L’autre Wimille

Lors d’une visite familiale à Lyon il y a quelques semaines, je fus emmené au Musée Henri Malartre à Rochetaillée par un cousin sachant qu’il me ferait plaisir avec cette visite (« Toi qui aime les belles voitures… »). Mon plaisir fut double lorsque je découvris en entrant une voiture que je connaissais puisque j’en avais fait état dans une précédente note sur Rétromobile : (http://classiccourses.hautetfort.com/archive/2015/02/08/la-voiture-d-un-champion-5554593.html).  Sauf que cette voiture-là n’est pas tout à fait la même que celle vue à Rétromobile en février dernier.

 Pierre Ménard

Hervé Charbonneaux me l’avait dit lors de notre rencontre parisienne dans le hall 1 de Rétromobile devant la Wimille-Citroën : les deux modèles à moteur Ford-Vedette se trouvent, l’une au musée de Reims, l’autre à celui de Rochetaillée-sur-Saône, à quelques kilomètres au nord de Lyon. Tout en découvrant une auto finalement bien différente par certains détails du modèle à moteur Citroën, je reste quelque peu perplexe devant la fiche technique du musée, posée au pied de la voiture : elle indique une « Wimille de 1948 à moteur Citroën-Traction » ! La double sortie d’échappement à l’arrière ne laisse pourtant pas place au doute : la personne qui a rédigé cette fiche était un peu distraite ce jour-là. Contacté par téléphone quelques jours plus tard, le directeur du musée, Dominique Voltz, se montre étonné par cette information et, lors d’un second entretien téléphonique récent, m’annonce que l’erreur a été réparée.CC JPW-Ford 2.jpg En examinant attentivement cette Wimille-Ford, on constate immédiatement que sa grande sœur propulsé par le 2 litres Citroën n’était que l’ébauche d’un projet ambitieux (on ne parlait pas de « concept-car » à l’époque). Autant la première est assez « brute de fonderie » avec ses rondeurs sans nuances, autant on sent une réelle volonté de design industriel dans la seconde.

CC JPW-Ford 3.jpg

Signe de l’adaptation future à la circulation urbaine, la JPW-Ford est munie de pare-chocs. Les optiques avant sont intégrées dans un petit bossage élégant de la carrosserie alors que les feux arrière, beaucoup plus gros, encadrent une plaque d’immatriculation elle-aussi agrandie. Le capot avant est plus profilé et la lunette arrière nantie de ses trois lames horizontales, même si elle n’offre pas une vue extraordinaire au conducteur dans son rétroviseur, est tout de même plus réaliste que le petit « fenestrou » (c’est un mot du Sud-Ouest, ne cherchez pas) de la version Citroën. De fait, c’est surtout à l’arrière de la voiture que les efforts du trio Charbonneaux-Leygonie-Viel semblent avoir porté : lunette élégante, coffreCC JPW-Ford 4.jpgplus bombé et moins abrupt que la première version et sentiment général de fluidité mieux maîtrisée. Le vitrage des portières est désormais en double glace, et l’intérieur bien plus soigné que celui de la JPW-Citroën. On note les roues aux désuets pneus noir et blanc munies d’enjoliveurs brillants et, pour signer le tout, une belle plaque constructeur où le nom du champion visionnaire s’étire en rouge sur fond métal orne les capots avant et arrière.

Dominique Voltz a donc évoqué pour nous cette voiture qui fut acquise par Henri Malartre dès l’ouverture du musée en 1959 : « Ce sont ses petits-enfants qui nous ont dit cela, mais ils ne savent par contre pas dans quelles circonstances leur grand-père fut amené à acheter cette auto. C’est une voiture qui étonne beaucoup les visiteurs – l’immense majorité d’entre eux sont plus des curieux que des connaisseurs – de par son aspect extérieur et ses lignes profilées qui témoignent d’une excellente maîtrise aéro. Elle fut présentée à la presse il y a quelques années en « dynamique », ce qui veut dire qu’elle a fait quelques tours dans le parc du château. Elle est roulante, mais vous savez, faire rouler des véhicules de musée est difficile. Outre l’angoisse de l’accident, il faut les réviser complètement au niveau des joints, des durits qui sèchent et des pièces de sécurité. Et les crédits alloués ne permettent la plupart du temps pas de se livrer à ce qui serait un plaisir pour nous et pour les visiteurs ». Cette Wimille-Ford paraît pourtant dans un tel état de fonctionnalité qu’on se prend à rêver de la voir un jour sur une route lors d’une manifestation. Un généreux mécène aurait-il le goût de rendre ce rêve réalité ?

CC JPW-Ford 5.jpg

 

Musée automobile Henri Malartre
645 Rue du Musée
69270 Rochetaillée-sur-Saône
Tel : 04 78 22 18 80
http://www.musee-malartre.com/malartre/
Photos :
1, 3, 4 & 5 JPW-Ford © Pierre Ménard 
2 JPW-Citroën © DR

4 pensées sur “L’autre Wimille

  • Cette JPW-Ford, beaucoup plus présentable que le modèle à moteur Citroën vu à Rétromobile, illustre bien tout le talent de Philippe Charbonneaux, l’homme qui a dessiné les R8 et R16, rares modèles de la firme ayant bien vieilli.
    Dommage finalement que les deux versions de la Wimille n’aient pas été présentées simultanément sur un stand à Rétro, je dirais même plus, sur un stand disposant d’un espace suffisant.
    Et merci aux cousins Ménard pour leurs bonnes notes et leurs bonnes adresses.
    Écrit par : Francis Rainaut | 17/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Charbonneaux avait de la suite dans les idées. En 1952, il présente un projet de Ford-Vedette « symétrique ». Eh bien regardez attentivement la R8…
    cf. http://leroux.andre.free.fr/charbonneau.htm
    Écrit par : Francis Rainaut | 17/06/2015

    Répondre
  • En attendant un généreux mécène, on pourrait commencer par une souscription des lecteurs de CC ? Le crowdfunding est dans l’air du temps. Mais les lecteurs de CC suffisent-ils à former une « foule » ? that is the question …
    Écrit par : Olivier Favre | 19/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Ping :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.