Historic Tour 2015 – Dijon

Cette année les courses historiques en circuit sont placées sous la bannière de la FFSA et reçoivent le qualificatif de « Championnat de France ». L’opérateur en est HVM et le nom de baptême en est l’ « Historic Tour ». Cinq épreuves ont lieu en 2015 : Dijon, Paul Ricard, Charade avant les congés puis Nogaro et Lédenon à partir de septembre. Malgré, ou à cause, de mes ennuis mécaniques de la saison dernière (cf. Classic Courses ), j’ai décidé de repartir à l’assaut des circuits Français avec mon infidèle (!) Alfa Roméo 2000 GTV (dit coupé Bertone) rouge à bande blanche…

Philippe Robert

Une semaine avant le début des hostilités à Dijon, j’apprends que mon moteur donne des signes de fatigue (alors qu’il a cassé 3 fois en 2014…). Giglio Racing a décidé de monter son moteur de GTAm en lieu et place de mon moteur. Son moteur a des carbus plus gros (des Weber de 45 et des arbres à cames plus pointus) par contre je conserve mon échappement d’origine en fonte plutôt que le « spaghetti » des GTAm. Le moteur doit délivrer 150/155 Cv au lieu des 135 de mon moteur habituel. Comme ce moteur ne correspond pas aux spécifications du « Groupe 1 », j’en avertis l’opérateur qui me sélectionne en tant qu’invité, je ne marquerai donc pas de points, ce qui m’importe peu, ne voulant pas faire toutes les épreuves du championnat. En traversant Toulon la veille de partir je me fais arrêter par un CRS qui me fait poireauter 1 heure et me menace de mettre ma voiture en fourrière car non conforme à la fiche des mines (arceau, harnais,…). J’en suis quitte pour une amende de 90 Euros mais sa zapette ne marche pas. Il me laisse filer.


philippe robert,groupe 1,historique tour,dijon 2015,alfa-roméo

Dijon : Jour 1

Montée sans histoires avec Denis qui courre en BMW 323i. On arrive sur le circuit dans le crachin et le brouillard… 6°C….bof bof…Les essais libres se passent donc sur piste gras/mouillée, je mets de pneus presque neufs donc avec des sculptures profondes. Je perds mon essuie-glace qui s’envole, heureusement je n’en n‘aurais pas besoin pour les essais et je monterais l’autre essuie-glace pour les courses.

Dijon : Samedi : Essais chronos

Grands conciliables sur les pressions des pneus, que mettre ? Il pleut, il fait froid. Les essais commencent, il y a beaucoup de propulsions avec des gros moteurs (style BMW 635, Ford Capri 3 l, etc…) et des pilotes qui ne sont pas très à l’aise sous la pluie. Il y a donc un coup à jouer pour les tractions avant et pour les propulsions peu puissantes qui peuvent espérer se mettre en valeur.Une vidéo sur YouTube résume mes essais. Je fais quelques dépassements sympas dans Pouas (LE virage du Dijon qui commande la ligne droite), je suis un peu sur le fil mais les autres ont encore l’air moins bien.Finalement j’ai le 13eme temps sur 42 inscrits, Denis est 15 mais une autre Alfa Roméo identique à la mienne est 5. A Charade (que je n’aime pourtant pas… J) il y a 2 ans j’avais déjà, à ma grande surprise, fait des temps sous la pluie.

Course 1 :

Le temps reste très humide avec des averses. Nouveaux grattages de crânes pour les pressions des pneus. Je demande à gauche à droite, je surveille la météo et finalement je fais un choix plutôt conservateur.Je suis sur le côté gauche de la piste, je compte bien y rester pour faire l’extérieur. Sous la pluie les trajectoires sont souvent à aller chercher en dehors de la trajectoire sur le sec car la piste y est moins « sale ».Je me foire le départ, je démarre à l’allumage du 5eme feu rouge, je pile et redémarre en retard à l’extinction des feux. Il faut que je sois plus concentré…. Le départ ne se passe pas trop mal, Denis me passe comme une balle mais au bout d’un demi-tour, ça se décante et je commence à remonter les concurrents. Au bout de 2 tours, je suis 7eme et les drapeaux pour un Safety Car sont brandis ce qui permet de recoller aux voitures qui sont devant.

philippe robert,groupe 1,historique tour,dijon 2015,alfa-roméo

La course repart je repars toujours sur le fil, les 2 voitures devant n’ont pas l’air bien, j’en double une et presque deux dans Pouas, la deuxième, une Magnum me lâche dans la ligne droite mais elle est mal dans les virages, je vais peut-être pouvoir passer, je suis 6eme, mais je me sors dans le double gauche très glissant après la parabolique…. ! F…k, f…k !

philippe robert,groupe 1,historique tour,dijon 2015,alfa-roméo

La voiture valdingue dans la boue et reste plantée à 2 mètres de la piste. Mes copains me passent….Je vois des drapeaux rouges, la course est interrompue à cause de moi, il restait 1 tour et cela ne valait plus la peine d’envoyer un Safety Car. Je rentre à la ficelle derrière un 4×4…. La voiture pleine de boue… Mais je vois des pouces dressés, on me donne des bourrades dans le dos… ! Même XXXXXX vient demander près de ma voiture qui est le pilote qui lui a fait une si belle impression…« Là là là (il faut prendre l’accent pied-noir, même si je n’en suis pas un), le roi n’est pas mon cousin… ! »Le soir je suis un peu euphorique et je dois, je pense, embêter tout le monde avec mon sourire du Ravi de la crèche…. Surtout ceux qui ont à peine surnagé…

Course 2 :

Compte tenu de ma belle perf’ de la veille, je suis placé à une position inhabituelle en pré-grille (première ligne) puis sur la grille elle-même (compte tenu des positions décalées j’ai l’impression d’être en 2eme ligne). Le départ est retardé pour permettre la pause des commissaires, du coup je sors de la voiture pour immortaliser cela car ça ne reviendra pas de sitôt !Michèle Turco a fait le déplacement depuis Lyon avec son cousin. Nous sympathisons grâce à Classic Courses. Je la reverrai dans les tribunes lors du départ.Je ne vous ai pas dit que pour le sec, j’ai pris l’option de changer de pneus pour des pneus plus larges (205 au lieu de 195) et plus haut en hauteur de flanc. Le but étant d’avoir plus d’allonge dans la longue ligne droite.

philippe robert,groupe 1,historique tour,dijon 2015,alfa-roméo

Je suis parfaitement décontracté et sans doute un peu trop. Le départ a lieu et « les autres » me dépassent comme une balle…. Il faut dire que les gros cubes ont une revanche à prendre et je dois perdre au moins 6 places entre le départ et le premier virage !Comme tout le monde, nous sommes passés d’une piste mouillée à une piste sèche mais apparemment j’ai un peu de mal à m’y faire car j’ai un mal de chien à me mettre dans le rythme. De plus les pneus trop grands soulèvent la voiture, la rend instable et en bout de ligne droite j’ai l’impression de m’envoler !Je suis rapidement dépassé par pas mal de monde et de 6eme au départ je finis 23eme….Bon ce n’est pas glorieux mais qu’importe ! J’ai fait une belle Course 1 et je me suis rassuré sur mon « talent » sous la pluie.De plus je n’ai rien cassé et c’est bien le principal.

5 pensées sur “Historic Tour 2015 – Dijon

  • Un récit respirant le « vécu » apporte toujours un témoignage précieux. Raconter comme on double ou comment on est doublé avec la même précision apporte du crédit à l’auteur. Bravo Philippe.
    Écrit par : Johnny Rives | 15/08/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Respect Philippe,pour ta prose ! Du vécu,de l’inédit,du concret !
    Tu sais quoi : tu devrais écrire des livres, histoire de transmettre à
    la jeune génération,ta passion,ton expérience,ton sens de l’effort.
    Encore bravo !!
    Écrit par : Michel Lovaty | 15/08/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Merci por ce beau récit, épique, et si bien illustré (on adore les photos!!!). A bientôt,

    Vincent.
    Écrit par : Vincent Metais | 15/08/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Bravo Philippe pour le toucher du volant et la légèreté de la plume…
    Aller mettre le nez du Bertone dans le cul mouillé des berlines doit être jouissif….encore faut il être couillu pour ne pas débander dans les courbes sous de telles conditions avec un seul essuie-glace…même si la présence du kleenex en dit long sur le metier…
    Rignos
    Écrit par : Rignos | 29/08/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • La idea de tu libro no es mala pero la ejecución deja mucho que desear. Hay cosas que comienzan bien y luego la verdad que exacerban… Si fuera maestra te diría “sígalo intentando, se nota el esfuerzo pero hay que trabajar más” . Una pena….Sobre algunas post de tu blog…. no entiendo… a dónde vas? qué querés? ayudar a la gente…? es raro… pensalo….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.