F1 2015 : Le billet de Johnny Rives – Canada 7

UN PEU DE DÉSORDRE, SVP !

Ecrire un commentaire se voulant original sur le déroulement d’un Grand Prix devient mission impossible. L’absence d’incertitude, le manque de rebondissements, privent l’analyste du plus infime ressort pour relancer la machine. Le Grand Prix du Canada ne fait pas exception à la règle. Au contraire, il la renforce ! Il s’est sans doute agi du pire scenario que l’on ait pu voir depuis le début de la saison 2015. Le classement à l’arrivée l’indique avec une netteté affligeante : Mercedes (43 points), Williams (23) et Ferrari (22) ont raflé les gros points dans un ordre qui n’a surpris personne, ne laissant que des miettes à Lotus, Force India et Red Bull. Il n’y a pas que pour McLaren (deux abandons après une course misérable) que le bilan du Canada confine au désastre. Pour nous aussi, pauvres spectateurs contraints et forcés de constater que sans fait de course proche du fait divers (par exemple Monaco), même Rosberg ne peut rien faire contre la domination d’Hamilton. Alors ne parlons même pas, aussi grand soit leur mérite, de Bottas, Raïkkonen ou autres Vettel…

L’époque n’est hélas plus à s’esbaudir devant les exploits d’un champion hors normes comme on a pu le faire en d’autres temps quand J.M. Fangio, ou Jim Clark, ou Jackie Stewart muselaient toute opposition. Alors ne reste plus que  l’ennui.

La Malaisie, avec la victoire de Vettel, avait fait naître des illusions que la 2e place de Raïkkonen à Bahrein avait contribué à renforcer. Aujourd’hui ces espérances restées sans lendemain sont réduites à  néant. Monaco et Montréal, grâce à des tracés hors normes, semblaient propices à des renversements de situation. Il n’en a rien été. Les deux meilleurs tours en course de Raïkkonen et Vettel au Canada – qui  précèdent les Mercedes dans cette hiérarchie particulière – ne sont que des trompe-l’œil, car acquis au prix d’un changement de pneus supplémentaire. On ne peut pas s’y fier pour établir de prochains pronostics.

La perspective de retrouver tout ce beau monde sur le « Red Bull Ring » (ex-Zeltweg, même les appellations historiques sont sacrifiées sur l’autel de la modernité) n’est guère enchanteresse si l’on tient compte de la domination que les Mercedes y avaient exercée l’an dernier. Sauf à miser sur l’intervention d’un caprice météorologique qui viendrait mettre du désordre dans une hiérarchie trop clairement établie…  Plutôt que se lamenter encore et encore, mieux vaut, pour aujourd’hui, en rester sur ce vœu pieux !

                                                               Johnny RIVES

johnny rives,classic courses,lewis hamilton

Illustrations :
Gilles Villeneuve – Canada 1978 @DR
Johnny Rives @Lysiane Rives

Johnny Rives

Johnny Rives entre au journal l'Équipe en juin 1960 pour y devenir le spécialiste des sports automobiles. Il commenta les grands-prix de Formule 1 sur TF1 avec Jean-Louis Moncet, Alain Prost, et Pierre van Vliet de 1994 à 1996. Johnny Rives a encouragé le démarrage de Classic COURSES auquel il collabore depuis le début.

Johnny Rives has 167 posts and counting. See all posts by Johnny Rives

18 pensées sur “F1 2015 : Le billet de Johnny Rives – Canada 7

  • Mama mia !!! Ils vont réussir à dégoûter le plus grand amoureux, le plus passionné, le plus expert et le meilleur conteur du sport automobile (je parle de Johnny Rives, bien entendu)!!! Mais où va-t-on ? Quelle misère…
    Écrit par : gaston | 09/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Je pense que la cause de tous ces malheurs est le système Ecclestone. La Formule 1 est calibrée pour qu’il fasse de l’argent avec ses amis, au moment où le règlement WEC stimule la créativité des constructeurs et la recherche de solutions techniques adaptées au défi énergétique, tandis que l’Indycar propose des courses nivelées et palpitantes et que la Formule E contribue à donner au sport automobile une image écologique bien utile. Dans ces trois formules, les courses sont palpitantes et, à l’exception d’une douzaine de superchampions rivés à la F1, on y trouve les meilleurs pilotes de circuit du monde (Hors Nascar, qui est vraiment autre chose). Nous savons tous que nous allons vivre dans quelques jours notre second grand week end de l’année en sport automobile, le premier ayant été celui d’Indianapolis avec la célèbre course de Montoya. Je pense qu’il est temps pour nous d’admettre que la Formule 1 ne mérite pas de représenter le sport automobile. La bgloire de ce sport est désormais ailleurs…
    Écrit par : Antoine Sire | 09/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Deux manufacturiers de pneumatiques ( dont Michelin) et déjà l’horizon de la F1 s’éclairerait un peu.
    Écrit par : jean-paul orjebin | 09/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Ce que j’apprécie dans la F1 actuelle, c’est de prendre note en ( léger)différé du compte rendu des grand prix par Johnny Rives.Ceux ci font toujours l’objet d’une narration dont on connait depuis des décennies, la grande qualité.Le plus terrible est que cette F1 ne semble plus beaucoup passionner ce fidèle des fidèles. La F1 comme beaucoup d’autres sports hélas !! Ce business exacerbé entraine un désintérêt voire une nostalgie dont seuls restent des clichés ou des vidéos. Cette photo de Gilles Villeneuve en prélude du compte rendu de ce GP du Canada, nous rappelle la virtuosité voire l’impétuosité de pilotes d’une époque pas si lointaine mais semblant bien révolue pour la F1.
    Écrit par : patricelafilé | 10/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Je continue à regarder les GP et à chaque fois je me demande toujours pourquoi, tellement le spectacle est, neuf fois sur dix, navrant. Je n’ai pas de réponse à ma question. En plus cette photo de Villeneuve à Montréal me rappelle le cavalier seul de Jarier et de sa belle Lotus lors de cette même course… Vous avez dit blues ?
    Écrit par : Marc Ostermann | 10/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Ce n’est pas Bernie la fautif, c’est la FIA avec ses règlements stupides particulièrement le choix de la gestion d’énergie imposant de relever le pied de l’accélérateur à chaque fin de ligne droite pour économiser du carburant, un comble. La F1 n’est plus un sprint mais une course d’endurance à l’indice de performance écologique. Du grand n’importe quoi ! Ne parlons pas d’un règlement crétin imposant quatre moteurs par saison valant à l’écurie dépassant ce quota des pénalités iniques. Je veux bien de ces moteurs hybrides mais sans limitation du nombre de KJoules au tour.

    Mercedes n’est pas fautif, les autres peuvent aussi bosser pour les rattraper mais il est clair que ni Ferrari, Ni Red Bull n’ont les moyens financiers et/ou intellectuels pour réussir et malgré ses résultats désastreux peut-être que seul Mclaren/Honda possède ses deux atouts. Ne parlons aussi du fait, et là c’est la faute de Bernie, d’avoir préféré le portefeuille de Canal+ à celui de de TF1 même si moins garni, cela ne fait que participer à la paupérisation de l’audimat, pas bon pour les sponsors, pas bon pour l’image. Dans un pays comme l’Angleterre, cela passe, en France, c’est tuer la discipline. Cela n’engage que moi mais j’ai l’impression de vivre le chant du cygne …
    Écrit par : Philippe | 10/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Eh bien Messieurs, je ne suis pas d’accord avec vous.

    Jadis lors de certaines courses, après le déjeuner, il m’arrivait de m’assoupir légèrement.

    MAIS!

    j’étais toujours réveillé par le bruit.

    Maintenant les siestes sont beaucoup plus confortables.

    et même lors de cette dernière course tardive, nous nous sommes retrouvés, mon camarade d’écurie et moi, endormis de concert (Sic).

    Cela étant voir Bernie reprocher récemment aux pilotes leurs manques de charisme. Il y a loin (très loin) Piquet/Salazar ou Senna/Irvine. Ces dernières années, un pilote levait une oreille, il fallait qu’il présente des excuses bien tempérées et pesées au millimètre (sic) par des communicants Ad Hoc; Je crois même me souvenir qu’à une certaine époque (Quand la mode commençait) Bernie se plaignait que les pilotes apparaissent non rasés et évoquait d’éventuelles sanctions.

    Il paraît qu’il a chez lui dans une pièce où personne ne va jamais, un portrait de lui, qui rajeunit.

    Au fait! Quelqu’un pourrait il me dire dans quelles circonstances quand et avec qui Clark avait dit, en substance, « Pas une autre fois comme ça »
    Écrit par : Jules | 10/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • C’était avec Piers Courage lors d’une course de F2 probablement
    « Si tu recommences ça, tu ne fais plus partie de la famille » Dans le livre de JPB, « Défense de mourir »
    Écrit par : Marc Ostermann | 10/06/2015

    Répondre
  • Allons, Johnny, reconnais qu’on a bien rigolé quand on a entendu l’appel à Button et Alonso à modérer leur consommation ! Pathétique, sinon impudique. Quelle image pour Honda ! Ce Grand Prix a eu un mérite, grâce au décalage horaire : celui de ne pas interférer sur la super finale de Roland Garros.
    Écrit par : luc augier | 10/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • j partage totalment l avis de mr rives ………….. les dimanches de f1 vont devenir des siestes
    Écrit par : gardes | 10/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • T’as raison Lulu : la finale de Roland Garros, c’était du sport, ça ! Magnifique(s) !
    Écrit par : Gaston | 11/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Tout à fait par hasard, en « zappant » sur mes chaînes de télé il y a 10 jours, j’ai assisté au Grand Prix Indycar de Detroit. J’ai trouvé cela passionnant, notamment la lutte entre Bourdais et Montoya, et plein d’incertitudes. Je suis resté rivé à mon poste, comme c’était encore le cas il y a 20 ans pour la F1. Certes, c’est moins sophistiqué, moins performant que la F1 (sur le circuit de Montréal, où on a pu faire des comparaisons, les Indycars vont 3 secondes moins vite que les F1) mais je m’en contenterais très bien.
    Puis je terminer en disant que la seule incertitude des grands Prix F1 modernes est de savoir ce que Johnny Rives va bien pouvoir écrire sur le sujet. Entre la fin de la course du dimanche et le mercredi matin, date de parution de son billet dans Classic Courses, l’incertitude est à son comble, le suspense est total. J’ai trouvé formidable l’idée de faire parler Beltoise après Monaco.
    Écrit par : René Fiévet | 11/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Le business a transformé le sport qu’est la F1 en spectacle vendu au plus offrant. Et le spectacle est devenu plutôt mauvais. Bernie ne comprend peut-être rien à internet mais il a tout compris en matière de droits TV. C’est là son seul baromètre. Il serait capable de faire se disputer des Grands Prix à huis clos du moment que les droits TV continuent de tomber. Lorsque ce ne sera plus le cas, alors les chaines TV ne passeront plus à la caisse. Bernie prendra sa retraite. Et d’autres perspectives s’ouvriront.
    Écrit par : Olivier Rogar | 11/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Je suis en tous points d’accord avec vous. Néanmoins je me demande si, et là je fais appel à vos souvenirs pour confirmer, durant la domination des Williams-Renault (Mansell puis Prost), la situation n’était pas similaire à celle d’aujourd’hui : envol des Williams et victoire assurée.
    Ne parlons pas de l’ère Schumacher – Ferrari.
    Ainsi il faudrait distinguer deux causes responsables de l’ennui que nous éprouvons : la domination d’une équipe qui tue le suspens, et la réglementation restrictive. On peut agir sur cette dernière, difficilement sur la première.
    Écrit par : Bertrand Allamel | 12/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • C’est parfaitement exact et on pourrait encore ajouter l’ère Mc Laren dans les années 80.
    Écrit par : laurent riviere | 12/06/2015

    Répondre
  • On peut facilement revoir sur youtube ou dailymotion tous les grands prix à partir du milieu des années 80 (84 disons). Si toutes les courses n’étaient pas forcément passionnantes, c’était des chefs d’oeuvre de suspens face aux purges actuelles. Un des atouts de l’époque était que les essais n’avaient pas l’importance d’aujourd’hui et on pouvait assister à pas mal de dépassements des leaders mal qualifiés. En 1984 (année faste pour Mclaren), Lauda a établi un record de dépassements qui n’a été battu que par Marc Weber avec l’instauration des pneus « spectacles » Pirelli et du DRS, et plus de courses.
    Écrit par : tortillaflat | 12/06/2015

    Répondre
  • Bertrand , tu es dans le vrai. Combien de siestes devant les Grands Prix au cours des 40 dernières années ! 🙂
    Mais, du moins en ce qui me concerne, la domination exercée par les uns ou les autres, si elle tue le suspens, ne me gène pas. Les autres n’ont qu’à mieux faire leur travail.
    Par contre un élément a changé, c’est la diversité. Elle offrait à chacun la possibilité d’imaginer des solutions novatrices porteuses d’espoir et d’évolution. ( Monocoque, coque carbone, freins in-board, effet de sol, turbo etc…) Choses que le règlement limite jusqu’à l’absurde aujourd’hui.
    Cette F1 presque monotype semble en outre être devenue moins sélective. Puissance limitée. Baby pilots. Esthétique de GP2 et bruit de GP3.
    Ses pilotes, incapables, pour des raisons techniques et aérodynamiques, de surpasser les carences de leurs montures, semblent moins « respectables ». Finie l’époque des pilotes qui pouvaient réaliser des exploits avec des voitures moins affutées que celles des leaders.
    Fini le rêve en somme…
    Écrit par : Olivier Rogar | 13/06/2015

    Répondre
  • Pour être précis, le circuit autrichien rapide et réservé aux gros cœurs que nous avons tant aimé est l’Osterreichring, situé sur la commune de Spielberg.
    Il a souvent été improprement appelé Zelweg, localité voisine qui eut également en son temps un circuit : http://fr.wikipedia.org/wiki/Circuit_de_Zeltweg
    Écrit par : Christian BURDET | 15/06/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.