Le venin du Montjuich (*)

C’était le temps de l’alternance, de Silverstone ET Brands Hatch, de Charade ET du Paul Ricard, de Pompidou ET Poher, de Jarama ET Barcelona Montjuich. Après des années de strapontins sporadiques, l’Espagne tenait enfin son fauteuil d’orchestre dans le grand spectacle de la Formule 1 avec, cerise sur le gâteau, deux circuits à offrir au monde.

 

             Montjuich, Pierre Ménard, Mémoires de stands

 

D’un côté un tracé permanent récemment sorti d’un plateau pelé au nord de Madrid, moderne et sécurisé, mais s’apparentant plus à un circuit club qu’à autre chose. De l’autre, une montagne russe tracée dans la luxuriance végétale et architecturale du Parc de Montjuich surplombant la capitale catalane, avec un dénivelé pas piqué des hannetons et des enfilades rapides où il valait mieux savoir régler une auto au meilleur d’un compromis imposé par la topographie des lieux. C’est ce qui me revient en mémoire en ce beau week-end du mois d’octobre alors que je descends, Nikon au poing, la pente sinueuse et prononcée qui suit l’épingle de Miramar. Quand on s’est tapé auparavant l’interminable ligne (pas droite) des stands qui remonte depuis Sant Jordi jusqu’au freinage de Miramar en passant par la bosse traîtresse de l’Estadio, on se dit que les pilotes de l’époque ne volaient vraiment pas leurs dollars !

 

C’est bien ça qui l’a perdu d’ailleurs, ce fichu Parc de Montjuich : une sécurité bien trop aléatoire pour débouler à plus de 250 km/h entre des rails plus ou moins bien boulonnés sur une tracé où le mot terrassement n’était pas prévu au cahier des charges. Vous me direz, Monaco et le Ring de l’époque n’étaient pas non plus faits pour les estomacs mal accrochés. Mais le Rocher et l’Eifel, c’étaient des monuments historiques classés. Le Montjuich…

 

Montjuich, Pierre Ménard, Mémoires de standsDès la première édition en 1969, le tracé catalan avait prévenu : les deux Lotus s’y brisèrent les ailes, et Rindt faillit y laisser son visage, à défaut de sa vie. La fameuse bosse de l’Estadio ! Six ans plus tard, c’est encore elle qui fera décoller l’Embassy-Hill de Stommelen privée d’aileron arrière. Quatre morts, une bonne dizaine de blessés de l’autre côté des rails. Après la pantalonnade des essais tronqués suite au sérieux différend entre les organisateurs et les pilotes sur le (mauvais) montage de ces rails, le sort du Montjuich était définitivement scellé ! On irait se frotter les jantes en toute sécurité à Jarama (et encore : un quadruple champion du monde pourrait vous dire avec une réelle frayeur rétrospective qu’il est passé à côté du grand saut sur le petit autodrome castillan !).

 

On ne pourra jamais blâmer des pilotes de refuser de courir sur un tracé jugé inadapté : c’est quand même eux qui se mangent le rail au cas où ça ne veut pas tourner. On ne peut malgré tout s’empêcher de penser que ces tracés de la mort exhibaient souvent un charme vénéneux auquel le simple spectateur ne savait résister. L’air tiède de l’automne catalan me fait profiter sereinement de cet environnement paisible qui fut autrefois brûlé par la frénésie mécanique. Je suis des yeux la jolie Barcelonaise en jupette sur son petit scooter rutilant négocier prudemment le virage de Rosaleda avant de descendre tranquillement vers Font del Gat et le Pueblo Sec en contrebas. J’ai soudain en tête le bruit d’un Cosworth rageur qui encaisse un à un les rapports à la montée et j’imagine une fusée bleue et blanche à l’aileron haut perché dévaler la pente dans un tonnerre assourdissant, le casque blanc à tartan ondulant à peine au-dessus du cockpit.

 

 

Montjuich, Pierre Ménard, Mémoires de stands

C’était ça Barcelone Montjuich : du saute-mouton à plus de 200 km/h au milieu de cette verdure méditerranéenne et de ces palais plus hispanisants les uns que les autres, avec interdiction formelle de tutoyer les extérieurs sous peine de problèmes graves. Tracé attractif, mais ô combien dangereux. Il ne reste quasiment plus rien de ce passé tumultueux, si ce n’est les larges avenues aujourd’hui fréquentées par les cars de touristes. Le visiteur attentif repèrera néanmoins dans le bitume avant l’épingle de Miramar quelques vestiges des puits métalliques destinés à recevoir des rails de sécurité. Ces rails mal boulonnés qui ont tant fait couler d’encre lors de la dernière édition du Grand Prix en 1975…

 

Pierre MENARD

 

 

1 – Barcelona Montjuich, Estadio © Pierre Ménard

2 – Barcelona Montjuich, Mémoire des Rails © Pierre Ménard

3– Barcelona Montjuich, Palacio de Agricultura © Pierre Ménard

 

* : publié en 2008 sur le site Mémoire de stands

 

7 pensées sur “Le venin du Montjuich (*)

  • En décembre 2012 à l’occasion de Auto Retro Barcelona le circuit de Montjuich renaissait avec plusieurs plateaux dédiés aux courses historiques.Des étrangers venus parfois de fort loin avaient fait le déplacement avec leurs belles machines.Après la première série du matin les moteurs se sont tus car un pilote était violemment sorti de la piste blessant sérieusement des spectateurs.Dépités des concurrents repartirent sans avoir bouclé un tour et plus tard dans l’après midi, résignés on ne put voir tourner que quelques voitures sagement alignées derrière une voiture de police.La malédiction s’était à nouveau abattue sur le circuit du Parc en le condamnant définitivement à une seconde mort.

    Répondre
  • Si vous avez plus d’images, pourquoi ne pas les mettre en vis-à-vis de celles d’époque? Elles seraient encore plus évocatrices.

    Répondre
  • « 40 Años de historia del automovilismo en el Circuito de Montjuich », de Javier del Arco (Edit RACC)

    Répondre
    • superbe évocation de ce circuit à l’ancienne que j’ai essayé de retrouver et , deviner lors du dernier GP d’Espagne à Barcelone après les essais F1 du vendredi , j’avoue ne pas y être totalement parvenu .
      nous nous sommes consolés avec mon épouse ( qui il est vrai s’en fichait un peu ) dans un super restaurant « Martinez » , carretera de Miramar .
      La Formule 1 était alors un sport extreme et les pilotes des chevaliers qui nous faisaient rêver ,
      tout cela a bien changé , meme si le virus est toujours là .

      Répondre
  • Merci de votre nostalgique souvenir du « Mont des juifs » Mr.Menard et permettez-moi ajouter deux mots au sujet:
    Le massif rocher sauvage de Montjuïc fut urbanisé pour accueillir la grande Expo Universelle de 1929 ( jardinage dessin du maître français Forestier), dont divers palais de nations et pavillons monographiques sont toujours lá bien actifs.
    Dans le bref période republican, ses promenades virent les meilleurs coureurs el monoplaces du jour aux G.P. Penya Rhin (1933-1936).Cinq semaines avant l’éclat de la guerre espagnole, Nuvolari (Alfa-Romeo 12C) établit le record du tour en moins de deux minutes, fruit d’une bataille serrée pendant 80 tours. avec la M-B W25C, de Caracciola. Ce record sur le sinueux tracé montagnard de 3,79 km ne fut batú que 28 ans plus tard… par un grand motard italien.
    En 1946 debutà Pedralbes, l’autre circuit urbain de Barcelone que en 1951, vit J-M. Fangio, sacrer le premier des ses cinq titres.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.