Jean-Pierre Beltoise par le professeur Reimsparing

 Désolé, M’sieur Beltoise

Patrice Vatan nous a relayé la proposition de celui qui était connu sous le nom de  « Professeur Reimsparing » sur « Mémoire des Stands », de reprendre cette note du 26 avril 2011. Nous nous sommes empressés d’accepter pour partager et repartager avec nos lecteurs ce beau document.  Merci à eux, d’avoir eu la générosité de penser à nous. Eux dont on peut penser avec tristesse, mais non sans plaisir, qu’ils n’ont pas fini de parler de « lui ».

 Classic COURSES

2.jpgNotre envoyé spécial attitré sur le terrain, toujours habile à recueillir les confidences,  nous a révélé que vous vous étiez récemment exprimé en ces termes à propos de MdS : « Ceux-là, ils n’arrêtent pas de parler de moi… » Eh bien, on va continuer, si vous le permettez, d’autant que la date de ce jour y invite. Mais rassurez-vous, ni les modestes photos d’amateur ici proposées, ni les commentaires, un brin naïfs mais sincères, qui les accompagnent, ne risquent de concurrencer votre dernier bouquin. [1]

Reims

1965 : Celle-là, en ouverture, on l’a déjà vue, et pas seulement sur MdS… Mais dans la mesure où j’en suis l’auteur, je peux me permettre de la remettre à la une, car elle symbolise l’événement fondateur de la carrière de JPB, en même temps que le « renouveau de la course automobile en France », comme on disait à une époque (et à très juste titre).
On ne manquera pas d’y reconnaître, non pas Maître Folace (sans les moustaches), mais Toto Roche, lequel semble faire rempart de son corps imposant pour protéger le nouveau héros, tandis que « notre directeur » Jean Lucas (2e des F2 ici-même, en 57, mine de rien) sécurise le terrain à l’avant, avec son autorité coutumière. Pour le fun, les deux mêmes, sans JPB (un seul être vous manque…).

3.jpg

1968 : Heureuse époque où l’on pouvait, sans laissez-passer, frôler les monoplaces sur cette voie chargée d’histoire et modestement asphaltée, qui, du paddock, menait vers la fameuse barrière donnant accès à la piste, entre le Pavillon André Lambert et le début de la rangée des stands (quelle mémoire !). L’image est un peu surexposée, mais on devine JPB déjà entré dans un monde inaccessible au commun.

4.jpg

1968 : Sortie du Thillois, aux essais. La Matra, bien en ligne, s’apprête à dévaler la longue ligne droite où l’attend le verdict du chronomètre. Ce qui m’avait frappé, c’était la manière ultra rapide, presque rageuse, avec laquelle JPB montait ses vitesses. Pourtant, la boîte tiendra, c’est un problème de bougie qui lui fera perdre un tour et gâchera sa course.

5.jpg

1968 : Avant-dernier départ de JPB à Reims (inutile d’identifier les collègues qui l’entourent, je pense ?). En guise de clin d’œil au TTDCB, qui apprécie les liens avec l’actualité, rappelons que le meeting rémois avait, cette année-là, été déplacé en septembre pour cause d’événements imprévus (?) survenus en mai. Nous avons vécu il y a peu une situation similaire avec le GP de Bahrein, mais la comparaison s’arrête là, car, d’une part, l’état de la planète n’a évidemment plus rien à voir, d’autre part, on peut penser que les organisateurs dudit GP, s’il vient à être rétabli, n’auront pas, eux, à craindre une diminution du nombre des spectateurs pour cause d’ouverture de la chasse…

6.jpg

1969 : Dernier départ de JPB à Reims (même observation que précédemment), pour une course qu’il ne terminera pas, une pierre ayant brisé ses lunettes et provoqué un hématome à l’œil gauche.

Spa

7.jpg

1968 : A l’attaque de l’Eau Rouge, sur la Matra V12, prochaines stations (mais pas d’arrêts : personne ne descend SVP) : Burnenville, Malmédy, Masta, Stavelot. Il fallait en avoir, des… du courage, ici, notamment lorsque l’on y débarquait en F1 pour la première fois.

1970 : Tiens, justement, on se retrouve entre Masta et Stavelot, là où, comme presque partout ailleurs, c’était à fond absolu. Pas franchement belle, la Matra F1, mais quelle gueule. Et la sirène du V12 à plein régime, que l’on entendait venir de très loin, d’autant que, juste derrière, l’ami Pescarolo faisait donner à la sœur jumelle tout ce qu’elle pouvait. Instants magiques, inoubliables. Je possède un exemplaire de cette même photo, signé, lors d’un stage de conduite à Trappes [2], par JPB, lequel avait bien voulu me confier que lorsqu’ils abordaient un nouveau tour du terrible circuit belge, ses collègues et lui se demandaient toujours s’ils y survivraient…

Ring

 9.jpg

1968 : La Matra V12 du côté de Brünnchen, durant les essais, sur une piste déjà bien humide. On sait que la course fut disputée dans des conditions dantesques. JPB, accidenté, connaîtra moins de réussite que deux ans auparavant, lorsque, par un temps à peine plus clément, il avait amené sa Matra à une superbe huitième place et à la première des F2.

10.jpg

1969 : Toujours les essais, mais, cette fois, JPB négocie la Nordkurve qui faisait suite à la ligne droite de retour derrière les stands. Autrement dit, il lui reste à affronter plus de 170 courbes ou virages… On remarque la nudité quasi parfaite du V8 Cosworth, dont la pudeur n’est protégée que par un aileron arrière bien discret. Le photographe, lui, n’était pas le roi du cadrage. Mais tout rapprochement avec la contenance des bocks de « helles Bier » généreusement servis dans les immenses restaurants formant la base des Haupttribüne serait le fruit d’une imagination débridée et tendancieuse.

11.jpg

12.jpg

1972 : Le cadrage de la photo NB, prise juste après les derniers stands et avant la Südkurve, tendrait peut-être à prouver que la taille des bocks n’avait pas varié… Mais c’était tout de même plus facile de face, et cela permet d’apprécier, en couleurs, la précision millimétrée avec laquelle JPB touche le point de corde.

Retour en France, maintenant, sur d’autres circuits où JPB a laissé son empreinte.

Montlhéry

1970 : Aux 1 000 kilomètres, JPB partageait le volant de cette Matra à queue courte avec son compère Pescarolo. Mais c’est la queue longue menée par Cevert et Brabham qui l’emporta.

14.jpg

En tout cas, cette machine à la fois trapue et harmonieuse, vue ici à l’épingle du Faye, était impressionnante, presque inquiétante de puissance contenue, et, pour tout dire, intimidante lorsqu’elle offrait sans complexe à la vue des spectateurs béats son arrière dépourvu d’artifices.

13.jpg

Rouen

15.jpg16.jpg

1968/1971 : Dans le premier droite de la descente, le même pilote, au volant de la Matra F1 puis de la Pygmée F2. Des constructeurs français, certes, mais bien différents, ce qui souligne, même si cela frise la banalité de le rappeler, la variétéde la carrière de JPB, et sa disponibilité pour ceux qui partageaient sa passion.

Charade

17.jpg

1969 : Epine, épingle, pardon, Louis Rosier, au cours des essais. Tiens, c’est peut-être le moment de jouer les connaisseurs, en procédant à une petite comparaison avec la même voiture, telle qu’elle disputa le GP d’Allemagne un mois plus tard. Ce qui frappe, évidemment, c’est qu’il y a ici un capot arrière et que l’aileron est nettement plus affirmé. Mais il convient d’observer également l’absence du sticker Elf à gauche du numéro, sur la voiture vue au Ring, et le fait que le sticker Autolite se trouvait à droite de ce même numéro à Charade et devant la roue avant au Ring. J’imagine que ces deux décisions avaient fait, entre les deux GP, l’objet d’interminables briefings, voire débriefings. Non ? Ah bon !

18.jpg

1969 : Départ ! Cette fois, le cadrage défectueux n’a rien à voir avec la boisson locale. C’est seulement que les réflexes de JPB étaient (et demeurent) infiniment plus rapides que ceux de votre serviteur, qui en douterait ?

19.jpg

1970 : Il faut bien reconnaître que l’année précédente, captivé que j’étais – comme tout le monde – par le formidable duel entre Jacky Ickx et JPB, j’en avais oublié de l’immortaliser. Du coup, ils se trouvent ici réunis… un peu tard (et le Belge ayant changé de monture), mais mieux vaut tard que jamais, paraît-il.

20.jpg

21.jpg 22.jpg

1970 : « Comment négocier l’épingle Louis Rosier », en trois phases et sans phrases, sauf tout de même pour souligner, une fois encore, la « gueule » incroyable de la Matra F1 de cette année-là.

23.jpg

24.jpg

1972 : Entre le virage du Pont et les S de Thèdes, durant les essais. Là, je me demande si je n’en ai pas un peu trop fait, en associant une nouvelle fois Jacky Ickx et JPB. Mais après tout, je n’y étais pour rien s’ils se côtoyaient de nouveau. De toute façon, ils composaient la moitié de mon petit cénacle personnel. Et puis, ce fut un épisode assez amusant. Jacky Ickx suit JPB. Jacky Ickx est arrêté et JPB semble ralentir pour venir aux nouvelles. JPB s’arrête à temps, d’extrême justesse ! (Cela arrive aux meilleurs). Décidément, on ne s’ennuyait pas à Charade, en 72.

25.jpg

26.jpg

1972 : Déjà, le futur se dessine. L’année suivante, ces deux là seront coéquipiers chez BRM mais c’est au pilote au casque rouge que l’écurie de Bourne servira de tremplin pour intégrer la Scuderia (bien aidé, il faut le dire, par l’invraisemblable tournure des événements ayant privé JP Jarier de ce volant).

J’ai continué à fréquenter les circuits quelques années, mais j’utilisais surtout une caméra super-huit, puis j’ai cessé de filmer et de photographier. Fin, donc, de cette petite randonnée au sein d’une carrière exemplaire dont je fus, de temps à autre, un témoin privilégié.

Merci, Monsieur Beltoise …

Professeur Reimsparing

[1] Jean-Pierre Beltoise « Mon album photo », éditions l’Autodrome, Saint-Cloud, 2011 :  Le complément idéal en est l’ouvrage de Johnny Rives paru en 1973 sous le titre Beltoise Le roman d’un champion, dont le chapitre introductif, à savoir le récit du premier tour à Monaco en 72, vu du cockpit de la BRM, est un morceau d’anthologie inégalé à ce jour.
[2] Ledit stage assorti d’une brillante démonstration, par JPB himself, du bien-fondé de la règle d’or issue de son expérience de la vitesse maîtrisée et que devrait respecter tout conducteur lambda : regarder loin devant et anticiper.

Images © Professeur Reimsparing

Texte du 26 avril 2011  publié par Mémoire des Stands

Johnny Rives

Johnny Rives entre au journal l'Équipe en juin 1960 pour y devenir le spécialiste des sports automobiles. Il commenta les grands-prix de Formule 1 sur TF1 avec Jean-Louis Moncet, Alain Prost, et Pierre van Vliet de 1994 à 1996. Johnny Rives a encouragé le démarrage de Classic COURSES auquel il collabore depuis le début.

Johnny Rives has 169 posts and counting. See all posts by Johnny Rives

5 pensées sur “Jean-Pierre Beltoise par le professeur Reimsparing

  • Tous les témoignages sur la carrière de Jean-Pierre Beltoise (qu’Henri Pescarolo n’a pas hésité à qualifier de meilleur pilote de course français de l’histoire) sont appréciables. Ce sont des témoignages précieux. Indispensables. Celui-ci en est un exemple parfait.
    Écrit par : Johnny Rives | 14/01/2015

    Répondre
  • Les « ceusses » qui ont connu cette époque ont décidément beaucoup de chance. Désolé de me répéter. Même si je sais que messieurs Rives et Beltoise ont aussi connu les inepties de la guerre d’Algérie, qui les a beaucoup marqués et dont ils se seraient forcément bien passés. Merci professeur, merci CC, merci à l’histoire et aux gardiens du temple.
    Écrit par : Flugplatz | 14/01/2015

    Répondre
  • C’était de « lui » dont nous parlions en ce jour de mai 73 au moment d’embarquer dans le Fokker affrété par Sport Auto pour permettre à une poignée de « fanas » (selon la terminologie crombaquienne) d’assister au GP de Monaco, où « Il » rééditerait à n’en pas douter sa perf de l’an passé.

    « Lui » sans la victoire de qui nous n’aurions pas été là, serrés comme des sardines dans l’antédiluvien appareil à hélices. Nous, c’était un groupuscule de 4 individus aussi disparates que possible mais réunis dans une communion identique, 4 personnages qui se rencontrèrent à cette occasion et dont deux d’entre eux seraient à l’origine, 42 ans plus tard de la création de Mémoire des Stands, le père de Classic Course.

    Silhouette sombre mise d’un costume de bon aloi, un imperméable en sautoir – dame l’an dernier il pleuvait comme vache qui pisse – un air réservé, celui chez qui perçait déjà un peu du futur Professeur Reimsparing tranchait d’avec ses compagnons de vol, eux plutôt gesticulant, se jetant des noms de pilotes à la figure comme des drapeaux de reconnaissance, vêtus comme à guignol de blousons chamarrés aux couleurs d’un cigarettier anglais ou d’un constructeur hexagonal basé à Vélizy.

    Le silence se fit lorsque notre voisin de rangée, le futur ex-Pr Reimsparing extraya de son sac un livre où figurait un casque bleu souligné d’un titre « Beltoise le roman d’un champion ». Il en commença la lecture à voix haute : « Trente seconde. le cercle épais du volant ».

    Le livre de Johnny Rives venait à peine de sortir, c’était quasiment un prototype que ce « fana » d’un autre genre tenait entre ses main. Du coup une sorte de respect distancié s’installa ce jour-là. La distance s’est effacée au fil du temps, pas le respect.

    Tout ça, nous le devons à « Lui »
    Écrit par : Patrice Vatan | 14/01/2015

    Répondre
  • Cher TTCB, cher Patrice VATAN,

    C’est une triste circonstance qui me permet de vous lire à nouveau. Je le fais d’autant plus complaisamment que je m’inquiétais depuis quelques temps de votre silence obstiné. D’ailleurs, pourrais-je un jour vous pardonner d’avoir fermé votre échoppe, pourtant à l’abri d’une quelconque banqueroute?! Bien heureusement, d’autres boutiquiers inspirés et émérites ont depuis repris le fond de commerce avec talent, même si je remarque que quelques belles plumes et grands témoins font avec vous œuvre de ce lourd silence qui pèse, tant leurs témoignages et leur éclairage me/nous manquent. Mais après tout, je me fais un peu plus rare également, le temps faisant défaut. Aussi je saisis un peu de cet instant pour vous remercier d’avoir permit la publication de cette note du Professeur que je n’avais pas oubliée, même si il est impossible aujourd’hui d’avoir accès aux archives de MdS. La pertinence perdue du Professeur et la privation de son fond photographique participent de la même manière à cette mélancolie qui m’étreint parfois à l’évocation de ces belles notes que nous avons partagées chez vous et notamment avec celui qui a précipité votre inéluctable décision.

    Nous appartenons fort heureusement ou malheureusement à cette génération qui a connu cette fantastique période du sport automobile dont Jean Pierre BELTOISE fut non seulement l’un des grands animateurs mais l’un de nos héros. La chance et l’époque nous ont autorisés, dans les conditions que vous évoquez, à approcher d’un peu plus près ces idoles que nous avons bien souvent considéré comme les êtres familiers d’un univers cependant hors de notre portée. La disparition de Jean Pierre BELTOISE nous ramène tristement à la singulière réalité de notre existence. Comment imaginer qu’il soit parti, lui le survivant, alors qu’il y a si peu de temps, nous courrions à la rencontre de ces braves, au travers de quelques accès interdits et portes dérobées d’un autodrome dont les sésames n’avaient plus de secret pour nous. Mais, c’était il y a plus de quarante ans. Et pourtant, ces fabuleuses sonorités de moteurs poussés à l’extrême continuent de résonner dans le tréfonds des cerveaux de ces adolescents que nous fûmes. Les odeurs d’essence et de gommes chaudes nous habitent encore. En même temps que cette musique pop/rock qui collait si bien à ce décor et cette ambiance que nous pensions émancipée et dont nos héros étaient en quelque sorte un prolongement, un aboutissement. Ne partageaient-ils pas les mêmes rouflaquettes et cheveux longs . Joyeuse époque bénie dont JPB était l’un des plus charismatiques symboles ! Mais, c’était il y a plus de quarante ans !

    Juste pour terminer, une petite anecdote mais qui prend soudainement tout son sens. En 1969, mon cher père fut invité par l’écurie Matra à venir suivre le Grand Prix d’Espagne à Barcelone. Bien que peu intéressé par le sport automobile mais n’étant pas totalement ignorant de mon inclination pour cette discipline, il me rapporta deux magnifiques portraits en noir et blanc, dédicacés au feutre rouge, de Sir Jackie STEWART et Jean Pierre BELTOISE. Ces belles photos ont voyagé au fil des années dans mes cartons, reléguées parmi tant d’autres au rang d’archives plus ou moins vivantes. Je pris enfin la décision quelques jours avant ce dernier Noel de faire encadrer soigneusement ces deux effigies afin de les avoir définitivement et quotidiennement à portée de vue. Puisse Monsieur BELTOISE me permettre d’en avoir été bien inspiré.

    Cher Patrice VATAN, nous ne sommes pas loin de ressentir une semblable émotion.

    Bien à vous.
    Écrit par : Daniel DUPASQUIER | 16/01/2015

    Répondre
  • Professeur, on avait presque oublié l’élégante décontraction de votre prose.
    Il va sans dire que cette livraison tardive est d’un tout autre calibre que ce que l’on trouve sur le commun des blogs.
    Ne vous faites plus désirer et revenez donc nous pondre quelques nouvelles chroniques.
    Écrit par : ferdinand | 18/01/2015

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.