F1 2014 : Le billet de Johnny Rives – Abu Dhabi 19

HEUREUSEMENT TOUT S’EST BIEN TERMINÉ !

 Un peu de fiction. Pour le fun, comme disent les plus jeunes. Rosberg et Hamilton sont en première ligne au départ du Grand Prix d’Abu Dhabi, épreuve décisive pour le titre de champion du monde. Hamilton a pris la précaution de faire un simulacre de départ en quittant son stand. Ça lui a permis d’affiner opportunément l’enchaînement automatique des manœuvres.

Johnny Rives

C’est ainsi qu’il a surpris son équipier qui était pourtant en pole position. Tandis qu’Hamilton s’envole, Rosberg a toutes les peines du monde pour s’assurer  la deuxième place. A tel point qu’en un demi tour, Hamilton réussit à creuser un écart qui le place hors de portée de son rival. Quand arrive enfin l’autorisation d’utiliser le DRS en ligne droite, Rosberg avec plus d’une seconde de retard ne peut en profiter. Derrière les deux Mercedes qui s’envolent à leur bonne habitude, Massa conduit brillamment la chasse avec son étonnante Williams.

 Après 20 tours, l’écart entre les deux Mercedes se situe autour des deux secondes et demie. C’est rien. Mais beaucoup aussi. Car Rosberg ne peut toujours pas recourir à son DRS pour gagner les précieux kilomètres/heure qui lui permettraient de rejoindre Hamilton. Soudain surprise ! 23e tour : Hamilton semble avoir manqué un freinage. La Mercedes n°44 fait un large détour sur un dégagement de la piste. « Quelque chose s’est déréglé ! s’exclame Hamilton dans sa radio. J’ai perdu de la puissance » Rosberg est déjà dans ses roues. Il le dépasse aisément dans la première ligne droite.

« Qu’est-ce que je dois faire ? » implore Hamilton.

« On vérifie tout, lui répond son stand. Essaye de continuer aussi vite que tu peux ! »

Hélas, le stand Mercedes sera impuissant. Le système de récupération de l’énergie est défaillant. Rien à faire… « Essaye de poursuivre ainsi. Si tu parviens à te classer 2e c’est toi le champion du monde ! » Hamilton le sait très bien. D’ailleurs il préfère ne pas répondre. Une caméra embarquée montre son regard d’une intensité terrible. Mais ses efforts seront vains. Pendant que Rosberg s’envole vers une victoire irrésistible – à moins que son ERS ne subisse le même sort que celui d’Hamilton – on songe aux propos de Toto Wolfe, juste avant le départ :  « Nous avons concentré tous nos efforts pour préparer au mieux nos deux F1. Dans l’espoir que nos deux pilotes règleront leur rivalité d’égal à égal sans qu’une défaillance technique sur une des voitures ne fasse la décision. » On ne doute pas un seul instant de la sincérité de ce voeux pieux. Hélas, et cela depuis que la course existe, les hommes proposent mais la mécanique dispose. De plus en plus en difficulté, Hamilton ne résistera pas au retour de Massa. Il sera même débordé par la plupart de ses poursuivants.

Son staff technique s’apitoie sur son sort : « Tu devrais rentrer au stand, we are so sorry, » communique sa radio. Mais Lewis se défend : « Non !non ! je ne veux pas rendre les armes, je veux finir la course. – OK, nous respectons ton choix, tu es courageux ! »

Finalement classé 14e derrière les deux Français Vergne et Grosjean, Hamilton ne pourra pas dissimuler sa déception. Néanmoins il tiendra sportivement à féliciter Nico Rosberg pour son couronnement inattendu. Qu’il qualifiera même, élégance suprême, de « mérité ».

Evidemment, nous avons échappé à ce scenario fantaisiste. On ajoutera même : heureusement ! Car outre le fait que, dans ce cas là, il aurait fallu encenser un champion du monde comptant moins de victoires (6) que son dauphin (10), on n’ose imaginer les commentaires suspicieux qu’aurait entrainé une telle panne. Heureusement, elle n’a pas affecté Hamilton mais Rosberg. Si bien que la saison s’est achevée par la victoire du plus méritant (11 victoires à 5) à la satisfaction générale. Tout est bien qui a bien fini.

En écrivant pour CC.png

Les félicitations adressées à Lewis Hamilton sont quasiment unanimes. Quant à la panne ayant enrayé les derniers espoirs de Rosberg, personne ne songe à l’évoquer. Dans le cas inverse – imaginé ci-dessus – il en aurait été tout autrement, gageons le !

 Curieusement, le final d’Abu Dhabi, bien qu’il ne se soit pas écarté tant que cela du scenario habituel – à la panne de Rosberg près – ne nous a pas semblé aussi léthargique qu’en d’autres circonstances cette saison. C’est peut-être ce qui a incité tant Alain Prost que Jean Alesi de se montrer satisfaits d’avoir vécu un saison de F1 « passionnante » (sic). Nous avons quelque mal à les suivre sur ce plan, avouons le. Malgré les remarquables coups d’éclat réussis ici ou là par Daniel Ricciardo (qui s’est adjugé trois victoires on ne sait plus trop grâce à quel miracle !) Hamilton et Rosberg ont été beaucoup trop seuls en 2014.

 Fernando Alonso, qui ne leur est certainement pas inférieur, n’a jamais été en mesure de rivaliser avec eux. Les Ferrari ont accompli une saison aussi piètre qu’en 1993 – ça n’est pas nous qui le disons, mais les statistiques.

 A l’époque leur sauveur avait été Jean Todt qui, après avoir fait triompher Peugeot en rallyes, puis en rallyes-raids et enfin en endurance, avait été appelé à la rescousse par Maranello. Deux mois après qu’il ait pris les commandes de la Scuderia, Gerhard Berger nous avait dit : « Quand j’ai su que Jean Todt arrivait chez nous j’ai eu peur qu’il constitue avec Jean Alesi et quelques ingénieurs provenant eux aussi de Peugeot une sorte de « mafia francese ». Maintenant que je le vois travailler depuis deux mois, je peux affirmer que s’il y a une personne au  monde capable de replacer Ferrari sur les bons rails, c’est bien lui, Jean Todt. »

 Hamilton drapeau.jpgMais on n’est plus en 1993… Jean Todt a vieilli, il a pris d’autres fonctions. Sera-t-on capable chez Ferrari de mettre la main sur son alter ego ?

 Fernando Alonso doit en douter. Puisqu’il est allé jusqu’à rompre le contrat qui le liait à Ferrari. Une aubaine pour Ron Dennis, pour McLaren et pour Honda. Qui nous laisse espérer que Rosberg et Hamilton ne résumeront pas à eux seuls les Grands Prix de 2015. Et qui sait si, les sévères leçons de 2014 une fois digérées, Renault ne mettra pas à la disposition de Red Bull, donc de Daniel Ricciardo, un moteur enfin plus proche de l’impressionnant Mercedes.

 Une bataille à quatre pour le prochain championnat de F1 ? On signe sans hésitation pour qu’ Alonso et Ricciardo disposent d’arguments convaincants face à Hamilton et Rosberg. Sans oublier que Valtteri Bottas doit guetter avec espoir la confirmation du redressement des étonnantes Williams.

 Et Vettel et Raïkkonen dans tout ça ? On laissera à nos amis lecteurs le soin de sonder une boule de cristal pour anticiper sur leur avenir…

Illustrations
Illsutration 1 : Podium Abu Dhabi 2014 @ DR
Illustration 2 : Johnny Rives @ Lysiane Rives
Illustration 3 : Lewis Hamilton @ DR

Johnny Rives

Johnny Rives entre au journal l'Équipe en juin 1960 pour y devenir le spécialiste des sports automobiles. Il commenta les grands-prix de Formule 1 sur TF1 avec Jean-Louis Moncet, Alain Prost, et Pierre van Vliet de 1994 à 1996. Johnny Rives a encouragé le démarrage de Classic COURSES auquel il collabore depuis le début.

Johnny Rives has 156 posts and counting. See all posts by Johnny Rives

9 pensées sur “F1 2014 : Le billet de Johnny Rives – Abu Dhabi 19

  • Bonjour Monsieur Rives,
    Je lis toujours avec grande attention et avec une estime inconditionnelle, les commentaires et éclairages que vous diffusez sur votre blog.
    J’avoue ne pas comprendre les dernières lignes de votre « scénario imaginaire » ni même la raison souterraine qui vous a poussé à nous pondre ce scénario. j’y décèle une sorte « d’understatment » que je voudrais que vous confirmiez ou infirmiez mais ne me laissez pas comme ça 🙂
    A vous lire, on dirait que les dés étaient jetés, que le team Mercedes a choisi son camp (après Spa – cfr. le post de Mr. Rivière), et que le Big Business (Ecclestone, CVC, les télés, etc.) considère que la victoire finale d’Hamilton est plus « bankable » en termes d’opportunité commerciale.
    J’avoue que le doute m’assaille à ce sujet, que d’autres « grands sports » (vélo, foot, boxe, etc.)nous a montré que rien n’est impossible dans ce bas monde.
    Dîtes-moi que je déraille, que je ne sais pas lire,que j’ai l’imagination débordante, que sais-je.
    J’ai envie de croire que malgré le « big business, les enjeux financiers, etc., ça reste un sport et qu’à la fin, le meilleure l’emporte. Comme quand j’étais petit:)
    Cordialement,
    Écrit par : toots | 25/11/2014

    Répondre
  • Bonjour Monsieur Toots

    Voici une info picorée sur le web :

    « Lors de son tour de rentrée aux stands, après le drapeau à damier, Mercedes a demandé au Britannique de taper la commande ‘default 44’ sur son volant.

    Une image est alors apparue sur l’écran LCD intégré au volant de sa Flèche d’argent – à la surprise du tout nouveau double champion du monde de Formule 1.

    Il s’agissait d’une photo prise lorsque Hamilton évoluait en karting et sur laquelle Mercedes avait pris soin d’inscrire les noms de tous les pilotes à avoir remporté le championnat de F1 à deux reprises : Jim Clark, Graham Hill, Emerson Fittipaldi, Alberto Ascari, Fernando Alonso, Mika Häkkinen et… Lewis Hamilton. »

    Fin de citation.

    C’est seulement si Mercedes venait à prétendre au cours de la période qui s’ouvre que le titre de champion du monde des conducteurs 2014 a été attribué à Lewis Hamilton par défaut que vos soupçons de machiavélisme pourraient être fondés.

    Car voyez-vous, Monsieur Toots, toutes vanités mises à part vous êtes maintenant un grand garçon !
    Écrit par : Jumanfan | 25/11/2014

    Répondre
  • Cher M. Toots, J’ai simplement voulu écrire que si la panne de Rosberg était arrivée à Hamilton, elle aurait fait couler bien plus d’encre. Là, elle s’est produite du mieux possible – puisque le « meilleur » a gagné. Personne n’a eu à s’étendre dessus et c’est très bien ainsi. Cela dit, je voulais m’amuser un peu (et amuser ceux qui me font la bonté de me lire) en écrivant ce scenario. Vous concernant, j’ai donc échoué. Tant pis. Je ne vous promets pas pour autant de faire mieux la prochaine fois.
    Écrit par : Johnny Rives | 25/11/2014

    Répondre
  • La preuve qu’est fictive la première version que Johnny Rives nous a proposée du grand prix d’Abou Dhabi est que la parole y est donnée à un certain Toto Wolfe. Il va de soi que ce dernier ne saurait avoir un rapport avec le loup autrichien Torger Christian Wolff qui se fait appeler Toto Wolff quand il dirige l’équipe Mercedes de formule 1.
    Écrit par : Jumanfan | 25/11/2014

    Répondre
  • je connaissais l’écrivain du « bucher des vanités » mais il s’appelle Tom:) on ne saurait y voir un quelconque lien! Si? Je suis vraiment trop con!!!
    Écrit par : toots | 25/11/2014

    Répondre
  • Quel talent, Bravo, Johnny pour ce papier que j’ai savouré !
    Écrit par : Dominique Chesnais | 25/11/2014

    Répondre
    • Duvido que fiquem uma equipa muito forte porque a Omega tem claramente melhor equipa este ano mas grande parte dos seus valores como Van den Broeck ou Vanendert ficarao com a Lotto em vez de ficarem com a Omega/Quick Step.Alem destes penso que o Gilbert, esse sim, seria uma grande reforço quer na Lotto quer na Omega/Quick Step onde se juntaria a Boonen como referencia da equipa, ate porque sao os ciclistas belgas mais mediaticos.

      Répondre
    • I am pregnant with my third baby. I have bad back problems, I was born with a disk missing out of my lower spine, so I have battled back pain my whole life. With my first two pregnancies I had no back pain, all of the pain I had to deal with on a daily basis was gone. But now with this baby I have extra pain. I have had it pretty much my whole pregnancy, I am 19 weeks. So I am thinking it will continue. Good luck with the rest of your pregnancy!!!!!

      Répondre
  • Je crois vous lire entre les lignes…

    Et je partage ce que vous effleurez, cette saison n’a pas été passionnante (Sauf si on excepte certaines « passions »). Elle avait cependant quelques ingrédients comme ce nouveau moteur (Unité de puissance) et… quoi d’autre ?

    Rien.

    Ah si ! La limitation de la consommation, corollaire du précédent, assez judicieusement fait et qui en dépit des corneilles de début de saison n’a pas contenus les performances (Ou à l’extrême marge et pas plus qu’il y a 10, 20 ou 30 ans, après j’arrête). Ces mêmes corneilles qui nous ont rebattus les oreilles avec le « Bruit » des voitures qui s’est dissipé dans le cours de la saison, tempête dans un verre d’eau (Je l’entends revenir).

    Je regrette qu’il n’y ait pas de liberté de gestion des pneus (Certes, certes ces arrêt aux stands font un suspense frelaté que pilotent les ingénieurs). La technique et le sport (Si, si à la base la F1 était une discipline sportive à caractère spectaculaire et pas l’inverse) n’y perdrait pas.

    Je regrette que l’aérodynamisme de déportance (Pas celui de pénétration) nécessite toujours ce DRS, qui a eu des effets positifs eu égard à l’importance de l’aérodynamisme mais qui est une « surcouche » palliative, il suffit de regarder les ailerons avant. Du reste les difficultés de Räikkönen et de Vettel, outre la question de la récupération d’énergie par les freins arrières, ne sont elles pas aussi composées du déséquilibre des appuis entre cet avant hyper sophistiqué (Bien que réduit) et cet arrière très réduit ? Je souhaiterais qu’on se débarrasse du DRS et qu’on limite la trainée et ce qu’elle entraîne sur la voiture suiveuse.

    Je regrette aussi que, contre me semble t’il l’essence même de la formule 1 et de la compétition au sens large, il ne soit pas possible, autrement qu’à la marge, de faire évoluer la motorisation. C’est pour moi un non sens fondamental et une orientation rétrograde.

    Je regrette aussi qu’une approche « Spectaculaire » d’ailleurs fort discutable dans ses choix, prime des valeurs techniques et sportives. Cela paraît un truisme quand on l’écrit à propos de F1.

    Je ne mentionnerais pas ces intervenants qui ont su incontestablement faire évoluer la discipline et son audience qui désormais gagneraient à la poursuite de leurs interventions plus sous forme de consultation(s ?) pour ne pas parler du système de redistribution des bénéfices.

    Enfin je ne déteste pas que les pilotes épargnent à leur magnifique talents certains gestes en piste, déclarations politico-caractérielles (ou l’inverse) et exhibitions qui sont absolument nécessaires sur les scènes de concert Rock ou dans le show busines (Comme on dit en Français). Voilà me semble t’il un certain temps, depuis Mansell (?,) Hakkinen, Button que je n’ai pas vu de pilote « Classieux ».

    Si je suis un vieux con? Comment dire le contraire et qui peut le dire de lui même, tous âges compris comme le chante Bassens.
    Écrit par : Jules | 28/11/2014

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.