F1 2015 : le billet de Johnny Rives – Italie 12

Monza, morne plaine…

Confortablement installé au fond de son canapé, on caresse toujours l’espoir d’une bonne surprise au départ d’un Grand Prix. Force est d’avouer que l’on reste souvent sur sa faim. Et tel a été le cas, une fois encore, au Grand Prix d’Italie. Après les espoirs, clairement dissipés, d’une éventuelle averse et des impondérables qu’elle aurait pu entrainer, il nous restait ceux d’un sursaut des Ferrari…

                                                                Johnny RIVES.

Johnny rives, lewis hamilton, sebastian vettel, felipe massa, grand prix d'italie F1 monza 2015, F1 2015 Italie

En qualification, elles s’étaient intercalées entre les Mercedes. Certes, la malchance de Rosberg – dont la F1 avait été dès le samedi dépourvue de son moteur, nouveau et revigoré, au bénéfice de l’ancien modèle utilisé depuis le Canada – avait contribué à ce relatif réveil des Rouges. Relatif car, avec cette nouvelle version du moteur Mercedes, Hamilton avait nettement tenu les Ferrari en respect. Restait tout de même le fait que Raïkkonen paraissait s’être enfin affranchi de la poisse qu’il trainait depuis le début de la saison. Il semblait avoir accaparé le rôle d’empêcheur de tourner en rond n°1. Avec tout ce que cela pouvait entrainer dans son besoin de redorer son image sous les yeux des tifosi – peut-être déçus que la Scuderia lui ait renouvelé sa confiance quand les journaux italiens avaient fait miroiter l’engagement possible de Nico Hulkenberg pour 2016 à sa place. Hélas, trois fois hélas, tous ces espoirs s’effacèrent en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire. Et le Grand Prix d’Italie nous fit sombrer, comme la plupart des précédents, dans une léthargie contre laquelle l’enthousiasme des tifosi ne pouvait rien.

Raïkkonen out, Rosberg out ? Ce sont décidément toujours les mêmes qui trinquent. Pour Raïkkonen ça n’a duré qu’un instant. Il dit qu’il a respecté la procédure. Mais sa Ferrari est restée sur place au moment du départ. Elle n’a pas calé seulement parce qu’un système électronique permet de l’éviter. Bref, lorsque le peloton atteignait la première chicane, Kimi pointait en 20e et dernière position. Dès lors, quelle que puisse être sa remontée, ses chances de victoire étaient anéanties. Pour Rosberg ça n’a guère duré plus longtemps. Géné par la Ferrari immobile de Raïkkonen, il a dû en faire le tour, n’accélérant pas aussi franchement qu’il l’aurait pu sans cet obstacle. Du coup Bottas et Massa lui passaient sous la moustache. Ses chances de victoire étaient anéanties aussi irrémédiablement que celles de Raïkkonen. Surtout avec son « vieux » moteur qu’il trainait depuis le Canada (7 juin). Et qui d’ailleurs finit par pousser son dernier souffle à deux tours de l’arrivée alors qu’il était revenu à 1’’2 derrière Vettel, inamovible 2e derrière l’intouchable Hamilton.

Le public français aurait pu s’enflammer en suivant la course de Grosjean, qui aurait bien aimé rééditer une performance du même tonneau qu’à Francorchamps. Mais l’impatient Nasr en décida autrement en esquintant involontairement une suspension arrière de la Lotus. Imitant ainsi la maladresse d’Hulkenberg qui s’était chargé, lui, d’éliminer Maldonado. En deux tours il n’y avait plus de Lotus !

Alors se rabattre sur Renault, pour trouver un intérêt à la course ? Hélas, les Red Bull et les Toro Rosso furent réduites à suivre un pénible chemin de croix. Bien content de les trouver toutes les quatre à l’arrivée. Mais dans des positions si misérables… On conserve le souvenir de Raïkkonen regagnant sinon le temps perdu au départ, du moins quelques places. Et dépossédant avec facilité Ricciardo de la 7e place qu’occupait alors l’Australien en le dépassant sans coup férir dans la ligne droite qui aboutit à la Parabolique.

Johnny rives, lewis hamilton, sebastian vettel, felipe massa, grand prix d'italie F1 monza 2015, F1 2015 ItalieA part ça rien. En tout cas pendant la course. Le plus gros suspense intervint seulement après. Quand il fut question de sanctionner Hamilton à qui il avait manqué quelques grammes de pression dans UN pneu arrière. On crut d’abord à une blague. Une mauvaise blague. Mais non, c’était vrai. Fort heureusement les commissaires techniques finirent par admettre que oui, selon que l’on mesure la pression des pneus quand ils sont revêtus des couvertures chauffantes ou bien quelques minutes plus tard, le résultat n’est forcément pas le même. Ils devront à l’avenir en tenir compte. Hamilton conservait sa victoire gagnée haut la main. Nous irons jusqu’à dire « trop » haut la main. Mais qu’y faire si les Mercedes sont si performantes et leur leader si inflexible ? Espérer qu’un caprice météorologique viendra pimenter le déroulement du prochain Grand Prix à Singapour ? C’est tout ce que nous avons trouvé pour vous faire saliver…

Illustrations @ DR

Johnny Rives

Johnny Rives entre au journal l'Équipe en juin 1960 pour y devenir le spécialiste des sports automobiles. Il commenta les grands-prix de Formule 1 sur TF1 avec Jean-Louis Moncet, Alain Prost, et Pierre van Vliet de 1994 à 1996. Johnny Rives a encouragé le démarrage de Classic COURSES auquel il collabore depuis le début.

Johnny Rives has 168 posts and counting. See all posts by Johnny Rives

11 pensées sur “F1 2015 : le billet de Johnny Rives – Italie 12

  • Merci Johnny, d’avoir si bien relaté l’imprêssion génèrale, en tout cas la mienne,celle que j’ai ressentie, je me suis même assoupi quelques instants devant l’écran plat..lui aussi!comme ce Grand Prix.
    Écrit par : François Libert | 09/09/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Ca devait être en 1988, je crois. Mc Laren avait gagné 15 courses sur 16. Je me souviens d’une pub assez drôle à ce sujet qui titrait : « nobody is perfect »!

    On ne s’ennuyait pas en 1988, et vous en savez la raison. L’ennui ne vient donc pas, à mon sens, de la domination de Mercedes mais de la domination d’Hamilton. Comme l’ennui est venu de la domination de Vettel sur Weber. Comme l’ennui est venu de la domination de Schumacher sur Massa ou Barrichello.
    Écrit par : toots | 09/09/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Déprimant ! Rien à savourer dans ce millésime Monza 2015.
    En prologue, on a su que la grille 2016 ne subirait pas de changement significatif, ce qui entérine au passage les statuts de vrais numéros deux dans les deux équipes de pointe. (Et désolé pour les fans de Kimi et de Nico, mais d’autres mériteraient largement leur place). Deuxième mauvaise nouvelle, on apprend que Mercedes, non content de courir dans une autre division, allait bénéficier en exclusivité de grosses évolutions moteur, histoire de tuer un peu plus le suspens.
    Enfin la troisième mauvaise surprise fut la tenue lamentable de notre motoriste national, que Grosjean ferait bien de fuir s’il veut éviter de se brûler définitivement les ailes et ne pas repartir pour une nième saison de transition.
    Alors la course, ou la procession, il valait mieux ne pas se souvenir du Monza des années 70′ (*). Qu’attendre de l’avenir ? Sans doute que le (bientôt) triple champion du monde de F1 se fasse refaire le nez ou se blanchisse la peau, on en est malheureusement là…

    (*) pourquoi les courses en peloton sont-elles définitivement bannies du championnat, alors qu’en Indycar… (même si parfois cela se termine tragiquement).
    Écrit par : Francis Rainaut | 09/09/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Non! aujourd’hui, l’ennuie ne vient pas de la domination d’un pilote, ou d’une équipe. L’ennuie vient de la règlementation, qui ne permet pas de rattraper une équipe dominatrice. À une époque les ingénieurs pouvaient changer leur fusil d’épaule en cours de saison, les constructeurs pouvaient faire des essais. Aujourd’hui les voitures sont misent sous scellée en début de saison, et l’on n’y touche plus.
    Et vu qu’elle sont tout identique, celui qui dispose de la meilleur auto, domine durant plusieurs saisons d’affiler.
    Tout ça pourquoi? Parce qu’en 2003, quand Schumacher est devenu champion du monde à mi saison, Ecclestone a dit: « Plus jamais. Plus jamais vous ne verrez ça » Ce jour là, a débuté le championnat du monde artificiel de F1, pour que les toutes ménagères (c’est Bernie qui l’a dit, pas moi) puissent regarder les GP et voir du « spectacle »
    Écrit par : Bruno | 09/09/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • C’est un lieu commun de dire que ce GP dans le chaudron de Monza a été insipide. Les Ferrari ont sauvé l’honneur et Vettel fut porté par la foule comme un vainqueur tout comme Alonso l’avait été lui aussi après sa seconde place en 2013. On pourrait dire que Räikkönnen si brillant aux essais n’en rate pas une, heureusement que son contrat est signé. Les Ferrari semblent avoir un moteur boosté pour les essais comme les Mercedes mais en course l’écart est trop important. Le nouveau look de Hamilton ne va pas améliorer ses relations avec ses détracteurs mais son côté people avec sa chevelure improbable ne perturbe pas sa marche en avant, il est dans un état de grâce. Il devra cependant se méfier car l’image de Mercedes est plutôt classique et à Stuttgart on pourrait se tourner vers Rosberg plus conventionnel. La F1 est étouffée littéralement par une réglementation absconse. Cette fois c’était au tour de la pression des pneus. L’équipe Mercedes contrariée par l’investigation dut prendre des risques et on vit Hamilton allumer ses pneus et Rosberg pousser son moteur dans ses derniers retranchements jusqu’à la rupture au lieu de préserver une 3ème place acquise. On attend avec impatience que la concurrence s’améliore pour voir des duels comme à l’époque des Senna, Prost, Piquet, Mansell, Lauda et autres.
    Écrit par : laurent riviere | 09/09/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Ce GP fut certes ennuyeux (combien y en a-t-il eu sur les 900 passés ?…) mais dieu qu’on a de la chance d’avoir encore Monza au calendrier ! Parce que ce qui nous pend au nez est de ne même plus y retourner !

    Désolé , et je dois certainement être un peu « débile mental » mais je ne me lasse pas de voir débouler des F1 à ces vitesses sur ce circuit.
    Comme l’a dit Vettel, ne plus revenir ici pour de bêtes histoires de sous serait ridicule. J’irais même plus loin en disant qu’un tel temple doit être respecté. Il respire à la fois l’histoire, la vitesse, la nature et la passion. A ce titre nous avons de la chance. N’est-ce pas Bernie ?

    Les caméras étaient pour une fois judicieusement disposées (comme à Spa) et le son des micros particulièrement bien réglé sur celles-ci. Du coup, je me suis quand-même régalé même si comme vous tous j’aurais préféré être en 1971…
    Écrit par : Flugplatz | 09/09/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • À Flugplatz,
    Comme vous, sur les 678 GP que j’ai vu, (sur place, ou à la télé en integralité en direct) jamais ne ne me suis lassé. Il y a toujours quelques choses à voir, a écouter, a prédire, ou a deviner. La seule chose lassante, c’est les pénalités qui sont la chose la plus stupide que j’ai jamais vu, tout sport confondu.
    Écrit par : Bruno | 09/09/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • En 1988, on pouvait développer en cours d’année, il y avait des essais privés, de gros moteurs, des pneus ad hoc, une réglementation idoine. Ca c’est terminé à 15 victoires sur 16! la domination d’une équipe sur quelques années est inhérente à la F1. Mc Laren, Williams, Ferrari, Red Bull, Mercedes.
    Écrit par : toots | 09/09/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Au sein de la F1 moderne, beaucoup de choses clochent: l’uniformité, la technique figée,la migration vers les circuits d’Asie,des règles infantiles, et quoiqu’on en dise des pilotes peu charismatiques…Il faudrait instaurer la révolution…Toots, en 88 la domination Mc Laren n’était pas lassante: Senna et Prost ont terminé le Championnat avec 3 points d’écart…
    Écrit par : linas27 | 09/09/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • En 1988 cependant, la dotation des points de 1 à 9 du sixième au vainqueur était sujette à l’ablation des moins bons à partir du dixième résultat comptabilisé (de mémoire). Si tous les points eussent été retenus, Prost aurait été champion du Monde devant Senna car il en avait accumulé plus que ce dernier. Ainsi que lors du très controversé GP de Monaco 1984 avec les deux mêmes protagonistes, il aurait mieux valu que Senna l’emporte au terme d’un Grand Prix complet et que Prost finisse deuxième: il aurait alors été sacré devant Lauda. Pour Hamilton évidement, l’histoire ne s’embarrassera pas de ce genre de conjectures !
    Écrit par : Daniel DUPASQUIER | 10/09/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Exact Daniel, Prost dut décompter 3 secondes places, au total absolu des points il l’emportait avec 11 unités d’avance.
    Écrit par : linas27 | 10/09/2015

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.