Mon cousin : La MGB (*)

Le département du Lot est une région où l’on mange bien et où le soleil illumine généreusement les Causses arides. C’est un beau pays, mais tout dépend ce qu’on vient y chercher. Les belles mécaniques y sont rares, surtout pour un enfant sage en plein milieu des années soixante.

 1 MG Départ Course régularité 1968.jpg

 

 

Agé de onze ans en 1968, le petit garçon déroule tranquillement sa jeune vie dans la quiétude de cette sous-préfecture lotoise éloignée de – presque – tout : le progrès technique n’y arrive qu’en tout dernier ressort une fois le territoire français complètement desservi. La télévision couleur, la deuxième (puis la troisième) chaîne, le téléphone automatique, il faut les attendre longtemps dans le Quercy ! Quant aux voitures, seules les grandes marques généralistes bien implantées dans les contrées reculées ont le droit de citer. Le père du petit garçon ne jure que par les Peugeot : une 403, puis des 404, évoluant au gré des finitions qui traduisent l’ascension sociale de la famille. Chez le voisin, c’est la DS qui règne. La Pallas, avec ses phares qui tournent et ses suspensions qui font « pshhhht » lorsque son derrière se redresse. Le summum de la technologie ! Sauf qu’assis à l’arrière à l’assaut des lacets du Cantal, le fils du voisin gerbe son petit déjeuner à tous les virages. Il y a des Aronde et des R16 dans le quartier. Seul le vendeur de noyers qui roule en Mercedes fait un peu figure d’exception avec sa grosse allemande qui pue le gas-oil : ici plus qu’ailleurs dans l’hexagone, on roule tricolore et on en est fier !

Aussi, lorsque le grand cousin de Paris a débarqué un beau matin de printemps dans son petit cabriolet qui faisait un bruit du tonnerre, le petit garçon a ouvert grand les yeux.

 

– C’est quoi, comme voiture ? demande-t-il en faisant et refaisant le tour de la merveille aux roues à rayons.

– Une MG. Ça veut dire Morris Garage.

Le petit garçon trouve ça drôle d’appeler une voiture « Maurice Garage », surtout si c’est anglais comme lui a dit son cousin. Sa main droite caresse timidement la tôle de la portière tandis que la gauche fait écran au soleil pour lui permettre d’apercevoir à l’intérieur les sièges en cuir noir, et surtout ce volant en bois avec ses trois branches en métal ajouré avec à droite le court levier de vitesses émergeant du soufflet en caoutchouc. Dans la 404 de son papa, c’est tout en plastique et en bakélite, et le levier est au volant comme sur la DS du voisin, comme sur l’Aronde et comme sur la Mercedes du vendeur de noyers. Comme sur toutes les voitures, quoi !

– Tu veux faire un tour ?

La voix de son cousin le tire de sa rêverie. Sa tête s’agite en silence en signe d’assentiment.

 

 

2 MG Course régularité 1968.jpg

 

Le petit garçon a toujours eu l’impression de monter dans la 404, la DS, l’Aronde ou la Mercedes. A sa grande surprise, il descend dans la MG et se retrouve allongé à droite de son cousin qui le domine de sa forte stature et qui enclenche la première avec autorité. Fasciné et s’agrippant à la poignée de porte, le garçonnet ressent dans son corps tous les mouvements de la caisse et savoure avec délice les montées en régimes du moteur. Le cousin ne plaint pas l’attaque et joue du levier avec dextérité. La voiture bondit de virage en virage sur la petite route lotoise et le porte-clefs frappe alternativement le volant et le levier de vitesses au gré des changements d’appui. Ce qui étonne surtout le petit garçon est ce bruit d’accélération, bref mais net, à chaque fois que le cousin freine. Et il freine fort pourtant ! Sa jambe droite semble se tordre, on dirait qu’il pédale quand il freine. Il lui expliquera alors que c’est pour éviter de bloquer les roues arrière et que ça s’appelle le talon-pointe. Le petit garçon ne l’oubliera jamais.

 

Il n’apprendra que quelques années plus tard que son cousin est moniteur à Montlhéry, un circuit automobile à côté de Paris. Le garçonnet se fiche un peu de savoir où se trouve Montlhéry, tout ce qui lui importe est d’être là quand vient son cousin et sa fabuleuse voiture. De « descendre » dedans et d’attendre dans une excitation croissante que « ça » démarre ! L’année suivante, le cousin reviendra mais avec une auto différente, moins rigolote pour le petit garçon. Une Béhèmevé. Jamais entendu parler ! Il a acheté une voiture allemande triste, le cousin, et le petit garçon regrette déjà la petite anglaise. Mais bien vite, il va comprendre que cette Béhèmevé, c’est beaucoup plus violent que la MG. Il va aussi mieux comprendre ce que fait son cousin de ses week-ends à Montllhéry.

(à suivre)

 

Pierre Ménard

 

* : publié sur le site Mémoire de stands

 

 

3 MG Coupes de Paris 1968.jpg

 

 

 

Légendes photos :

1- Régularité Montlhéry 1968, André Lenoir MG B et Maurice Mestivier au drapeau © D.R.

2- Régularité Montlhéry 1968, André Lenoir MG B © D.R.

3- Coupes de Paris Montlhéry 1968, André Lenoir MG B n°80 © D.R.

 

4 pensées sur “Mon cousin : La MGB (*)

  • Pour le début de l’année, je vous promet une note sur ce sujet!

    Répondre
  • Quand je regarde votre site sur Safari tout va bien alors que quand j’ouvre le site avec Internet Explorer, j’ai tendance à rencontrer des soucis. Je souhaite simplement vous passer l’info! A part ça, excellent site!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.