Rétromobile 2016 : Rencontres (3)

Des milliers de pas rythment le regard de l’exposant. La France Rétromobile défile. Echange de perspectives ; les lignes de fuite ne sont plus celles des voitures que l’on caresse du regard mais celles des visiteurs que l’on découvre connus, anonymes ou lecteurs. Nous y sommes. Le blog fait salon.

Les habitués, aguerris par les années tiennent bon la barre face à la déferlante. Habillés pour ce microclimat, équipés contre tout imprévu, endurants comme des cap horniers, ils sont présents de 10 à 22h00 sans faiblir, sinon devant un petit canon. Ce sont les boss.  N’est-ce pas Bernard ?

Les nouveaux, ont trop froid ou trop chaud, faim, soif, ou – pis – n’éprouvent plus rien, étourdis par la marée, les discussions qui débutent, sont interrompues, ne reprennent que pour s’échouer sur d’autres récifs… Et plus que tout cela, ils cèdent à la tentation de la visite, de la balade, de l’esquive… bref, ils se font la belle pour en profiter eux-aussi. Passion et impatience, quand vous nous tenez !

Mal au dos, aux pieds ou ailleurs, imminence d’un apéro ils sont vite rattrapés par les boss et ramenés au stand – T57 pour nous –  sur lequel d’autres rencontres encore les attendent.

Olivier Rogar

« Pépé la Gord »

20160204_125114 (2)

Il y a quelques années, j’avais demandé qui était ce personnage et on m’avait répondu, « mais c’est Pépé la Gord ». Titre irrévérencieux mais titre tout de même. L’un des grands avantages d’avoir un stand est justement que les coureurs de salon puissent y faire un arrêt.  Ce fut le cas de Jean-Louis Hamoniaux, alias « Pépé la Gord ». Son chapeau peut donner un indice, il est décoré d’une calandre de Gordini. Mais quelle est son histoire ? Peu à peu les souvenirs s’égrenent. Les photos usées sorties d’un large portefeuille les accompagnent.

Jean-Louis Hamoniaux, propriétaire d’une Gordini T 15, racontez-nous.

« J’étais en voyage en Angleterre en 1978 et j’ai acheté une revue, Classic cars ou Classic and Sport cars. En lisant les petites annonces je tombe sur cette barquette Gordini. J’appelle. Elle est vendue. Mais ce n’est pas sûr. Finalement la vente ne se fait pas. Le propriétaire me recontacte. Je me fais accompagner par Amédée Gordini lui-même qui me permet d’authentifier la voiture. Je l’achète et la ramène. La voiture appartenait à un certain Gallagher. Du coup je suis allé voir Rory Gallagher en concert. Mais ça n’avait pas de rapport. J’ai quand même suivi la carrière de Rory Gallagher ».

 « Ah tiens moi aussi j’ai vu Rory Gallagher en concert » m’entendis je répondre, songeur…

20160204_125114Mais de quelle voiture s’agit – il ?

Comme souvent chez Gordini, les voitures étaient adaptées en fonction des circonstances. Celle – ci avait commencé sa carrière sous forme de monoplace et « aurait » même été utilisée en Argentine par Juan-Manuel Fangio à ses débuts en 1948 lors de la seconde « Temporada »   (1) . C’était une Simca Gordini T15 avec un moteur 4 cylindres double arbres 1491 cc développant environ 140 cv.

Par la suite elle a été convertie en barquette à carrosserie alu et vendue à André Guelfi (2) qui a couru le Mans avec en 1953 sous le n° 67. Il a abandonné à la 9e heure alors qu’il était 46e.

L’utilisez- vous souvent ?

Pas trop . On a fait des sorties avec Jean Sage. Et elle a été présentée à l’hommage Gordini à Monthléry   2012. Vous savez elle est toujours immatriculée au nom de Gordini.

Comment est-ce possible ?

Nous n’aurons pas de réponse ni d’explication pour cette dernière question. Notre homme s’efface discrètement lorsque d’autres visiteurs rejoignent le stand.

Je me suis laissé dire que la voiture n’était pas dans un état formidable lors de son achat et qu’un accord avait été conclu dans les années 90 avec Jean Sage qui en avait suivi -et sans doute financé – la restauration. Peut-être un accord viager avait-il été passé entre eux, notre homme étant notaire… Si c’est exact l’improbable scénario n’aurait pas déplu à Pierre Tchernia.

Quant à moi, je ne peux m’empêcher de penser à un équipage « Dédé la Sardine – Pépé la Gord » au Mans Classic…

20160204_125450-1

Quelques uns de nos visiteurs 

 Jean Louis Moncet ( Canal+)

20160202_210242

Lionel Froissard ( ex Libération) 

20160202_195421

Eric Bhat, Thibaut Larue ( Sport Auto)

20160202_200753

François Mazet

12670462_1065607100148542_325320727828141487_n

Bernard Fiorentino

12662028_1065607073481878_2705957133729841397_n

Christian Ethuin 

12647278_1065607036815215_3478908365879969525_n

Jean Claude Andruet

12642528_1065606966815222_3870957685217007511_n

Manou Zurini, Philippe Streiff

12644869_1065961756779743_1559141926383332156_n (1)

 Mme de la Borderie, Heini Mader

12644778_1064265190282733_1314519056689994000_n

François Flament Dppi

20160205_111938 (2)

 Denis Chevrier – Ex-Renault F1, actuellement FIA

20160206_121820_resized

Patrice Vatan

12657787_10207490466092592_392213522047275400_o (2)

Jean Paul Orjebin 

12628583_570745889742102_1792862133135359406_o (2)

Jean-Pierre Jabouille

20160202_203258Michel Tetu

20160203_152150

Des rédacteurs présents et au travail 

Johnny Rives dédicace son »Beltoise » 

12631487_1065201620189090_3860315241836522053_n

Jacques Vassal et Pierre Ménard 

12670841_1064265290282723_1117710380818375606_n

Pierre Ménard, auteur de ce magnifique poster

Beltoise poster F1 1968-1974 Fond gris D

Un tôlier heureux

Rétro201611

Et enfin, un salon c’est aussi celà

20160202_095153

20160202_095140

20160202_095725

20160202_104004

20160202_161441

Celles dont on aurait pu parler

20160202_141802

20160202_141832

20160202_143613

20160202_144029

20160202_162902

20160202_163040

20160203_110342

20160204_094227

20160203_103703

20160205_112542

20160202_142331

20160202_143743

20160203_103406

20160204_094442

20160205_112630

Des remerciements spéciaux à

Aurélie Litzler – Service Communication Honda France

20160206_135258

Notes

1 : Dans le livre de Pierre Ménard et Jacques Vassal, « Fangio, la courses faite homme » aux éditions Chronosports, Christian Huet explique p 31 «  Avant cette Temporada, Amédée Gordini n’avait jamais vu courir Juan Manuel Fangio. Comme vous le savez, le gouvernement de Peron payait pour faire venir deux voitures par équipe , dont une devait être confiée à un pilote local. Fangio a été choisi par Gordini à cause …de son regard ! » ( Fonds Johnny Rives)

» Il rajoute : «à l’origine, elle était équipée d’une carrosserie monoplace, apparemment, celle utilisée par Juan-Manuel Fangio à Rosario lors de son premier GP ! »

2 : Autrement connu sous le surnom « Dédé la sardine » que lui avait valu son entreprise de conserves.

Illustrations © Olivier Rogar






















Johnny Rives

Johnny Rives entre au journal l'Équipe en juin 1960 pour y devenir le spécialiste des sports automobiles. Il commenta les grands-prix de Formule 1 sur TF1 avec Jean-Louis Moncet, Alain Prost, et Pierre van Vliet de 1994 à 1996. Johnny Rives a encouragé le démarrage de Classic COURSES auquel il collabore depuis le début.

Johnny Rives has 167 posts and counting. See all posts by Johnny Rives

2 pensées sur “Rétromobile 2016 : Rencontres (3)

  • Bravo pour ton super reportage Olivier , cela était fort intéressant pour moi car j’ai été dans l’impossibilité de venir à Paris et je regrette de ne pas avoir pu revoir tous les amis de C.C. J’ai retrouvé dernièrement dans mes archives automobiles des années 1957 et 1958 des documents pour un futur reportage dans C.C., cela sera une surprise ! A bientôt .
    Amicalement.
    F.B.

    Répondre
  • http://185.62.184.7/2016/02/retromobile2016rencontres5475/
    Que de bons souvenirs…

    Superbe Newsletter de « Classic Courses », consacrée comme chaque année en février, à RETROMOBILE… 

    Merci à Olivier Rogar et à Pierre Ménard, de continuer à nous faire vivre notre Passion du Sport Automobile !

    Né en juin 1955, j’ai eu la chance de m’intéresser à la Formule 1 dès l’âge de 13 ans (en 1968…), l’année où Jean-Pierre Beltoise a débuté en F1 et où tous les français se souviennent encore du lancement par « Caltex » de la marque ELF, avec les fameux « Ronds Rouges »…

    Ma Passion pour cette discipline est « née » cette année-là, alors que je débutais à l’époque près de Grenoble (sur le circuit de Crolles…) en karting, grâce à mon voisin René Arnoux !

    Je fus, en 1976, après des études en mécanique automobile (aux « Arts & Métiers », à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers, l’ENSAM…) Lauréat de l’école de pilotage « Jean-Pierre Beltoise » sur le circuit de Lédenon, pour devenir ensuite, après quelques années en F3 & F2 aux couleurs MOTUL, « Pilote ELF » et d’accéder la F1 dès 1983 (3ème pilote d’essais chez « Renault F1 », aux côtés d’Alain Prost et d’Eddie Cheever) et de débuter en GP avec une 3ème Renault F1 (N°33…) en 1984, aux côtés de Patrick Tambay et de Derek Warwick…

    Ensuite, pilote Ligier F1 en 1985 aux côtés de Jacques Laffite, puis pilote Tyrrell en 1986 (aux côtés de Martin Brundle) & 1987 (aux cotés de Jonathan Palmer), avant d’être pilote AGS F1 en 1988 & 1989, je serai toujours soutenu par ELF… Même après mon accident en 1989 au Brésil à « Jacarepagua », qui m’a laissé tétraplégique… Après 3 ans d’hospitalisation et de rééducation, j’organisais les 1ers « ELF Masters » de karting indoor à Paris-Bercy (avec, notamment, le DERNIER duel Prost-Senna de l’histoire… ) jusqu’en 2002, date du rachat de ELF par TOTAL !

    MERCI à Jean-Pierre Beltoise et à François Guiter & ELF… #RIP-Jean-Pierre_Beltoise & #RIP-François_Guiter !

    Bien amicalement,
    Philippe STREIFF

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.