Monaco – Formule « e » : Une première en Europe

« J’aime [Monaco] au mois de mai Quand les bourgeons renaissent, Qu’une nouvelle jeunesse S’empare de la vieille cité Qui se met à rayonner … »

Monsieur Aznavour me pardonnera-t-il cet emprunt ?  La principauté me pardonnera-t-elle cette touche bucolique ? L’univers de bruit et de fureur déchainé par 20 000 chevaux poussés dans leurs derniers retranchements n’est plus une image en cour lors des Grand Prix F1. Quelques milliers d’entre eux (6000 ?) se sont échappés au nom des économies d’énergie et de la préservation de l’environnement. Ceux qui restent sont dans le collimateur de la bien-pensance occidentale. Organiser un Grand Prix en ville relève désormais du suicide politique pour tout élu européen, d’où une migration vers des horizons chargés d’or noir ou déchargés de considérations environnementales. (Les deux à la fois aussi…).

Olivier Rogar

Si l’avenir des énergies fossiles a la couleur du charbon, celle de la fée électricité reste aussi bleue que l’azur. Produire proprement cette dernière et la stocker durablement sont encore des défis que la technologie doit résoudre. L’enjeu écologique et technologique est important. L’engagement louable. Ces paramètres font -ils partie de la genèse de ce nouveau championnat mondial de « Formule e » ? Ils le pourraient en effet ; quel meilleur terrain de développement, d’expérimentation et d’essai que la compétition ?

Mais comment innover sans fausser cette dernière ? On a pu le constater, le championnat F1 hybridé a engendré la domination d’une équipe et fait exploser le niveau des budgets de toutes les autres. Enfin, de celles qui n’ont pas encore mis la clé sous la porte. Conséquence, la F1, malgré son aura,  voit ses revenus diminuer en même temps que le nombre de ses spectateurs. Une formule intermédiaire déjà existante, n’aurait pas survécu à un tel changement. La création d’un nouveau championnat dédié, initié, encouragé, soutenu et porté par la FIA de Jean Todt, s’imposait logiquement.

Formule « e »

Fait exceptionnel et probablement provisoire, ce championnat émergeant est le seul qui ne fasse ni la promotion d’espoirs du sport automobile ni celle d’un constructeur.

Quinze des vingt pilotes inscrits ont déjà couru en F1. Et la formule est monotype. Coque conçue par Dallara, groupe propulseur par McLaren Electronic Systems, systèmes d’énergie par Williams Advanced Technology, assemblage technologique par Renault, assemblage coque par Spark. Deux des plus grandes écuries de F1 ainsi qu’un fournisseur de moteurs majeur sont impliquées dans un programme qui relève de l’avenir plus que de l’anticipation.

Budgets autour de 5 millions d’euros par an et par écurie. Celles –ci sont au nombre de dix. Le championnat se dispute sur dix Courses et dix circuits : Pékin (Chine), Putrajaya (Malaisie), Punta del Este (Uruguay), Buenos Aires (Argentine), Miami (Etats-Unis), Long Beach (Etats-Unis), Monaco puis Berlin (23 mai), Moscou (6 juin) et Londres (27 et 28 juin). Une belle manière de faire venir ou revenir la compétition automobile au centre (au cœur ?) des villes.

Les Formules « e » ont le format des GP2, 800 kgs de coque carbone et de batteries, un moteur de 270 ch (aux essais, ramené à 200 ch en course), une boite de vitesses –  Précisions nécessaire car ce n’est pas évident avec une propulsion électrique – . La formule étant monotype, seule la couleur des sponsors permet la différenciation. Celà ne veut toutefois pas dire que les performances sont égales : réglages, style de pilotage, sauvegarde des pneus et du carburant (oui !) font autant la différence que dans les autres disciplines automobiles. Chaque course nécessite un changement de voiture à mi-parcours. Leur autonomie optimale dans ces conditions d’extrême sollicitation étant réduite à environ 45 kilomètres.

Le monde du silence ?

Ciel bleu, fraicheur de l’air, des couleurs et des odeurs. Rues calmes et presque désertes. Comment imaginer une course ici et maintenant ? Mis à part un déploiement policier conséquent, rien ne le signale. 19 000 spectateurs et on entendrait presque les mouches voler.  Presque, en effet. Sitôt franchi le périmètre des rues jouxtant le circuit on est confronté à la (trop ?) bonne sonorisation des bords de piste. Quatre commentateurs nous décrivent avec plus ou moins de précision et de compétence ce qui se passe – j’aurais du mal à juger des propos du commentateur allemand, mais pour l’italienne et l’anglais, ça peut aller. Ne parlons pas du français.

Donc pour le silence c’est raté. Et pourtant je peux dire ne pas avoir été le seul à y aspirer à ce calme si déroutant et séduisant à la fois. Mais la nécessité de nous expliquer ce que nous avions sous les yeux prévalait. Verba otiosa. (Pour faire plaisir à certains). Et nous n’avons pu goûter que très momentanément aux bruits que peuvent faire des voitures de courses sans les décibels de leur moteur. Ceux d’entre nous qui ont eu le bonheur de voir évoluer les F1 à effet de sol, lorsqu’elles avaient encore leurs jupes en Lexan, se souviennent – ils du bruit de frottement si particulier qu’elles généraient, moteurs coupés, lorsqu’elles regagnaient leurs stands ? De façon comparable la formule « e » nous a fait découvrir ses bruits de suspension au passage sur les vibreurs, de boîte de vitesses au rétrogradage, de pneus martyrisés, de freinages tardifs…Impression visuelle d’extrême rigidité des autos. De lourdeur peut-être aussi.

Entre commentaires et bruits de suspension, une course devait avoir lieu. Circuit réduit à 1.76 km, utilisant la ligne de départ habituelle puis le nouveau virage de Sainte-Dévote qui permet de bifurquer vers la mer au lieu de prendre la  montée du Casino et retour par le bureau de tabac, la piscine et la Rascasse. Temps au tour, environ 53’’.

Deux séances d’essais libres puis enfin les essais qualificatifs. Par séries de cinq voitures et dix minutes par série. Senna, Prost, Piquet…le neveu et les fils respectifs de…..Sarrazin, Heidfeld, Trulli, Alguersuari, Buemi, D’Ambrosio, Liuzzi, Pic, Vergne, Di Grassi, Speed, Chandhok. Autant de noms rappelant quelques saisons de F1. Bird, Dacosta, Duran, Duval, Abt dont le chemin ne les a pas mené en F1 mais qui se sont illustrés dans d’autres formules et en Wec. Ce championnat partageant d’ailleurs nombre de ses pilotes avec le Formule « e ».

Buemi est sorti vainqueur d’une qualification dont le mode de fonctionnement la rend difficile à suivre.

Formule « t@uf » 

Iconoclaste ? Peut-être. Mais avouez : attendant le départ de la course, je suis installé face à la piscine. Longeant la piste, côté mer, je vois arriver un petit bonhomme avec un énorme casque sur la tête. Ou un homme avec un casque encore plus énorme. Je ne saurais dire. Une voix nous annonce le DJ ! Ah. C’est très nouveau ça…

Explication par les fameux commentateurs : au moment du départ les spectateurs sont priés de faire silence. A ce moment je crois que j’ai un début de fou rire en pensant à ce que je vais imposer aux lecteurs de Classic COURSES. Silence parce que, évidemment avec les moteurs électriques, on n’entend pas les moteurs monter dans les tours. C’est donc un groove « rave party » qui donne le tempo du départ, de façon assez réussie d’ailleurs. Il faut juste s’y faire. Mais je vous laisse constater par vous-mêmes. La musique accompagnera toute la course. Espérons qu’elle parlera au public jeune tant désiré sur les circuits.

Un carambolage au départ coutera leur course à plusieurs pilotes, dont Vergne qui se fera piéger, repartira et établira le meilleur tour en course. Senna et Alguersuari en resteront là. Comme souvent à Monaco, les dépassements difficiles, voire impossibles, rendent les courses plutôt monotones. Buemi le pole-man s’imposera donc devant Di Grassi, Piquet, Bird, D’Ambrosio et Prost. On a espéré un temps que Sarrazin, dont l’Ecurie Venturi est monégasque, vienne troubler cette monotonie, avant la mi-course les cinq premiers, étaient regroupés en trois secondes. Malheureusement au changement de voiture, son équipe avait du mal à faire démarrer sa monture et il perdait sa prometteuse 5e place pour finir 7e.

Future is cl@an

Lorsque le 29 avril 1899, Camille Jenatzy battit le record du monde de vitesse sur terre avec la « Jamais contente », à 105.98 km/h d’aucun aurait pensé que l’avenir appartenait à l’énergie électrique utilisée par cette voiture. Il n’en a rien été.

Cent seize ans plus tard, les indices convergent pour faire des énergies propres celles de l’avenir. Si de nombreuses questions se posent encore sur la manière optimale de les produire, sur le recyclage de leurs sources de production (nucléaire) ou de leurs composants (éoliennes, panneaux solaires), il semble vital pour notre environnement de leur substituer une énergie propre. La motorisation des pays émergeants étant susceptible de faire doubler le parc automobile mondial d’ici quelques années avec les conséquences que l’on imagine.

Questions sous -jacentes :

Comment ces pays pourront ils accéder à une technologie dont le coût est élevé ?

La production d’énergie électrique avec des centrales à charbon ou au fuel, prépondérantes, est – elle susceptible de présenter un bilan carbone plus avantageux que l’utilisation directe de ces énergies dans l’automobile ?

Les gouvernements ayant basé une part importante des prélèvements fiscaux sur les carburants fossiles, ne se créée – il pas une entente de fait entre eux et les pétroliers pour conserver un statu quo avantageux ? Les mesures prises au nom de l’environnement (limitations de vitesse, taxation des voitures puissantes, « condamnation » de l’automobile loisir aussi bien que de la compétition  etc…) relevant alors de la communication politicienne…

A Monaco le « e » village installé sur le site de l’habituel paddock F1 présentait simulateurs-jeux, voitures particulières, moyens de livraison, véhicules expérimentaux tous mus par énergie électrique. Ce qui semblait intéresser nombre de très jeunes gens. Représentants d’une génération qui vit instinctivement une communication mondiale ouverte, une instantanéité des impulsions de consommation et de leur satisfaction et, paradoxalement peut-être le besoin d’exister et d’être plus encore que celui d’avoir. (Mises en scène vidéos « go-pro », sports ou actions extrêmes etc…). Une génération dont les modes de fonctionnement convergents associent au quotidien, technologies du futur, préservation et besoin d’être.

Mais tout cela ne nous empêchera pas de vouloir le retour de courses de F1 de 1000 ch avec des plateaux de 24 voitures !

 

Illustrations
Video de tête @ DR FIA
Photos @ Olivier Rogar 2015
Video @ Olivier Rogar 2015

21 pensées sur “Monaco – Formule « e » : Une première en Europe

  • Passionnant article…La Formule E étant encore mystérieuse en ce qui me concerne. Olivier nous éclaire si j’ose dire et pose un questionnement perspicace sur le sujet des énergies dites propres. Le « chien bien pensant,politiquement correct » aurait certainement tendance à se mordre trop souvent la queue?
    Écrit par : F.Coeuret | 17/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Grotesque (et sur le fond, absurde), la Formule Moulinex…
    Écrit par : Jean-Jacques Renaux | 17/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • J’apprécie ton humour,Olivier !
    Franchement,j’ai du mal à souscrire à cette formule. J’ai essayé ! Quand
    j’ai constaté(comme tu l’as souligné)que des noms connus étaient engagés.
    Mais,je reste nostalgique des compétitions « pétaradantes »,quand bien
    même,elles étaient polluantes!
    Sentiment égoïste,je concède. Question d’âge et de génération,sans doute.
    Néanmoins,je te félicite pour ton article passionnant,agréable à lire.
    Bien à toi.
    Écrit par : Michel Lovaty | 17/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • La Formule E a au moins le mérite de poser la vraie question de la transition énergétique et de ses complexités. Comme Michel Lovaty, je suis naturellement attiré par des voitures au bruit impressionnant (ma présence aux 24 Heures du Nürburgring ce week-end en atteste – je vous en recauserai). Mais mon « instinct de survie » me dit qu’il faudra se libérer le plus vite possible de la tyrannie de l’énergie fossile, on n’a pas d’autres solutions. Et pour commencer via la compétition qui a de tous temps été le précurseur de l’évolution automobile. Rappelons-nous : à peine l’automobile inventée, des « frapadingues », soutenus par les constructeurs, se lançaient à l’assaut des pistes pour affirmer leur suprématie. A l’aube du XXIe siècle, on est à l’amorce d’un nouveau cycle, et on ne peut le négliger d’une simple moue méprisante au seul souvenir du « bon temps passé ».
    Écrit par : Pierre Ménard | 18/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Le problème de l’électricité est qu’on ne sait pas la stocker commodément. La preuve en est confirmée à travers cette formule « e » où deux voitures par pilote sont nécessaires pour parcourir une distance modeste. Alors qu’elles sont pourtant équipées de batteries d’un poids considérable. Et puis il faudrait s’entendre sur ce que l’on appelle une énergie « propre ». Les batteries telles qu’on les connait sur nos automobiles à carburant liquide ne sont déjà pas commodes à traiter une fois qu’elles sont hors d’usage. Il en est de même pour les toutes petites batteries (les « piles ») de nos télécommandes ou autres téléphones portables. Alors ne parlons pas des centrales produisant l’électricité – les nucléaires étant les plus productives… et les plus nocives. Vous avez dit énergie propre?
    Écrit par : Johnny Rives | 18/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • …de qui se moque t’on ? 200cv pour 800kgs ! de plus avec des pneus de route! heureusement que la formule n’evolue pas sur les circuits traditionnels,sinon la comparaison des temps serait ridicule par rapport a ceux d’une formule renault,voire d’une F4…
    .
    ..nous faire croire que cela pourrait etre une alternative aux formules existantes est un mensonge…quant aux pilotes impliqués,ils ont la chance d’evoluer dans une categorie surmediatisée (seul coté « positif »pour eux),un point c’est tout!
    Écrit par : Gérard Bacle | 19/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • De qui se moque-t-on ? Mais de personne monsieur Bacle. On essaie simplement d’envisager de nouvelles solutions à un problème qui nous étranglera un jour prochain si on n’anticipe pas. C’est sûr, le rapport poids/ puissance ne fait pas grimper aux rideaux, le stockage des batteries est un problème, c’est juste un début. Mais celui qui n’essaie pas est sûr de ne pas se tromper. Avec tout le respect que je vous dois.
    Écrit par : Pierre Ménard | 20/05/2015

    Répondre
  • À considérer comme un axe d évolution. Sûrement pas une alternative. Tout dépendra de l évolution technologique des batteries.
    Écrit par : Olivier Rogar | 19/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • ..et pour conclure,la plus belle formule actuelle en circuit c’est le DTM…manque juste quelques constructeurs de plus et un calendrier plus internationnal!

    je suis un farouche opposant « au politiquement correct » dans le sport automobile (voir où cela a conduit la F1 !).. le sport automobile ne devra jamais etre politiquement correct,sinon il n’existera plus car il ne nous fera plus phantasmer….dans une societé securisée,pleine d’interdits,il doit rester le refuge de la « folie » et de nos heros!!
    Écrit par : Gérard Bacle | 19/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • En tout cas à la télé, la Formule E c’est pas grisant…
    Écrit par : Johnny Rives | 19/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • à Monaco,il y avait ,comme dorenavant sur toutes les courses de formule E,une cabine avec un DJ avant « la rascasse » pour diffuser de la musique et eviter aux gens de s’endormir sous le soleil!
    Écrit par : Gérard Bacle | 19/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Formule « teuf » :))
    Écrit par : Olivier Rogar | 19/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Mouais…on va dire pudiquement que c’est une autre époque…
    Écrit par : Gérard Gamand | 19/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • cela dit,ton article est tres bien écrit,Olivier,mais,quelque part il cautionne cette formule »trompeuse »…alors qu’une bonne critique aurait été plus constructive,non?…sinon les promoteurs vont croire qu’ils touchent au but!
    Écrit par : Gérard Bacle | 19/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • J ai essayé de comprendre ce que je voyais et de partager. Cette formule reste pour moi un challenge technique qui s inscrit dans une tendance de fond.
    Quant au spectacle… D accord avec Johnny. Mais à part sous la pluie, y a t il des courses de F1 palpitantes à Monaco ?…
    Écrit par : Olivier Rogar | 19/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • monaco n’est plus adapté au comportement des voitures actuelles qui ne tolerent pas les acrobaties…sur un circuit d’acrobates!
    Écrit par : Gérard Bacle | 19/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Au fait, il devrait y avoir beaucoup de photos dans cet article. Mais un bug les a virées. Je verrai ça demain.
    Écrit par : Olivier Rogar | 19/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Les onze commentaires ci-dessus sont extraits de l’échange qu’on a eu sur FB.
    Écrit par : Olivier Rogar | 19/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Merci Olivier pour ce reportage concernant la Formule E à Monaco .
    Je me pose la question suivante après avoir suivit cette épreuve :
    Quelle serait la réaction de tous les anciens pilotes de F.1 s’ils
    avaient eu la possibilité de pouvoir assister à cette première course de Formule E sur une partie seulement de ce mythique circuit?
    Cette question restera sans réponse , mais chaque fanatique de sport automobile gardera en lui sa propre opinion , son propre jugement sur cette curieuse et nouvelle discipline du sport automobile.
    Écrit par : François Blaise | 19/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Je vais prendre le contrepied …!!!!
    Je suis pour la Formule E , car on sait de quoi on parle , libre à chacun d’y trouver un intérêt.
    En même temps le WEC , avec sa technologie moderne , nous ramène aux bonnes courses d’endurance des années 60/70 ( Indice et catégories différentes ), tout cela est très bien .
    Mais il faut nous rendre la F1  » bruyante et puante  » que nous avons tous connue , une place pour chaque chose..
    Je vous renvoie aux essais de 500 miles d’Indianapolis en ce moment ,des moyennes de 360 km/h sur le tour , ne me dîtes pas que les américains ont tout compris ?
    Écrit par : Marc Gualtieri | 20/05/2015
    Répondre à ce commentaire

    Répondre
  • Ping :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.