encore temps , vous êtes
    en train de tuer la poule aux oeufs d’or.Revenez vite aux temps heureux de la
    F.1 , des Fangio , des Clark, des Villeneuve , des Senna et de tous ces pilotes qui conduisaient des monoplaces avec leurs tripes ,sans assistances
    électroniques extérieur et sans ces règlements qui handicapent le déroulement
    des G.P. comme nous tous les aimons .

    Répondre
    • Il ne serait aussi pas incongru de nommer Mr Jean Tod alias  » la belle au bois dormant  » qui du haut de son trône ( doré ) , sur une radio nationale Italienne , il y a quelque semaines , pontifiait :  » Que la Formule 1 « se porte bien » et que ceux qui (la) critique ; ne sont pas des connaisseurs  » . Autrement dit : Tout va très bien madame la Marquise….

      Répondre
  • Nous ajouterons une règle simple à un règlement qui en manque cruellement, règle qui sera que tout pilote qui en fait pleurer un autre ira au coin dans son stand pour un temps précisément déterminé par un chronomètre à bouzignomètre aléatoire etpifomètre décompensé (sic).
    De plus il aura une amende financière dûment collectée par le patron de la Formula One Management pour avoir fait pleurer aussi les spectateurs (Et ça c’est grave).

    De par ce fait seront au piquet (sic) Massa, Vettel, Alonso(?), Verstappen (Non à son age il est normal d’être émotif). On fera une exception pour Räikkönen qui s’y est convertis récemment mais parce qu’on l’aime beaucoup.

    Il paraît que Kvyat qui indiquait qu’il s' »en était sortit seul » à récemment pris contact avec Grosjean pour avoir les coordonnées de son psychologue (Merci Teddy). Rosberg hier à demandé si quelqu’un avait le numéro de Grosjean (Mon bras, qui tant de fois a sauvé cet empire, Tant de fois affermi le trône de son roi, Trahit donc ma querelle, et ne fait rien pour moi).

    Nous avons demandé son avis à Nelson Piquet sur ces histoires de pénalités pour « Mauvais gestes » https://www.youtube.com/watch?v=8JogHiSR5P4 mais il nous a mis un coup de boule. Ca a fait rire son fils comme un béta (sic).

    Villeneuve père, Senna et Schuhmacher (https://www.youtube.com/watch?v=FiOyJ8XZsUs) n’ont rien dit.
    Bandini non plus.

    Répondre
  • Je vois que c’est « général » les avis concernant ces « pénalités » qui défigurent les résultats des Grands Prix de la formule « reine », la F1!, mais, plus grave la discrédite ! La pénalité de 5 secondes concernant Rosberg est grotesque ! ridicule ! ils sont entrain de tuer la F 1 , le savent-ils même ?

    Répondre
    • Le souci, et je dirais même le scandale, c’est qu’aujourd’hui on pénalise les incidents de course.
      La moindre touchette entraîne une enquête des commissaires, c’est consternant.

      Conséquence d’une époque où le politiquement correct règne, où tout doit être parfait, où le moindre mot/coup de volant de travers entraîne sanction.

      Mais laissez les pilotes piloter, bordel de mer… !! Ils font la course sur un circuit, pas les courses au supermarché ! Si accrochage il y a, qu’ils aillent s’expliquer comme des grands garçons après le drapeau à damier.
      Les pénalités devraient être une exception, on devrait en voir 2 ou 3 par saison, grand maximum.

      Pénaliser à outrance, c’est:
      – infantiliser les pilotes. Comme s’ils étaient tous des manches irresponsables, incapables de tenir un volant et/ou de régler leurs soucis entre eux.
      – prendre les spectateurs pour des cons. Comme si les gens ne savaient pas que s’accrocher dans la vie de tous les jours, c’est à éviter. Comme si le public avait besoin que la course auto montre l’exemple. Non, justement: la course, c’est fait pour se lâcher ! Les bagarres, c’est ce qu’on veut voir.

      Je suis outré… non, j’ai largement dépassé ce stade. Furieux ? Non plus… Horrifié ? Ah oui, pas mal.
      Donc: je suis horrifié par cette stupidité grandissante de la FIA. D’un côté on nous pond des règlements débiles style DRS, qualifs à élimination et compagnie pour « favoriser » le spectacle, et de l’autre on pénalise à tout-va et on sort la SC à la moindre goutte d’eau.

      Vite, un coup de balai à la FIA. A tous les niveaux !

      Répondre
  • Dans cette histoire de pénalité je trouve que Rosberg a manqué de sang froid et d’expérience, il aurait dû laisser Verstappen repasser devant à la sortie de l’épingle « juste au cas ou ». Mais il devait avoir tellement de frustration a voir son coéquipier s’échapper….

    J’espère qu’il va se reprendre car il sera probablement champion, à cause des pénalités moteur qu’Hamilton devra subir en fin de saison (en plus la seconde moitié devrait convenir aux RB et ce sera difficile de les remonter), et il faut un beau champion pour la F1!

    Répondre
  • Hamilton a dominé sans conteste, Ricciardo et Verstappen ont donné une très belle réplique. Rosberg tombe de Charybde en Scylla. Sa sérénité du début de saison fait place à une fébrilité comme en témoignent les pénalités rapportés par Johnny Rives. La passe d’armes avec Verstappen est du copier coller avec Hamilton en Autriche. La limite entre défendre durement sa place et envoyer son adversaire dehors est tenue mais là les commissaires ont tranché en tenant compte des précédents.

    Répondre
  •  » Chris Amon est si malchanceux que s’il investissait dans les pompes funèbres, les hommes cesseraient de mourir ».

    Il n’eut jamais le vent en poupe en Formule 1 jusqu’au drapeau à damier,et aurait cependant fait un beau champion du monde .
    Il se faisait payer-parfois très cher – pour courir dans les belles équipes, et si peu dans les petites.Pour gagner en grands prix du championnat, cela restera gratuit jusqu’au bout .
    Chris Amon était surtout l’archétype du pilote talentueux, et il eut pour irremplaçable chance de survivre à nombre de ses contemporains.
    Son nom est désormais une légende .

    Répondre
    • Précisons que Chris Amon, atteint d’un cancer , est décédé ce matin en NZ .

      Répondre
  • Wake up JOHNNY et les autre ; un edito sur la carrière de Chris AMON , qui a fait perdre 2 GP à MATRA ( monza 71 et Charade 72 ) mais a un joli palmarès en protos FORD/FERRARI serait sympa !

    Répondre
  • Chris Amon et le GP d’Allemagne, cela me rappelle un dîner au Nürburgring, en 1972, la veille de la course. Gérard Crombac était alors consultant pour Matra et son rôle, nous disait-il ce soir là, consistait à entretenir le moral de son pilote, qui avait tendance à se décourager. Jabby faisait tellement dans l’exagération qu’Amon en arrivait à rire à gorge déployée. Cette année là, Jean Luc Lagardère avait tout misé sur lui en n’engageant qu’une voiture, car Matra avait donné priorité au programme Le Mans. Pour le faire engager en 1971, Crombac avait pris conseil auprès de Jackie Stewart et de Jochen Rindt, qui tenaient Amon en très haute estime. Il aura incarné la malchance mais plusieurs souvenirs me reviennent en mémoire. Il aura été l’un des plus jeunes débutants en F1, à même pas 20 ans au GP de Belgique 1963, sur une Lola engagée par Reg Parnell. Il a effectué son premier GP pour Ferrari à Monaco en 1967, et s’est tout de suite vu propulsé leader de l’écurie à la suite du décès de Lorenzo Bandini. L’année suivante, son « jeune » coéquipier, son cadet de deux ans, Jacky Ickx, lui a brûlé la politesse en remportant le GP de France à Rouen. Ses plus belles prestations, outre ses victoires « ratées » mentionnée plus haut pour une visière envolée (Monza) ou une crevaison (Charade) auront été deux deuxièmes places après avoir poussé son vainqueur dans ses derniers retranchements, Jo Siffert à Brands Hatch en 1968 et Pedro Rodriguez à Spa en 1970, cette dernière avec la pataude March 701 qu’il avait aussi conduite à la deuxième place à Clermont derrière Jochen Rindt. En 1973, après la déconvenue Tecno, il avait remplacé Patrick Depailler -blessé à la suite d’un accident à moto- sur la troisième Tyrrell au Canada et aux Etats Unis, partageant la tragédie de Watkins Glen et le forfait de l’écurie à la suite du décès de François Cevert pour ce qui aurait du être le 100ème et dernier GP de Jackie Stewart. En 1974, il engageait sa propre voiture, la disgracieuse et poussive Amon : « On dirait qu’elle traîne une remorque », disait Alain Boisnard. Cette évocation me fait penser à François Guiter. Se sentant injustement critiqué pour son manque d’implication et sa vie privée tourmentée, Chris Amon lui avait envoyé une lettre ouverte en Français pour se justifier. Je garde un souvenir ému de cet échange entre deux grandes figures de ces années là. Peut-être un habitué de Classic Courses, meilleur archiviste ou plus érudit que moi, pourra-t-il en retrouver trace.

    Répondre
  • Merci M.AUGIER pour votre billet .
    Una anecdote sur MONZA 71 : si ma mémoire est bonne , MONZA avait d’abord annoncé ICKX sur FERRARI en pole , afin d’attirer le max de tifosi le dimanche . Ce n’est que tard dans la soirée du samedi qu’ils avaient corrigé mais trop tard pour les journaux italiens déjà en vente et qui avaient tous titré : FERRARI en pole !

    Répondre
  • La plus belle course d’AMON pour moi :
    BRANDS HATCH 1967 , ou avec STEWART comme équipier , ils mènent leur sublissime P4 à la seconde place derrière la splendide 2F de Phil HILL .
    Cette seconde place vaut une victoire car elle permet à FERRARI d’etre CDM constructeurs .
    Mais je comprends qu’un pilote considère que sa plus belle course soit sur une monoplace ou il n’a pas à partager les lauriers avec un autre .

    Répondre
    • Vous évoquez là un événement qui a marqué l’histoire. Stewart sur une Ferrari d’usine ! Le titre constructeurs avait été un lot de consolation pour une Scuderia accablée par la disparition de Bandini et le grave accident de Parkes à Spa. Beaucoup de tourments pour l’ami Franco Lini et sa casquette blanche. Ferrari était alors engagé sur tous les fronts : F1, protos, F2 avec la Dino de Jonathan Williams, Montagne, avec la barquette de Scarfiotti et Canam en fin de saison ! L’un des meilleurs souvenirs que je conserve : les applaudissements de la foule pour saluer la 2ème place de la P4 de Scarfiotti-Parkes au Mans. L’un des pires : la fumée à Maison Blanche au départ des 24 Heures 1969 quand on n’a vu repasser ni la 917 de John Woolfe, ni la Ferrari de Chris Amon.

      Répondre
      • Stewart courut également sur Ferrari en 1964. C’était aux 12H de Reims sur une GTO qui n’était pas d’usine et il faisait équipe avec…Amon. Ils rencontrèrent des ennuis mécaniques et finirent attardés à la 17ème place. Ce même week end Stewart remporta la course de F3.

        Répondre
  • Je m’apprêtais à écrire que dans mes souvenirs d’enfance la plus belle course de Chris Amon avait été le Grand Prix de Belgique 1970, où il tint la dragée haute à Pedro Rodriguez dont le V12 BRM respirait ce jour là à pleins poumons .
    Le record du tour en monoplace sur le circuit démoniaque de Spa , qui ne sera effacé dans l’absolu qu’en 1973 par un sublimé Henri Pescarolo sur sa Matra 670.
    Une course folle menée à peine une seconde de l’invincible mexicain, et un effacement de tous les autres Cosworth du jour .
    Une seconde place comme une victoire, sur une March rétive à la rigidité douteuse dans les grandes courbes immémoriales du monstre belge .

    Je considère surtout que sa plus belle victoire est d’être resté par miracle en vie , d’avoir su dire non à Mo Nunn alors que la frêle et fragile Ensign était pourtant pleine de promesses (déçues)pour celui qui veut arriver à vaincre à tout prix .
    Il avait appris à renoncer sans payer le prix exorbitant de la course automobile.
    Chris Amon fut ensuite un sage, très écouté chez Toyota(Francois Guiter aurait souri) , un exploitant agricole comme Jim Clark en rêvait .

    Répondre
  • merci à vous tous pour ces éditos au sujet de Chris Amon. Grand pilote, oui, malchanceux aussi, bien sur, mais ce que j’ai toujours pensé de lui, lors qu’il était en activité, c’est qu’il s’agissait d’un bonhomme, un mec bien qui aurait mérité beaucoup plus par le milieu de la F1. Un mec gentil et sympa, comme il y en avait pas mal à cette époque là, et cela contraste vraiment beaucoup avec les nombreux méchants qu’il y a aujourd’hui en F1. Je ne fais pas des noms, il suffit regarder leur comportement pour les reconnaitre. RIP Chris Amon, on te regrette

    Répondre
  • Les couleurs suédoises de la Ferrari GTO n°29 de Amon Stewart ont orienté mes recherches. Ainsi dans le livre de Jess Pourret La Légende Ferrari 250 GT Compétition, on peut lire concernant cette 250 GTO 3445 GT de Amon Stewart: « Chris Amon devait courir sur la GTO de Ulf Norinder. Mais à la dernière minute Norinder préféra se marier et avertit Amon de se trouver un autre partenaire pour conduire sa voiture. Amon eut des difficultés à en trouver un dans un si bref délai mais il entendit parler d’un pilote de F 3 encore inconnu peut-être mais de grande qualité et libre ce week end là. L’affaire fut conclue, le co-pilote n’était autre que Jackie Stewart. Malheureusement le moteur de la GTO était un peu fatigué et il explosa pendant les essais. On le reconstruisit pendant la nuit avec les pièces disponibles et notamment avec les coussinets de bielles qui avaient fait les 24H du Mans peu avant. Mais faute de mieux, les coussinets en question étaient très usés et les deux pilotes ménagèrent la voiture jusqu’au bout.”

    Répondre
  • C’est assez ironique de penser que Chris Amon est considéré comme l’un des pilotes les plus malchanceux de la Formule 1 mais qu’il eut la chance justement de rester en vie jusqu’à cette année, en dépit de gros accidents en fin de carrière. Autre ironie, plus triste, c’est que sa plus belle chance de victoire fut gâchée en partie de sa faute, puisqu’à Charade en 1972, Jabby Crombac l’avait conseillé de ne pas fréquenter les bords de piste à cause des cailloux traîtres du circuit. D’ailleurs c’est ce jour-ci qu’un certain Helmut Marko a perdu son œil à cause d’une pierre transperçant sa visière. Le même jour, Amon partait de la pole, dominait le début de course et.. connut une crevaison parce qu’il n’avait pas suivi les conseils de son équipe. Il a fait une superbe remontée mais insuffisante… Et la Matra n’a jamais aussi bonne par la suite, je suppose qu’ils avaient fini par baisser les bras.
    Il y avait aussi le coup de la visière arrachée à Monza en 1971, mais difficile de discerner la malchance de la maladresse pour le coup.

    Mais sans le moindre doute l’un des meilleurs pilotes (avec les Jarier, Brundle et consorts) à n’avoir jamais remporté de course. Puis être considéré par Stewart et Rindt comme leur plus dangereux rival quand des pilotes comme Ickx, Siffert et Rodriguez (entre autres) avaient fait leurs preuves, c’est un sacré compliment. R.I.P Chris.

    http://days-of-f1-past.over-blog.com/2015/09/chris-amon-une-malchance-légendaire.html

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.