Grand Prix Historique de Monaco (5) Ingénieurs

エンジニア, INGENIERE, ENGINEER (2/2)

Le Grand Prix Historique de Monaco, ce sont les voitures, les pilotes et une ambiance exceptionnelle qui rendent cette manifestation si particulière. Mais c’est aussi l’occasion de rencontrer ou de croiser des personnages habituellement plus en retrait, les ingénieurs par exemple. Après Masao Ono, voici Mauro Forghieri, Adrain Newey et Bob Dance. Comment Bob Dance n’est pas un ingénieur ? Non, effectivement,  c’est une légende !

Olivier Rogar

Les autres articles sur le Grand Prix de Monaco Historique :

6 Pilotes
5 Ingénieurs 2
4 Ingénieurs 1
3 Stirling Moss
2 Anthony Beltoise
1 Carte postale

MAURO FORGHIERI

DSC_5435

Il a conçu quelques Ferrari F1 championnes du monde. Elles lui ont valu le respect de tous. Il a aussi à son actif quelques Ferrari qui n’ont pas du tout marché. Elles lui ont valu la disgrâce d’un seul. Mais pas n’importe lequel : Enzo Ferrari lui-même. Sa carrière s’est déroulée entre coups de génie et coups de gueule. Entre montées au pinacle et mises au placard. Ainsi va la vie des génies. Ils tentent. Et le diable n’est pas toujours bon garçon. Connait-on beaucoup d’ingénieurs capables de dessiner un châssis ? Une boîte ? Qui plus est transversale. Ou un moteur F1 ?

DSC_5786

A 81 ans il suit la Ferrari 312 B 1970 de Paolo Barilla. Elle ne tournera malheureusement pas en course. Discret, il est dans sa bulle d’ingénieur. Inaccessible. Ce qui n’empêche nombre d’amateurs de se poster devant son stand. Incrédules. Impressionnés. Respectueux.

DSC_5499

DSC_5950

Il y a de quoi l’être. En F1, en un temps ou la domination absolue était difficile, ses voitures ont permis à la Scuderia de remporter sept titres constructeurs et quatre titres pilotes.

A Monaco huit voitures de sa conception étaient inscrites : Ferrari 1512 de 1965 ex- Surtees – Bandini, Ferrari 312 de 1969, Ferrari 312 B de 1970, Ferrari 312 B3 de 1972 version Spazzaneve, deux Ferrari 312 B3 de 1974, dont celle avec laquelle Niki Lauda établit la pole à Monaco en 1974, l’autre étant ici pilotée par Emanuele Pirro ( la 11 qui finit 4e et première Ferrari du plateau G) , la Ferrari 312 T de 1975 et la Ferrari 312 T2 de 1976 vainqueur à Monaco.

Ferrari 1512 de 1965 ex- Surtees – Bandini.

DSC_5847

DSC_5846

DSC_5845

Ferrari 312 B3 de 1972  Spazzaneve

qui lui valut une courte mutation au service production. Sa dédicace sur la dite Spazzaneve est éloquente : «  Avec celle-ci j’ai pu comprendre beaucoup de choses,  avec sympathie pour la plupart, avec amertume pour certaines. »

DSC_5989

DSC_5432

Ferrari 312 B3 de 1974, dont celle avec laquelle Niki Lauda établit la pole à Monaco en 1974

DSC_5476

DSC_5475

Ferrari 312 T de 1975

DSC_5467

Ferrari 312 T2 de 1976 vainqueur à Monaco.

DSC_5776

DSC_5447

DSC_5773

DSC_5774

 

 

ADRIAN NEWEY

DSC_5927

Aucune des voitures de sa conception ne court à Monaco Historique. On peut d’ailleurs se demander si elles en auront l’opportunité un jour. Les contraintes techniques de maintenance depuis l’ère des Turbos semblant incompatibles avec la structure des écuries de courses historiques. Et portant, il y en aurait des voitures conçues par Mr Newey à aligner ! Donc, me direz-vous, que fait-il là ? Et bien il court ce garçon. Sur la Lotus 49 ex-Graham Hill / Richard Attwood qu’il a engagée.

DSC_5924

DSC_6023

Seul son casque aux couleurs Red Bull trahit son activité principale. « Gives you wings ». Pour le reste, lui aussi est dans sa bulle. Il échange avec ses mécaniciens. Rien d’autre. Regard éclairé. Mais ailleurs. Entre concentration et songe. Inaccessible. Un vague coup d’œil avant de se lancer sur une piste humide sera la seule manifestation d’interaction avec le monde que je surprendrai.

DSC_5961

DSC_5958

DSC_5959

DSC_5960

Mais pourquoi s’étonner ? Ce type rêve son monde et lui donne corps. Il appartient à une époque où le sport automobile est hyper professionnalisé. Sous l’égide de grands constructeurs dont les enjeux financiers sont énormes. Pas de place pour la bonhommie, le rire ou l’échange gratuit. « Focused »…

DSC_5931

Cette attitude porte ses fruits. Après avoir tâtonné chez Fittipaldi – d’où il s’est fait virer… puis s’être frotté à la formule Indy, il rejoint Lola-Force dont l’aventure tourne court puis March où il créée une voiture aux couleurs Leyton House qui se distingue par sa compétitivité sinon par sa fiabilité. Ce qui lui vaut son second limogeage. Il rentre alors chez Williams aux côtés de Patrick Head. La bonne personne au bon moment au bon endroit. Chef designer puis concepteur, il donne vit à une lignée qui donnera 9 titres mondiaux pilotes et constructeurs à la marque entre 1992 et 1997. Il poursuit chez McLaren avec 3 titres en 1998-1999 et passe ensuite chez Red Bull avec 8 titres entre 2010 et 2013…

DSC_5972

Aujourd’hui sa belle Lotus 49 aux couleurs Gold Leaf lui donne- t-elle une perception différente de la course ? Lui permet – elle de parler et d’échanger différemment avec ses pilotes ? Difficile de dire dans quel sens son estime évolue. Plus de respect pour les anciens ? Pour être là, on peut penser que ce respect, il l’a. Et c’est l’image de Colin Chapman qui s’impose à la réflexion. Compacité, légèreté, aérodynamique. Effet de sol. Tiens, il a réalisé son mémoire de fin d’études sur ce sujet… Etonnant n’est-ce pas ?

Il a fini sa course avec la 7e place et le 11e temps.

BOB DANCE

DSC_5839

La transition est toute trouvée pour parler de Bob Dance. Il n’a certes jamais conçu de voitures. Mais il est l’âme du Lotus Historic Team aux côtés de Clive Chapman. Celui qui a tout connu en tant que chef mécanicien. Dans les années 60 aux côtés de Colin Chapman, avec Clark et Hill. Dans les années 77-94 avec Ickx, Nilsson, Andretti, Peterson, Reutemann, De Angelis, Mansell, Senna…

DSC_5816

Certains auraient pris leur retraite. Lui est parti chez Tom’s Toyota puis chez Audi – Bentley pour préparer les voitures des 24h du Mans. En 2004 il est retourné chez Lotus pour s’occuper des voitures de l’Historic Team. Cette année à Monaco il avait en charge les anciennes. Celles du plateau E. Le team en engageait deux dans cette catégorie. Dont la 25 de Clark qui remporta sept victoires et le titre en 1963. Bon sang ne sachant mentir, la même ( N°9) gagnait le Grand Prix Historique cette année encore pilotée par Andy Middlehurst. L’autre était la Lotus 21 (N°21) qui gagna le Grand Prix des USA 1961 avec Ines Ireland.

DSC_5840

 DSC_5638

DSC_5639

DSC_5838

J’avais échangé il y a deux ans avec Bob Dance. Mais cette années le paddock du plateau E était à l’autre bout du port. Les allées et venues à pieds prenaient du temps et Bob était trop affairé pour qu’on puisse le déranger. Je me suis trouvé par hasard à côté de Jacky Ickx quand celui-ci l’a approché pour lui demander de ses nouvelles. On sentait chez Ickx de la cordialité mais aussi beaucoup d’empathie et d’estime. Au-delà de la vie au sein de l’écurie, c’est une époque qu’ils ont partagée.

DSC_6026

Si j’ai bien compté le Team engageait cinq voitures cette année à Monaco. Il est possible qu’ils en aient assisté davantage. Vingt-quatre Lotus ont participé aux différentes courses!

L’héritage de l’ingénieur Colin Chapman est bien vivant.

DSC_5480

Photos et video © Olivier Rogar

Olivier Rogar

Olivier collabora avec « Mémoires des Stands » puis, à sa disparition, en 2012, il créée Classic COURSES avec les encouragements de Pierre Ménard et Johnny Rives. L’esprit d’entreprise qui l’habite trouve dans le sport automobile les valeurs de précision, de prise de risques, de rapidité de décision dont la maîtrise conditionne toute réussite.

Olivier Rogar has 62 posts and counting. See all posts by Olivier Rogar

9 pensées sur “Grand Prix Historique de Monaco (5) Ingénieurs

  • Bravo et merci, Olivier; pour ces portraits de grands ingénieurs, qu’on a trop souvent tendance à oublier. Et pourtant, sans eux, que feraient, que seraient les pilotes ? J’ai vu Adrian Newey conduire cette Lotus 49 B l’autre jour à Monaco et, si ce n’était pas Graham Hill, au volant il s’est montré tout à fait compétent. Et je me rappelle avoir vu le même Newey, il y a quelques années, au volant d’une Ford GT 40 dans une autre course historique, à Goodwood. Là aussi, il était tout à fait dans le coup. Cela fait plaisir de voir que parfois, un ingénieur de la F 1 moderne peut se plonger avec bonheur dans la course historique.
    Quant à Mauro Forghieri, que j’ai revu l’autre jour à Monaco, j’avais eu la chance de pouvoir l’interviewer en longueur, il y a quelques années, dans son bureau situé à quelques encablures de Maranello. Il n’était déjà plus chez Ferrari mais il me recevait dans les locaux d’un bureau d’études travaillant en indépendant pour le compte de plusieurs constructeurs, tour à tour sur des projets de F 1, de sport-prototypes et même d’autos de rallye. Mais il n’a jamais voulu dire lesquels ! L’entretien, publié dans « Automobile Historique », avait tourné surtout – cela ne vous étonnera pas – autour de ses années chez Ferrari. L’homme est non seulement passionnant mais aussi charmant, très chaleureux et extrêmement cultivé. Bénédiction pour notre interview, il parle un excellent français. Bref, une rencontre très agréable. Cela faisait plaisir de le revoir à Monaco et aussi, d’entendre « chanter » autour du circuit les moteurs de plusieurs de ses créations : en particulier la 1512 F 1 de 1965 et la 312 B prototype « Spazza Neve ». Deux moteurs à 12 cylindres très différents mais deux sons déchirants, à l’instar du V 12 de la Matra conduite ce même week-end par Anthony Beltoise. Des moteurs comme on n’en entend plus dans les F 1 modernes. Mais c’est un autre sujet…

    Répondre
    • Merci de ton retour Jacques. Je me sentais un peu seul ce matin 🙂 Forghieri doit être passionnant. Mais là il était occupé et dans sa bulle. Une autre fois peut être ?….

      Répondre
    • Je souhaiterais souligner quelque chose concernant la Ferrari 1512, 1,5 l, de 1964/65

      Si on observe très attentivement le châssis à l’arrière, on s’aperçoit que le moteur est PORTEUR. les suspensions sont ancrées dessus. cela n’a pas été assez souligné à l’époque, je trouve.

      Cette innovation fondamentale et que l’on doit à Forghiéri, sera reprise avec le BRM H16 de 1966 et surtout avec le V8 Cosworth de la Lotus 49.

      Certes, il y a eu des précédents, comme Louis Chevrolet à Indy, l’Avion Voisin des années 20 (monocoque intégrale) ou la Lancia D50 (moteur porteur), mais tout le mérite d’avoir réactivé cette idée revient à Forghiéri.

      Savoir faire et faire savoir, comme toujours…Chapman a été meilleur en organisant le battage médiatique autour d’une idée qui n’était pas la sienne..on a alors crié au génie !

      Répondre
      • ce serait bien de demander l’avis de Mauro sur ce point là…ça me semble limpide mais son avis serait précieux…non ?

        Répondre
    • le son du 1512 est fantastique !

      comme disent les anglais, il faut qu’il sonne comme la soie qu’on déchire…

      Quel grand bonhomme, Forghiéri ! je l’admire beaucoup..

      Répondre
  • Dommage que cet article n’attire que 2 commentaires .
    Pour moi , FORGHIERI était un génie : capable comme vous l’écrivez de faire aussi bien un chassis qu’un moteur ou une boite ; non seulement pour des F1 mais aussi des protos ou voitures de route . Chez FERRARI mais aussi chez l’autre grand italien : LAMBO . Bien sur il a eu des ups and downs , de beaux ratés qui magnifient ses réussites : mais il faut tout pardonner à un ingé pareil .D’ailleurs ingé ou génie ça s’écrit presque pareil !.
    Chapman n’a fait que des chassis , Adrian itou et dans un environnement anglosaxon plutot cool et eux aussi avec leur lot de ratés ;alors qu’avec ENZO c’était le conflit comme mode de management au quotidien et MAURO a tenu .CHAPEAU l’artiste .

    Répondre
  • Merci Olivier pour cette série ingénieurs, bien que présent (avec Dominique Pascal) ce week-end, j’étais loin de les avoir tous débusqués….
    Par contre saviez vous que Michel Gendre qui était engagé au volant d’une Lotus 24 et que j’ai revu avec plaisir était vice champion de France de trial sur Bultaco en 1975? C’est comme cela que je l’ai connu….Comme Jacky Ickx, avec qui j’ai pu discuter longuement (…de trial), il a commencé par ce sport…..

    Répondre
    • Moto et sport auto. Si proches par les qualités exigées. Et pourtant si difficile de passer de l’un à l’autre avec le même succès. Surtees certes. Mais sinon…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.