Breaking

Accueil Rédaction

Bertrand Allamel

Auteur, formateur et conférencier. Titulaire d’un DESS Ingénierie Culturelle et d’un DEA de Philosophie économique. Il a pu analyser le monde de la culture depuis des postes d’observation privilégiés tels que machiniste, régisseur, organisateur, concepteur, consultant. Il écrit des articles et des livres sur divers thèmes, en son nom propre ou sous pseudonyme.
Il a fréquenté assidûment dès l’âge de 6 ans, le virage de la Rascasse, à l’époque où un pilote au casque jaune remportait ses premiers succès avec sa voiture noire et or. Observateur passionné du développement de la F1 moderne, il redécouvre l’histoire du sport automobile notamment grâce à l’Ecurie Automobile du Comminges, dont il est chargé de relations-presse.

Bertrand Allamel a rejoint Classic COURSES en 2015. C’est le benjamin de l’équipe.

Voir ses articles


François Coeuret

François Coeuret

Observateur lambda sur les circuits, amateur de 2CV et 4CV ! Cherchez l’erreur…Le déclic sport auto? Tout gosse la Ford MK4 achetée par le frangin dans le magasin de jouets du coin : ligne trapue, virile. Plus tard la maquette de l’Alpine A210 des 24 Heures, gracile, aux lignes galbées, fluides ….féminines… Plus tard encore les 24 heures 68, 69 sur l’écran noir et blanc : Pesca en héros, colossale Porsche 917…Lecteur assidu de l’Auto journal, Auto-moto, Sport auto…Après le bac, étudier et enseigner car jouer au pilote, école de Magny-cours puis Bugatti, ça nourrit pas son homme quand on est un élève sérieux mais pas franchement doué….On écume (spectateur) les circuits, on vieillit puis on se déplace sur les courses historiques pour frissonner…Et un jour…On clique sur un blog mémoire…On lit, on commente, on contribue et on mute sur Classic Courses début 2013.

Voir ses articles


Richard Dallest

1845783835

Volant Elf en 1973, concurrent  de pointe en Formule Renault, Formule Renault Europe puis F3, il rejoint la F2 à plein temps en 1980. Deux victoires à Pau et Zandvoort cette année là. Faute de débouchés en F1 à une époque où la France compte déjà sept représentants, ce diamant brut comme l’appellent nombre de connaisseurs réputés, quitte le sport auto fin 1983. Devenu moniteur à l’école Elf Winfield Paul Ricard, puis au sein de l’écurie AGS Stages F1, il a une expérience incomparable de mise au point, réglage, évaluation de voitures de courses. Fin 2014 il  rejoint Classic COURSES pour lancer une rubrique Essais qui devrait prendre son plein essor courant 2016.

Voir ses articles


Olivier Favre

Olivier Favre (2)

Le goût de l’automobile est un atavisme familial transmis par mon père, qui l’a manifesté autant à l’échelle 1 que par les Dinky Toys. Mais l’intérêt pour la course est ma spécificité et j’y suis venu très tôt par les miniatures Solido des 24 Heures du Mans, Ferrari 512 M, Matra et autres Porsche 917. Après le jeu sur les tapis est venu le temps de la collection et du modélisme, de l’abonnement à Sport-Auto puis à Auto-Hebdo.

Parallèlement, mes études à Sciences-Po ont confirmé mon intérêt pour l’Histoire et renforcé ma confiance rédactionnelle. Une fois trouvée ma voie professionnelle dans la fonction publique territoriale, j’ai voulu réunir tout cela et écrire sur l’histoire de la course automobile, celle que je n’ai pas vécue, celle que j’aurais aimé vivre. C’est ainsi que j’ai collaboré à Automobile Historique pendant trois ans. Puis sont venus Mémoires des Stands et le magazine Autodiva, qui me permet de garder le contact, précieux pour moi, avec le papier. Et enfin Classic Courses depuis 2012.

Voir ses articles


René Fiévet

René FiévetNé en 1952, économiste de formation, René Fiévet vit à Washington DC  où il est fonctionnaire international. Dès son plus jeune âge, il a été passionné par les courses automobiles, notamment en lisant les histoires de Michel Vaillant. Il a appris à lire avec « Le pilote sans visage ». Mais vivant à l’étranger dans sa jeunesse, en Extrême Orient et en Afrique, il a plus rêvé le sport automobile qu’il ne l’a vraiment connu. Ce qui arrange bien les choses quand il s’agit d’écrire sur le sujet.

Comme tous les passionnés qu’on rencontre dans Classic Courses, René Fiévet pense évidemment que « c’était mieux avant ». Mais à force de répéter ce qui est pour nous une évidence, on risque de passer pour un vieux con. Alors, pour faire taire les sceptiques, les convaincre que le « c’était mieux avant » n’est pas une impression, ni même une opinion, mais une vérité solidement établie, et vérifiable, il faut transmettre quelque chose de ce passé révolu. Et comment transmettre autrement qu’en écrivant ?

Beaucoup plus que l’aspect mécanique, voire esthétique du sport automobile, ce qui l’intéresse ce sont les hommes. Car c’est par les hommes qu’on approche la vérité, la vérité vraie de ce sport. Il pourrait faire sienne la célèbre formule du grand historien Marc Bloch : « le bon historien ressemble à l’ogre de la légende, là où il flaire la chair humaine, il sait que là est son gibier. »

Voir ses articles


Pierre Ménard

Ménard CC nouveau site

Illustrateur de formation et passionné de Formule 1, il collabore à la revue Auto-Passion de 1993 à 2001, ainsi qu’à l’annuel L’Année Formule 1 de 1996 à 2013. En 1997, il participera par le graphisme au début de l’aventure Prost Grand Prix.

En 1999, Pierre Ménard produit la Grande Encyclopédie de la Formule 1, aux Editions Chronosports, ouvrage réédité à quatre reprises. Il est également le co-auteur, avec Jacques Vassal, de biographies sur Juan Manuel Fangio, Stirling Moss, Alberto Ascari, Niki Lauda, Ayrton Senna et Alain Prost dans la collection Les légendes de la Formule 1, toujours aux Editions Chronosports. Il a également collaboré à l’élaboration du livre de Jean-Claude Baudier La magie du diorama, aux Editions du Palmier.

En tant que journaliste historique, il écrit dans le magazine Automobile Historique de 2001 à 2005, et depuis 2012 dans Grand Prix. Il a rejoint feu Mémoire des Stands en 2008 et fut associé à l’aventure Classic COURSES dès septembre 2012.

Voir ses articles


Johnny Rives

156850_182916501718692_1891504_n (2)

« Lorsque j’ai été appelé sous les drapeaux, à 21 ans, j’avais déjà une petite expérience journalistique. Un an et demi plus tôt j’avais commencé à signer mes premiers « papiers » dans le quotidien varois « République », à Toulon. J’ai envoyé le dernier d’entre eux (paru le 4 janvier 1958) à Pierre About, rédacteur en chef à L’Equipe. Il m’a fait la grâce de me répondre après quoi nous avons correspondu tout au long de mes 28 mois d’armée. Quand je revins d’Algérie, très marqué psychologiquement, il voulut me rencontrer et me fixa rendez-vous au G.P. deMonaco 1960. Là il me demanda de prendre quelques notes sur la course pendant qu’il parlait au micro de Radio Monte-Carlo. J’ignorais que c’était mon examen d’entrée. Mais ce fut le cas et je fus reçu ! Je suis resté à L’Equipe pendant près de 38 ans. J’ai patienté jusqu’en 1978 avant de devenir envoyé spécial sur TOUS les Grands prix – mon premier avait été le G.P. de France 1964 (me semble-t-il bien). J’ai commencé à en suivre beaucoup à partir de 1972. Et tous, donc, dès aout 1978. Jusqu’à décembre 1996, quand les plus jeunes autour de moi m’ont fait comprendre qu’ils avaient hâte de prendre ma place. C’est la vie ! Je ne regrette rien, évidemment. J’ai eu des relations privilégiées avec des tas de gens fascinants. Essentiellement des pilotes. J’ai été extrêmement proche avec beaucoup d’entre eux, pour ne pas dire intime. J’ai même pu goûter au pilotage, qui était mon rêve d’enfance, ce qui m’a permis de m’assurer que j’étais plus à mon aise devant le clavier d’une machine à écrire qu’au volant d’une voiture de compétition ! Je suis conscient d’avoir eu une vie privilégiée, comme peu ont la chance d’en connaître. Ma chance ne m’a pas quitté, maintenant que je suis d’un âge avancé, puisque j’ai toujours le bonheur d’écrire sur ce qui fut ma passion professionnelle. Merci, entre autres, à Classic Courses. »

Johnny Rives a encouragé le démarrage de Classic COURSES  auquel il collabore depuis le début.

Voir ses articles


Philippe Robert

Spa Summer Classic - Juin 2013 (55) (2)

Quand le mistral forcit, Philippe Robert a longtemps senti des fourmis dans les jambes, à l’appel de la vague. Mais, aujourd’hui, ce Drômois passionné de planche à voile sait refréner sa passion. C’est pourtant elle qui lui fit dire, à la vingtaine, qu’il vivrait toujours au bord de la mer. Planche, planeur et, depuis deux ans, course automobile. Plaisir du risque calculé, de la montée d’adrénaline, de la pression à gérer : le même goût dans la bouche qu’au début d’une négociation délicate, où le client finit par dire oui, parce que la stratégie commerciale est la bonne et le produit meilleur que les autres. Un hédoniste qui se verrait bien vivre une autre vie, entre copains, sur une île grecque, à pêcher plutôt qu’à bosser. Ce n’est pas de la provocation. Seulement un rêve. « Ma femme m’assure que je ne tiendrais pas quinze jours. » ( Extrait interview Var Matin 14 02 2014) . 

Philippe s’est lancé sans expérience dans la compétition historique au volant de son Alfa Romeo 2000 GTV fin 2012 et nous fait partager son expérience depuis 2013.

Voir ses articles


Olivier Rogar

DSCF0301cc

« D’aussi loin que je me souvienne l’automobile m’a passionné. Les cartes postales de tacots, les goûters au Pub Renault avec ma tante puis la course de côte de Saint Antonin à Aix en Provence et enfin le Grand Prix de France au Paul Ricard m’ont fait passer d’Auto-Poche et l’Automobile à Sport-Auto, Auto-Hebdo, et – surtout –  l’Equipe. Fascination pour les protos du Mans d’abord. Puis pour les F1 lors de cette incroyable saison 1976.  Monde aussi inaccessible  que fascinant que j’ai fini par tangenter en 1979-80 au Paul-Ricard puis en Angleterre. Les quelques photos que j’y avais commises et cette passion inextinguible m’ont amené à collaborer avec l’excellent « Mémoires des Stands » puis, à sa disparition, en 2012, à créer Classic COURSES avec l’aide et les encouragements de Pierre Ménard et Johnny Rives.  L’esprit d’entreprise qui m’habite trouve dans le sport automobile les valeurs de  précision, de prise de risques, de rapidité à prendre des décisions dont la maîtrise conditionne toute réussite. »

Voir ses articles


Jacques Vassal

jacques 001Avant de devenir un journaliste bien connu dans le domaine de la chanson (américaine, française et du monde entier), et dans celui du sport automobile et de son histoire, Jacques Vassal a été un « enfant dans la course ». Ses premiers souvenirs remontent à 1952 – il n’a alors que 5 ans. – quand son père l’emmène, en Bugatti 57, assister à Montlhéry à un « Grand Prix de France » de Formule 2. Puis en 1953, il assiste à ses premières 24 Heures du Mans et au Grand Prix de l’ACF à Reims. Bien d’autres ont suivi depuis…

En 1985, il entame une collaboration régulière avec Le Fanauto – le mensuel dirigé par Serge Pozzoli – puis en 1989 il devient membre à part entière de la revue Auto-Passion. En 2006, pour le centenaire du Grand Prix de France, il réalise un livre d’or pour le compte de la FFSA. Auteur d’articles historiques dans L’Année Formule 1 de 1997 à 2008 (Chronosports) et, chez le même éditeur, co-auteur avec Pierre Ménard de plusieurs biographies de pilotes dans la série « Les Légendes de la Formule 1 », il a écrit aussi pour le magazine Automobile Historique et depuis 2006, il collabore au mensuel Rétroviseur.

Jacques Vassal a rejoint l’Equipe Classic COURSES courant 2014.

Voir ses articles