La sÄ—paration

Jarama 70.JPG

Histoire étonnante. Histoire d’un dimanche aux courses. Histoire classique. Ce qui l’est moins, c’est que 43 ans après, un lecteur de blog tombe sur une revue dans laquelle il voit SA famille au bord d’une piste en flammes. Et l’extraordinaire est qu’il en transmette l’histoire à Olivier Favre.

Si vous ne croyez pas aux miracles, lisez… Si vous y croyez, il est temps de prendre du recul !

Classic COURSES

Mon père aurait bien voulu avoir un fils. Ne serait-ce que pour l’emmener sur les circuits pour voir des courses, sa passion. Au lieu de quoi il a eu deux filles ; des jumelles, en plus ! Il a quand même essayé de nous donner le virus, il nous a emmenées une fois.

Nous avions dix ans, ma sÅ“ur Isabella et moi. A sa grande joie, notre père Roberto avait été retenu pour aider à l’organisation du grand prix. Ca lui avait valu quelques billets gratuits et, comme le beau temps était annoncé, il avait dit à notre mère « emmène ta mère et les filles, je vous trouverai un coin tranquille et vous pourrez pique-niquer sur l’herbe. » Donc, le dimanche matin, il est parti tôt, avec un copain je crois ; et nous, plus tard, nous avons quitté Madrid serrées toutes les quatre dans notre petite Seat plus toute jeune. Une fois arrivées sur place, des portails grillagés se sont ouvert successivement et nous nous sommes retrouvées quasiment seules dans cette zone sans public.

La course a commencé peu après notre installation, je crois. Nous préparions le pique-nique. C’est notre grand-mère qui nous a dit qu’il se passait quelque chose. On s’est retournées Isabella et moi, mais on n’a vu que des flammes et une grosse fumée noire. En fait, je me souviens surtout de l’odeur quand le vent a tourné et porté la fumée jusqu’à nous. Nous n’avons pas compris ce qui s’était passé ; ce n’est que le soir que notre père nous a dit qu’il y avait eu une collision entre deux voitures, mais qu’heureusement les deux pilotes s’en étaient sortis sans grands dommages. Il nous a aussi demandé si la journée nous avait plu : « non ça fait du bruit, ça sent mauvais et on s’ennuie !  » C’est la réponse qu’on lui a faite en chÅ“ur ! En tout cas, d’après Maman. Parce que moi je n’avais aucun souvenir de cette journée. Du moins jusqu’à la semaine dernière. C’est drôle, j’avais complètement occulté tout ça. J’aurais même été capable de soutenir que je n’étais jamais allée sur un circuit. Ce qui est d’ailleurs presque vrai, puisque notre père n’a plus jamais tenté de renouveler l’expérience …, on peut le comprendre !

Jarama 70-détail.JPG

Et puis, la semaine dernière, mon fils Felipe est venu à la maison. Lui aussi est un passionné de courses. Dommage que son grand-père soit mort si tôt, ça lui aurait fait plaisir de voir la succession assurée … Bref, Felipe revenait d’un petit voyage en France et il m’a mis dans les mains un livre qu’il a trouvé là-bas. Il m’a juste dit : « regarde cette photo ; là, dans le fond, on jurerait une scène d’un album photo de ton enfance. Et pourtant elle a été prise à Jarama en avril 70 ! ». Et là, d’un seul coup, tout ce que je viens de vous dire m’est revenu. C’était bien nous, Isabella et moi, notre mère et notre grand-mère. A part elle qui regarde dans la direction de l’accident, nous paraissons complètement déconnectées de ce qui se passe non loin de nous. De ce qui se passe chez les hommes. Depuis une semaine, je regarde souvent cette photo et c’est à ça que je pense : une séparation hommes-femmes bien marquée. Vous me direz « quoi d’étonnant vu la société espagnole de l’époque ? » Certes, j’en conviens, Franco n’était pas spécialement féministe ! Mais cette photo ne m’évoque pas – ou pas seulement, en tout cas – l’Espagne d’alors. Au-delà de ça, elle me paraît assez représentative de la course automobile elle-même. Les hommes acteurs sur la piste, les femmes spectatrices ou au mieux figurantes, dans le décor. Quand j’ai dit cela à Felipe, il a commencé par me rappeler gentiment que je n’y connaissais rien. Oui, c’est vrai, et la course a dû évoluer depuis 1970, j’imagine. Mais peut-être pas autant que la société espagnole. Et sur ce point, Felipe ne m’a pas contredit. Il a préféré changer de sujet ; décidément, il me rappelle mon père !

Signé : Felipe pour Anna Maria Rodriguez Velasco

Recueilli et traduit par Olivier FAVRE

 

 

 

24 pensées sur “La sÄ—paration

  • Voila l’occasion de rendre un grand hommage a » MIKE THE BIKE »,pour son acte de courage durant ce GP.Qu’en serait-il aujourd’hui, avec la F1 moderne, oĂš il n’y a plus de hĂŠros?…. Heureusement, il reste encore la moto, mais pour combien de temps? JP

    Répondre
  • Mike the bike , c’ĂŠtait Ă  kyalami 73 lorsqu’il aida Regazzoni dans sa monoplace en feu…Ce qui ne retire rien au com de JP…

    Répondre
  • Mais de quel livre provient cette photo ?

    Répondre
  • Preciosa historia perfectamente contada. Recuerdo aquel dĂ­a, frente a la TVE en una de sus entrecortadas trasmisiones de la FĂłrmula 1

    Répondre
  • 43 ans plus tard, voir des Formule 1 passer un virage entre une boule de feu et des lances Ă  incendie maladroitement tenues par des gens pas prĂŠparĂŠs Ă  ce genre d’accident a quelque chose de totalement surrĂŠaliste ! Et dire qu’Ă  quelques mètres de lĂ , une famille mangeait paisiblement le chorizo apportĂŠ pour le pique-nique…

    Répondre
  • François Blaise ( trente annĂŠes commissaire de piste International et historien amateur ).

    Répondre
  • @ ditooracing : cette photo provient du livre retraçant la carrière de Jacky Ickx en images, paru en 2012 (texte : Pierre Van Vliet).

    Répondre
  • De mĂŠmoire un des derniers grand prix de Johnny Servoz…qui passa lui aussi près des flammes ce jour lĂ  sur sa Matra-Ford

    Répondre
  • Servoz avait fait 5ème sur une March de l’ĂŠcurie Tyrrell.

    Répondre
  • Dernier GP de Servoz en effet sur la March 701, il ne se qualifie pas au suivant Monaco oĂš il met fin Ă  sa carrière. Ce sont les Matra V 12 de Pescarolo et Beltoise qui passent juste après l’impact.

    Répondre
  • Sur la droite de la photo on voit Jacky Oliver tentant de sortir de sa BRM. Dans le livre, page suivante, une photo couleur montre Servoz-Gavin passant devant le brasier. On trouve aussi une vue terrifiante du casque brulĂŠ de Ickx, la visière calcinĂŠe.

    Répondre
  • Merci, Linas 27, pour cette rectification. Avant que mes archives, photos, documents finissent soit au mieux chez Emmaus, ou pire a le dĂŠcheterie; j’en ai fait cadeau, avant de casser la pompe d’injection. Maintenant,la mĂŠmoire me fait parfois dĂŠfault. 27, c’est pour Gilles????,

    Répondre
  • Merci, Linas 27, pour cette rectification. Avant que mes archives, photos, documents finissent soit au mieux chez Emmaus, ou pire a le dĂŠcheterie; j’en ai fait cadeau, avant de casser la pompe d’injection. Maintenant,la mĂŠmoire me fait parfois dĂŠfault. 27, c’est pour Gilles????,

    Répondre
  • PrĂŠcieux tĂŠmoignage, fort bien ĂŠcrit. OĂš ailleurs que sur Classic Courses pourrait-on trouver d’aussi jolis morceaux d’histoire de la course?

    Répondre
  • En fait donc, Anna Maria, Isabella, Felipe sont des produits de mon imagination, qui a commencĂŠ Ă  divaguer Ă  la vue de cette photo parue dans le livre rĂŠcemment consacrĂŠ Ă  Jacky Ickx. J’ai juste essayĂŠ de me mettre Ă  la place d’une Espagnole aujourd’hui quinquagĂŠnaire. Je suis d’ailleurs satisfait, alors que je connais peu ce pays et serais bien incapable de traduire trois lignes de sa langue, d’avoir rendu cette histoire crĂŠdible et suscitĂŠ quelques commentaires ĂŠlogieux, notamment le dernier ci-dessus qui m’a fait grand plaisir. Mais je tenais Ă  rĂŠtablir la vĂŠritĂŠ pour ne pas conserver l’arrière-goĂťt un peu amer que cette histoire me laissait en tĂŞte depuis sa mise en ligne. J’espère que les lecteurs de CC ne nous en voudront pas pour ce conte de printemps qui rappellera peut-ĂŞtre Ă  certains la fameuse phrase tirĂŠe du film L’Homme qui tua Liberty Valance : « Quand la lĂŠgende est plus belle que la rĂŠalitĂŠ, imprimez la lĂŠgende ».

    Répondre
  • Personnellement, je ne me sens pas lecteur « trompĂŠ », ce conte est tellement plus vrai que nature sur son fond de 70s GP que nous en avons ĂŠtĂŠ doucement attendris…C’est tellement bon de croire…Encore.

    Répondre
  • Bonjour, moi je trouve ça limite mauvais goĂťt … qui croire maintenant ?

    Répondre
  • Votre avis est respectable Ditooracing…J’en reviens au com de J.Rives, qui d’autre qu’un auteur de CC aurait remarquĂŠ sur la photo cette scène bucolique autour de la petite Seat alors qu’un drame semblait se nouer sur la piste puis en imaginer ce texte? En voyant Jacky Ickx hier sur le podium des 24Heures remettre une coupe et rendre hommage au pilote malheureusement dĂŠcĂŠdĂŠ au dĂŠpart samedi, je fais comme Francis Rainaut : « je vous salue Maria »…

    Répondre
  • LĂ  on fait du sensationnel tout juste digne d’AutoPlus.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.