Wolfgang von Trips ( 04/05/1928 – 10/09/1961)

L’anniversaire de la naissance de Wolfgang von Trips est, pour François Blaise, l’occasion de nous rappeler une anecdote concernant ce pilote et de faire un retour en arrière avec sa visite, il y a quelques années au Musée de Horrem en compagnie d’Olivier Gendebien.

Le 4 mai 1928, il y a 88 ans naissait au château d’Hemmersbach à Horrem près de la ville de Cologne , Wolfgang Alexander Reichsgraf von Trips ( appelé plus facilement par ses amis du sport automobile Taffy ). Wolfgang était un homme de coeur, apprécié de tous. Une anecdote peu connue le concernant donne une idée de sa personnalité. Jean Hébert, ingénieur motoriste chez Renaut, copilote de Bernard Costen, colaborateur de l’Auto-Journal  était aussi pilote aux 24 heures du Mans 1958 sur Alfa Romeo. Victime d’un grave accident il gisait inanimé au milieu de la route, Taffy arrêta sa Ferrari lancée à pleine vitesse sur la ligne droite des Hunaudières pour le mettre en sécurité sur l’accotement. Cette histoire montre combien Wolfgang von Trips avait le sens de son devoir d’homme et de grand champion . Taffy avait cette aisance , ce charme qui en faisait l’idole de milliers de fanatiques de sport automobile , il était un sportif accomplit possédant un splendide sens de l’humour . Le destin a choisi la disparition tragique de Wolfgang von Trips à Monza le 10 septembre 1961 ainsi que de nombreux spectateurs. Taffy ne sera pas champion du monde, il s’en est allé rejoindre ses maîtres Rudi Carraciola et Bernd Rosemeyer. Il aurait pu les égaler .

François Blaise

W. von Trips 2


J’ai fait la connaissance d’Olivier Gendebien à l’occasion du Rallye du Maroc en 1953, il conduisait une Fiat 1100 améliorée par Conrero et avait débuté en sport auto par le rallye. Depuis une amitié s’était créée et nous avons eu l’occasion de nous revoir sur les circuits. Lorsqu’ Olivier a pris sa retraite, il habitait en Suisse et passait toujours par l’Alsace pour se rendre en Belgique. Il avait pris l’habitude de venir nous y saluer.

Olivier Gendebien était dans la vie un gentleman à la moralité irréprochable et avait reçu une grande éducation. Il pratiquait la course automobile pour son plaisir et avait les moyens d’acheter ses voitures. Il avait participé à de nombreuses disciplines du sport auto, comme les rallyes, les voitures de sport, et la F1.

En 1962 lorsqu’il prit sa retraite de pilote automobile je me suis posé deux questions à son sujet. La première pour quelle raison n’avait-il pas gardé en souvenir ses coupes et trophées ainsi que ses affaires de coureurs casques, combinaisons ? Je lui ai posé la question, et il me répondit qu’il n’était pas intéressé par les souvenirs et les biens de ce monde, il préférait en faire cadeaux à ses amis et fans.

françois blaise,olivier gendebien,wolfgang von trips,elfried flossdorf,reinold louis Fresque ornant l'entrée du musée Wolfgang Von Trips à Horrem

Olivier Gendebien avait écrit un livre en 1972 intitulé : « Olivier Gendebien quatre fois vainqueur au Mans ». C’était un témoignage personnel direct, sur une carrière traversée de personnages étonnants : Enzo Ferrari, Fangio, Moss, De Portago, Von Trips et bien d’autres. Ce qui m’étonna dans son livre à la page 178 c’était son jugement au sujet de Wofgang Von Trips qu’il décrivait comme un curieux personnage, un mélange de qualités et de défauts, il ne le portait pas trop dans son cœur. Cela était ma deuxième question, pour quelle raison avait-il un jugement négatif envers son ancien coéquipier décédé ? Je n’ai pas pu avoir une réponse à ce sujet.

françois blaise,olivier gendebien,wolfgang von trips,elfried flossdorf,reinold louisVers la fin de sa vie en 1995, Olivier me demanda un service personnel. Il souhaitait se rendre au musée Wofgang Von Trips et se recueillir sur sa tombe. J’ai été surpris par sa demande mais heureux pour lui et sa décision de se rendre en Allemagne.
françois blaise,olivier gendebien,wolfgang von trips,elfried flossdorf,reinold louisJe connaissais la secrétaire de Wofgang Von Trips madame Elfried Flossdorf qui était l’une des fondatrices du musée, c’est elle qui entretenait le musée avec Reinold Louis qui était l’auteur de livres sur Wofgang Von Trips. En novembre 1995 nous nous sommes donc rendus à Horrem sur invitation des responsables du musée. J’ai été surpris de voir Olivier Gendebien heureux de cette visite, il parlait de tous ses souvenirs de pilotes auto, il regardait avec attention ce musée, toutes ces photos, ces objets qui lui rappelaient succès et déboires. Olivier nous raconta sa course à la Targa Florio en 1961 ou il faisait équipe avec Wofgang Von Trips qu’ils gagnèrent avec beaucoup de chance à quelques kilomètres de l’arrivée.

J’ai été heureux d’avoir amené Olivier chez son ancien ami et coéquipier, c’était son souhait avant de disparaitre en octobre 1998. Mais le professionnalisme le plus accompli n’a jamais enlevé à Olivier Gendebien l’aristocratique et naturelle nonchalance de ses manières. Comme cela a été écrit dans un journal automobile, il y a, parmi les pilotes, les  »sportifs » et les  »artistes ». Olivier Gendebien faisait partie de ces derniers. françois blaise,olivier gendebien,wolfgang von trips,elfried flossdorf,reinold louis

 Olivier Gendebien signant le livre d'or du musée de Horrem
748323909Olivier Gendebien avec l'auteur lors du Tour de France Auto à Saintes Marie Aux Mines en 1957.
Epreuve qu'il remporta en 1957, 58 et 59 avec Lucien Bianchi comme coéquipier.

W. von Trips 3

François Blaise

Photos © François Blaise
Photos Wolfgang von Trips © DR
Publié par Classic COURSES le 26 janvier 2013 

 

11 pensées sur “Wolfgang von Trips ( 04/05/1928 – 10/09/1961)

  • Bonjour et merci !
    A propos de Von Trips, avez vous une explication de son blason de casque avec « S. C. » et le dessin d’un heaulme genre XIIème siècle ?
    Hervé

    Répondre
    • Hervé pour Scuderia Colonia.
      Cordialement

      Répondre
  • En regardant la photo de Gendebien au Tour de France automobile de 1957, dois-je en déduire que François Blaise est également le jeune adolescent que l’on voit, avec une chemise blanche bariolée, à côté de Fangio au tout début du film de Marie Christine sur le Nurburgring 1957 (film 1, 12 secondes) ? La ressemblance est frappante : même taille, même allure, même visage, mêmes sourcils ; et entre le début du mois d’août et la mi-septembre, les cheveux ont poussé, ce qui me conforte dans ma déduction.
    En ce qui concerne le surnom de « Taffy » donné à von Trips, je proposais l’explication suivante dans l’article que j’ai publié dans Classic Courses en septembre 2013 (« Monza, le 10 septembre 1961 : un drame en 3 actes »). Selon Denise McCluggage (« By Brooks Too Broad for Leaping », Fulcorte Press 1994, page 202), il semble qu’à l’origine, c’est Louise Collins, la femme de Peter Collins, qui avait appelé von Trips « toffee » (« caramel »), en référence à la couleur de ses cheveux brun-roux. « Toffee » fut rapidement transformé en « Taffy » par Mike Hawthorn. En effet, Taffy est un surnom, utilisé de façon assez péjorative pour désigner un Gallois dans une vieille chanson pour enfants (« Taffy was a Welshman, Taffy was a lyer … Taffy was a sham … Taffy was a cheat … »). Bref, Taffy est un personnage peu recommandable… Sans doute Hawthorn voulait-il, de façon affectueuse, souligner un contraste avec la condition aristocratique de von Trips.

    Répondre
    • Pour répondre à la question de René Fiévet , il ne s’agit pas de moi .
      Vous pouvez me voir furtivement dans le même film 1957 , à genoux
      prés de la Maserati numéro 3 d’ Harry Schell ( 1’18 à 1’26 ).
      Vous pouvez aussi me voir à la fin du film 2 de 1958 avec mes deux sympathiques tantes devant le camion de la Scudéria FERRARI .
      Enfin , René , en ce qui concerne le surnom de Taffy il y a une autre
      version , dans le livre MON AMI MATE de Chris Nixon , à la page 293 ,
      louise Collins confirme : Ce fut Peter qui donna à von Trips le surnom
      de Taffy, « parce que tu ressembles à un Gallois » On ne sait pas ce que
      le jeune Allemand pensa de la logique irréfutable de Collins mais le nom
      lui resta et Taffy von Trips devint un membre très populaire de l’équipe
      FERRARI.

      Répondre
  • MERCI monsieur ,
    mais comme « scuderia colonia  » est écrit bien lisible sur le casque dont la photo est en tete de l’article ….
    Qulequ’un peut il expliquer aux lecteurs de classic courses ce qu’était la scuderia colonia et pourquoi ce dessin : peut etre sont- ce les armoiries de la famille de nobles dont TAFFY était le descendant ?
    MERCi pour votre éclairage .
    PS : entre von trips , fon de portago , carel godin de beaufort : les années 50 ont fait payer un lourd tribut à ces jeunes gens, nobles, aisés et amateurs de course et du danger qui allait avec à l’époque .

    Répondre
  • espn.co.uk donne la meme origine galloise , citant Graham HILL et Mike HAWTORN pour ce surnom : les deux auraient trouvé que VON TRIPS avait l’air d’un gallois .

    Répondre
  • Le « Toffee » version féminine fort sympathique devient très sarcastique en version masculine mais tout cela était de bonne guerre et plein d’esprit . C’était moins relevé pour le surnom de Lauda (le rat pas l’ordinateur) ou le comportement de Piquet envers Senna…des époques moins classieuses….

    Répondre
  • Merci, mais je ne trouve pas qui est ce « COLONIA ».
    Ni le sens de ce symbole de casque genre étrusque.
    Par contre, j’ai trouvé que Michael May (de la Porsche à aileron) en faisait partie.
    Hervé

    Répondre
  • Voici ce que je viens de trouver sur internet (tiré du Forum Autosport), et qui répond à la question. Colonia vient donc du mot Cologne. Pour ceux qui comprennent (un peu) l’anglais.
    “Although already active as race entrant before, the Scuderia Colonia was founded as legal entity on 13 Jan 1960 at Cologne (as the name says) by Wolfgang Graf Berghe von Trips and some other German race drivers, von Trips was elected president. The idea was to install a platform for young race talents from the area, to lead them, to train them, and to arrange financial support. They ran some TCA Formula Junior cars built by von Trips and Colotti, and also 5 BMW 700 coupes, which had been acquired from BMW at special conditions due to the relations of von Trips.
    They even entered a Lotus 18 in some 1961 F1 races for founder member Wolfgang Seidel and youngster Michael May, probably the same car as driven by von Trips at Cape Town and East London in 1960. The car could be fitted with a Ford engine, and was suitable for FJ then. They also ran the Count’s privately owned Cooper T45 in some events.”

    Répondre
  • Vous êtes formidable!
    Il ne me reste qu’à trouver ce curieux casque, peut être chez les ancêtres du Comte.
    Suis étonné que Seidel soit cité comme « founder », alors que c’est Von Trips qui en est cité.
    La Scuderia Colognia a eu, en effet le but des jeunes pilotes, et, donc des Formules Junior.
    Dont une ou 2 De Tomaso DKW, carrossée par Fantuzzi et conçues par le Comte et Colotti.
    Hervé

    Répondre
  • Historique de l’insigne sur le casque de Wolfgang von Trips .
    Le 13 janvier 1961 , Taffy fonde avec ses amis un club pour les pilotes et les passionnés de sport automobile . Ce club est aussi destiné à promouvoir
    les jeunes talents pour la région de Rhénanie . Ce club est appelé du nom
    de  » Scuderia Colonia  » Cet emblème sur le casque de Taffy a été réalisé
    par le célèbre graphiste Ernst Husen ami de Taffy habitant la ville de Cologne ,cet emblème représente un casque romain . La ville de Cologne
    ayant été longtemps sous l’occupation romaine d’ou le nom Scuderia Colonia.
    Ce club existe encore depuis la disparition de Wolfgang von Trips en 1961.
    C’est un club très dynamique , en souvenir de Taffy il créa un joli musée
    que l’on peu visiter à Horrem ,à côté du Château de la famille Von Trips.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.