Grand Prix Historique de Monaco (2) Anthony Beltoise

Les pilotes qui y ont couru en championnat F1 le disent, le Grand Prix Historique de Monaco est une épreuve authentique, magnifiée par l’écrin naturel de la ville. Le circuit est exigeant mais adapté aux voitures anciennes. Moins rapide que Goodwood, il  génère un niveau d’émotion comparable. Et cette année l’émotion trouvait nombre de foyers transcendant les époques, les lieux et les nationalités. Chaque jour de cette semaine, nous étofferons ce compte rendu d’un nouvel article.

Olivier Rogar

Les autres articles sur le Grand Prix de Monaco Historique :

6 Pilotes
5 Ingénieurs 2
4 Ingénieurs 1
3 Stirling Moss
2 Anthony Beltoise
1 Carte postale

ANTHONY BELTOISE

DSC_5948

Les français par exemple étaient naturellement attirés par le stand Matra. Anthony Beltoise était engagé sur la Matra 120 B de 1971 jadis pilotée par Jean-Pierre Beltoise. L’hommage d’un fils à son père. La voiture était mise à la disposition d’Anthony par son propriétaire Christophe Caternet. En 1971 force est de reconnaître que la difficile saison des Matra de JP. Beltoise et C. Amon a précipité le départ du premier chez BRM. La voiture n’a donc pas un palmarès élogieux. Mais elle a un moteur. Et quel moteur que ce V12 Matra ! Il a tout pour nous charmer. L’esthétique. La musique. L’allonge. Ce moteur, cette marque, les stickers ELF nous rappellent une époque où tout un pays vibrait aux exploits de ses pilotes. Comment ne pas parler d’émotion ?

DSC_5502

DSC_5503

Au terme d’un roulage au circuit du Luc, la prise en main était faite. Les constats aussi. Ne pas pousser dans les tours certes, mais réussir à caser un pilote qui fait 15 cm de plus que le format du poste de pilotage n’était pas évident. Tant bien que mal, avec force réglages de la part des mécaniciens et abnégation de la part du pilote il est devenu possible de piloter cette voiture, sans toutefois être en mesure d’aller au bout de la quête de performance.

Anthony nous disait au terme des essais finis à la 13e place : « Ce DSC_5506matin, c’était une prise en main de l’auto. Voir comment ça freine, comment ça tourne. J’y suis allé à tâtons. Je ne suis pas dans les conditions idéales au niveau de la position de conduite. En fait je suis très, très mal installé. Dès que je veux passer de l’accélérateur au frein je tape dans la coque. Je suis trop grand. Déjà quand je roule, j’ai le genou qui touche la coque. Je dirais que je suis très lent lors du passage accélérateur-frein. Comme je relève beaucoup, j’ai peur de rater la pédale de freins donc j’assure énormément. Après on a un petit souci au niveau moteur. Pescarolo m’avait prévenu. Il m’avait dit, tu verras c’est un moteur qui n’a pas beaucoup de couple. C’est vrai que dès que tu es en dessous de 8000 trs/mn il n’y a pas grand-chose. Ici dans les épingles et les virages lents en « deux », je ratatouille énormément à la sortie. J’ai du mal à sortir des virages. Et je prends tout de suite quatre voitures de distance avec mes prédécesseurs… Je prends une valise complète. Bon, on m’avait dit de ne pas mettre la première. Je vais peut-être essayer de la mettre un peu. Elle est très courte. De fait je tourne sur quatre vitesses. »

DSC_5947

DSC_5944

Tu rends un bel hommage à Jean-Pierre : « Oui je le voulais. Ca fait plaisir à tout le monde. L’hommage est réussi dans ce sens-là. La volonté était de faire revivre tout ce qu’il a vécu ici. Les gens revoient la voiture. Rouler avec son casque de l’époque. C’est ça l’important. Ce n’est pas le résultat. Merci à Christophe Caternet. Merci à Elf ! »

DSC_6072

Tu avais déjà eu l’occasion de tourner sur un V12 ? : «  Non pas vraiment. C’est vrai qu’au niveau son, c’est exceptionnel. Je ne sais pas comment c’est de l’extérieur mais de l’intérieur c’est bien ! ».

La course avait très bien débuté pour Anthony avec sept places gagnées dans le premier tour et une cinquième position tenue pendant quelques centaines de mètres. Un très bon résultat pouvait être entrevu. Malheureusement quelque chose cassait dans le circuit d’essence et inondait le cockpit du dangereux liquide. La prestation d’Anthony prenait fin mais les regards échangés avec ceux qui l’entouraient en disaient long sur le moment que nous venions de vivre.

DSC_5991

DSC_5992

DSC_5995

DSC_5996

 En 1971, Jean-Pierre au Grand Prix de France :

GP F 1971 P. Ricard
GP F 1971 P. Ricard

Photos © Olivier Rogar sauf dernière photo © JS

Olivier Rogar

Olivier collabora avec « Mémoires des Stands » puis, à sa disparition, en 2012, il créée Classic COURSES avec les encouragements de Pierre Ménard et Johnny Rives. L’esprit d’entreprise qui l’habite trouve dans le sport automobile les valeurs de précision, de prise de risques, de rapidité de décision dont la maîtrise conditionne toute réussite.

Olivier Rogar has 63 posts and counting. See all posts by Olivier Rogar

10 pensées sur “Grand Prix Historique de Monaco (2) Anthony Beltoise

  • Christophe Caternet, propriétaire de cette Matra, était un ami de Jean-Pierre. Un vrai. Pas étonnant qu’il ait permis à Anthony de vivre cette expérience tant appréciée des nostalgiques d’une époque révolue et même de ceux qui ne l’ont pas connue.

    Répondre
  • Anthony, vainqueur à deux reprises à Monaco, était le mieux placé pour rendre hommage à JPB :un très bon geste !

    Répondre
  • Bravo à Antony pour cet hommage envers un être à qu’il doit beaucoup et qui pour nous simple passionné restera comme un pilote humble à la conduite juste.

    Répondre
  • Merci pour ce bel article et cette interview d’Anthony. Précision, humilité et …quel sourire qui inonde son visage. Un vrai bel hommage à son papa. Très émouvant en effet.

    Répondre
    • C’était un plaisir doublé d’une grande émotion, où Anthony a été évidemment beaucoup sollicité….La vie est heureusement faite de moments comme ceux ci.

      Répondre
  • Bonjour,

    C’est toujours un réel plaisir de lire sur ce blog des articles de qualité écrits par des « pointures ».
    On ne peut évoquer Matra sans penser aussitôt à JPB, remercions donc tous ceux qui ont permis cet instant du souvenir.
    Et à propos de souvenirs, je pourrai vous faire parvenir deux photos du GP de France 1971. L’une montre les deux Matra, l’autre les Matra et TYrrell de la « famille ».
    (Si cela vous intéresse, vous avez mon email).
    Cordialement

    Répondre
  • Faire à nouveau « respirer » le V12 Matra est toujours un grand moment qui ne laisse personne indifférent. Je me rappelle particulièrement d’un jour d’avril 1994 au Mans où Pierre Gary avait fait sonner celui de la 670B de 1974 pour feu Auto Passion : les mécaniciens du Team Courage, qui bossaient à côté sur le proto devant courir aux 24 Heures deux mois plus tard, avaient tous posé les outils pour venir sur le muret des stands écouter la symphonie. L’un d’eux avait lâché : « Ah ça avait quand même de la gueule » !

    Répondre
  • Et oui Pierre:
    Quand on mentionne ce fameux V12 , on ferait mieux de mentionner G.MARTIN et se ingés motoristes qui ont crééé le moteur et son fabuleux son .

    Répondre
    • et un peu Tony Rudd ou Aubrey Woods, non ?

      Répondre
  • Enfin nous avons pu entendre rugir ses V12 MATRA FERRARI,bel hommage a JPB par Anthony et Jacqueline,ma derniere rencontre avec JPB fut a la bourse de Loheac avec son épouse Jacqueline ou il dédicacer son livre,encore merci a Monaco de nous servir un super spectacle de toute ces années de vrais sport autos ou l’on pouvait cotoyer les pilotes et déambuler dans les sdands a 2018.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.